Cuisine ivoirienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Cuisine ivoirienne
Description de cette image, également commentée ci-après
Dégustation de foutou en famille.
Catégorie Cuisine africaine

La cuisine ivoirienne comporte différents plats provenant de tous les groupes ethniques qui vivent dans le pays. Elle est en général très pimentée. La contribution de l'immigration joue également un rôle dans la conception de la cuisine ivoirienne.

Les accompagnements[modifier | modifier le code]

Placali (pâte de manioc fermentée).
  • Attiéké : semoule de Manioc
  • Alloco : plat de frites de banane plantain mûres
  • Cococha : pâte de bananes plantains mûres (peau de couleur jaune) obtenue par broyage dans un mortier en bois
  • Attoukpou
  • Foutou, généralement de manioc, mais aussi de banane plantain ou d'igname
  • Riz gras, aussi surnommé le tchep ivoirien
  • Riz couché
  • Placali
  • Toh : pâte à base de farine de maïs
  • Foufou : pâte de bananes plantains non mures mélangé avec un peu de bananes plantains mures obtenue par broyage dans un mortier en bois
  • Igname : bouillie ou frite
  • Banane : bouillie
  • Kabato : pâte originaire du nord de la Côte d'Ivoire, à base de farine de maïs, qui accompagne les sauces, semblable à la polenta
  • Huile rouge (huile de palme)

Les sauces[modifier | modifier le code]

Riz à la sauce feuille.
  • Sauce Graine (fait à base de graines de palmiers à huile)
  • Sauce Claire
  • Sauce Gombo (fait à base de gombo frais ou poudre de gombo (djoumblé))
  • Sauce arachide (principalement à base de pâte d'arachide)
  • Kédjénou (ragout de volaille ou d'escargot par cuisson à l’étouffée signifiant, en Baoulé, « secoue »)
  • Kplala ou kwlala ou kolala (à base de feuilles de corète potagère)
  • Zaho (plat en sauce avec de la viande d'agouti, ouest de la Côte d'Ivoire)
  • Gouagouassou ragout de viandes diverses, de poissons, cuits avec une sauce de légumes (aubergine, gombo), généralement servi avec du riz ou du foutou. En baoulé, gouagouassou signifie littéralement « met dessus ».
  • Siôkô : plat bété à base de fruits secs
  • Mafé (d'origine malienne)
  • Djoumgblé Gombos séchés
  • Sauce n'tro (sauce claire ébrié à l'huile de palme rouge)
  • Akpi
  • Sauce graine à la tikriti (sauce graine aux plantes gluantes)
  • Arachide
  • Sauce feuille
  • Sauce gnangnan (les gnangnans, ou Solanum torvum, sont de petites baies très amères, avec un goût de quinquina)
  • biékosseu (plat à base d'aubergines)
  • Épinards
  • Soupes de pintades, biches, mouton, poulet, escargots, crabes, cabri, machoirons, etc.
  • Sauce arachide dah (sauce à l'arachide et aux feuilles dah)
  • Sauce namougou (sauce de feuilles séchées)
  • Sauce kplé ba. (sauce gluante)
  • Sauce pistache

Les viandes[modifier | modifier le code]

Les poissons et crustacés[modifier | modifier le code]

Plat de mâchoiron braisé.

Les condiments[modifier | modifier le code]

Street food ivoirien[modifier | modifier le code]

Plat de saucisses et d'alloco.
  • Alloco (tranches de bananes plantains en friture)
  • Garba (assortiment d'attiéké et de poisson thon frit garni d'oignon et de piment frais)
  • Aller-retour (beignet au sucre, tellement bon qu'on fait un "aller-retour")
  • Pain-brochettes (sandwich à la brochette)
  • Blissi Tebil (banane plantain braisée assortie de cacahuètes grillées)
  • Choukouya (barbecue de mouton ou de bœuf, assaisonné et braisé et encore assaisonné, d'origine nigérienne)
  • Boule-coco (beignets au coco râpé)
  • Taro frit (tubercule frit)
  • Frites d'igname
  • Akouessi (pâte à base de sardines ou de maquereau, avec des aubergines, des tomates et des oignons, généralement accompagnée de plantains bouillies)
  • Pain avec condiment (sandwich)
  • Spaghetti au kiosque
  • Akpessi, à l´igname ou à la banane plantain

Les desserts et boissons[modifier | modifier le code]

Dèguè (lait fermenté avec granulés de mil).

La cuisine ivoirienne ne comporte pratiquement pas de desserts (les rares proviennent des pays voisins et sont arrivés avec les travailleurs immigrés) et les repas, souvent caloriques, ne les rendent pas nécessaires. Par contre, elle comporte une grande variété de boissons souvent aussi venues des pays voisins.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Ken Albala, « Côte d'Ivoire », Food Cultures of the World Encyclopedia, vol. 1, Africa, Middle East, ABC-CLIO, 2011, p. 43-47 (ISBN 9780313376276)
  • Monique Biarnès, La cuisine ivoirienne, Société Africaine d'Édition, 1974, 63 p.
  • Cuisine de Côte d'Ivoire et d'Afrique de l'Ouest, Édition Profoto, Abidjan

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 1986 : La cuisine ivoirienne, film de Roger Pouret

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :