Culture de la Guinée équatoriale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un élément culturel image illustrant la Guinée équatoriale
Cet article est une ébauche concernant un élément culturel et la Guinée équatoriale.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Enfants Bubi

La culture de la Guinée équatoriale, petit pays d'Afrique centrale, désigne d'abord les pratiques culturelles observables de ses 800 000 habitants.

Langues et peuples[modifier | modifier le code]

Sortie de messe à Corisco en 1910 (Bengas)

La Guinée équatoriale est principalement peuplée de Bantous :

Dans cette ancienne colonie espagnole – la Guinée espagnole – indépendante depuis 1968, l'espagnol est la langue officielle[1]. Quoique peu parlé, le français a été promu au rang de seconde langue officielle en 1998, au moment où le pays a rejoint la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC), adoptant le franc CFA comme monnaie nationale. Ce statut permet au pays de bénéficier de son rattachement à la Francophonie. Des langues créoles à base lexicale portugaise, telles que le fá d’Ambô sur l'île d'Annobón, sont également pratiquées. C'est pourquoi la Guinée équatoriale a depuis 2007 le statut d'« observateur associé » de la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP)[3].

Traditions[modifier | modifier le code]

Religions[modifier | modifier le code]

Les chrétiens, surtout les catholiques (80-87%), et les protestants (5%) sont largement majoritaires (>90 %)[1]. Les religions minoritaires sont l'islam (2%), le baha'isme... L'animisme concernerait 5 à 10 % de la population.

Symboles[modifier | modifier le code]

Mythologies[modifier | modifier le code]

  • Mythologie traditionnelle fang
  • Mvett[4],[5], Mvet Ekang (La Geste des Immortels d’Engong)

Fêtes[modifier | modifier le code]

Société[modifier | modifier le code]

Droit[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

  • Éducation en Guinée équatoriale (en)
  • Colegio Nacional Enrique Nvó Okenve, à Malabo et Bata
  • Université nationale de Guinée équatoriale, Universidad Nacional de Guinea Ecuatorial (UNGE), à Malabo

État[modifier | modifier le code]

Arts de la table[modifier | modifier le code]

Santé et sport[modifier | modifier le code]

Artisanats[modifier | modifier le code]

Arts visuels[modifier | modifier le code]

Dessin[modifier | modifier le code]

Peinture[modifier | modifier le code]

Sculpture[modifier | modifier le code]

Architecture[modifier | modifier le code]

  • Architecture traditionnelle[12]
  • Architecture coloniale
  • Architecture contemporaine

Photographie[modifier | modifier le code]

  • Arturo Bibang[13],[14]
  • J. Quazi King, Quazimotto.on.wax[15]

Graphisme[modifier | modifier le code]

Arts du spectacle[modifier | modifier le code]

Musique(s)[modifier | modifier le code]

Danse(s)[modifier | modifier le code]

  • Danses traditionnelles[21],[22],, balélé, mokom, ndong, biben, mbaa, akoma mbaa (fang), cachá (bubi), ivanga (ndowe)...
  • Festival national des danses traditionnelles de la Guinée équatoriale (FESNADATRAGE)
  • Danses modernes

Théâtre[modifier | modifier le code]

Autres : marionnettes, mime, pantomime, prestidigitation[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Au début des années 2000, l'industrie du cinéma était encore presque inexistante en Guinée équatoriale, la brutalité des régimes dictatoriaux successifs et la censure compliquant beaucoup l'émergence d'une production cinématographique[24]. Cependant, les premiers courts et moyens métrages guinéo-équatoriens commencent à être réalisés, notamment par Juan Pablo Ebang Esono, avec le court métrage No Está Desnuda puis le moyen métrage Teresa[25].

Par ailleurs, plusieurs documentaires étrangers, principalement espagnols, ont été consacrés au pays, comme Subvaloradas, sin ser vistas. Voces literarias de Guinea Ecuatorial (Mischa G Hendel, 2009), qui détaille les difficiles conditions de vie des acteurs culturels du pays, ou Malabo Barrio X (Marc Tardiu et Oriol Rivero, 2009), sur la vie à Malabo, capitale du pays.

Autres[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

En 2016, le classement mondial sur la liberté de la presse établi chaque année par Reporters sans frontières situe la Guinée-équatoriale au 168e rang sur 180 pays[28]. Un contrôle des médias et des lois autorisant la censure préalable caractérisent ce régime autoritaire. L'information cède le pas à l'autocensure[29].

Presse écrite[modifier | modifier le code]

  • Presse écrite en espagnol : El Tiempo, La Opinión, La Gaceta, El Ebano, La Verdad, La voz del pueblo,

Radio[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Il existe deux stations de télévision étatiques (Malabo, Bata), et une privée, Television Asonga (Malabo).

Internet[modifier | modifier le code]

  • Internet, évidemment présent[30]
  • Sites d'information[31],[32],[33],[34], intérieurs ou extérieurs

Littérature[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Le programme Patrimoine mondial (UNESCO, 1971) n'a pour ce pays rien inscrit dans sa liste du Patrimoine mondial (au 15/01/2016).

Le programme Patrimoine culturel immatériel (UNESCO, 2003) n'a rien inscrit pour ce pays dans sa liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité (au 15/01/2016).

Le programme Mémoire du monde (UNESCO, 1992) n'a rien inscrit pour ce pays dans son registre international Mémoire du monde (au 15/01/2016).

Musées et autres institutions[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Marvin Lewis, An Introduction to the Literature of Equatorial Guinea: between colonialism and dictatorship, University of Missouri Press, 2007, 212 p. (ISBN 978-0-8262-1713-4)
  • Jean de Dieu Biboumi, Le roman de dictature : de la colonie au « macisme » à travers "Las tinieblas de tu memoria negra" et "Los poderes de la tempestad" de Donato Ndongo Bidyogo, journaliste et écrivain équato-guinéen, Université de Perpignan, 2009, 489 p. (thèse de doctorat d'Études ibériques et latino-américaines)
  • René Ebanda, Deux siècles de présence espagnole en Guinée équatoriale : 1778-1968, Université Paris 3, 1983, 452 p. (thèse de 3e cycle d'Études ibériques)
  • Jean-Claude Klotchkoff, La Guinée équatoriale, Éd. du Jaguar, Paris, 2009 (2e éd.), 253 p. (ISBN 978-2-86950-440-0)
  • Juan Bautista Osubita Asam, Les Fang et les Bubi devant la mort : rituels funéraires de deux ethnies de la Guinée équatoriale, Université Paris 7, 1996, 2 vol. (thèse de doctorat d'Anthropologie et ethnologie)
  • Louis Perrois et Marta Sierra Delage, L'art Fang : Guinée équatoriale, Fundación Folch, Aurore éd, Paris, 1991, 177 p. (ISBN 2-7022-0290-X)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Jean Sellier (et al.), Atlas des peuples d'Afrique, La Découverte, Paris, 2003, p. 162 (ISBN 9782707141293)
  2. (en) « Benga. A language of Equatorial Guinea » [1]
  3. (pt) Comunidade dos Paises de Língua Portuguesa [2]
  4. a et b http://www.afrisson.com/Mvet-1795.html
  5. a et b https://africanistes.revues.org/2991
  6. http://www.institutfrancais-malabo.org/malabo/expositions-fr/gaspard-goman-un-artiste-connu-mais-oublie/
  7. http://www.guineaecuatorialpress.com/noticia.php?id=2050&lang=fr
  8. http://www.guineaecuatorialpress.com/noticia.php?id=8555
  9. http://www.guineaecuatorialpress.com/noticia.php?id=8340
  10. http://www.france-guineeequatoriale.org/News/1050.html
  11. http://www.france-guineeequatoriale.org/News/1094.html
  12. http://maison-monde.com/maisons-guinee-equatoriale/
  13. http://www.lumieresdafriques.com/fr/artist/arturo-bibang-2/
  14. http://djolo.net/arturo-bibang-un-photographe-equato-guineen/
  15. Quazimotto.on.wax
  16. http://archics.com/guinee-equatoriale-le-theatre-national-oyala/
  17. http://www.institutfrancais-malabo.org/
  18. http://www.guineaecuatorialpress.com/noticia.php?id=136&lang=fr
  19. http://www.france-guineeequatoriale.org/buklando-nouvel-album-de-baron-ya-buk-lu-un-hommage-a-la-musique-de-guinee-equatoriale/
  20. http://www.france-guineeequatoriale.org/patrima-dans-mes-chansons-je-defends-la-cause-des-femmes-africaines/
  21. http://www.laotravoz.info/Danses-et-Musiques-traditionnelles-de-la-Guinee-Equatoriale-Tout-un-art-_a573.html
  22. http://www.france-guineeequatoriale.org/News/1155.html
  23. http://www.france-guineeequatoriale.org/News/448.html
  24. Africa in "Enciclopedia del cinema" (2003), article de Giuseppe Gariazzo sur Treccani. Page consultée le 17 juillet 2013.
  25. “Teresa”, the first medium-length film produced by the National Library: a story based on actual events, article de Mansueto Loeri sur le site du gouvernement de Guinée équatoriale le 8 août 2010. Page consultée le 17 juillet 2013.
  26. http://www.africine.org/?menu=art&no=13662
  27. http://www.casafrica.es/fr/agenda_europa_africa.jsp%3FPROID=57049&CATID=70.html
  28. Reporters sans frontières : Les données du classement de la liberté de la presse 2016 [3]
  29. Reporters sans frontières : Guinée-équatoriale [4]
  30. http://www.journaldunet.com/web-tech/chiffres-internet/guinee-equatoriale/pays-gnq
  31. http://www.guineaecuatorialpress.com/?lang=fr
  32. http://www.guineequatoriale-info.net/fr/menu_fr.htm
  33. http://www.africain.info/-Guinee-Equatoriale-
  34. http://fr.africatime.com/guinee_equatoriale/guinee_equatoriale
  35. http://www.guineequatoriale-info.net/fr/mongom_fr.htm