Culture de Djibouti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Architecture coloniale

La culture de Djibouti, petit pays de la Corne de l'Afrique, désigne d'abord les pratiques culturelles observables de ses 820 000 habitants (en 2017).

Langues et peuples[modifier | modifier le code]

L'arabe et le français sont les deux langues officielles. L'afar et le somali sont les deux «langues nationales». L'oromo et l'amharique, en ville de Djibouti, sont les principales autres langues de la vie quotidienne. Mais on parle aussi l'arabe sud-yéménite, l'arabe omani, le grec, le hindi...


Traditions[modifier | modifier le code]

Religion(s)[modifier | modifier le code]

Symboles[modifier | modifier le code]

Folklore et Mythologie[modifier | modifier le code]

  • Arnaud Welfringer & Université de Djibouti, Traversées, histoires et mythes de Djibouti (2011)[2]

Croyances[modifier | modifier le code]

Pratiques[modifier | modifier le code]

Fêtes[modifier | modifier le code]

Vie sociale[modifier | modifier le code]

Groupes humains[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Noms[modifier | modifier le code]

Société[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

Droit[modifier | modifier le code]

État[modifier | modifier le code]

Stéréotypes[modifier | modifier le code]

Arts de la table[modifier | modifier le code]

Cuisine(s)[modifier | modifier le code]

Boisson(s)[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Activités physiques[modifier | modifier le code]

Jeux populaires[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Arts martiaux[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

En 2016, le classement mondial sur la liberté de la presse établi chaque année par Reporters sans frontières situe Djibouti au 172e rang sur 180 pays[5]. La loi sur la Liberté de la communication constitue en elle-même une entrave à la liberté d'expression et au pluralisme médiatique. Les journalistes sont soumis à un important arsenal répressif[6].

Presse écrite[modifier | modifier le code]

  • La Nation, organe officiel
  • Quelques journaux hebdomadaires ou mensuels en arabe, somali...

Radio et télévision[modifier | modifier le code]

Internet[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Écrivains djiboutiens

Arts visuels[modifier | modifier le code]

Dessin[modifier | modifier le code]

Peinture[modifier | modifier le code]

Sculpture[modifier | modifier le code]

Architecture[modifier | modifier le code]

Photographie[modifier | modifier le code]

Graphisme[modifier | modifier le code]

Arts du spectacle[modifier | modifier le code]

Musique(s)[modifier | modifier le code]

Danse(s)[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Autres : marionnettes, mime, pantomime, prestidigitation[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Le cinéma est arrivé à Djibouti vers 1930, pour diffusion régionale (en Éthiopie et Érythrée).

Autres[modifier | modifier le code]

Institutions culturelles[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Le programme Patrimoine culturel immatériel (UNESCO, 2003) n'a rien inscrit pour ce pays dans sa liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité (au 15/01/2016).

Le programme Mémoire du monde (UNESCO, 1992) n'a rien inscrit pour ce pays dans son registre international Mémoire du monde (au 15/01/2016).

Musées et autres institutions[modifier | modifier le code]

Liste du Patrimoine mondial[modifier | modifier le code]

Le programme Patrimoine mondial (UNESCO, 1971) a inscrit dans sa liste du Patrimoine mondial (au 12/01/2016) : Liste du patrimoine mondial de Djibouti.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abdourahman Yacin Ahmed, «Djibouti au centre du discours littéraire», in Amina Saïd Chire (did.), Djibouti contemporain, Paris, Karthala, 2013, p. 317-348
  • Christian d'Alayer, Djibouti aujourd'hui, Les Éditions du Jaguar, Paris, 2003, 237 p. (ISBN 2-86950-361-X)
  • Colette Dubois, Djibouti au regard de ses timbres-poste, 1893-1977 : images d'altérité, images de propagande, ARESAE, Paris, 1998, 47 p. (texte de la conférence prononcée à l'INALCO le 2 février 1998)
  • Colette Dubois et Pierre Soumille, Des chrétiens à Djibouti en terre d'islam : (XIXe-XXe siècles), Karthala, Paris, 2004, 373 p. (ISBN 2-8458-6491-4)
  • Mohamed Houmed Hassan, « Émergence et évolution d’une culture populaire urbaine à Djibouti », in Amina Saïd Chire (did.), Djibouti contemporain, Paris, Karthala, 2013, p. 293-316
  • Bruno Maurer, Le français et les langues nationales à Djibouti : aspects linguistiques et sociolinguistiques, thèse de Sciences du langage, université Montpellier 3, 1993

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :