Culture de la Tanzanie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un élément culturel image illustrant la Tanzanie
Cet article est une ébauche concernant un élément culturel et la Tanzanie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Fort de Stone Town à Zanzibar

La culture de la Tanzanie (Afrique de l'Est) désigne d'abord les pratiques culturelles observables de ses 51 000 000 d'habitants.

En Tanzanie, on parle l'anglais et le swahili. Les deux religions les plus pratiquées sont le christianisme et l'islam.

Il existe également dans le nord de la Tanzanie des populations Maasaï qui ont une culture qui leur est propre.

Langue(s)[modifier | modifier le code]

Les deux langues officielles sont le kiswahili ou swahili (appelé Kiunguja à Zanzibar) et l'anglais mais il existe d'autres langues véhiculaires comme l'arabe ou le gujarati, cette dernière parlée par des communautés originaires du sous-continent indien. Le pays compte plus de 120 groupes ethniques, chacun ayant conservé sa langue. On note toutefois que l'influence du kiswahili a contribué à un affaiblissement du poids des langues locales. Ce fait est surtout notable en milieu urbain, où l'on assiste à la naissance de la première génération de Tanzaniens ne maitrisant qu'une des langues de leur pays, le kiswahili. 35 % des Tanzaniens ont l'anglais en seconde langue, ou ont des notions d'anglais en 2012 (locuteurs dits "partiels")[réf. souhaitée].

Traditions[modifier | modifier le code]

Religion(s)[modifier | modifier le code]

Les religions les plus représentées sont l'islam (33 %) et le christianisme (66 %)[1],[2]. Néanmoins les statistiques religieuses n'existent plus en Tanzanie depuis 1963 et des chiffres très différents émergent parfois[3]. Les animistes sont estimés à 30 %. 99 % de la population de Zanzibar est musulmane. Le fort développement des Églises pentecôtistes est un fait récent. La présence importante de luthériens dans la communauté protestante est un héritage de la colonisation allemande.

Les catholiques de Zanzibar seraient persécutés par un groupe de musulmans, majoritaires sur l'île, sur fond de politique indépendantiste[4].

Symboles[modifier | modifier le code]

Folklore et Mythologie[modifier | modifier le code]

Croyances[modifier | modifier le code]

Pratiques[modifier | modifier le code]

Fêtes[modifier | modifier le code]

Fêtes et jours fériés
Date Nom français Nom local Remarques
1er janvier Jour de l'An New Year's day
12 janvier Jour de la révolution de Zanzibar Zanzibar revolution day
26 février Jour du prophète prophet's day
Vendredi saint Good Friday
Dimanche de Pâques Easter
Lundi de Pâques Easter Monday
7 avril Fête des Héros Heroes day Zanzibar seulement
26 avril Jour de l'Union Union day Date anniversaire de l'union entre le Tanganyika et Zanzibar
1er mai Fête du travail Labor day
7 juillet Saba saba Saba saba day célèbre la fondation de la Tanganyika African National Union en 1954
8 août Nane nane Nane nane day Fête des paysans
Fin du Ramadan Eid-El-Fitril Fin du Ramadan
14 octobre Fête de Nyerere Nyerere day célèbre le jour de la mort de Julius Nyerere
Fête du sacrifice Eid-El-Haji
9 décembre Fête de l'Indépendance Independance day Fête Nationale célébrant l'indépendance du Tanganyika le 9 décembre 1961
25 décembre Jour de Noël Christmas day
26 décembre Après Noël Boxing day

Vie sociale[modifier | modifier le code]

Groupes humains[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Noms[modifier | modifier le code]

Société[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

Étiquette(s)[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

État[modifier | modifier le code]

Stéréotypes[modifier | modifier le code]

Arts de la table[modifier | modifier le code]

Spécialités tanzaniennes : pilau kuku, mishkaki, ndizi, maharage, mboga, chapati et pili pili

Cuisine(s)[modifier | modifier le code]

Boisson(s)[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Activités physiques[modifier | modifier le code]

Jeux populaires[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Arts martiaux[modifier | modifier le code]

Artisanats[modifier | modifier le code]

Porte sculptée à Zanzibar

Arts graphiques[modifier | modifier le code]

Design[modifier | modifier le code]

Textiles[modifier | modifier le code]

Cuir[modifier | modifier le code]

Papier[modifier | modifier le code]

Bois[modifier | modifier le code]

Métal[modifier | modifier le code]

Poterie, céramique, faïence[modifier | modifier le code]

Verrerie d'art[modifier | modifier le code]

Joaillerie, bijouterie, orfèvrerie[modifier | modifier le code]

Espace[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

En 2009, le classement mondial sur la liberté de la presse établi chaque année par Reporters sans frontières situe la Tanzanie au 62e rang sur 175 pays[5]. Des « problèmes sensibles » y ont été observés[6].

Presse écrite[modifier | modifier le code]

Radio[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Internet[modifier | modifier le code]

:Catégorie:Blogueur tanzanien (en)

Littérature[modifier | modifier le code]

en anglais[modifier | modifier le code]

en swahili[modifier | modifier le code]

Arts visuels[modifier | modifier le code]

Dessin[modifier | modifier le code]

Peinture[modifier | modifier le code]

Sculpture[modifier | modifier le code]

Architecture[modifier | modifier le code]

Photographie[modifier | modifier le code]

Graphisme[modifier | modifier le code]

Arts du spectacle[modifier | modifier le code]

Musique(s)[modifier | modifier le code]

Danse(s)[modifier | modifier le code]

  • Danses traditionnelles, rituelles, dévotionnelles,
  • Ngoma, au rythme des tambours,
  • Baikoko[8]
  • Bobaraba
  • Hip-hop
  • Festival de danse[9]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Autres : marionnettes, mime, pantomime, prestidigitation[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Le cinéma tanzanien n'en est qu'à ses débuts, les réalisateurs souffrant d'un manque de financement.

Autres[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Sculptures à Arusha

Le programme Patrimoine culturel immatériel (UNESCO, 2003) n'a rien inscrit pour ce pays dans sa liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité (au 14/01/2016).

Musées et autres institutions[modifier | modifier le code]

Liste du Patrimoine mondial[modifier | modifier le code]

Le programme Patrimoine mondial (UNESCO, 1971) a inscrit dans sa liste du Patrimoine mondial (au 12/01/2016) : Liste du patrimoine mondial en Tanzanie.

Registre international Mémoire du monde[modifier | modifier le code]

Le programme Mémoire du monde (UNESCO, 1992) a inscrit dans son registre international Mémoire du monde (au 15/01/2016) :

  • 1997 : Les dossiers/archives allemandes[12].
  • 2003 : Collection de manuscrits et de livres arabes[13].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Quintin Winks, Culture Smart! Tanzania: The Essential Guide to Customs & Culture, Kuperard, Londres, 2009, 168 p. (ISBN 9781857334838)
  • Éric Fayet et al., Maasaï : légendes de Tanzanie, Un, deux, quatre éd., Clermond-Ferrand, 2007, 217 p. (ISBN 978-2-35145-048-2)
  • Marie-Aude Fouéré, Les relations à plaisanteries en Afrique (Tanzanie) : discours savants et pratiques locales, L'Harmattan, Paris, 2008, 260 p. (ISBN 978-2-296-05549-0)

Discographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Tanzania instruments : Tanganyika : 1950 (collec. Hugh Tracey), International Library of African Music, Grahamstown, 2003
  • (en) Tanzania vocals : Tanganyika : 1950 (collec. Hugh Tracey), International Library of African Music, Grahamstown, 2003
  • Tanzanie : musiques rituelles Gogo (collec. Polo Vallejo), Archives internationales de musique populaire, Musée d'ethnographie, Genève ; VDE-Gallo, Lausanne, Universal, 2001
  • Hadzas : bushmen de Tanzanie, Buda musique, Paris ; distrib. Universal, Antony, 2003
  • Ujamaa : le son des années 60 en Tanzanie, Buda musique, Paris ; distrib. Socadisc, 2007
  • Hot in dar : le son de la Tanzanie, 1978-1983, Buda musique, Paris, 2009

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • (en) The tree of iron, film documentaire de Peter O'Neill et Frank Muhly, Documentary Educational Resources, Watertown, MA, 2007, 57' (DVD)
  • Au pays des dhows, film documentaire de Serge Montagnan et Emmanuel Pons, Université de La Réunion, 2006, 21' (DVD)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]