Condom (Gers)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Condom
Condom (Gers)
Vue de la cathédrale Saint-Pierre de Condom et de ses environs depuis la route de Fourcès.
Blason de Condom
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gers
(sous-préfecture)
Arrondissement Condom
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes de la Ténarèze
(siège)
Maire
Mandat
Jean-François Rousse (SE)
2020-2026
Code postal 32100
Code commune 32107
Démographie
Gentilé Condomois
Population
municipale
6 530 hab. (2017 en diminution de 5,73 % par rapport à 2012)
Densité 67 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 57′ 30″ nord, 0° 22′ 25″ est
Altitude Min. 62 m
Max. 190 m
Superficie 97,37 km2
Élections
Départementales Canton de Baïse-Armagnac
(bureau centralisateur)
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Condom
Géolocalisation sur la carte : Gers
Voir sur la carte topographique du Gers
City locator 14.svg
Condom
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Condom
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Condom
Liens
Site web Site officiel

Condom (en gascon : Condòm), aussi appelée Condom-en-Armagnac, est une commune française, sous-préfecture du département du Gers, dans la région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Condomois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Condom est située sur la Baïse, entre Armagnac et Agenais, Condom est la ville principale de la Ténarèze ou Condomois. C'est une commune limitrophe du département de Lot-et-Garonne. Elle est le centre de l'aire urbaine de Condom.

Situation de Condom.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune s'étend sur 97,37 km2, superficie près de dix fois supérieure à la moyenne nationale et est la plus importante du département.

Condom se situe en zone de sismicité 1 (sismicité très faible)[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Baïse et la Gèle traversent la commune et la ville.

Le port de Condom sur la Baïse ; au fond à droite, les Grands Moulins.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Condom est desservi par trois lignes du réseau interurbain régional liO : la ligne 951 la reliant à Auch, la ligne 952 la reliant à Cazaubon et la ligne 953 la reliant à Agen.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La ville de Condom est située sur un lieu de confluence, entre la Baïse et la Gèle, et c'est de cette particularité qu'elle tire son nom, Condomagos, terme gaulois signifiant marché de la confluence[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Condom en 1918.

Le site est occupé à la période protohistorique. Le musée d'Agen conserve, sous le numéro d'inventaire 134 A2, une hache plate en cuivre, remontant au Bronze moyen, trouvée à Condom[4]. La légende veut qu'un noble revenant de Palestine ait été envoyé par un pape, avec des reliques de la croix, dans une région boisée, pour y fonder une ville sur une colline. Des fouilles ont cependant démontré que des populations habitaient la ville bien avant l'invasion romaine.

L'origine de la ville est sujette à discussions[5]. Certains la font remonter à la prise de pouvoir du duc d'Aquitaine, Eudes d'Aquitaine, sur la Gascogne, à la fin du VIIe siècle. Il aurait alors distribué des terres aux Gascons qui l'auraient aidé. Plus tard un duc d'Aquitaine, sa mère et sa femme, que la tradition nomme Egalsius ou Algasius, dont l'existence est parfaitement inconnue, Ysemburge et Agnès, auraient édifié une chapelle sur le site. Quelques religieux seraient venus s'y établir pour fonder un monastère. Ce monastère aurait ensuite été détruit par les Vikings.

C'est vers 930, que la femme du duc de Gascogne Garcia Sanche le Courbé ou le Tors, Honorette (ou Honorée), entreprit de reconstruire l'église de Condom et la dota de terres. Elle fit aussi bâtir des demeures pour les nouveaux habitants du village[6]. Elle mourut en voulant voir une urne miraculeuse qui se trouvait dans l'église et donna naissance à Arnaud[7] ou Nonné, premier comte d'Astarac.

Hugues de Gascogne (mort vers 1013), petit-fils de Garcia Sanche le Courbé, évêque d'Agen, hérita des terres de Condom à la mort de son père, Gombaud (frère de Guillaume Sanche de Gascogne) qui porta le titre de duc et d'évêque de Gascogne[8]. Hugues de Gascogne fit un voyage à Rome où il rencontra le pape Benoît VIII pour se faire absoudre de la faute qu'il avait commise de cumuler les titres d'évêques d'Agen et de Bazas. Le pape accepta de lui pardonner à condition qu'il fasse une donation à une abbaye. Il le fit à son retour au profit de l'abbaye de Condom. Il décida de reconstruire l'église d'Honorette détruite par un incendie. Il remplaça les prêtres qui y étaient par des moines de l'ordre bénédictin et nomma son filleul Pierre de Saint-Puelles, prieur claustral de l'abbaye. Il en fut le premier abbé. Le jour de la consécration de la nouvelle église Saint-Pierre, il réunit le duc de Gascogne, Sanche-Guillaume, l'évêque de Bazas, Arsius Raca (Arnaud), et les vicomtes de Lomagne, d'autres seigneurs et leurs épouses, tous ses parents et héritiers possibles, pour accepter devant l'autel la donation qu'il faisait à l'abbaye des terres qu'il possédait à Condom et autour, dont Larressingle, plaçant l'abbaye sous l'autorité du Saint-Siège. L'acte porte la date du 4 des ides d'août de l'année 1011. Certains ont mis en doute cette donation car Benoît VIII est devenu pape en mai 1012, mais cette erreur est probablement due au copiste. Pierre de Saint-Puelles lui a succédé mais ne survécut pas longtemps à Hugues de Gascogne. Il est remplacé par un certain Verecundus de Lana. L'abbé suivant est Seguin de Casalda qui a augmenté considérablement les biens de l'abbaye, dont l'église et le lieu de Cassaigne donné par le comte de Fezensac, Guillaume-Astanove Ier. Il est remplacé avant 1068 par Raymond d'Olbion puisque ce dernier signe comme abbé de Condom au concile de Toulouse qui rétablit l'évêché de Lectoure[9].

Le 20 juin 1285, Auger d'Anduran, abbé de Condom entre 1285 et 1305, conclut un acte de paréage avec le roi d'Angleterre, Édouard Ier. Dans cet acte de paréage, l'abbé fait participer le roi d'Angleterre pour rendre la justice dans la ville de Condom, le château de Larressingle et leurs dépendances. Le roi fait de même avec l'abbé pour le château de Goalard et ses dépendances. Deux baillis, l'un nommé par le roi, l'autre par l'abbé, sont chargés de rendre la justice dans l'ensemble de ce bailliage. L'abbé partage avec le roi le droit de créer des consuls, jurats et notaires, et de recevoir de nouveaux habitants à Condom. Le roi s'engage à protéger l'abbé de toute rébellion des habitants de Condom. Cet acte de paréage n'a pas mis fin aux oppositions entre les abbés, puis les évêques qui leur succèdent, avec les consuls de la ville.

Par deux fois envahie par les Anglais, la ville s'est libérée seule.

Condom a de tout temps été développée par le clergé, qui y a fondé de nombreuses abbayes et couvents. C'est le que l'abbaye de Condom devient un évêché et se détache ainsi du diocèse d'Agen. Raymond de Gallard est nommé évêque, et l'église abbatiale devient aussitôt cathédrale.

Après son sacre, le roi Louis XI (1423-1461-1483) attacha la ville à la couronne[10] et autorisa et confirma en novembre 1461 plusieurs droits de la ville, afin qu'elle accroisse[11].

Au carrefour de nombreuses routes, le commerce était source de richesse, mais aujourd'hui les grands axes routiers contournent la ville :

En 1839, la commune de Lialores fut rattachée à Condom.

À noter, l’influence de plusieurs familles fortunées, inspirées par des dynasties bordelaises, notamment avec la famille Mellet (branche de Fondelin, et branche de Bonas) qui est à l’origine d’au moins 3 hôtels particuliers, mais aussi les familles Gallard, de Coq, Cugnac, du Bouzet, Courtade, Lavenère-Lussan, et Latournerie.

L'armagnac[modifier | modifier le code]

Le cours de la Baïse fut autrefois canalisé pour permettre l'exportation de l'armagnac vers Bordeaux. Cette activité assura dans le passé la prospérité de la cité.

L'armagnac ne doit pas sa célébrité au port de Condom qui ne fut créé qu'en 1839 mais aux pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle. Comme les marins, les pèlerins réchauffaient leur corps, soignaient leurs plaies et sublimaient leur foi grâce à quelques gorgées d'« aygo ardente ».

En quittant la ville, ils emportaient avec eux, aussi bien à l'aller, en descendant vers l'Espagne, qu'au retour, quelques fioles réparatrices. Ce sont donc eux qui portèrent partout en Europe la bonne parole de l'armagnac salvateur (« eau de vie ») et médicinal.

Le pèlerinage de Compostelle[modifier | modifier le code]

Sur la via Podiensis du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Condom vu du GR65, chemin de Compostelle en provenance de La Romieu.

On vient de La Romieu, la prochaine commune est Larressingle, et son château.

Les hospices[modifier | modifier le code]

En 1314, grâce au cardinal de Teste, de souche condomoise, est fondé un premier hôpital Saint-Jacques en un lieu où des « femmes de mauvaise vie » avaient établi leur repaire. Les travaux de construction de cet établissement, situé « près de la ville de Condom, sur le chemin », expressément destiné à recevoir « les pèlerins, les infirmes, les pauvres et ceux qui vont en pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle », furent achevés en 1319.

Cet hôpital privé appartenait aux successeurs du fondateur. Toutefois, sa gestion était contrôlée par deux consuls de Condom et deux membres de la confrérie Saint-Jacques. On peut supposer que cet hôpital fut très fréquenté dès les premiers temps de son existence : « Cependant à cause de la multitude des pèlerins et des pauvres qui abondent continuellement audit hôpital… », lit-on dans un acte du . Ceci peut d'autant mieux se comprendre que la vieille hôtellerie abbatiale avait disparu au moment de la construction de l'évêché. Malgré tout, un inventaire de la fin du XVe siècle ne fait mention que de six lits garnis desquels ils pouvaient, s'ils étaient malades, assister à l'office divin. Le XVe siècle marque un indiscutable déclin des hôpitaux, délaissés pour les auberges, et n'est pas significatif pour les époques antérieures. Et la coutume était de coucher plusieurs personnes dans le même lit.

Peu de temps après 1319, une seconde construction intervient, à l'autre extrémité de la ville, hors les murs, au quartier dit de « la Bouquerie ». Ses fondateurs, les confrères de Saint-Jacques, se proposaient d'y recevoir les pèlerins en marche vers la Galice. Les textes précisent que cet hôpital est aussi édifié en bordure du chemin des pèlerins, près de l'église Saint-Jacques de la Bouquerie.

Ces deux fondations consacrent Condom comme étape jacquaire de toute première importance au XIVe siècle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La ville est récompensée par deux fleurs au concours des villes et villages fleuris[12].

Jumelages[modifier | modifier le code]

  • Drapeau de l'Allemagne Grünberg (Allemagne) – depuis 1973 ;
  • Drapeau de l'Espagne Toro (Espagne) ;
  • La ville d'Oakham en Angleterre déclina la proposition de jumelage émanant de Condom en 1987 en raison du nom de la cité française, jugé trop cocasse (« condom » signifiant préservatif en anglais).

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[14].

En 2017, la commune comptait 6 530 habitants[Note 1], en diminution de 5,73 % par rapport à 2012 (Gers : +0,82 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
11 0646 6507 0517 1467 1446 9157 1957 2057 553
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
8 0708 1408 2827 8738 5557 9027 4057 0456 578
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
6 4356 3805 7736 3556 3106 2336 7256 7816 850
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2017
7 3267 8537 6347 7177 2517 1586 9256 5546 530
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[17] 1975[17] 1982[17] 1990[17] 1999[17] 2006[18] 2009[19] 2013[20]
Rang de la commune dans le département 2 2 2 2 2 2 3 3
Nombre de communes du département 466 462 462 462 463 463 463 463

Jusqu'en 1831, la population de l'ancienne commune de Lialores n'est pas reprise dans le graphique.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Condom dispose de deux écoles maternelles publiques (79 et 92 élèves en 2013)[21],[22], de deux écoles élémentaires publiques (86 et 122 élèves en 2013)[23],[24], d'une école élémentaire privée (159 élèves en 2013)[25], d'une école primaire privée (151 élèves en 2013)[26], d'un collège public[27], d'un collège privé[28] et d'un lycée public général et technologique[29].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Festival de Bandas de Condom y Peñas, 2e week-end de mai (50 000 visiteurs - international) ;
  • Tournoi international d'Échecs (juillet - international) ;
  • Marathon d'échecs (parties 25 min en continu pendant 24 h - international) ;
  • Salon des antiquaires (dernier week-end de février - national) ;
  • Salon bio Biogascogne (dernier week-end d'août - national) ;
  • Concours de voiliers modèles réduits (régional).

Santé[modifier | modifier le code]

Le Centre hospitalier de Condom dispose de 137 lits[30] situé 21 avenue Maréchal Joffre[30], dont :

  • Médecine : 22
  • Moyen séjour : 20
  • Long séjour : 35
  • Hébergement : 60

Sports[modifier | modifier le code]

  • Club de rugby à XV, la Société athlétique condomoise évolue dans le championnat de France de Fédérale 3 pour la saison 2020-2021 après avoir fréquenté l’élite entre 1965 et 1973.
  • La Condom City Catch (CCC), fédération de catch.
  • Le Condom HandBall Club (CHBC).
  • Municipale Gymnique Condomoise (MGC) : gymnastique artistique féminine et masculine et gymnastique adulte.

Économie[modifier | modifier le code]

Essentiellement l'agriculture, le tourisme, et le commerce. Le secteur agroalimentaire induit par l'agriculture est aussi très important, et génère l'essentiel des emplois industriels.

Le commerce des produits agricoles du terroir est important, mais aussi les petits commerces en tout genre.

Le tourisme « à la ferme » allié à l'agriculture est en pleine croissance, et souvent présenté comme une alternative non négligeable à la baisse du revenu agricole.

L'agriculture s'appuie principalement sur la production d'armagnac (Ténarèze), de floc de Gascogne, et de foie gras, ainsi que sur l'élevage : (canard, porc, veau) mais aussi la culture céréalière, du maïs, du tournesol et de cultures légumières diverses. Condom bénéficie de la présence d'une station expérimentale de la Fédération Nationale des Agriculteurs Multiplicateurs de semences qui travaille sur les betteraves, céréales, fourragères, potagères et protéagineux. La station conduit aussi des recherches sur le reboisement des Pyrénées.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La place Bossuet, ex-place d'Armes
  • la tour d'Andiran du XIIIe siècle et qui abritait le syndicat d'initiative
  • De nombreux hôtels particuliers du XVIIIe siècle rivalisent d'élégance, avec leurs nobles escaliers, leurs balustrades de pierre et les ferronneries de leurs balcons, avenue de Gaulle, précédemment cours Scipion-Duplex. La famille Mellet, dont le Marquis de Bonas, alias Antoine de Mellet de Bonas (1744-1822) est à l’origine de plusieurs hôtels particuliers remarquables.
Statue de d'Artagnan et des trois mousquetaires, sur la place Saint-Pierre (œuvre de Zurab Tsereteli).
  • Musée de l'Armagnac : dans les anciennes écuries de l'évêché, avec des charpentes du XVIIe siècle, le musée est consacré à l'eau-de-vie, il possède un pressoir en poutre de 18 tonnes.
  • l'hôtel de Cugnac : l'une des belles demeures des XVIIe et XVIIIe siècles de la vieille ville ; ses ailes entourent une cour carrée pavée, fermée d'une grille en fer forgé ; on peut visiter les chais d'armagnac.
  • Hôtel de Polignac qui est occupé actuellement par l'école primaire
  • Le château de Puypardin : sur une crête dominant la vallée de l'Osse, cette belle construction des XIIIe au XVIe siècles, comprend une enceinte polygonale avec un donjon rectangulaire accolé à une salle de la même époque.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Le chœur de la cathédrale.
  • Cathédrale Saint-Pierre de Condom, place Bossuet. Logo monument historique Classée MH (1840).
  • Le cloître de la cathédrale.
  • Église des Carmes, rue Foch. XVIIe siècle ; Logo monument historique Inscrit MH (1955, Façades et toitures)[32].
  • Église Notre-Dame de Piétat, avenue d'Aquitaine.
  • Église Saint-Barthélemy, rue Dutoya (musée du Pradau ). XIIe, XIVe, XVIIe et XIXe siècle ; Logo monument historique Classée MH (1937) ; De nombreux objets sont référencés dans la base Palissy (voir les notices liées)[33]. (art sacré).
  • Église Saint-Jacques-de-la-Bouquerie, place du Cardinal. XIVe, XVIIe, XVIIIe et XIXe siècle ; Logo monument historique Inscrit MH (1988, L'église, y compris la salle voutée de l'ancien hôpital des Pélerins qui lui est contiguë)[34].
  • Église Saint-Michel, place Lucien Lamarque.
  • Église romane Sainte-Germaine de Baradieu. XIe et XIIe siècle ; Logo monument historique Inscrit MH (1971)[35].
  • Église Saint-Sernin de Cannes.
  • Église Saint-Luper du Goalard.
  • Église Saint-Pierre dite église de Grazimis du château Fousserie.
  • Église Sainte-Livrade d'Herret.
  • Église romane Saint-Antoine de Lialores (contenant les reliques du saint éponyme, ermite local martyrisé vers 540). Logo monument historique Classé MH (1986).
  • Église Saint-Laurans dite église du Pomaro du Rouge.
  • Église romane Saint-Christophe de Scieurac.
  • Église Saint-Pierre de Vicnau.
  • Chapelle de l'ancien séminaire.
  • Chapelle du château de Gensac.
  • Chapelle du château de Fondelin.
  • Chapelle de l'hôpital, avenue Joffre.
  • Chapelle des Oratoriens, rue Jean Jaurès.
  • L'ancien couvent du Carmel, rue du Carmel reconverti en établissement communautaire d'accueil tout public et pèlerins
  • Centre évangélique, boulevard Montplaisir.
  • Salle du royaume des témoins de Jéhovah, rue de la Libération.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

joueur de rugby à 13 et de rugby à XV ;

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules à un pont de cinq arches d'argent crénelé et maçonné de sable, sur une rivière aussi d'argent ondée d'azur de quatre pièces, le pont sommé de cinq tours d'argent crénelées et maçonnées de sable, celle du milieu plus haute que les deux dont elle se côtoie et les deux dernières plus petites que celles-ci et surmontées de deux clefs s'affrontant aussi d'argent.

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Condom a connu un regain de popularité après le film d'Étienne Chatiliez Le bonheur est dans le pré qui retrace l'histoire d'un homme partagé, à la suite d'un quiproquo, entre deux femmes et deux villes: Dole (Jura) et Condom (le film a aussi été tourné ailleurs dans le Gers comme à Vic-Fezensac).

La série TV de l'été 2005 de France 2, Trois femmes… un soir d'été, a aussi été tournée à Condom, renommée à l'occasion en « Condor » et mettant en scène le festival de Bandas.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Plan séisme
  3. Bénédicte et Jean-Jacques Fénié, Toponymie gasconne, Éditions Sud Ouest, coll. « Sud Ouest Université », , 128 p. (ISBN 978-2-87901-093-9).
  4. Cofryn, B., & Cohen, J. L. (1978). La Préhistoire au Musée d'Agen (Lot-et-Garonne). Bulletin de la Société préhistorique française. Études et travaux, 55(Fasc. 4), 777-788.
  5. « Recherches sur l'origine de la ville et de l'abbaye de Condom », dans Revue de Gascogne, t. XXI, 1880, p. 174 (Gallica)
  6. Alexandre Ducourneau, La Guienne historique et monumentale sur Google Livres, t. I, Bordeaux, 1842
  7. (en) Medieval Lands : comtes d'Astarac
  8. Jean-François Samazeuilh, Histoire de l'Agenais, du Condomois et du Bazadais, t. I, Auch, 1846 Google Livre
  9. A. Plieux, « L'abbaye Saint-Pierre de Condom sous les cinq premiers abbés », dans Revue de Gascogne, t. XXI, 1880 (Gallica)
  10. Lettres patentes de Louis XI, Tours, novembre 1461 (lire en ligne).
  11. Lettres patentes de Louis XI, Tours, novembre 1461 (lire en ligne).
  12. Villes et Villages Fleuris (palmarès 2007 des communes du Gers)
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  17. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  18. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  19. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  20. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  21. Annuaire du Ministère de l'Éducation nationale, école maternelle publique Empu Jacques Prévert à Condom
  22. Annuaire du Ministère de l'Éducation nationale, école maternelle publique Jean de La Fontaine à Condom
  23. Annuaire du Ministère de l'Éducation nationale, école élémentaire publique Jules Ferry à Condom
  24. Annuaire du Ministère de l'Éducation nationale, école élémentaire publique Pierre Mendès France à Condom
  25. Annuaire du Ministère de l'Éducation nationale, école élémentaire privée Institut Notre-Dame de Pietat à Condom
  26. Annuaire du Ministère de l'Éducation nationale, école primaire privée Saint-Joseph à Condom
  27. Annuaire du Ministère de l'Éducation nationale, collège Saint-Exupéry à Condom
  28. Annuaire du Ministère de l'Éducation nationale, collège Notre-Dame de Pietat à Condom
  29. Annuaire du Ministère de l'Éducation nationale, lycée général et technologique Bossuet à Condom
  30. a et b « Centre hospitalier (Condom) – Fédération Hospitalière de France (FHF) », sur etablissements.fhf.fr (consulté le 14 juin 2019)
  31. Sud-Ouest du 4 septembre 2010
  32. « Ancienne église des Carmes », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le 6 juillet 2020)
  33. « Ancienne église Saint-Barthélémy du Pradau », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le 6 juillet 2020)
  34. « Eglise Saint-Jacques-de-la-Bouquerie », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le 6 juillet 2020)
  35. « Eglise Sainte-Germaine de Baradieu », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le 6 juillet 2020)
  36. « A la gloire du rugby », sur http://martigues.rugby13.free.fr, (consulté le 23 juillet 2019)
  37. Siouxsie a vécu dans une grande bâtisse rue de Rigeupeu, voir l'adresse de son home studio à la CCI de Condom et sa biographie officielle