Le bonheur est dans le pré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le bonheur est dans le pré (homonymie).
Le bonheur est dans le pré
Réalisation Étienne Chatiliez
Scénario Florence Quentin
Acteurs principaux
Sociétés de production Fidélité Productions
France 2
SCOPE
EuropaCorp
Studio 37
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée 100 minutes
Sortie 1995

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le bonheur est dans le pré est un film français réalisé par Étienne Chatiliez sorti en 1995.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Chef d'entreprise à Dole, dans le Jura, Francis Bergeade n'a pas une vie réjouissante : tourmenté par les employées de son usine de sièges de toilettes qui menacent de faire grève régulièrement, en butte à un contrôle fiscal, tenu pour quantité négligeable par son épouse, Nicole, et par sa fille, symbole d'une bourgeoisie provinciale, qui ne songe qu'à faire des dépenses inconsidérées, il n'a comme joie dans la vie que les moments passés au restaurant « Le bon laboureur » avec son meilleur ami, Gérard, le concessionnaire automobile de Dole. Ce dernier l'appelle affectueusement « Lapin ».

Les tracas s'accumulent tant qu'il finit par en faire un malaise. Hospitalisé, c'est pendant sa convalescence que se produit l'imprévisible : une fermière, Dolorès Thivart, et ses deux filles, venues de Condom, dans le Gers, participent à une émission de télévision pour retrouver leur mari et père, un certain Michel Thivart, disparu vingt-six ans plus tôt… Or, Michel Thivart est le sosie parfait de Francis ! Alors, est-ce lui ou n'est-ce pas lui ? Francis commence par nier, mais ni sa femme, ni les médias ne le croient. Poussé par Gérard et voyant sa vie devenir un enfer, Francis décide de faire croire qu'il est bien le disparu.

A sa grande surprise et malgré plusieurs évidences, Dolorès le reconnaît et l'accepte. Commence alors pour Francis une vie plaisante, simple, entourée d'une famille aimante. Dans le même temps, sa femme, sa fille et son gendre héritent de tous ses problèmes et, après l'avoir rejeté, finissent par implorer son aide. A cette occasion, Francis découvre la fortune cachée de Michel et s'en sert pour sauver son entreprise. Torturé par sa conscience, il avoue alors à Dolorès son imposture. Cette dernière lui répond qu'elle l'a toujours su mais qu'elle l'a accepté pour faire plaisir à sa famille et qu'elle le préfère au vrai Michel, un gangster violent. Francis et Gérard, qui entretemps a « repris en main » Nicole - ce qui semble convenir aussi bien à Francis qu'à cette dernière - mènent leur enquête et finissent par découvrir ce qui est arrivé au vrai Michel. Après un ultime braquage qui a mal tourné, ce dernier s'est noyé dans un puits en tentant de faire disparaître des éléments compromettants. Francis, Dolorès et Nicole décident d'un commun accord de ne rien dire à leurs enfants respectifs et d'accepter chacun leur nouvelle vie.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Récompenses et nominations[modifier | modifier le code]

César[modifier | modifier le code]

Récompense Personne Reçue ?
Meilleur film Étienne Chatiliez
Meilleur réalisateur
Meilleur scénario - Original ou adaptation Florence Quentin
Meilleure actrice Sabine Azéma
Meilleur acteur dans un second rôle Eddy Mitchell x
Meilleure actrice dans un second rôle Carmen Maura

Autour du film[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Broom icon.svg
Les sections « Anecdotes », « Autres détails », « Le saviez-vous ? », « Citations », etc., peuvent être inopportunes dans les articles (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Pour améliorer cet article il convient, si ces faits présentent un intérêt encyclopédique et sont correctement sourcés, de les intégrer dans d’autres sections.
  • C'est à l'origine Jean Carmet qui devait assurer le rôle principal. Décédé avant le tournage, son ami Michel Serrault qui le remplace au pied levé.
  • Le poème Le Bonheur de Paul Fort a inspiré le titre du film. Il commence ainsi : « Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite. Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite. Il va filer. »
  • Très myope, Eddy Mitchell n'a pas le permis de conduire ; ce qui lui a posé un problème pour les scènes dans lesquelles son personnage conduit un véhicule. Une voiture spéciale a donc été conçue pour l'occasion, Eddy Mitchell faisant semblant de conduire alors qu'un cascadeur pilotait, caché dans le compartiment moteur.
  • Le film d'épouvante que regardent les filles de Dolores et leurs compagnons est Vibroboy, un court métrage de Jan Kounen.
  • La scène du marché sous les arcades a été tournée à Vic-Fezensac (Gers)
  • La ferme du film et les décors naturels ont été tournés non loin de Vic-Fezensac (Gers)
  • Le décor extérieur du restaurant où Francis rencontre Dolores est à Eauze (Gers)
  • C'est dans la région de Tarare (Rhône) – on reconnait nettement son imposant viaduc ferroviaire (1886) – et à Roanne (Loire) dans le restaurant étoilé Troisgros que furent tournées certaines séquences du film.
  • Le film marque les retrouvailles entre Michel Serrault et Eddy Mitchell, onze ans après À mort l'arbitre et deux ans après Ville à vendre, tous deux réalisés par Jean-Pierre Mocky.
  • Quand « Michel » lit les coupures de presse que Dolorès lui a remises, il est possible de lire le nom « Claude Moine » (vrai nom d'Eddy Mitchell) dans l'un des articles.
  • Le titre du film inspire le titre de l'émission de téléréalité L'amour est dans le pré.
  • C'est le premier rôle d'Éric Cantona au cinéma.

Lien externe[modifier | modifier le code]