Jacques-Bénigne Bossuet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bossuet.

Jacques-Bénigne Bossuet

Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de Bossuet par Hyacinthe Rigaud.
Paris, Musée du Louvre.

Naissance
Dijon
Décès (à 76 ans)
Paris
Nationalité Française
Pays de résidence Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Profession Évêque, prédicateur, précepteur royal et écrivain
Distinctions

Jacques-Bénigne Bossuet (surnommé parfois l'Aigle de Meaux), né le à Dijon (France) et décédé le à Paris) était un homme d'Église, Évêque de Meaux, prédicateur et écrivain français. Certains[Qui ?] voient en lui « le plus grand [orateur] peut-être que le monde ait connu[1]. »

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire d'une famille de magistrats, il fit ses études secondaires au collège des Jésuites de Dijon, qui lui donnèrent une éducation classique et un gout pour les langues anciennes (apprentissage du grec et du latin). à 15 ans il monte à Paris pour y poursuivre ses études au collège de Navarre, où il eut pour maître Nicolas Cornet. Il y étudia en profondeur la philosophie et la théologie. Bien que destiné au sacerdoce, il fréquenta pour quelque temps un milieu mondain: Corneille ne lui déplaisait pas, il s'adonnait à l'écriture de vers précieux et ne dénigrait pas l'Hôtel de Rambouillet.

Ordonné sous-diacre à Langres en 1648, il fit l'expérience d'une conversion religieuse et abandonna sa vie mondaine. C'est l'époque de sa Méditation sur la Brièveté de la Vie, qui porte les traces de ses futurs ouvrages. La même année, il exposa le principal de ses idées sur le rôle de la Providence, dans sa Méditation sur la félicité des saints. En 1652, reçu docteur en théologie, il est ordonné prêtre et devient l'archidiacre de Sarrebourg dans le même temps, puis, en 1654, celui de Metz.

Les sermons[modifier | modifier le code]

Souvent appelé à Paris, il commença à s'y faire une grande réputation pour ses sermons et ses panégyriques de saints. Il prêcha un Avent et un Carême devant la reine-mère et devant le roi, et opéra parmi les Protestants un grand nombre de conversions, parmi lesquelles on cite celles de Turenne et de sa nièce Mademoiselle de Duras, de Dangeau. C'est pour aider ces nouveaux catholiques qu'il rédigea son Exposition de la doctrine de l'Église. Bossuet subit plusieurs influences : celles du jésuite Claude de Lingendes, des jansénistes Saint-Cyran et Singlin, et celle plus remarquable de saint Vincent de Paul. Ce dernier tenait, à l'église Saint-Lazare, des conférences sur la prédication, auxquelles Bossuet assistait. Son éloquence en fut marquée, elle se fit plus proche et plus simple.

La plupart de ses discours improvisés sont perdus. Quelques heures avant de monter en chaire, il méditait son texte, jetait sur le papier quelques notes et paroles du Christ, quelques passages des Pères, pour guider sa marche. Quelquefois il dictait rapidement de plus longs morceaux, puis se livrait à l'inspiration du moment, et s'étonnait de l'impression qu'il produisait sur ses auditeurs.

Il nous est parvenu quelque deux cents environ des cinq ou six cents sermons prononcés, car Bossuet ne les considérait pas comme des œuvres littéraires dignes d'être imprimées. C'est à la fin du XVIIIe siècle que certains sermons furent conservés, grâce au travail de Dom Deforis. Cependant, ce ne sont en réalité que des brouillons, alourdis par les ratures et les variantes, et qui ne nous offrent qu'une idée approximative de sa prédication.

Évêque de Condom[modifier | modifier le code]

Le , Charles-Maurice Le Tellier devenu archevêque de Reims, consacre, avec l'assentiment du Pape, Jacques Bénigne Bossuet comme évêque de Condom (Gers), en l’église des Cordeliers à Pontoise ; mais l'année suivante il renonce à ce poste et devient le précepteur du Dauphin, fils de Louis XIV. Le Roi lui donne le Prieuré du Plessis-Grimoult[2].

Oraisons funèbres[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Oraisons funèbres de Bossuet.

Cette même année et les suivantes, il prononça plusieurs Oraisons funèbres dans lesquelles il fait sentir avec ampleur et musicalité le néant des grandeurs humaines. Il prononça en 1669 l'oraison funèbre de Henriette de France, reine d'Angleterre puis neuf mois plus tard celle de sa fille, Madame, Henriette d'Angleterre, duchesse d'Orléans, belle-sœur du roi, décédée subitement à l'âge de 26 ans, et dont l'oraison funèbre « …Madame se meurt, Madame est morte… » est la plus fameuse et en 1683 celle de la reine Marie-Thérèse d'Autriche. Les oraisons funèbres ne sont qu'au nombre de douze ; ce sont des chefs-d'œuvre d'éloquence, sans modèle depuis l'Antiquité.[réf. nécessaire]

Précepteur du Dauphin[modifier | modifier le code]

Il devient précepteur du dauphin Louis de France, le fils du roi Louis XIV et de Marie-Thérèse en septembre 1670 mais l'éloquence du prélat est peu faite pour un enfant de 10 ans et le dauphin avouera [réf. souhaitée] plus tard que ses différents précepteurs l'ont dégoûté à jamais de tout effort intellectuel. Il terminera cette mission en mars 1680, date du mariage de son élève avec Marie Anne Christine de Bavière.

En 1681, Bossuet écrit son Discours sur l'histoire universelle dans lequel, après avoir présenté un résumé rapide des évènements, il en cherche la raison dans les desseins de Dieu sur son Église. Il y mêle Providence et référence à des sources (aussi bien la Bible et les docteurs de l’Église que les auteurs gréco-latins, comme Hérodote). « On fut étonné, dit Voltaire, de cette force majestueuse avec laquelle il a décrit les mœurs, le gouvernement, l'accroissement et la chute des grands empires, et de ces traits rapides d'une vérité énergique, dont il peint et juge les nations[3]. » Pour le Dauphin, il écrivit aussi le Traité de la connaissance de Dieu et de soi-même, dans lequel il suit en général la doctrine de René Descartes, et se montre aussi profond philosophe qu'écrivain.

Bossuet s'était réservé l'enseignement de l'histoire, qu'il considérait comme fondamental pour la formation du prince[4]. Pendant près de dix ans, il raconta au dauphin l'histoire des rois qui s'étaient succédé à la tête du royaume, en tirant de ce récit des enseignements politiques, psychologiques et moraux ; le récit fut mené jusqu'au règne de Charles IX. Le dauphin devait résumer oralement la leçon, puis la rédiger en français et la mettre en latin[5] sur des cahiers qui ont été conservés[6].

Il écrivit lui-même les livres de classe pour son royal élève.

Il est élu membre de l'Académie française en 1671[7].

Évêque de Meaux[modifier | modifier le code]

Le monument de Jacques Bénigne Bossuet (1627-1704), évêque de Meaux de 1681 à 1704, par Ernest Henri Dubois (1863-1930), placé dans la Cathédrale Saint-Étienne de Meaux en 1911.

En 1681, lorsque l'éducation du dauphin fut achevée, il fut nommé évêque de Meaux (d'où la périphrase « l'Aigle de Meaux », parfois utilisée pour le désigner) et se livra dès lors aux soins de l'épiscopat, fit de fréquentes prédications, rédigea le célèbre Catéchisme de Meaux (1687) et composa pour des religieuses de son diocèse les Méditations sur l'Évangile et les Élévations sur les Mystères.

À cette activité épiscopale il joignait une œuvre de théologien et ne dédaignait les controverses avec les protestants. Il publia notamment l'Histoire des variations des églises protestantes (1688). Le ministre protestant Pierre Jurieu ayant répondu à cet ouvrage, Bossuet publie les Avertissements aux protestants sur les lettres du ministre Jurieu contre l'Histoire des variations. Dans le cinquième de ces Avertissements, il nie la thèse du contrat explicite ou implicite entre le prince et ses sujets, que soutenait Jurieu, et formule la phrase célèbre : « De condamner cet état [= l'esclavage], ce serait non seulement condamner le droit des gens, où la servitude est admise, comme il paraît par toutes les lois ; mais ce serait condamner le Saint-Esprit, qui ordonne aux esclaves, par la bouche de saint Paul[8], de demeurer en leur état, et n'oblige point leurs maîtres à les affranchir[9] », phrase que Flaubert fera figurer dans son Sottisier[10].

Rôle dans l'assemblée du clergé de France[modifier | modifier le code]

Dans l'assemblée du clergé de 1682, à l'occasion des démêlés entre le roi et le pape, il fut l'auteur de la déclaration sur les libertés de l'Église en France en 1682, qui fixait les limites du pouvoir du Pape, et rédigea les Quatre articles de 1682 qui sont demeurés une loi de l'état et qui ont donné lieu à de vives discussions. Le pape en fut très irrité et les fit brûler.

Cette déclaration du clergé de France, plus communément appelée « Déclaration des quatre articles », fixe jusqu’à la fin de l’Ancien Régime la doctrine des libertés de l’Église gallicane. Elle aura une énorme influence sur l’histoire de l’Église de France, prédisposant aux futures réformes religieuses des Constituants dans la Constitution civile du clergé de 1790.

Monseigneur François de Caulet est l'un des deux évêques, avec celui d’Alet, qui se sont opposés à la politique gallicane de Louis XIV, qui culminera avec la Déclaration des quatre articles rédigée largement sous l'égide de Bossuet. Ces deux évêques semblaient d’obédience janséniste, mais dans ce contexte précis, il y a eu convergence d'intérêt avec Rome, ce qui fait de Caulet et, après la mort de celui-ci en 1680, de son vicaire Antoine Charlas, des « ultramontains » avant la lettre - ce terme n'existe pas au XVIIe siècle, mais la réalité qu'il recouvre existe bel et bien[11].

La lutte contre le quiétisme[modifier | modifier le code]

Statue de Bossuet sur la fontaine Saint-Sulpice, place Saint-Sulpice à Paris

Bossuet se trouva par là en lutte avec Fénelon, qui penchait vers le quiétisme : il poursuivit son adversaire à la fois auprès du roi, qui disgracia et exila l'évêque de Cambrai, et auprès du pape, qui condamna les Maximes des Saints où Fénelon soutenait la doctrine de l'amour de Dieu pour lui-même, sans aucun mélange de cette crainte que les théologiens appellent servile. On reproche à Bossuet d'avoir poursuivi l'affaire avec trop d'aigreur.

Après une lente et douloureuse agonie, Bossuet mourut à Paris le de la maladie de la pierre. L'autopsie eut lieu le lendemain. « On trouva dans sa vessie qui était toute gâtée, une pierre grosse comme un œuf » écrit l'abbé Ledieu.

Position vis-à-vis des juifs[modifier | modifier le code]

Bossuet a eu dans certains de ses sermons des paroles très dures vis-à-vis des juifs, comme en témoigne ce bref passage, souvent cité :

« C'était le plus grand de tous les crimes : crime jusqu'alors inouï, c'est-à-dire le déicide, qui aussi a donné lieu à une vengeance dont le monde n'avait vu encore aucun exemple... Les ruines de Jérusalem encore toutes fumantes du feu de la colère divine […]. Ô redoutable fureur de Dieu, qui anéantis tout ce que tu frappes ! […] Ce n'était pas seulement les habitants de Jérusalem, c'était tous les juifs que vous vouliez châtier (au moment où l'empereur Titus a mis le siège devant la ville, les juifs s'y trouvaient en foule pour célébrer la Pâque). […] Cependant l'endurcissement des juifs, voulu par Dieu, les fit tellement opiniâtres, qu'après tant de désastres il fallut encore prendre leur ville de force […]. Il fallait à la justice divine un nombre infini de victimes ; elle voulait voir onze cent mille hommes couchés sur la place […] et après cela encore, poursuivant les restes de cette nation déloyale, il les a dispersés par toute la terre[12]. »

Selon Jules Isaac, qui cite cet extrait, « Notons que, par les soins d'Alfred Rébelliau, membre de l'Institut, ces textes ont été choisis pour figurer dans la collection des classiques français la plus répandue dans nos lycées et collèges »[13]. Menahem Macina estime que Jules Isaac fait sans doute allusion à Alfred Rébelliau, Bossuet, Hachette, Paris, 1919, ouvrage publié dans la collection « Les grands écrivains français ». Ce texte faisait partie des auteurs du programme[14].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Discours sur l'Histoire universelle - édition 1771
  • Refutation du catechisme du Sr Paul Ferry, ministre de la religion pretendue reformée (1655, Metz)
  • Exposition de la doctrine de l'Église.
  • Discours sur l'Histoire universelle (1681) Texte en ligne : [1]
  • Histoire des variations des Églises protestantes (1688)
  • Défense de la Tradition et des saints Pères (1693)
  • Maximes et réflexions sur la comédie (1694)
  • Explication de la prophétie d'Isaïe (1704)
  • La Politique tirée des propres paroles de l'Écriture sainte (posthume) (1709)
  • Traité de la connaissance de Dieu et de soi-même (posthume) (1741)
  • Sermons (posthume) (1772)
  • Oraison funèbre de Henriette-Marie de France
  • Traité de la concupiscence (posthume) (1731)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire des lettres françaises, Le XVIIe siècle, dir. Cardinal G. Grente, éd. révisée sous la direction de P. Dandrey, La Pochothèque, 1996, p. 174.
  2. Frédéric Alix, « Les Abbés du Plessis-Grimoult », Gallia Christiana, tome 11
  3. Voltaire, Le siècle de Louis XIV, ch. 32, Œuvres complètes de Voltaire, Paris, Desoer, 1817, p. 1401, [lire en ligne]. Voir aussi Wikisource.
  4. « Il n'y a pas de meilleur moyen de faire découvrir [aux princes] ce que peuvent les passions et les intérêts, les temps et les conjonctures, les bons et les mauvais conseils », Avant-propos du Discours sur l'histoire universelle.
  5. Les thèmes latins cessèrent avec le règne de Charles VII, car on estima alors que le dauphin savait assez de latin.
  6. Sur cet enseignement et le récit écrit qui en était tiré, voir Charles IX. Récit d'histoire par Louis Dauphin et Bossuet, édité par Régine Pouzet, Clermont-Ferrand, Adosa, 1993, 298 p., 8 pl. (ISBN 2-86639-002-4)
  7. Dictionnaire des Lettres françaises, Le XVIIe siècle, dir. Georges Grente, édition révisée sous la direction de Patrick Dandrey, 1996, La Pochotèque, p. 181.
  8. I Cor, VII, 24; Ephes., VI, 7 seq.
  9. Bossuet, Avertissements aux protestants, 5e avertissement, § 50. (Œuvres complètes, t. 3, 1879, p. 610.)
  10. Flaubert, extraits du Sottisier, dans l'éd. Folio de Bouvard et Pécuchet, 2006, p. 468.
  11. A.-G. Martimort, Le gallicanisme de Bossuet, Paris, Le Cerf, 1953
  12. J.-B. Bossuet, Discours sur l'Histoire universelle, II, chap. XXXXI, Paris, 1860, cité par Jules Isaac, Jésus et Israël, pp. 369-370, et Menahem Macina, Les frères retrouvés, de l'hostilité chrétienne à l'égard des juifs à la reconnaissance de la vocation d'Israël, éditions L'œuvre, pp. 68-69
  13. Jules Isaac, Jésus et Israël, p. 370
  14. Menahem Macina, Les frères retrouvés, de l'hostilité chrétienne à l'égard des juifs à la reconnaissance de la vocation d'Israël, éditions L'œuvre, p. 69

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Éditions de référence[modifier | modifier le code]

  • Œuvres oratoires, édition de Joseph Lebarq, Lille, Desclée De Brouwer, 1890-1896 ; revue et augmentée par Ch. Urbain et E. Lévesque, Paris, Hachette et Desclée, 7 volumes : tome I (1648-1654), 1914 ; tome II (1655-1659), 1914 ; tome III (1659-1661), 1916 ; tome IV (1661-1665), 1921 ; tome V (1666-1670), 1922 ; tome VI (1670-1702), 1923 ; tome VII Compléments et tables, 1926.
  • Correspondance, édition de Ch. Urbain et E. Lévesque, Paris, Gallimard, 1909-1925, 15 volumes.

Éditions récentes[modifier | modifier le code]

  • Œuvres, édition de l’abbé B. Vélat et Yvonne Champaillé, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1961.
  • Oraisons funèbres, édition de Jacques Truchet, Paris, Garnier, 1961.
  • Sermon sur la Mort et autres sermons, édition de Jacques Truchet, GF, 1970.
  • Sermons, édition de Philippe Sellier, Paris, Larousse, 1975.
  • Sermons. Le Carême du Louvre, édition de Constance Cagnat-Debœuf, Paris, Gallimard, Folio-Classique, 2001.
  • Sermon sur les Anges Gardiens, préfacé par Carlo Ossola (trad. de Nadine Le Lirzin), Paris, Payot & Rivages, 2005.

Sources[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Jacques-Bénigne Bossuet » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie,‎ 1878 (Wikisource) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Ferreyrolles, Guion, Quantin; Bossuet , Colloque de la Sorbonne, Pups, 2008 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Patrick Andrivet, La liberté coupable ou Les anciens Romains selon Bossuet, Orléans, Éditions Paradigme, 2006.
  • Jacques Le Brun, La spiritualité de Bossuet prédicateur, Paris, C. Klincksieck, 2002, réédition remaniée et augmentée de La spiritualité de Bossuet, Paris, C. Klincksieck, 1972.
  • Michel Crépu, Le Tombeau de Bossuet, Paris, Grasset, 1997.
  • Georges Couton, La Chair et l’âme. Louis XIV entre ses maîtresses et Bossuet, Presses universitaires de Grenoble, 1995.
  • Jean Meyer, Bossuet, Paris, Plon, 1993.
  • René Jasinski, À travers le XVIIe siècle, tome I, p. 227-304, « Lectures de Bossuet », Paris, Nizet, 1981.
  • Jacques Le Brun, La spiritualité de Bossuet, Paris, C. Klincksieck, 1972 ; rééd. remaniée et augmentée, 2002 sous le titre La spiritualité de Bossuet prédicateur.
  • Gérard Kufferath, La mort cruelle et lente de Bossuet in Historia no 301, novembre 1971.
  • Jacques Le Brun, Bossuet, Paris, Desclée de Brouwer, 1970.
  • Thérèse Goyet, L'Humanisme de Bossuet, le goût de Bossuet, 1965.
  • Jacques Truchet, La Prédication de Bossuet. Étude des thèmes, Paris, Éditions du Cerf, 1960, 2 volumes.
  • Paul Valéry, « Sur Bossuet », Dijon, Le Bien Public, 1926, repris en 1929 dans Variété II, puis dans le tome I des Œuvres, Bibliothèque de la Pléiade, 1957.
  • Ferdinand Brunetière, Bossuet, Paris, Hachette, 1914.
  • Gustave Lanson, Bossuet, Leucène-Oudin, 1891.
  • Jean-Michel Delacomptée, Langue morte. Bossuet, Gallimard, coll. L'un et l'autre, 2009

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Luc-Normand Tellier, Face aux Colbert : les Le Tellier, Vauban, Turgot ... et l'avènement du libéralisme, Presses de l'Université du Québec, 1987, 816 pages.Etexte

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Précédé par Jacques-Bénigne Bossuet Suivi par
Daniel Hay du Chastelet
Fauteuil 37 de l’Académie française
1671-1704
Melchior de Polignac