Larroque-sur-l'Osse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Larroque-sur-l'Osse
Larroque-sur-l'Osse
La tour de Luzan.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gers
Arrondissement Condom
Canton Armagnac-Ténarèze
Intercommunalité Communauté de communes de la Ténarèze
Maire
Mandat
Patricia Esperon
2014-2020
Code postal 32100
Code commune 32197
Démographie
Population
municipale
242 hab. (2016 en augmentation de 6,14 % par rapport à 2011)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 58′ 19″ nord, 0° 16′ 31″ est
Altitude Min. 70 m
Max. 171 m
Superficie 15,07 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte administrative du Gers
City locator 14.svg
Larroque-sur-l'Osse

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte topographique du Gers
City locator 14.svg
Larroque-sur-l'Osse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Larroque-sur-l'Osse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Larroque-sur-l'Osse

Larroque-sur-l'Osse (La Ròca d'Òssa en gascon) est une commune française située dans le département du Gers en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune de Gascogne située sur l'Osse. Située à l'ouest de Condom, elle est limitrophe du département de Lot-et-Garonne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Larroque-sur-l'Osse[1]
Lannes
(Lot-et-Garonne)
Fourcès Larroque-sur-l'Osse Condom
Montréal Beaumont Larressingle

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 En cours Patricia Esperon[2]   Agricultrice
mars 2001 2008 Christian Aubry    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4]. En 2016, la commune comptait 242 habitants[Note 1], en augmentation de 6,14 % par rapport à 2011 (Gers : +0,94 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
627618634636616613602618596
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
575568529531545518511463436
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
467399406391427386361391392
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2016
350270258254226202213238242
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Tour de Luzan : Site castral du XVe siècle perdu en pleine campagne, il en reste une tour qui possède encore ses mâchicoulis et une porte en ogive.
  • Église saint Pierre, église paroissiale en activité dans le village.
  • Église Saint-Martin d'Heux

Église Saint-Martin d'Heux est située sur un tertre planté de beaux arbres où se trouvait autrefois le cimetière, elle desservait un hameau de quelques maisons éparpillées au bas du tertre. Elle a maintenant perdu cette fonction paroissiale ; pourtant elle est régulièrement utilisée pour le culte et, contrairement à tant de petites églises rurales, elle reste bien entretenue. De datation difficile, on peut avancer pour ses parties les plus anciennes le XIVe siècle sinon le XIIIe siècle, étant entendu que l'édifice est largement postérieur pour sa plus grande partie.

Intérieurement, son plan est simple. Elle a une large nef unique terminée par un chevet plat ? une grande salle dirait-on ? avec une seule chapelle au sud, rectangulaire et à laquelle on accède par une arcade surbaissée.

La nef proprement dite se compose de trois travées délimitées par des colonnes engagées à chapiteaux sculptés, lesquels sont décorés de feuillages pour deux d'entre eux et à la fois de feuillages et de deux bustes de personnages à la tête proéminente pour un troisième. Les colonnes ne sont pas porteuses et la nef est couverte d'un lambris incurvé sur les bords. Ce lambris se poursuit au-dessus du chœur qu'un arc surbaissé appuyé sur deux pilastres sépare de la nef. L'église est éclairée au nord par des fenêtres cintrées, une dans la nef, deux dans le chœur ; au sud par deux fenêtres de la chapelle, cintrées et étroites. Deux portes s'ouvrent au sud : la porte d'entrée dans la première travée et la porte de la sacristie dans le chœur. Le sol est revêtu de dalles de pierre et de brique ; le chœur est surélevé d'une marche. Le lambris et les murs de la nef et du chœur ont été entièrement peints ; il s'agit d'une œuvre d'art populaire ne remontant sans doute pas en deçà du XIXe s., mais libre de tous les poncifs de l'art religieux de ce siècle. Dans le chœur le plafond montre huit anges, le corps à peine ébauché, entourant l'agneau divin et reliés par des banderoles portant les paroles du « Sanctus » ; les anges sont roses et les banderoles blanches sur fond de ciel bleu, l'agneau est blanc sur fond de soleil jaune. On retrouve sur le plafond de la nef la représentation du ciel avec cette fois, au centre, une croix sombre sur le soleil ; le plafond est bordé sur les côtés de banderoles ? il n'y a pas d'anges ? nouées entre elles avec des bouquets fleuris ; le tout en dominantes blanc, bleu pâle, bleu soutenu et brun. La retombée concave du plafond sur les murs est ornée, pour sa part, d'un décor d'arcatures peint en brun, avec deux fleurs blanches dans chaque arcade. Les murs de la nef sont blancs, ceux du chœur bleu ciel, tous parsemés de croix de couleur brune. La chapelle est également peinte : au plafond, une étoile dorée inscrite dans un cercle de nuages blancs sur fond de ciel bleu bordé d'une marge brune.

Le maître-autel a un tabernacle surmonté d'un crucifix placé sur un édicule composé de quatre supports simples et d'une couverture en bâtière ; il est accompagné de jolis candélabres. Au-dessus du maître-autel, un retable qu'on pourrait dater du XVIIe s. expose en son centre une toile représentant un Christ en croix ; la toile est encadrée de deux colonnes corinthiennes portant un entablement à corniche et un fronton incurvé ; deux pots à fleurs sont installés sur le ressaut que forme la corniche à l'aplomb des colonnes. Deux toiles représentant chacune un personnage en habit épiscopal sont respectivement disposées à droite et à gauche des deux colonnes. La chaire est ornée de fausses incrustations et de marqueterie losangées. Quatre vieux lustres à bougies, dont trois à cristaux, pendent du plafond. La chapelle a un petit retable du XVIIIe s. comportant une niche qui abrite une Vierge à l'Enfant bénissant.

Extérieurement l'église n'a plus la simplicité de plan qu'on a vue, parce qu'elle se trouve intégrée dans l'ensemble architectural ? modeste certes ? qu'elle constitue avec différents bâtiments annexes. En effet, un grand emban[7] s'étend au sud depuis le côté ouest de la chapelle jusqu'à un mur situé largement au-delà de la façade occidentale de l'église. Cette façade est d'ailleurs masquée par un bâtiment barlong s'étendant sur toute sa largeur à partir du mur commun avec l'emban ; aussi n'est-elle plus signalée que par le clocher-mur, jaillissant des toits, qui la surmonte. Le chevet, pour sa part, s'est vu accoler le bâtiment du presbytère qui le déborde beaucoup vers le Sud et la sacristie occupe presque tout l'espace situé entre les saillies respectives du presbytère et de la chapelle. De la sorte, seul le mur gouttereau nord de l'église est libre de construction.

L'emban est couvert d'une toiture dont la charpente prend appui : au nord sur l'église et, à sa suite, sur le bâtiment qui cache la façade ; à l'ouest sur le mur qui le ferme et à l'est sur la chapelle ; enfin, au sud sur des poteaux de bois assis sur un muret interrompu par l'accès à la porte d'entrée. Celle-ci est cintrée et ses moulures ? l'une d'elles a un dessin brisé ? forment dans leur retombée comme des fûts de colonnettes pourvus de hautes bases (XIVe s. ou XVe s.). Un banc de pierre s'allonge contre le mur à gauche de la porte. Le mur ouest de l'emban est percé d'une porte et on y remarque une arcade aveugle, à la fois brisée et surbaissée. Le sol, en contrebas (une marche) de l'extérieur, est revêtu de grosses dalles. Le bâtiment qui cache la façade de l'église a un mur occidental au nu du mur ouest de l'emban tout comme son mur nord est au nu du gouttereau de la nef. Ce bâtiment, raidi par deux contreforts sur son court côté nord, paraît aveugle à l'exception d'une meurtrière agrandie à l'ouest et d'une autre allongée au-dessus d'une porte rectangulaire au nord. On peut penser qu'il s'étendait davantage vers le sud avant la réalisation de l'emban et que l'arcade, maintenant aveugle, du mur de ce dernier correspondait alors à son entrée. Le flanc nord de l'église est épaulé de trois contreforts faisant suite aux deux contreforts du bâtiment. Peu de choses à dire de l'ancien presbytère et de la sacristie, sinon insister sur le cachet du premier, une maison barlongue donnant sur un délicieux jardin entouré de murs et faire remarquer les quatre jours carrés dont est creusé le pignon de la seconde.

Le clocher-mur occupe toute la largeur de la nef. Il a deux ressauts latéraux et se termine en hauteur par un massif rectangulaire auquel on a donné la forme d'un sarcophage et qui porte une croix moderne. Il est percé de deux baies avec, sur la face ouest, un abat-son extérieur en appentis ; sur cette même face, on voit, en dessous des baies, les amorces d'une toiture disparue ainsi que, vers le N., deux corbeaux et, vers le sud, un contrefort. La face opposée, pourvue également d'un appentis, est aménagée pour l'accès aux cloches : sur le toit, à la base du clocher, un édicule en forme de bulbe communique, d'une part, avec l'emban par un escalier de bois descendant contre le mur S. de l'église, d'autre part, avec une plate-forme située à l'arrière des deux baies par une échelle que protège sur les trois côtés un lattis de bois.

L'église et ses dépendances sont bâties surtout en grandes pierres de taille ; toutefois, le clocher présente des moellons et un liant plus épais. Les toitures sont revêtues de tuiles rondes ; ne font exception que les abat-son du clocher et l'édicule bulbeux d'accès aux cloches, pourvus de tuiles plates. L'église est couverte d'un toit à double pente et le bâtiment de façade d'un appentis montant jusqu'à la base du clocher-mur ; le versant sud du toit de l'église, plus développé, couvre l'emban et se poursuit par un appentis qui se raccorde à celui du bâtiment de façade. La chapelle, la sacristie et le presbytère ont aussi des charpentes à double pente, mais disposées perpendiculairement à l'axe de l'église.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]