Charles Kao

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Charles K. Kao)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kao.
Charles Kao
Description de cette image, également commentée ci-après
Charles Kao en 2004.
Nom de naissance Charles Kuen Kao
Naissance
Shanghai (république de Chine)
Décès (à 84 ans)
Hong Kong (Chine)
Nationalité Drapeau de Grande-Bretagne Britannique
Drapeau des États-Unis Américain
Domaines Physique
Institutions Université chinoise de Hong Kong
Diplôme Université de Londres
Renommé pour Travaux sur les fibres optiques
Distinctions Prix japonais 1996
Prix Nobel de physique 2009

Charles Kuen Kao (chinois traditionnel : 高錕 ; Kao Kuen) né le à Shanghai (république de Chine) et mort le à Hong Kong (Chine)[1], est un ingénieur américano-britannique d'origine chinoise et un pionnier dans l'utilisation des fibres optiques dans les télécommunications.

Il est considéré comme le « père des communications dans la fibre optique[2] ». Il a reçu pour moitié le prix Nobel de physique de 2009 « pour ses réalisations remarquables en matière de transmission de la lumière dans les fibres pour la communication optique[3],[4] ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Charles Kao est né à Shanghai (actuellement district de Jinshan de Shanghaï) en 1933. Son père était avocat. Il a un jeune frère nommé Kao Woo (高鋘).

Il a obtenu un doctorat en génie électrique en 1965, de l'Imperial College London (à l'époque un collège de l'université de Londres). Tout en étudiant pour son doctorat, Kao a également travaillé comme ingénieur au Standard Telecommunication Laboratories, laboratoire de recherches de la Standard Telephones and Cables (en) (STC) à Harlow, Angleterre (aujourd'hui Nortel Networks).

Après son départ de STL, il a travaillé comme directeur de recherche au sein d'ITT Corporation. Il a rejoint l'université chinoise de Hong Kong en 1970 et a été vice-chancelier de l'université de 1987 à 1996. Il a ensuite travaillé en tant que directeur général de Transtech puis président et directeur général d'ITX Services.

Charles Kao a reçu la moitié du prix Nobel de physique de 2009 le pour ses contributions à l'étude de la transmission de la lumière dans les fibres pour la communication optique[3].

Travaux[modifier | modifier le code]

En 1966, avec George Hockham, Charles Kao a fait un travail de pionnier dans la recherche de fibres optiques comme moyen de télécommunication en démontrant notamment que les pertes élevées existantes provenaient de la présence d'impuretés dans la fibre plutôt que d'un problème sous-jacent à la conception elle-même[5]. Lui et ses collègues ont non seulement étudié la physique optique mais aussi les propriétés du matériau. Leurs résultats ont d'abord été présentés par Charles Kao au début de 1966 puis ont été publiés en juin.

Charles Kao a conclu que la limitation pour atténuation de la lumière propre à la fibre optique était inférieure à 20 dB/km (décibels par kilomètre, une mesure de l'atténuation d'un signal sur une distance), qui est une valeur seuil clé des communications optiques. Cette conclusion a ouvert la course pour trouver des matériaux à faibles pertes et des fibres appropriées pour cette communication.

Charles Kao, avec sa nouvelle équipe (comme T. W. Davies, M. W. Jones et C. R. Wright), a poursuivi cet objectif en testant différents matériaux. Ils ont mesuré avec précision l'atténuation de la lumière pour différentes longueurs d'onde dans les verres et autres matériaux. Pendant cette période, Charles Kao a souligné que la grande pureté du verre en silice (SiO2) en faisait un candidat idéal pour la communication optique. Cela a immédiatement suscité une étude mondiale et la production de fibres de verre à faible perte en ligne[6].

Charles Kao a également joué un rôle clé dans la réalisation et la commercialisation de moyens de communication optique.

Distinctions et récompenses[modifier | modifier le code]

Distinctions académiques[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Hong Kong mourns passing of Nobel Prize winner and father of fiber optics, Charles Kao, 84 », sur scmp.com, 23 septembre 2018
  2. (en) Bob Brown, « Father of fiber-optics snags share of Nobel Physics Prize », Network World,‎ (lire en ligne)
  3. a et b (en) « for groundbreaking achievements concerning the transmission of light in fibers for optical communication » in Personnel de rédaction, « The Nobel Prize in Physics 2009 », Fondation Nobel, 2010. Consulté le 1er juillet 2010
  4. Personnel de rédaction, « Le Nobel de physique récompense des travaux sur la fibre optique et les capteurs photographiques », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  5. (en) K. C. Kao et G. A. Hockham, « Dielectric-Fibre Surface Waveguides for optical frequencies »
  6. (en) « Scientific Background (pdf.): Two revolutionary optical technologies - Optical fiber with high transmission », Nobelprize.org, Nobel Prize in Physics 2009
  7. (en) [1], sur ieee.org
  8. (zh) [2], sur db1n.sinica.edu.tw
  9. (en) [3], sur qmw.ac.uk, 15 août 2008
  10. (zh) « 高錕校長榮休誌念各界歡送惜別依依 », site des alumni de l'université chinoise de Hong Kong, septembre 1996
  11. (en) [4], sur dur.ac.uk
  12. (en) APS 1989 James C. McGroddy Prize for New Materials Recipient de l'American Physical Society
  13. (en) SPIE: The Gold Medal of the Society, sur spie.org

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]