Max von Laue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une personnalité image illustrant allemand image illustrant  un physicien
Cet article est une ébauche concernant une personnalité allemande et un physicien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Max von Laue ( dans un faubourg de l'actuelle Coblence, Allemagne - à Berlin) était un physicien allemand. Il obtint le prix Nobel de physique de 1914 « pour sa découverte de la diffraction des rayons X par des cristaux[1] ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Max von Laue (gauche) avec Adolf Scheibe (droite).

Max von Laue a été élève au lycée Jean Sturm et à l'Université de Strasbourg, avant d'étudier sous la direction de Max Planck, à Berlin, son maître et prédécesseur de 4 ans pour le prix Nobel.

À partir de 1919, Max von Laue est professeur de physique théorique à l'Université Humboldt de Berlin. Il a inventé une méthode de mesure des longueurs d'onde des rayons X, dans laquelle un cristal (par exemple du sel) est utilisé pour produire une diffraction. Pour ce travail, qui a aussi permis une étude fine de la structure des cristaux (méthode de Laue), il reçoit le prix Nobel de physique en 1914.

Sa découverte est à l'origine de toutes les méthodes d'analyse par diffraction, à l'aide de neutrons, des rayons X, d'électrons ou de la lumière synchrotron.

L'Institut Laue-Langevin à Grenoble est un organisme de recherche international doté d'un réacteur nucléaire qui produit et exploite des faisceaux de neutrons.

Anecdote[modifier | modifier le code]

Lors de l'invasion du Danemark par l'Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale, le chimiste hongrois George de Hevesy a dissous avec de l'eau régale les médailles en or du prix Nobel de von Laue et de James Franck afin d'éviter leur vol par les Nazis. Il garda la solution obtenue sur une étagère de son laboratoire à l'institut Niels Bohr et la récupéra après la guerre. Il provoqua la précipitation de l'or et la Fondation Nobel put refondre la médaille à partir de l'or original[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « for his discovery of the diffraction of X-rays by crystals » in Personnel de rédaction, « The Nobel Prize in Physics 1914 », Fondation Nobel, 2010. Consulté le 14 juin 2010
  2. Hevesy, George (1962), Adventures in radioisotope research, 1, New York: Pergamon press, p. 27

Liens externes[modifier | modifier le code]