Steven Weinberg (physicien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Steven Weinberg.

Steven Weinberg

Description de cette image, également commentée ci-après

S. Weinberg en 2010

Naissance (80 ans)
New York
Institutions Université du Texas à Austin
Distinctions prix Nobel de physique

Steven Weinberg, né le à New York, est un physicien américain. Il est le principal instigateur, avec Abdus Salam et Sheldon Glashow, de la théorie de l'interaction électrofaible, ce qui lui a valu de partager le prix Nobel de physique de 1979[1]. En 2010, il occupe la chaire d'enseignement Josey-Welch en sciences du département de physique de l'université du Texas à Austin.

Biographie[modifier | modifier le code]

Années universitaires[modifier | modifier le code]

Steven Weinberg étudie au Bronx High School of Science et ensuite à l'université Cornell d'où il ressort avec un Bachelor. Il y côtoie Sheldon Glashow, futur corécipiendaire du prix Nobel de physique. Il se dirige ensuite vers l'Institut Niels Bohr pour une année d'études, sous la direction de David Frisch (en) et Gunnar Källén (de). Il retourne ensuite aux États-Unis, à l'université de Princeton, pour compléter ses études doctorales et décrocher un Ph.D en 1957 (son superviseur de thèse est Sam Treiman (en)).

Théorie électrofaible[modifier | modifier le code]

La contribution la plus remarquée de Weinberg est la théorie de l'interaction électrofaible. Cette théorie émet le postulat que l'électromagnétisme et l'interaction faible sont, sous certaines conditions, une seule et même interaction. Weinberg et Salam établirent séparément les bases de cette théorie. Glashow la généralisa ensuite à toutes les familles de particules. Weinberg est colauréat avec Abdus Salam et Sheldon Glashow du prix Nobel de physique de 1979 « pour leurs contributions à la théorie unifiée des interactions faibles et électromagnétiques entre les particules élémentaires, incluant entre autres la prédiction du courant neutre faible[1] ».

Autres travaux[modifier | modifier le code]

Weinberg travailla sur de nombreux sujets, notamment ce qui concerne les théories d'unification (dont la théorie des supercordes), l'astrophysique et la chromodynamique quantique.

Homme public[modifier | modifier le code]

Steven Weinberg est aussi connu pour son attrait pour la promotion de la science. Il a été un des scientifiques à plaider pour le Superconducting Super Collider devant le Congrès des États-Unis. Il écrit aussi des articles pour le New York Review of Books et donne des conférences de vulgarisation scientifique. Il a aussi été consultant pour la U.S. Arms Control and Disarmament Agency et le président de la Philosophical Society of Texas.

Il a participé au comité JASON qui a conseillé le gouvernement lors de la guerre du Viêt Nam [2].

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « for their contributions to the theory of the unified weak and electromagnetic interaction between elementary particles, including, inter alia, the prediction of the weak neutral current » in Personnel de rédaction, « The Nobel Prize in Physics 1979 », Fondation Nobel, 2010. Consulté le 20 juin 2010
  2. Comité Berkeley SESPA, Jan Brown, Martin Brown, Chandler Davis, Charlie Schwartz, Jeff Stokes, Honey Well, Joe Woodard Science Against the People. The Story of Jason - The Elite Group Of Academic Scientists Who, As Technical Consultants To The Pentagon, Have Developed The Latest Weapon Against Peoples' Liberation Struggles: "Automated Warfare", décembre 1972

Liens externes[modifier | modifier le code]