Johannes Georg Bednorz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant  un physicien
Cet article est une ébauche concernant un physicien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Johannes Georg Bednorz
Ibmgb.jpg

Johannes Georg Bednorz (2009)

Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse
Nombre d'Erdős
10Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Prix Nobel de physique ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Liste détaillée
IBM Fellow (en)
Grand commandeur de l'ordre du Mérite de la République fédérale d'Allemagne (d)
Prix Robert-Wichard-Pohl (d) ()
Prix Nobel de physique ()
Prix en mémoire de Fritz London (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Johannes Georg Bednorz ( à Neuenkirchen, Allemagne) est un physicien allemand. Il a partagé le prix Nobel de physique de 1987 pour ses travaux sur les supraconducteurs à haute température[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît à Neuenkirchen. En 1968, il commence à étudier la minéralogie à l'université de Münster.

En 1982, il est engagé par IBM pour travailler dans leur laboratoire de Zurich, il y rejoint Karl Alexander Müller qui effectue des recherches sur les supraconducteurs[2]. En 1983 ils commencent une étude systématique des propriétés électriques de céramiques formé à partir d'oxyde de métaux de transitions. Le domaine de recherche est alors entièrement nouveau et aucun élément théorique n'y a conduit, Karl Alexander Müller était familier de ces matériaux et c'est peut-être par pure intuition qu'il a eu l'idée de tester la supraconduction. À ce jour il n'y a pas de modèle quantique pour ce type de supraconductivité. En 1986 ils obtiennent la supraconductivité dans un oxyde de baryum-lanthane-cuivre à la température de 35 K. Dans les 75 années précédentes la température critique minimale connue était passé de 11 K en 1911 à 23 K en 1973 pour ne plus être modifié jusqu'à la percée de Müller et Bednorz. En moins d'un an, d'autres équipes, se basant sur les travaux de Müller, porte le record à 93 K. En 1987, Bednorz et Müller reçoivent le prix Nobel de physique « pour leur importante percée dans la découverte de la supraconduction dans les céramiques[1] ». C'est le laps de temps le plus bref entre une découverte et sa récompense par un prix Nobel depuis sa création.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « for their important break-through in the discovery of superconductivity in ceramic materials » in Personnel de rédaction, « The Nobel Prize in Physics 1987 », Fondation Nobel, 2010. Consulté le 24 juin 2010
  2. (en) J. G. Bednorz et K. A. Müller, « Possible highTc superconductivity in the Ba-La-Cu-O system », Z. Physik, B, vol. 64, no 2,‎ , p. 189-193 (DOI 10.1007/BF01303701).

Liens externes[modifier | modifier le code]