Chien-Shiung Wu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chien-Shiung Wu (吴健雄)
Description de cette image, également commentée ci-après
Chien-Shiung Wu à l'Université de Columbia en 1958
Naissance
Shanghai (Chine)
Décès (à 84 ans)
New York (États-Unis)
Nationalité Chinoise, américaine
Domaines physique nucléaire
Institutions Université Columbia
Université de Zhejiang
Diplôme Université nationale centrale à Nankin, Chine
Université de Californie à Berkeley
Renommée pour Preuve expérimentale de la violation de la parité dans les interactions faibles
Distinctions Prix Wolf de physique 1978

Chien-Shiung Wu (en chinois simplifié : 吴健雄, traditionnel : 吳健雄, et en pinyin : Wú Jiànxíong), née le à Shanghai et morte le à New York, est une physicienne sino-américaine, spécialiste de physique nucléaire.

Elle a travaillé à l'enrichissement de l'uranium pour le Projet Manhattan, puis démontré expérimentalement en 1956 la non-conservation de la parité dans les interactions faibles, proposée sur des bases théoriques quelques mois auparavant par Lee et Yang.

En Chine[modifier | modifier le code]

Chien-Shiung Wu est née dans la ville de Liuhe à Taicang dans la province du Jiangsu en Chine[1] le 31 mai 1912[2]. Elle est la deuxième d’une famille de trois enfants. Son père se nomme Wu Zhong-Yi (吳仲 裔) et sa mère, Fan Fu-Hua (樊復華). Ses parents veulent que le premier symbole du prénom de leurs enfants soit Chien. Le symbole suivant vient de la phrase Ying-Shiung-Hao-Jie qui signifie «héros et personnalités exceptionnelles». En conséquence, elle a un frère aîné Chien-Ying et un frère cadet Chien-Hao[3]. Wu et son père sont extrêmement proches et celui-ci encourage ses intérêts avec ferveur, lui assurant un environnement de livres, de magazines et de journaux[4].

Wu va à l’école primaire Ming De[3], une école pour filles fondée par son père[5], un défenseur de l’égalité des sexes. En 1923, à l'âge de 11 ans, elle quitte sa ville natale pour étudier à l'École normale pour femmes n°2 de Suzhou. Il s'agit d'un internat qui offre une formation pour enseignants ainsi que des cours d’une école secondaire régulière. L'admission à la formation des enseignants est plus compétitive, car elle ne demande pas de frais de scolarité et garantit un emploi en fin d'études. Bien que sa famille aurait pu payer, Wu choisit l'option la plus compétitive et est classée neuvième parmi les 10 000 candidatures[6].

En 1929, Wu termine ses études parmi les meilleurs de sa classe et est admise à l'Université nationale centrale de Nankin. Selon les règlements gouvernementaux de l'époque, les étudiants souhaitant travailler comme professeur au niveau universitaire doivent préalablement être enseignant pendant un an. Elle enseigne ainsi à l'école publique de Shanghai présidée par le philosophe Hu Shi, dont elle avait suivi les cours[7],[8].

De 1930 à 1934, Wu étudie à l'Université centrale nationale (plus tard renommée l'Université de Nanjing et réintégré à Taiwan) d'abord en mathématiques, mais elle change ensuite à la physique[9]. Elle s'implique alors dans la politique étudiante. À l’époque, les relations entre la Chine et le Japon sont tendues, et les étudiants exhortent le gouvernement à adopter une position plus ferme envers le Japon. Wu est élue par ses collègues comme l'un des leaders étudiants parce qu'ils estiment que son implication serait pardonnée, ou du moins négligée par les autorités étant donné qu'elle fait partie des meilleurs étudiants de l'université. Elle prend donc grand soin de ne pas négliger ses études[10]. Elle mène des manifestations jusqu'à un sit-in au palais présidentiel de Nanjing où les étudiants sont reçus par Chiang Kai-shek[11].

Après l'obtention de son diplôme, elle fait deux ans d’études supérieures en physique et travaille comme assistante à l'Université de Zhejiang. Elle devient chercheuse à l'Institut de physique de l'Academia sinica. Sa superviseure est la professeure Gu Jing-Wei qui a obtenu son doctorat à l'étranger à l'Université du Michigan. Elle encourage Wu à suivre le même parcours et celle-ci est acceptée à l'Université du Michigan. Son oncle, Wu Zhou-Zhi, lui fournit les fonds nécessaires.

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Chien-Shiung Wu en 1963.

Elle s'embarque pour les États-Unis avec une amie chimiste de Taicang, Dong Ruo-Fen (董若芬), sur le bateau SS President Hoover en août 1936. Ses parents et son oncle sont présents lors de son départ. Elle ne reverra plus jamais ses parents par la suite[12]. Wu étudie à l'Université de Californie à Berkeley sous la direction d'Ernest Lawrence et passe son doctorat en 1940.

Deux ans plus tard, elle épouse Luke Chia-Liu Yuan, physicien également. Ils ont un fils, Vincent (袁緯承), qui deviendra lui aussi physicien. La famille déménage sur la côte est, où Wu enseigne au Smith College, à l'université de Princeton (1942-1944), puis à l'université Columbia (1944-1980).

À Columbia, elle contribue au Projet Manhattan en développant un processus pour séparer les isotopes d'uranium par diffusion gazeuse, et en développant des compteurs Geiger améliorés. Elle assiste personnellement Lee dans son travail sur les lois de parité (avec Yang), en validant par l'expérience avec sa propre équipe les hypothèses qu'ils ont émises : elle montre en 1956 que la parité est violée lors de la désintégration β d'atomes de cobalt 60. Cette contribution est considérée comme fondamentale dans la validation des lois[13], mais elle ne partagea pas leur prix Nobel, un fait souvent attribué au sexisme du comité de sélection.

Son livre Beta decay (La Désintégration β), publié en 1965, figure encore comme référence standard pour les physiciens nucléaires.

Plus tard, elle dirigea des recherches sur les changements de conformation de la molécule d'hémoglobine, responsables de l'anémie falciforme.

Wu a posé des jalons pour l'avancement des femmes en plusieurs occasions. Elle fut notamment :

La désintégration bêta et la conservation de la parité[modifier | modifier le code]

L'expérience de Wu.

Voir aussi L'expérience de Wu (en)

Dans ses recherches d'après-guerre, Wu continue d’étudier la désintégration bêta. Enrico Fermi avait publié sa théorie de la désintégration bêta en 1934, mais une expérience de Luis Walter Alvarez a produit des résultats en désaccord avec la théorie. Wu entreprend de répéter l'expérience pour en vérifier le résultat[14]. Elle suspecte que le problème est qu'un film épais et inégal de sulfate de cuivre (II) (CuSO4) est utilisé comme source de rayons bêta cuivre-64, ce qui entraînerait une perte d'énergie pour les électrons émis. Pour contourner cela, elle adapte pour une forme plus ancienne de spectromètre, un spectromètre solénoïdal. Elle y ajoute du détergent au sulfate de cuivre pour produire un film mince et régulier. Grâce à cela, elle démontre que les écarts constatés étaient le résultat d'une erreur expérimentale : ses résultats sont en accord avec la théorie de Fermi[15].

À Columbia, Wu connaissait personnellement le physicien théoricien chinois Tsung-Dao Lee. Au milieu des années 1950, Lee ainsi qu’un autre physicien théoricien chinois, Chen Ning Yang, s’interrogent sur une loi hypothétique de la physique des particules élémentaires, la «loi de la conservation de la parité». Un exemple mettant en évidence le problème était l’énigme des particules thêta et tau de charge différente, mais étant tous les deux des quarks étranges. Ces particules sont si semblables qu'elles seraient normalement considérées comme étant la même particule[16]. Toutefois, différents modes de désintégration résultant en deux états de parité différents ont été observés, suggérant que Θ + et τ + sont des particules différentes si la parité est conservée :

Les recherches de Lee et Yang sur les résultats expérimentaux existants les ont convaincus que la parité était conservée pour les interactions électromagnétiques et pour l'interaction forte. Pour cette raison, les scientifiques s'attendaient à ce que cela soit également vrai pour l'interaction faible, mais cela n'avait pas été testé, et les études théoriques de Lee et Yang ont montré que cela pourrait ne pas être vrai pour l'interaction faible. Lee et Yang ont mis au point une conception sur papier d'une expérience pour tester la conservation de la parité dans le laboratoire. Lee s'est ensuite tournée vers Wu pour son expertise dans le choix et la mise au point de la fabrication, de la configuration et des procédures de laboratoire pour la réalisation de cette expérience[17],[18].

Wu choisit de le faire en prélevant un échantillon de cobalt-60 radioactif et en le refroidissant à des températures cryogéniques avec des gaz liquides. Le cobalt 60 est un isotope qui se désintègre par émission de particules bêta, et Wu est justement une experte de la désintégration bêta. Les températures extrêmement basses sont nécessaires pour réduire la vibration thermique des atomes de cobalt pour qu’elle soit pratiquement nulle. En outre, Wu doit appliquer un champ magnétique constant et uniforme à travers l'échantillon de cobalt 60 afin d’aligner dans la même direction les axes des spins des noyaux atomiques. Pour ce travail cryogénique, elle a besoin des installations de l’Institut national des normes et de la technologie (National Bureau of Standards) et de son expertise dans le travail avec les gaz liquides. Elle se rend à son siège social dans le Maryland avec son équipement pour pouvoir effectuer ces expériences[19].

Les calculs théoriques de Lee et Yang prédisaient que les particules bêta provenant des atomes de cobalt 60 seraient émises de manière asymétrique et que la «loi de conservation de la parité» hypothétique serait invalide. L'expérience de Wu démontra que c'est effectivement le cas : la parité n'est pas conservée lors des interactions nucléaires faibles. Θ+ et τ+ sont en effet la même particule connue aujourd'hui sous le nom de kaon, K+[20],[21],[22]. Ce résultat est rapidement bientôt confirmé par ses collègues de l'Université de Columbia dans différentes expériences. Dès que tous ces résultats sont publiés (dans deux articles de recherche différents dans le même numéro de la même revue de physique) les résultats sont également confirmés dans de nombreux autres laboratoires et dans de nombreuses expériences différentes[23],[24].

La découverte de la violation de la parité est une contribution majeure à la physique des particules et au développement du modèle standard[25]. En reconnaissance de leur travail théorique, Lee et Yang reçoivent le prix Nobel de physique en 1957[26]. Le rôle de Wu dans la découverte ne sera honoré publiquement qu'en 1978, date à laquelle elle reçoit le premier prix Wolf[27].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

À sa mort, Wu était titulaire de la chaire de professeur émérite de physique Pupin de l'université Columbia.

Références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Chien-Shiung Wu » (voir la liste des auteurs).
  1. Hammond 2007, p. 1.
  2. R. Garwin et T.-D. Lee, « Chien-Shiung Wu », Physics Today, vol. 50, no 10,‎ , p. 120 (DOI 10.1063/1.2806727, Bibcode 1997PhT....50j.120G)
  3. a et b Chiang 2014, p. 3–5.
  4. McGrayne 1998, p. 254–260.
  5. Wang 1970–80, p. 364.
  6. Chiang 2014, p. 11.
  7. Chiang 2014, p. 15–19.
  8. (zh) « 吴健雄 » [archive du ], China Network (consulté le 16 août 2015)
  9. (en) M. Weinstock, « Chien-Shiung Wu: Courageous Hero of Physics », Scientific American,‎ (lire en ligne)
  10. Noemie Benczer-Koller, « Chien-Shiung Wu 1912–1997 », National Academy of Sciences,‎ , p. 3–16 (lire en ligne)
  11. Chiang 2014, p. 30–31.
  12. Chiang 2014, p. 31–34.
  13. « La violation de parité dans les interactions faibles - Un miroir brisé qui fait le bonheur des physiciens », CEA, Lhuilier, 8 décembre 2006 télécharger
  14. Tsai-Chien, Chiang., Madame Wu Chien-Shiung : the first lady of physics research (ISBN 9789814368933 et 9814368938, OCLC 868980332, lire en ligne), p.107
  15. Hammond, Richard, 1950-, Chien-shiung Wu : pioneering nuclear physicist, Chelsea House, (ISBN 9781438126623 et 143812662X, OCLC 556274945, lire en ligne), p.46–48
  16. Hammond, Richard, 1950-, Chien-shiung Wu : pioneering nuclear physicist, Chelsea House, (ISBN 9781438126623 et 143812662X, OCLC 556274945, lire en ligne), p. 64–67
  17. Tsai-Chien, Chiang., Madame Wu Chien-Shiung : the first lady of physics research (ISBN 9789814368933 et 9814368938, OCLC 868980332, lire en ligne), p.123–125
  18. T. D. Lee, « Question of Parity Conservation in Weak Interactions », Physical Review, vol. 104, no 1,‎ , p. 254–258 (DOI 10.1103/PhysRev.104.254, lire en ligne)
  19. Tsai-Chien, Chiang., Madame Wu Chien-Shiung : the first lady of physics research (ISBN 9789814368933 et 9814368938, OCLC 868980332, lire en ligne), p.126–128
  20. Hammond, Richard, 1950-, Chien-shiung Wu : pioneering nuclear physicist, Chelsea House, (ISBN 9781438126623 et 143812662X, OCLC 556274945, lire en ligne), p.76–82
  21. Tsai-Chien, Chiang., Madame Wu Chien-Shiung : the first lady of physics research (ISBN 9789814368933 et 9814368938, OCLC 868980332, lire en ligne), p.136–139
  22. C. S. Wu, « Experimental Test of Parity Conservation in Beta Decay », Physical Review, vol. 105, no 4,‎ , p. 1413–1415 (DOI 10.1103/PhysRev.105.1413, lire en ligne)
  23. Richard L. Garwin, « Observations of the Failure of Conservation of Parity and Charge Conjugation in Meson Decays: the Magnetic Moment of the Free Muon », Physical Review, vol. 105, no 4,‎ , p. 1415–1417 (DOI 10.1103/PhysRev.105.1415, lire en ligne)
  24. E. Ambler, « Further Experiments on », Physical Review, vol. 106, no 6,‎ , p. 1361–1363 (DOI 10.1103/PhysRev.106.1361, lire en ligne)
  25. Tsai-Chien, Chiang., Madame Wu Chien-Shiung : the first lady of physics research (ISBN 9789814368933 et 9814368938, OCLC 868980332, lire en ligne), p.142
  26. « The Nobel Prize in Physics 1957 », sur www.nobelprize.org (consulté le 18 juin 2018)
  27. Tsai-Chien, Chiang., Madame Wu Chien-Shiung : the first lady of physics research (ISBN 9789814368933 et 9814368938, OCLC 868980332, lire en ligne), p. 228–231

Liens externes[modifier | modifier le code]