Assas (Hérault)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de l’Hérault
Cet article est une ébauche concernant une commune de l’Hérault.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Assas.
Assas
Le château d'Assas.
Le château d'Assas.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées
Département Hérault
Arrondissement Montpellier
Canton Saint-Gély-du-Fesc
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Pic Saint-Loup
Maire
Mandat
Jacques Grau
2014-2020
Code postal 34820
Code commune 34014
Démographie
Gentilé Assadins
Population
municipale
1 496 hab. (2013)
Densité 78 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 42′ 10″ Nord 3° 54′ 00″ Est / 43.7027777778, 3.9
Altitude Min. 59 m – Max. 164 m
Superficie 19,11 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte administrative de l'Hérault
City locator 14.svg
Assas

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique de l'Hérault
City locator 14.svg
Assas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Assas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Assas
Liens
Site web Site officiel

Assas est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. Elle fait partie de la communauté de communes du Grand Pic Saint-Loup.

Ses habitants sont appelés les « Assadins » et surnommés localement « Lou Beuloulis ».

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte.

Localisation[modifier | modifier le code]

Assas est situé à quelques kilomètres au nord de Montpellier.

Parcouru de nombreux ruisseaux, dont le Salaison à l'est, Assas peut être considéré comme un village irrigué. La végétation est changeante. On y trouve de la garrigue, des prairies, des vignes, et de la forêt méditerranéenne.

Le village d'Assas s'organise autour du château, élevé au sommet d'une colline, à l'instar de nombreux villages de l'Hérault.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Assas (Hérault)
Le Triadou Saint-Mathieu-de-Tréviers Guzargues
Prades-le-Lez Assas (Hérault)
Montferrier-sur-Lez Clapiers Teyran

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat y est de type méditerranéen, exposant la commune au risque d'incendie de forêt. Elle fait l'objet d'un Plan de Prévention du Risque Incendie de Forêt (PPRIF)[1].

Fin août 2010, la commune fut d'ailleurs traversée par un incendie de grande ampleur, menaçant des habitations, ayant démarré à Fontanès, au nord[2]. Plus de 3000 hectares partirent en fumée, dont 200 sur la commune d'Assas, lors de cet incendie qui mobilisa 1000 pompiers et 10 bombardiers d'eau[3].

L'autre risque auquel est exposée la commune, à l'instar des autres communes du département de l'Hérault, est le risque d'inondation dû à de fortes pluies persistantes ou à des épisodes cévenols. Même si aucune habitation n'est exposée à ce risque, le territoire de la commune et des routes d'accès y sont exposés par ses petits cours d'eaux, la plupart intermittents, qui alimentent le Salaison. La commune est dotée d'un Plan de Prévention du Risque Inondation (PPRI)[4].

Relevé météorologique de Montpellier Fréjorgues (aéroport à Mauguio) (période : 1981-2010)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2,8 3,3 5,9 8,7 12,5 16 18,9 18,5 15 11,9 6,8 3,7 10,4
Température moyenne (°C) 7,2 8,1 10,9 13,5 17,3 21,2 24,1 23,7 20 16,2 11,1 8 15,2
Température maximale moyenne (°C) 11,6 12,8 15,9 18,2 22 26,4 29,3 28,9 25 20,5 15,3 12,2 19,9
Ensoleillement (h) 142,9 168,1 220,9 227 263,9 312,4 339,7 298 241,5 168,6 148,8 136,5 2 668,2
Précipitations (mm) 55,6 51,8 34,3 55,5 42,7 27,8 16,4 34,4 80,3 96,8 66,8 66,7 629,1
Nombre de jours avec précipitations 8,5 7,7 7,6 8,7 8,3 5,9 3,9 5,5 7,2 10,7 9,6 9,1 92,3
Nombre de jours d'orage 0,5 0,3 0,7 1,6 2,5 2,9 3,2 3,9 2,9 2,9 1 0,7 23,1
Source : METEO CLIMAT STATS [1]
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
11,6
2,8
55,6
 
 
 
12,8
3,3
51,8
 
 
 
15,9
5,9
34,3
 
 
 
18,2
8,7
55,5
 
 
 
22
12,5
42,7
 
 
 
26,4
16
27,8
 
 
 
29,3
18,9
16,4
 
 
 
28,9
18,5
34,4
 
 
 
25
15
80,3
 
 
 
20,5
11,9
96,8
 
 
 
15,3
6,8
66,8
 
 
 
12,2
3,7
66,7
Moyennes : • Temp. maxi et mini °CPrécipitation mm

Des écarts peuvent exister avec Assas (plus chaud, moins humide), du fait d'une moindre influence maritime.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Assas est traversée dans l'axe nord-sud par la D 109, avec une traversée du centre étroit qui peut être difficile. Un contournement du centre par l'ouest est prévu mais seule la moitié nord-ouest est réalisée.

La D 109 relie Assas à la D 68 (dite « le LIEN ») au nord et à Clapiers et Jacou au sud. La D 109E1 part du centre vers l'est et rejoint à nouveau la D 68, tandis que la D 109E2 relie Assas à Saint-Vincent de Barbeyrargues à l'ouest.

Pistes cyclables[modifier | modifier le code]

Assas est reliée à Saint-Vincent de Barbeyrargues par un chemin piétonnier et cyclable, longeant la D 109E2.

La commune est jalonnée de nombreux chemins, du plus étroit aux larges pistes balisées de la Défense de la forêt contre les incendies (DFCI), dont ceux du Réseau Vert du département de l'Hérault, pour la randonnée et le VTT.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Le village est desservi par la ligne de car no 110 du réseau Hérault Transport. La ligne relie Sainte-Croix-de-Quintillargues à Montpellier en passant par Guzargues, Assas, et Clapiers. Elle assure le transport des élèves de Guzargues qui sont scolarisés dans les écoles maternelles et primaires d’Assas, le transport vers le collège François-Mitterrand de Clapiers et vers le lycée Frédéric-Bazille-Agropolis de Montpellier. Elle effectue son terminus à la station de tramway de Saint-Éloi, en correspondance avec la ligne 1 du réseau de tramway des Transports de l'agglomération de Montpellier. La ligne 110 souffre cependant d'une faible fréquence de passage des cars en journée.

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'abbé Valentin, dans sa monographie historique[5], évoque les noms successifs d'Arsas, Arsacium, Assassium puis enfin Assas. Il évoque l'hypothèse que cela vienne de Arx ou Arcis, signifiant forteresse.

Histoire[5][modifier | modifier le code]

Du moyen âge central à la révolution[modifier | modifier le code]

Remparts d'Assas.

L'histoire d'Assas est ancienne puisqu'un château féodal (aujourd'hui disparu), une église et des remparts y existaient au XIe siècle. Mais rien ne retrace l'histoire de ce château, ni du village autour à l'époque. Le 1er document qui mentionne Assas est daté de 1103. En cette année, le seigneur d'Assas, désigné sous le nom de Rostagnus de Arsads, dépend du comte de Melgueil.

En 1215, après la guerre des Albigeois, le pape Innocent III transfère le comté de Melgueil, dont Assas, à l'évêque de Maguelonne.

En 1486, Rostang d'Assas, dernier seigneur à porter le nom de la seigneurie, vend à un riche marchand de Montpellier, Guillaume de Bonnail, la moitié de la seigneurie d'Assas dont il est co-seigneur. L'acheteur reconnait l'évêque de Maguelonne comme suzerain et lui paie le droit de mutation. Guillaume II succède à son père et lègue ses terres à son fils Gaspard, lui substituant en cas de décès prématuré son neveu Jacques de Salomon, docteur en médecine, lui substituant s'il n'a pas de descendance mâle un autre neveu, lui-même substitué par le plus proche parent mâle de Guillaume II s'il est également sans postérité masculine. Jacques de Salomon prend possession de la seigneurie en 1565. En 1572, Jacques étant sans héritier mâle, et l'autre neveu sans enfants, Loïs de Pluviers engage un procès contre l'héritière Salomon pour, suivant le testament de Guillaume II, réclamer la succession. Ce qu'il obtient en 1573 au profit de Jacques de Pluviers de Bonnail, le fils qu'il eut avec Marguerite de Bonnail.

En 1592, Jacques de Pluviers vend la seigneurie d'Assas à Timothée de Montchal, trésorier de France. Sa petite-fille Anne en hérite et épouse Gaspard de Murviel.

La seigneurie échoit ensuite à Joseph de Boyer, qui a épousé Jacquette de Murviel, fille de Gaspard. En 1720, Joseph de Boyer la vend à Guillaume de Castagnier, secrétaire du roi, qui paie le droit de mutation à l'évêque de Montpellier. Il est financé pour cette acquisition par Jean Mouton, hôtelier et banquier de Montpellier. Non remboursé, ce dernier garde la seigneurie. Son fils Jacques Mouton de la Clotte, magistrat financier, lui succède. C'est à lui que l'on doit l'actuel château d'Assas, érigé en 1759 à l'emplacement de l'ancien château féodal. Jean-Jacques fils de Jacques, conseiller du roi et mort célibataire en 1810 à Saint-Germain-en-Laye, est le dernier seigneur d'Assas, chassé par la révolution.

Pendant cette période révolutionnaire, des gens de Baillarguet et Montferrier, deux communes voisines, veulent s'emparer du seigneur qui leur échappe, défendu par les assadins en reconnaissance de ses bienfaits. Les deux tours Est du château furent détruites en leur sommet, ainsi que les armoiries sur la façade. L'église, le clocher, le presbytère, le château et divers autres biens, sont confisqués et déclarés biens nationaux. En 1797, André Crépin Bouschet, de Montpellier, achète successivement tous les anciens biens religieux. La commune rachètera 2000 francs l'église à sa veuve, Françoise de Grolée, et à leur fille Clotilde Gabrielle, en 1822. Puis ce fut en 1861 le rachat du presbytère.

Le serment d'Assas[modifier | modifier le code]

L'ouverture des frontières le 1er juillet 1970 génère une arrivée massive de vins italiens sur le marché français, ce qui provoque la colère de maires de l'Hérault et le 2 février 1971, ils occupent jour et nuit pendant 2 jours le Pavillon populaire de Montpellier, sur lequel le maire d'Assas, Henri Moynier, hisse le drapeau de sa commune. Un an après, ils firent le serment, sur le drapeau d’Assas, de « rester unis pour soutenir totalement et de toutes leurs forces, la profession de l’'agriculture et tout particulièrement la viticulture,… certains qu'’en défendant le vin, ils travaillent pour une juste cause. …» et de renouveler ce serment dit d'Assas chaque année dans une commune différente, le 2 février. Ce qui fut fait encore en 2016[6].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason d'Assas

Les armes d'Assas se blasonnent ainsi : écartelé, au premier d'azur à une tour d'argent maçonnée de sable, au second d'or à un rameau d'olivier de sinople fruité de sable posé en barre, au troisième d'or à une grappe de raisin de sable feuillée de sinople, au quatrième d'azur à une fleur de lys d'or[7].

Faits historiques[modifier | modifier le code]

À titre d'anecdote, la prestigieuse université Panthéon-Assas tient son nom du chevalier d'Assas, dont les origines sont reliées à l'histoire de la commune. Il ne venait pas lui-même d'Assas, mais descendait d'une famille seigneuriale basée dans le petit village héraultais. Assas a ainsi donné son nom, indirectement, à l'université de droit du même nom.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques[modifier | modifier le code]

Les maires d'un village comme Assas sont généralement sans étiquette, et leur mandat long.

La concurrence électorale y est faible, mais aux élections de 2014, 3 listes, toutes issues du conseil municipal sortant se présentent au 1er tour des élections municipales. Au 2e tour, après retrait d'une liste éligible, la liste du maire sortant l'emporte avec 57,5% des voix, le scrutin se faisant selon celui des communes de 1000 habitants ou plus, soit depuis une loi de 2013, par liste complète sans adjonction, ni suppression, ni modification de l'ordre de présentation des listes. En 2008, la liste de Jacques Grau avait été élue au 1er tour avec 68% des voix[8].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 1989 Jean Gelly Sans étiquette  
mars 1989 1995 Jean Gelly Sans étiquette  
juin 1995 2001 Jean Gelly Sans étiquette  
mars 2001 2008 Jacques Grau Sans étiquette  
mars 2008 2014 Jacques Grau Sans étiquette  
mars 2014 2020 Jacques Grau Sans étiquette  
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

En 2016, la municipalité se déclare candidate[9] au label Terre saine, commune sans pesticides, délivré par le Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 1 496 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
197 106 268 263 257 305 328 352 347
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
338 346 399 395 294 258 249 287 285
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
338 362 366 383 397 420 400 337 362
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2008 2012
352 352 506 815 992 1 305 1 509 1 527 1 505
2013 - - - - - - - -
1 496 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2004[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Le PLU d'Assas, en cours d'élaboration, table sur 2000 habitants en 2030[12], avec 3 zones de développement de l'habitat. Bien que proche de Montpellier, mais hors de sa métropole et sans continuité urbaine avec elle, Assas a conservé un caractère rural, source de contestation quant à son développement.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Établissements éducatifs[modifier | modifier le code]

Assas relève de l'académie de Montpellier. Elle est dotée d'un groupe scolaire, partagé avec Guzargues dans le cadre d'un SIVU et composé de :

  • École élémentaire publique (5 classes)
  • École maternelle publique (2 classes)

Les collégiens sont en majorité scolarisés au collège François-Mitterrand de Clapiers. Les lycéens sont au lycée général et agricole Frédéric-Bazille-Agropolis de Montpellier.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sur la commune d'Assas sont localisés un cabinet médical, une pharmacie, un dentiste, un kinésithérapeute, un ostéopathe et des infirmières.

Sports[modifier | modifier le code]

  • Association de tennis d'Assas, avec 3 courts,
  • École d'équitation et écurie de propriétaires,
  • Club de tambourin,
  • Boule assadine (pétanque).

Culture[modifier | modifier le code]

Le film La Belle Noiseuse de Jacques Rivette, avec Michel Piccoli et Emmanuelle Béard, récompensé du Grand Prix du Jury du Festival de Cannes 1991, a été tourné dans sa presque totalité à Assas[13].

L'année suivante y fut tourné Le retour de Casanova, d’Édouard Niermans, avec Alain Delon[14].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

La proximité de la métropole de Montpellier laisse peu d'activités économiques à la commune, hormis la viticulture réservée aux communes rurales, avec à Assas une part remarquable en agriculture biologique.

Commerces et artisans locaux[modifier | modifier le code]

La commune bénéficie de commerces, épicerie, brasserie, boulangerie et salon de coiffure.

Des jardiniers-paysagistes, des artisans du bâtiment et un garage automobile complètent l'offre locale de services.

Viticulture[modifier | modifier le code]

Le territoire d'Assas entre dans la dénomination géographique Grès-de-Montpellier, qui s'inscrit dans l'AOC Languedoc.

La cave coopérative d'Assas fut construite en 1939, suivant le modèle d'architecture reconnaissable qui prévalut dans l'Hérault pendant la 1ère moitié du XXe siècle[15].

Plusieurs caves sont situées sur la commune :

Si certains domaines d'Assas proposent du vin classé en Pic Saint-Loup, les vignes dont il est issu ne sont pas sur la commune d'Assas.

Équipements[modifier | modifier le code]

Commune desservie en ADSL, avec quelques zones trop éloignées.

  • Boulodrome,
  • Salle d'animation Euzet,
  • Salle polyvalente Les Crouzets,
  • Salle de la Pierre Rouge,
  • Terrain de basket,
  • Terrain de football,
  • Terrains de tennis.

Services publics[modifier | modifier le code]

  • Agence postale communale,
  • Caserne de sapeurs-pompiers, faisant partie du Service Départemental d’Incendie et de Secours (SDIS) de l'Hérault.
  • Comité Communal d’Action Social (CCAS).

Vie associative[modifier | modifier le code]

Une trentaine d'associations culturelles, éducatives ou sportives sont domiciliées à Assas, réunies lors d'une journée des associations en septembre, dont :

  • Les amis de l'orgue et de la musique, organisatrice de concerts en l'église d'Assas,
  • Arc de lumière, atelier de vitrail,
  • Mot de passe, atelier d'écriture,
  • Pierre Rouge Sciences, conférences scientifiques,
  • Tennis d'Assas,
  • Toujours en forme, cours de gymnastique,
  • Toujours 20 ans, activités des séniors.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments laïcs[modifier | modifier le code]

  • Château d'Assas, folie montpelliéraine du XVIIIe siècle, attribué à l'architecte Jean-Antoine Giral (1713-1787), et édifié en 1759/1760, sur les ruines du château féodal. Classé et inscrit au titre des Monuments historiques, pour différentes parties.
  • Restes d'enceinte fortifiée du Xe ou XIe siècle, vestiges de l'ancien château féodal.
  • Vieux village.

Monuments religieux[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Histoire de la paroisse et seigneurie d'Assas, par l'abbé Valentin Durand, Docteur ès Lettres, curé d'Assas, paru en 1908 et réédité en 2005 par Le Livre d'Histoire[5], dans la collection Monographies de villes et villages de France.
  • Cinq cahiers de la mémoire, La vie à Assas dans les années du 20e siècle, par Jean Gelly, Marie-Anne et Bernard Boissier[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Préfecture de l'Hérault - PPRIF - Commune d'Assas
  2. lefigaro.fr, « Les incendies dans l'Hérault éteints » (consulté le 6 juillet 2016)
  3. Journal d'Assas, 2010, n°3
  4. Direction départementale de l'équipement de l'Hérault - PPRI - Bassin versant du Salaison
  5. a, b et c Abbé Valentin Durand, Histoire de la paroisse et seigneurie d'Assas, Le Livre d'Histoire, , 184 p. (ISBN 2-84373-728-1)
  6. « Cessenon : les maires héraultais ont, de nouveau, prêté serment », sur MidiLibre.fr (consulté le 8 juillet 2016)
  7. Didier Catarina et Jean-Paul Fernon, Armorial des communes de l'Hérault, Artistes en Languedoc, (ISSN 1264-5354), p 30.
  8. Ministère de l'Intérieur
  9. Compte-rendu du Conseil municipal d'Assas du 11 avril 2016.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2007, 2008, 2012, 2013.
  12. « Révision en cours vers le PLU », sur www.assas.fr (consulté le 8 juillet 2016)
  13. « La Belle noiseuse »,‎ (consulté le 7 juillet 2016)
  14. « Le Retour de Casanova »,‎ (consulté le 6 juillet 2016)
  15. « AGROPOLIS-MUSEUM - Savoirs Partagés - Les caves coopératives de l'Harault - Un patrimoine exemplaire par Thierry Lochard (Inv. général Languedoc-Roussillon) », sur museum.agropolis.fr (consulté le 9 juillet 2016)
  16. « Notice no PA00103361 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. « En cinq cahiers, Jean Gelly remonte le temps du village avant la guerre », sur www.midilibre.fr (consulté le 8 juillet 2016)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :