XIIIe siècle av. J.-C.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

IIIe millénaire av. J.‑C. | IIe millénaire av. J.‑C. | Ier millénaire av. J.‑C.

../.. | XVe siècle av. J.-C. | XIVe siècle av. J.-C. | XIIIe siècle av. J.-C. | XIIe siècle av. J.-C. | XIe siècle av. J.-C. | ../..

Années 1290 av. J.-C. | Années 1280 av. J.-C. | Années 1270 av. J.-C. | Années 1260 av. J.-C. | Années 1250 av. J.-C.
Années 1240 av. J.-C. | Années 1230 av. J.-C. | Années 1220 av. J.-C. | Années 1210 av. J.-C. | Années 1200 av. J.-C.

Articles connexes : Liste des siècles et Chiffres romains.

Événements[modifier | modifier le code]

  • Les Aryens dominent le Nord-Ouest de l'Inde jusqu’à la rivière Sarasvatî.
    • Un seul rajah est nommé dans le Rig Veda, il s’agit de Sudâs, roi des Bhāratas (es), une tribu implantée sur le cours supérieur de la Sarasvatî. Il est décrit comme le vainqueur de la coalition de dix rois, dont le plus puissant était Pûru. Par la suite une autre tribu prendra le contrôle des Bharatas, les Kurus.
  • Les Mélanésiens atteignent les Fidji, puis la Polynésie occidentale.

Proche-Orient[modifier | modifier le code]

Carte montrant l'extension approximative des principaux royaumes du Moyen-Orient au XIIIe siècle av. J.-C., avec la localisation des villes et sites archéologiques principaux, ainsi que de certaines régions.

Europe[modifier | modifier le code]

  • Fin du XIVe –début du XIIIe siècle : Calme et prospérité en Égée.
  • Vers 1300-800 av. J.-C. : La civilisation dite des « champs d'urnes » se diffuse à travers l'Europe occidentale.
  • Vers 1300-200 av. J.-C. : Civilisation lusacienne en Pologne.
  • Des Éoliens venus de Thessalie s’installent en Béotie (béotiens).
  • Des colonies mycéniennes sont établies à Thapsos (it), au large de Syracuse, à Scoglio del Tonno dans le golfe de Tarente et à Ischia sur la côte Tyrrhénienne.
  • La culture de Pantalica se développe à l’intérieur des terres en Sicile.
  • Arrivée légendaire des Lydiens en Étrurie sous la conduite de Tyrrhenus.
    • Les Étrusques, qui se nomment eux-mêmes Rasenna, sont connus sous le nom de Tyrsenoi ou « Tyrrhéniens » par les Grecs et celui d’Etrusci ou Tusci par les Romains. Hérodote (Ve siècle av. J.-C.) raconte que les Lydiens, après 18 années de famines, pendant lesquelles ils ont cherché à tromper leur faim en inventant toutes sortes de jeux (dés, osselets), auraient quitté leur pays pour s’installer en Italie. Tyrrhenus, fils du roi lydien et arrière-petit-fils de Zeus leur aurait donné leur nom grec. Denys d'Halicarnasse (Ier siècle av. J.-C.) penche pour une origine italienne par le biais des Pélasges, peuple légendaire d’origine hellénique arrivé à la fin du IIe millénaire. Tite-Live leur attribue une parenté avec les Rhètes des Alpes.
  • Vers 1300 : Cecrops, roi d'Athènes légendaire, meurt après un règne de 40 ans, son fils Pandion lui succède.
  • Les importations mycéniennes vers le Levant culminent. Une épave retrouvée sur la côte sud de l’Anatolie (Ulu Burun) contenait des lingots de cuivre, de l’étain, de l’ivoire, des vases syriens, chypriotes et mycéniens, des morceaux d’ivoire d’éléphant et d’hippopotame.

Personnages significatifs[modifier | modifier le code]

Inventions, découvertes, introductions[modifier | modifier le code]

Tablettes linéaire B de Pylos.[modifier | modifier le code]

  • La longue lance devient l’arme principale en Grèce. Les grandes rapières de duel sont remplacées par des dagues d’appoint.
  • Vers 1220 : A Mycènes, Cos et Chypre apparaissent des épées à garde protégé du II A originaires d’Europe centrale et certainement apportées par des mercenaires barbares.
  • Progression de la fibule en archet de violon en Grèce.
  • Vers 1250 av. J.-C., les cuissons de certains potiers chinois pouvaient atteindre les 1200°, ce qui à cette température permettait de produire de la matière vitreuse.

Art et culture[modifier | modifier le code]

  • À Ougarit, on a découvert dans une bibliothèque privée du XIIIe siècle des textes proprement mésopotamiens, comme le Poème du Juste souffrant, version babylonienne de l’histoire de Job, des textes de sagesse, une version du Déluge babylonienne et des dictionnaires bi- et trilingues (sumérien, akkadien, hittite et hourrite). Ougarit connaît aussi des mythes et des épopées qui expriment la culture cananéenne : le poème de Baal, la Légende de Keret ou la Légende de Danel, qui nous introduisent dans la littérature et la religion et permettent de mieux appréhender le milieu dans lequel se sont élaborés les textes bibliques.
  • Essor littéraire en Égypte. Les contes et la poésie amoureuse reflètent une part des évolutions de la société et des mentalités : petits notables ruraux du Conte des deux frères, métamorphoses du défunt grâce à son , communication entre défunts et vivants, évocation de la décadence de la puissance égyptienne dans le roman des Mésaventures d’Ounamon, volonté de conforter l’État en déliquescence dans les aventures d’Horus et Seth.
  • Fresques mycéniennes du palais de Tirynthe (v.-1300/-1200).
  • Les deux temples d’Abou Simbel en Basse-Nubie sont creusés dans le grès pendant le règne de Ramsès II. Le grand est consacré à , Amon et Ramsès, le petit à Hathor.

Religion[modifier | modifier le code]

  • Les Ramsès, voulant unifier les croyances, commencent par simplifier officiellement le panthéon égyptien. Un syncrétisme étroit s’établit entre les divinités. Amon, et Ptah deviennent un seul dieu tripartite qui unit en lui les trois grandes personnalités divines de l’histoire égyptienne. Les dieux étrangers (Baal, Astarté, Houroun, Resheph, etc.) sont adoptés et se fondent dans le panthéon égyptien, contrairement au souci d’universalité qui anime la pensée religieuse. Le culte de la personne impériale se développe également.
  • Apparition de l'orphisme

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]