XIIe siècle av. J.-C.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

IIIe millénaire av. J.-C. | IIe millénaire av. J.-C. | Ier millénaire av. J.-C.

../.. | XIVe siècle av. J.-C. | XIIIe siècle av. J.-C. | XIIe siècle av. J.-C. | XIe siècle av. J.-C. | Xe siècle av. J.-C. | ../..

Années 1190 av. J.-C. | Années 1180 av. J.-C. | Années 1170 av. J.-C. | Années 1160 av. J.-C. | Années 1150 av. J.-C.
Années 1140 av. J.-C. | Années 1130 av. J.-C. | Années 1120 av. J.-C. | Années 1110 av. J.-C. | Années 1100 av. J.-C.

Voir aussi : Liste des siècles, Chiffres romains

Événements[modifier | modifier le code]

  • 1200-200 av. J.-C. : période de l’Horizon ancien au Pérou[1]. Civilisation Chavín des Andes de Cajamarca et de la côte nord du Pérou (1200/850-400/200 av. J.-C.). Temples et sculptures (bas-reliefs, têtes en ronde bosse). Objets de céramique, de bois, de pierre, d’argent et d’or, tissus bien conservés, brodés et peints[2].
  • Vers 1200 av. J.-C. : apparition sur les peintures rupestres du Sahara de chevaux attelés à des chars à deux roues et conduits par des guerriers armés de javelots et de boucliers (période caballine, 1200-300 av. J.-C.)[3]. Elles indiquent des contacts entre la Méditerranée et l’Afrique subsaharienne.
Localisation des sites de la culture de la céramique grise peinte.
  • 1200-600 av. J.-C. : la culture de la céramique grise peinte succède à la culture de la céramique noire et rouge dans la vallée du Gange en Inde[4]. Cette culture archéologique correspondant aux débuts de l’âge du fer est liée par quelques chercheurs à l’arrivée des Aryens, cavaliers indo-européens armés de fer venus du nord-ouest, qui auraient pu contribuer au déclin de la culture de Harappa[5]. Leur progression est facilitée par leurs rapides chars de combat tirés par des chevaux, leurs arcs, lances, haches de guerre, armures et casques. Ils introduisent la langue védique et on leur doit la rédaction des Veda. L’économie aryenne est mixte, pastorale et agricole. Le bétail joue un rôle important, et constitue une valeur, voire un moyen de paiement. Le cheval est utilisé à des fins militaires (char à deux roues). Chèvres et moutons fournissent la laine. Les mentions concernant l’agriculture sont rares et cette activité semble être considérée comme plébéienne.
  • 1200-700 av. J.-C. : apogée de la culture de Karasuk en Asie centrale, entre la mer d’Aral et le bassin de Minoussinsk, sur le Haut-Ienisseï[6],[7]. L'industrie du bronze devient très élaborée : couteaux, haches et pointes de lances de la culture de Karasuk sont produits et s'échangent jusque dans la Chine de la dynastie Shang.
Tête colossale 2 de San Lorenzo, vers 1200 à 900 av. J.-C..
  • 1150-900 av. J.-C. : apogée du site de San Lorenzo, première des cités olmèques[8]. Des communautés s'établissent le long des Tierras Calientes (terres chaudes) du golfe du Mexique. Les cités olmèques sont gouvernées par une oligarchie élitaire capable d’organiser des équipes de travailleurs destinées à l’édification des temples, des palais et des pyramides[9]. Le maïs représente l’essentiel de l’alimentation des Olmèques. Le poisson et le chien fournissent la plus grande part des protéines. Le cerf et le cochon sauvage sont consommés occasionnellement, de même que la chair humaine.

Proche-Orient[modifier | modifier le code]

  • Vers 1205-1100 av. J.-C. : apogée du royaume d’Élam sous la dynastie des Shutrukides , avec Suse pour capitale[10].
« Effondrement de l’âge du Bronze final » (Late Bronze Age collapse (en)).
La métallurgie du fer se diffuse après la fin de l’empire hittite[11] (Proche-Orient, Chypre, Crète, Attique, etc.). Connu depuis le IIIe millénaire av. J.-C., le fer est longtemps resté un métal précieux servant à des objets de parure ou d’ornement, à l’instar de l’or. Entre 1200 et 1000 av. J.-C., il devient de plus en plus utilisé dans l’outillage et l’armement à la place du bronze. Le fer fond à 1530 °C, et cette température n’a été obtenue volontairement qu’au XIXe siècle apr. J.-C.. Les métallurgistes de l’époque ont découvert qu’ils pouvaient réaliser vers 1000 °C la réduction de l’oxyde de fer par le carbone. Ils obtenaient alors du fer sous la forme d’une loupe spongieuse pleine d’impuretés dans ses cavités. En martelant cette loupe et en la réchauffant, ils pouvaient éliminer progressivement les impuretés et obtenir du fer non carburé, assez pur mais qui, en raison d’une dureté et d’une élasticité insuffisante, ne convenait pas à tous les usages. En chauffant longtemps les objets obtenus en présence du carbone d’un four à charbon de bois, on obtient un durcissement plus ou moins profond qui donne une plus grande efficacité[12]. Le travail du fer se répand en Europe vers le VIIIe siècle av. J.-C. (âge du fer).
  • 1200-1180 av. J.-C. : « effondrement de l’âge du Bronze »[13], ou temps de la confusion au Proche-Orient. Invasion des Peuples de la mer, ensemble de peuples mal connus d’origine méditerranéenne[14]. De nombreuses villes du sud de la Syrie et de Canaan sont détruites. Un fragment de vase portant le cartouche de la reine d’Égypte Taousert trouvé dans la couche détruite de Deir Alla (en) sur le Jourdain, permet de la dater après 1190 av. J.-C.[15]. L’empire hittite s’effondre vers 1190 av. J.-C.. L’Égypte résiste sous Ramsès III, puis se replie, ce qui crée un vide politique en Syrie et en Palestine qui favorise l’émergence de pouvoirs locaux[16]. Vers 1175 av. J.-C., les Philistins, qui font partie des Peuples de la mer, s’établissent sur la zone côtière sud cananéenne (de Gaza à Tel-Aviv actuels) et donnent leur nom à la Palestine[14]. Ils introduisent la technologie du fer qu’ils ont peut-être acquise au contact des Hittites lors de leur passage en Asie mineure[11]. Les Araméens, sémites nomades du désert de Syrie, peut-être rejetés vers l’est par les Peuples de la mer, occupent la Syrie et pénètrent en Mésopotamie, se sédentarisant au fur et à mesure de leur avancée[17]. Les Hébreux entrés au XIIIe et XIIe siècles av. J.-C. au sud de Canaan, unifient leurs différentes tribus pour résister à l’instabilité et se sédentarisent progressivement[18]. Les cités phéniciennes prennent leur indépendance (1150 à 875 av. J.-C.)[19]. Elles connaissent la prospérité et fondent des colonies à travers la Méditerranée et jusqu’à la côte occidentale de l’Afrique. Elles sont le vecteur d’un apport de civilisation de premier ordre. Les Phéniciens introduisent l’alphabet en Grèce et diverses techniques et connaissances dans tout le monde méditerranéen.
  • Entre 1200 et 1000 av. J.-C. : des peuples de langue indo-européenne pénètrent en Iran en deux vagues successives : les Madai (Mèdes) et les Parsua (Perses) entrent par le Caucase et se fixent autour du lac d’Urmiah. Les Parthava (Parthes) et les Hairawa suivent les rives orientales de la Caspienne, entrent en Iran par le nord-est et se répandent progressivement au Turkestan, en Afghanistan et au Baloutchistan[20]. Perses et Mèdes appartiennent au groupe satem (ils utilisent ce mot pour désigner le nombre 100). Certains auteurs ont tenté de relier l’usage de la céramique grise lissée (BGW) de l’âge du Bronze iranien du Nord-Est (Teppe Hissar, Tureng Tepe et Shah Tepe (en), sites abandonnés vers 1700-1600 av. J.-C.) avec ces tribus, d’autres avec celui de la céramique grise lustrée de la phase IV de la culture funéraire du Gandhara dans la vallée du Swat au Pakistan septentrional, et à la céramique peinte des cultures du « Cimetière H » à Harappa (1800-300 av. J.-C.) et de Pirak (1800-800 av. J.-C.), sans que le lien entre leur groupe linguistique et ces céramiques puisse être attesté[21].

Europe[modifier | modifier le code]

  • Vers 1250-850 av. J.-C. : « civilisation des champs d'urnes » en Europe occidentale[22]. Les peuples d'Europe qui pratiquaient l’inhumation dans des tumulus adoptent soit par acculturation, soit par l’invasion d’est en ouest de peuples étrangers, l’incinération et le recueil des cendres dans des urnes funéraires enterrées dans des cimetières pouvant compter jusqu’à 10 000 tombes. Les fondeurs, plus particulièrement ceux des palafittes arrivent à l’apogée de leur art : épées, hache à douille ou à aillerons, casques, cuirasses, bouclier, jambières, créent de nouveaux outils : gouges, ciseaux, tranchets, racloirs, ciselets, burins, marteaux, enclumes, rasoirs, couteaux, faucilles…
  • 1200–1050 av. J.-C. : Chypriote récent III, marqué par des destructions dans les principaux sites archéologiques de Chypre, où la langue grecque s’implante vers 1050 av. J.-C.[23],[24].
Objets de la culture protovillanovienne : bracelets, épingles, rasoirs, fibules, urnes...
  • Vers 1200-900 av. J.-C., Italie : période de transition entre l’âge du bronze et l’âge du fer dite subapenninique en Italie centrale et méridionale (vers 1300/1200-1050 av. J.-C.[25]) et protovillanovienne dans le centre-nord de la péninsule (1200-900 av. J.-C.[26]). On trouve dans toute la péninsule des nécropoles où sont enterrés les restes des défunts incinérés dans des urnes de terre cuite (civilisation des champs d’urnes). Cette transformation du mode d’inhumation s’explique vraisemblablement par des migrations internes à l’Italie ou externes, en provenance du nord et de l’est. À la même époque, des groupes humains arrivent de l’Égée. Des contacts sont établis avec Mycènes en Italie méridionale, dans le Latium et en Étrurie.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carlos Contreras, Marina Zuloaga, Historia mínima de Perú, El Colegio de Mexico AC, (ISBN 9786074626339, présentation en ligne)
  2. Dictionnaire de la Préhistoire : Les Dictionnaires d'Universalis, Encyclopaedia Universalis, (ISBN 9782341002233, présentation en ligne)
  3. Henri Lhote, Vers d'autres Tassilis : nouvelles découvertes au Sahara, Arthaud, (ISBN 9782700301090, présentation en ligne)
  4. Singh, The Pearson Indian History Manual for the UPSC Civil Services Preliminary Examination, Pearson Education India (ISBN 9788131717530, présentation en ligne)
  5. Timothy Darvill, Concise Oxford Dictionary of Archaeology, OUP Oxford, (ISBN 9780191579042, présentation en ligne)
  6. The Silk Road Encyclopedia, Seoul Selection, (ISBN 9781624120763, présentation en ligne)
  7. Luigi Pareti, Paolo Brezzi, Luciano Petech, L'Antiquité de 1200 avant J.-C. à 500 de notre ère, R. Laffont, (présentation en ligne)
  8. Patrice Lecoq, Eric Taladoire, Les civilisations précolombiennes: « Que sais-je ? » n° 567, Presses Universitaires de France, (ISBN 9782130736790, présentation en ligne)
  9. Claude Hervé-Bazin, Mexico, Hunter Publishing Inc, (ISBN 9782884521086, présentation en ligne)
  10. Louis Vanden Berghe, Reliefs rupestres de l'Irān ancien : Bruxelles, Musées royaux d'art et d'histoire, 26 octobre 1983-29 janvier 1984, Belgique, Musées royaux d'art et d'histoire, (présentation en ligne)
  11. a et b Michel Soutif, Fondements des civilisations de l'Asie, EDP Sciences (ISBN 9782759803378, présentation en ligne)
  12. Jean-Claude Margueron, Le Proche-Orient et l'Égypte antiques, Hachette Éducation Technique, (ISBN 9782011400963, présentation en ligne)
  13. Guy D. Middleton, Understanding Collapse, Cambridge University Press (ISBN 9781107151499, présentation en ligne)
  14. a et b John M. Roberts, Odd Arne Westad, Histoire du monde, edi8, (ISBN 9782262065478, présentation en ligne)
  15. Eric H. CLINE, 1177 avant J.-C.: Le jour où la civilisation s'est effondrée, La Découverte, (ISBN 9782707191984, présentation en ligne)
  16. Corinne Julien, Histoire de l'humanité : 3000 à 700 av. J.-C, UNESCO, (ISBN 9789232028112, présentation en ligne)
  17. Claude Nicolet, Du pouvoir dans l'Antiquité: mots et réalités, Librairie Droz, (ISBN 9782600033459, présentation en ligne)
  18. Olivier Hanne, Les seuils du Moyen-Orient, Éditions du Rocher, (ISBN 9782268091242, présentation en ligne)
  19. ʻĀdil Ismāʻīl, Le Liban : histoire d'un peuple, Dar al-Makchouf, (présentation en ligne)
  20. Georges Roux, La Mésopotamie, Seuil, (ISBN 9782020086325, présentation en ligne)
  21. Corinne Julien, op. cit, p. 561.
  22. Marija Gimbutas, Bronze Age cultures in Central and Eastern Europe, Walter de Gruyter, (ISBN 9783111668147, présentation en ligne)
  23. Markus Egetmeyer, Le dialecte grec ancien de Chypre: Tome I : Grammaire. Tome II : Répertoire des inscriptions en syllabaire chypro-grec, Walter de Gruyter, (ISBN 9783110217520, présentation en ligne)
  24. Veronique Krings, La civilisation phénicienne et punique : Manuel de recherche, BRILL, (ISBN 9789004293977, présentation en ligne)
  25. Jacques Poucet, Les origines de Rome : tradition et histoire, Publications Fac St Louis, (ISBN 9782802800439, présentation en ligne)
  26. (en) Carl Waldman et Catherine Mason, Encyclopedia of European Peoples, Infobase Publishing, (ISBN 9781438129181, présentation en ligne), p. 225
  27. Bryan Feuer, Mycenaean Civilization : An Annotated Bibliography through 2002, rev. ed., McFarland, (ISBN 9780786426980, présentation en ligne)
  28. Michel Kaplan, Nicolas Richer, Le monde grec, vol. 1, Éditions Bréal, (ISBN 9782853948081, présentation en ligne)
  29. Jean-Nicolas Corvisier, Aux origines du miracle grec : Peuplement et population en Grèce du Nord, FeniXX (ISBN 9782130667490, présentation en ligne)
  30. Anna Morpurgo Davies, Yves Duhoux, Linear B : A 1984 Survey, Peeters Publishers, (ISBN 9782870772898, présentation en ligne)