Attentat manqué de Notre-Dame de Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Attentat manqué de Notre-Dame de Paris
Image illustrative de l’article Attentat manqué de Notre-Dame de Paris
La cathédrale en 2016.

Localisation Paris, France
Cible Cathédrale Notre-Dame de Paris
Coordonnées 48° 51′ 08″ nord, 2° 20′ 55″ est
Date
Armes Voiture piégée
Morts 0
Blessés 0
Auteurs Ornella Gilligmann,Inès Madani et leurs complices
Organisations Drapeau de l'État islamique État islamique
Mouvance Terrorisme islamiste
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Attentat manqué de Notre-Dame de Paris
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Attentat manqué de Notre-Dame de Paris
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Attentat manqué de Notre-Dame de Paris

L'attentat manqué de Notre-Dame de Paris est une attaque terroriste non aboutie ayant eu lieu en septembre 2016 aux abords de la cathédrale Notre-Dame de Paris, au moyen d'une voiture piégée par un commando de femmes djihadistes[1],[2],[3],[4]. Le procès des cinq femmes impliquées s'est ouvert à Paris le , le verdict a été rendu le et il a été confirmé en appel le 7 juin 2021 : 30 ans de réclusion pour Inès Madani, 25 ans pour Ornella Gilligmann, 20 ans pour Sarah Hervouët et Amel Sakaou, et la perpétuité pour Rachid Kassim considéré comme le commanditaire de cet attentat raté, présumé mort en 2017 en Syrie, mais condamné en l'absence de preuves de son décès[5].

Déroulement des faits[modifier | modifier le code]

Préparations[modifier | modifier le code]

Entre le 2 et le [6], Ornella Gilligmann, 29 ans, mère de trois enfants (âgés de 3 à 7 ans), originaire du Loiret[7], convertie à l'islam en 2009 et fichée S pour radicalisme islamiste (après s'être rendue plusieurs mois en Syrie à partir de soutenir la cause djihadiste) échange 4 037 messages avec son amant virtuel rencontré sur Periscope, un certain Abou Omar qui n'est autre qu'Inès Madani[8] une jeune fille de 19 ans née à Tremblay-en-France, fichée S comme radicalisée et qui la séduit. Celle-ci est déscolarisée après avoir abandonné sa classe de 1re en section gestion administrative. Fin , Abou Omar ordonne à Ornella Gilligmann d'aller en région parisienne pour rencontrer une « sœur », Oum Seyfullah alias Inès Madani. Celle-ci est déjà fichée par l'organe belge de coordination de l'analyse de la menace (OCAM) pour avoir facilité les aspirations au djihad d'individus de Charleroi[9].

Ornella Gilligmann loue un 4x4[10] pour déposer les bonbonnes de gaz à 50  qu'Inès Madani a achetées avec son argent de poche dans des supérettes en Seine-Saint-Denis et à Sarcelles (Val-d'Oise). Inès Madani subtilise la voiture de son père Patrick Madani (dit « Kader », autrefois signalé pour prosélytisme islamiste[11]), une Peugeot 607 grise[12]. Bien qu'elle n'ait pas le permis de conduire, elle sait manœuvrer la voiture car c'est une boîte automatique[13]. Les deux femmes chargent les bonbonnes de gaz dans la Peugeot dans le garage de leur complice Amel Sakaou, mère de famille divorcée de quatre enfants, radicalisée et âgée de 39 ans. Elle venait de démissionner de son travail à la sécurité d'un centre commercial car elle ne pouvait s'y rendre voilée en jilbab.

La nuit du 3 au , Inès Madani et Ornella Gilligmann, voilées et vêtues en long jilbab noir[14], roulent à bord de la Peugeot dans Paris et font d'abord une halte près de la tour Eiffel[15]. Mais, face à l'impossibilité de s'approcher de l'édifice en voiture, elles continuent de rouler jusqu'à trouver le lieu pour commettre leur méfait.

Attentat avorté[modifier | modifier le code]

Le dimanche , à h 33 du matin, Ornella Gilligmann et Inès Madani abandonnent la Peugeot contenant six bonbonnes de gaz et trois bouteilles de gazole, à l'angle des rues de la Bûcherie et du Petit-Pont, dans le 5e arrondissement de Paris, près de Notre-Dame de Paris et essayent de la faire exploser en déclenchant un départ de feu à l'aide d'une cigarette et d'un textile imbibé d'hydrocarbure[16],[17],[18],[19]. Cette tentative d'attentat à la voiture piégée échoue car la cigarette s'éteint après le départ des terroristes. Les deux djihadistes seraient revenues pour essayer de faire exploser le véhicule mais « elles ont finalement quitté les lieux avant d'avoir pu recommencer parce qu'elles ont cru apercevoir des policiers en civil s'approcher de leur voiture[13]. »

Stéphane, employé d'un bar voisin, signale à 3 heures 30 à la police la présence d'une bouteille de gaz sur un siège du véhicule, warnings allumés et sans plaque d'immatriculation. Les policiers qui arrivent à 6 heures pensent tout de suite à une attaque terroriste et se lancent à la poursuite des djihadistes[20].

Dernier projet d'attentat[modifier | modifier le code]

Ornella Gilligmann et Inès Madani étaient résolues de commettre un attentat-suicide à la gare de Lyon[21], mais leur plan change et elles se rabattent sur une gare de l'Essonne, à cause de la traque policière qui avait engagé une « véritable course contre la montre[22]. » Un message d'alerte a été diffusé aux policiers sur les risques d'un attentat dans les gares parisiennes et d'Essonne.

D'après BFM TV, le RER D aurait été bouclé jeudi à cause d'une menace imminente d'attentat[23].

Enquête[modifier | modifier le code]

Arrestations[modifier | modifier le code]

L'enquête s’oriente tout de suite vers la fille du propriétaire de la Peugeot 607, Inès Madani, 19 ans, fichée S pour avoir voulu se rendre en Syrie.

Ornella Gilligmann, dont l’empreinte a été retrouvée sur la ceinture de sécurité de la Peugeot 607, et son compagnon sont arrêtés le par le GIGN[22], près d'Orange, en voulant quitter la France[18]. Ils avaient fui car des voisins les avaient prévenus de l'arrivée de policiers devant leur domicile. Son compagnon, vigile de profession, est relâché.

Ines Madani, elle, a été mise en relation par Rachid Kassim avec Amel Sakaou, une mère de famille radicalisée qui habite Boussy-Saint-Antoine dans l'Essonne, et se réfugie dans son appartement[24]. Toujours par le truchement de Kassim, elles sont rejointes le par Sarah Hervouët, 23 ans[25] habitant Cogolin, qui quitte le Var pour prendre le train à Saint-Raphaël pour se rendre en région parisienne[26]. Sarah Hervouët, femme de ménage dans un hôpital psychiatrique, est issue d'une famille maternelle de culture catholique[27] et s'est récemment convertie à l'islam, en portant le voile intégral. Elle est « suivie » par la DGSI pour avoir voulu se rendre en Syrie en et avoir été interpellée à Istanbul.

Grâce à des interceptions téléphoniques (dont celle de la fille aînée d'Amel Sakaou, âgée de 16 ans, prévenant sa mère de la présence de policiers dans les environs de son domicile) et des géolocalisations, les enquêteurs trouvent au cours d'une opération anti-terroriste Inès Madani, Sarah Hervouët et Amel Sakaou dans la soirée du à Boussy-Saint-Antoine, dans le parking en bas de l'appartement d'Amel Sakaou (à la résidence de la Grange-aux-Belles). Les trois djihadistes, prévenues par la fille d'Amel Sakaou, tentaient de s'enfuir et couraient en bas de l'immeuble. Immédiatement, Sarah Hervouët blesse un agent à l'aide d'un couteau de cuisine et est blessée par balle en retour[17]. Inès Madani tente aussi de poignarder un policier[28], mais elle est neutralisée par un tir à la jambe. Les policiers pénètrent ensuite dans l'appartement où ils découvrent des préparations de cocktail Molotov.

Toutes les quatre étaient fichées S[19] avant les faits. Leur audition révèle des projets d'attentats dirigés depuis la Syrie[17] (peut-être par Rachid Kassim), visant entre autres à venger la mort du chef djihadiste syrien Abou Mohammed al-Adnani, quelques jours plus tôt. Sarah Hervouët est de plus l'ancienne « promise » des terroristes de passeport français Larossi Aballa, l'assassin de Magnanville, et Adel Kermiche[17],[19], l'un des assassins du père Jacques Hamel.

Le commando des trois femmes aurait envisagé de s'attaquer à la gare de Lyon à Paris et à celle de Boussy Saint-Antoine avec un projet « d'attentat-suicide » ainsi qu'à des policiers[29].

Mohamed Lamine Aberouz (23 ans), fiancé de Sarah Hervouët, et par ailleurs référent religieux de Larossi Aballa, est arrêté le [22], pour non-dénonciation de crime terroriste, et incarcéré de à , soupçonné aussi d'être un complice de sa « fiancée virtuelle » Sarah Hervouët dans les tentatives d'attentat de , mais sans preuve établie. Sa détention provisoire étant venue à expiration au bout de quatre mois, il est remis en liberté en au terme d'une procédure rocambolesque[30]. Il est de nouveau mis en examen et arrêté en , cette fois pour l'affaire des policiers de Magnanville.

Le , Molly B., une Belge convertie à l'islam et radicalisée de 24 ans originaire de Mons, est arrêtée pour complicité[31].

Réseau[modifier | modifier le code]

Inès Madani était en contact avec Rachid Kassim via l'application Telegram[32].

Inès Madani a été vue en compagnie[33] de membres de la filière djihadiste dite « de Jumet »[34] avec qui elle était en relation avec l'application Telegram sous le pseudonyme de Suleyman[35].

Mohamed Aberouz est le frère de Charaf-Din Aberouz, suspecté de complicité dans le double meurtre du 13 juin 2016 à Magnanville[30], et ayant purgé une peine de prison après avoir été expulsé du Pakistan pour djihadisme.

Sarah Hervouët, également en contact avec Rachid Kassim, est la « promise » de Larossi Abballa, auteur du double meurtre du 13 juin 2016 à Magnanville, puis d'Adel Kermiche, un des auteurs de l'attentat de l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray[28]. Elle est en plus placée en garde à vue le dans l’affaire de l’assassinat en du couple de policiers à Magnanville[36].

Inès Madani, Ornella Gilligmann et Amel Sakaou étaient en contact avec Hayat Boumeddiene, la compagne d'Amedy Coulibaly, l'auteur de la prise d'otages du magasin Hyper Cacher de la porte de Vincennes[23].

Affaires connexes[modifier | modifier le code]

En , Amel Sakaou est condamnée à trois mois de prison ferme par un juge d'Orléans pour détention d'un téléphone portable[37]. Sa sœur, qui lui avait fourni l'appareil est condamnée à trois mois de prison avec sursis. Le , elle s'en est prise à ses gardiens au centre pénitentiaire d'Orléans-Saran, alors qu'elle était convoquée par un juge d'instruction parisien. Pour menaces de mort envers trois agents de l'administration pénitentiaire elle est condamnée le à huit mois de prison ferme par le tribunal correctionnel d'Orléans[37].

En , Inès Madani est jugée devant la 16e chambre du tribunal correctionnel de Paris pour son implication dans le forum djihadiste Ansar Dawla, qu'elle coanimait avec un complice, en se faisant passer pour un homme sous divers pseudonymes[38].

Mode opératoire[modifier | modifier le code]

Dans un rapport de l'office de police Europol, le groupe État islamique pourrait recourir aux attentats à la voiture piégée pour atteindre ses cibles sur le continent européen. Selon le Laboratoire central de la préfecture de police (LCCP) l'explosion d'une seule bouteille de gaz provoque « la ruine totale du véhicule et de sa carrosserie. Des débris, comme des morceaux de l'enveloppe de la bouteille, pourront être projetés à plus de 100 mètres. Sans compter les effets thermiques de la boule de feu potentiellement ressentis au-delà des 50 mètres[12]. »

Autres suspects[modifier | modifier le code]

Samia Chalel, 23 ans, est la cinquième suspecte. Elle était en contact sur les réseaux sociaux avec un djihadiste de retour de Syrie, Abou Junayd, qui était en fait Inès Madani. La SDAT évoque une jeune fille « influençable » et « attirée par les vidéos macabres de décapitations »[39]. Elle a été à de nombreuses reprises en contact avec Inès Madani, entre les et [40] pour l'aider à trouver une planque[39]. Elle est arrêtée le à Mantes-la-Jolie et le parquet de Paris a requis sa mise en examen et son placement en détention provisoire.

Procès[modifier | modifier le code]

Le , les six accusés (les quatre femmes arrêtées le à Boussy-Saint-Antoine, leur complice Samia Chalel et leur inspirateur Rachid Kassim, considéré comme mort en Irak en 2017)[41] sont renvoyés aux assises où ils seront jugés par des magistrats professionnels[41]. Dans leur arrêt, les magistrats notent que « seul un mauvais choix du carburant, difficilement inflammable, ce que manifestement elles ignoraient toutes les deux, a fait échec à leur tentative » qui « augurait d'un carnage[42]. » Avant d'être interpellées en bas du domicile d'Amel Sakaou, les quatre complices poursuivaient « le but de commettre une nouvelle action qui ne semble pas avoir été très précisément définie » notent également les juges[42].

Le , Inès Madani est condamnée à une peine de prison de 30 ans, Ornella Gilligmann à 25 ans, Sarah Hervouët et Amel Sakaou (qui a systématiquement refusé d'assister au procès) à 20 ans. Absent du procès et possiblement mort, Rachid Kassim est condamné à la réclusion à perpétuité. Une peine de 5 ans de prison dont quatre ans assortis du sursis est infligée à Samia Chalel, l’intermédiaire entre Rachid Kassim et Inès Madani. Mohamed Lamine Aberouz, qui s’apprêtait, en 2016, à épouser religieusement Sarah Hervouët (par ailleurs suspecté d’être le complice de Larossi Abballa dans le double meurtre du 13 juin 2016 à Magnanville), et Selima Aboudi, qui échangeait également avec Inès Madani avant le projet d’attentat, ont, eux, été respectivement condamnés à 3 ans de prison ferme et 3 ans de réclusion avec sursis pour « non-dénonciation de crime terroriste »[43].

Inès Madani et Mohamed Lamine Aberouz font appel de cette décision[44].

Ils sont jugés en appel par la cour d'assises spéciale de Paris du 25 mai au 7 juin 2021. Inès Madani reconnaît avoir participé à la tentative d'attentat. Ornella Gilligmann, interrogée par visioconférence, renvoie à Inès Madani la responsabilité du projet d'attentat, ce qu'elle réfute[45]. Pour Madani, le parquet requiert la confirmation de la peine prononcée en première instance mais demande de l'assortir d'une période de sûreté des deux tiers en pointant l'absence de « signes exceptionnels de déradicalisation ». Le parquet demande également l'aggravation de la peine d'Aberouz : 5 ans de prison soit la peine maximale.

Le 7 juin 2021, Inès Madani est condamnée par la cour d'assises spéciale d'appel à trente ans de réclusion criminelle avec une période de sûreté des deux tiers[46] conformément aux réquisitions du parquet. Mohamed Lamine Aberouz est quant à lui condamnée à cinq ans d'emprisonnement pour « non-dénonciation de crime terroriste »[46].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Notre Dame Cathedral bombing attempt » (voir la liste des auteurs).
  1. (en) Lori Hinnant, « Gas Containers Found Near Notre Dame », U.S. News & World Report,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. (en) Henry Samuel, « Gas tanks and Arabic documents found in unmarked car by Paris' Notre Dame cathedral spark terror fears », Daily Telegraph,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. (en) Thomas Adamson, AP, « Prosecutor: Failed Paris car bomb plotted by IS-guided women », Washington Post,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. « Ines Madani, la djihadiste qui se faisait passer pour un homme », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. Aude Bariéty et Julien Licourt, « Attentat raté de Notre-Dame : la cour d'assises spéciale de Paris prononce de très lourdes peines », sur Le Figaro.fr, (consulté le )
  6. « Terrorisme : Ines Madani se serait fait passer pour un homme pour séduire sa complice », sur Le Journal du dimanche (consulté le ).
  7. Elle réside à Châlette-sur-Loing.
  8. C. Ape., « Attentat déjoué à Paris : La djihadiste Inès Madani se serait fait passer pour un homme pour séduire une complice », 20 minutes,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  9. Paris-Match, Daech, les femmes passent à l'action
  10. Stéphane Sellami, « Voiture aux bonbonnes : Ornella Gilligmann, mère de famille devenue terroriste », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. Paris-Match, Daech, les femmes passent à l'action
  12. a et b Stéphane Sellami et Geoffroy Tomasovitch, « Le spectre des attentats à la voiture piégée en Europe », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  13. a et b St.S., « Voiture aux bonbonnes : du baby-sitting pour financer l'attentat », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  14. Stéphane Sellami, « Voiture aux bonbonnes : histoire d'un commando de femmes », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. « Les coulisses de la traque des quatre femmes qui cherchaient à attaquer Paris », sur Le Journal du dimanche (consulté le ).
  16. « Terrorisme. Une voiture pleine de bonbonnes de gaz découverte à Paris » (consulté le )
  17. a b c et d « Ce qu'a dit François Molins de l'attentat déjoué à Paris et des arrestations en Essonne » (consulté le )
  18. a et b « Bonbonnes de gaz à Paris: les coulisses de la traque du commando féminin » (consulté le )
  19. a b et c « L'attentat "déjoué" à Paris était "téléguidé" depuis la Syrie » (consulté le )
  20. « La tour Eiffel aurait été l'une des cibles du commando de femmes djihadistes démantelé à Paris », sur RTL Info (consulté le ).
  21. ats, « Bonbonnes de gaz: Les trois femmes visaient la gare de Lyon à Paris », Le Matin Bleu,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. a b et c J.Cl. avec J.-M. Ducos et St. Sellami, « Voiture aux bonbonnes : Inès Madani serait connue des services antiterroristes belges », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. a et b Claire Digiacomi, « Ce que l'on sait du scénario macabre projeté par les femmes interpellées à Boussy-Saint-Antoine en Essonne », sur Le Huffington Post, (consulté le ).
  24. Voiture aux bonbonnes : histoire d'un commando de femmes Stéphane Sellami, Le Parisien, 11 octobre 2016, consulté le 22 avril 2016
  25. Née à Lisieux
  26. So. B., « "Il n'y a aucune poursuite judiciaire pour un projet d'attentat en Paca" concernant la djihadiste Sarah Hervouet », sur Nice-Matin (consulté le ).
  27. Sa mère Christelle Hervouët a eu Sarah d'une liaison avec un Marocain musulman du nom de Madjid qui na pas voulu la reconnaître. Sarah Hervouët ne l'a vu qu'une fois à l'âge de dix-neuf ans, mais installé dans la région parisienne avec sa famille, il ne souhaite pas la revoir.
  28. a et b http://www.lejdd.fr/Societe/Ines-Ornella-Sarah-Amel-qui-sont-les-femmes-qui-voulaient-attaquer-Paris-808318
  29. « Le scénario macabre projeté par le commando de femmes radicalisées », sur Le Huffington Post (consulté le )
  30. a et b Soren Seelow, « Terrorisme : les tribulations carcérales du détenu Aberouz », lemonde.fr, (consulté le )
  31. « Cette jeune Belge tatouée est suspectée de complicité de terrorisme », sur 7sur7.be, (consulté le ).
  32. « Qui est Rachid Kassim, l'homme dans l'ombre des attentats en France ? », sur sudouest.fr, (consulté le ).
  33. « Les inculpés de la filière terroriste de Jumet ont rencontré Inès Madani, qui a tenté de faire sauter une voiture à Paris », sur RTL Info (consulté le ).
  34. « Molenbeek: la fille de l'échevin El Khannouss inculpée dans le dossier de la filière djihadiste de Jumet », sur RTBF Info, (consulté le )
  35. « Sept "bons petits soldats" de l’Etat islamique jugés à Charleroi », La Libre Belgique,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  36. Christophe Lemoine, « Assassinat du couple de policiers à Magnanville : la Lexovienne Sarah Hervouët en garde à vue », sur actu.fr, (consulté le ).
  37. a et b Philippe Renaud, « Une terroriste présumée condamnée à huit mois ferme après avoir menacé de mort des gardiens de la prison de Saran », sur larep.fr, (consulté le )
  38. Pascale Egré, « Inès Madani, la recruteuse de Daech, se faisait passer pour un homme », sur leparisien.fr, (consulté le )
  39. a et b « Attentat raté aux bonbonnes de gaz: Samia C, l'influençable 5e femme du commando », L'Express,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  40. Lefigaro.fr avec Reuters, « Tentative d'attentat à Notre Dame de Paris: une jeune femme arrêtée », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  41. a et b l'express, « Attentat raté à Notre-Dame: cinq femmes renvoyées aux assises », sur LExpress.fr, (consulté le )
  42. a et b AFP, « Attentat raté près de Notre-Dame : cinq femmes djihadistes renvoyées aux assises », sur Le Figaro (consulté le )
  43. Rémi Dupré, « Attentat raté de Notre-Dame : les deux principales accusées condamnées à vingt-cinq et trente ans de réclusion », sur lemonde.fr, (consulté le )
  44. Agence France-Presse, « Attentat raté près de Notre-Dame : la principale accusée, Inès Madani, fait appel », sur francetvinfo.fr, (consulté le )
  45. « Attentat manqué près de Notre-Dame en 2016: 30 ans de réclusion requis en appel contre Inès Madani », sur LEFIGARO (consulté le )
  46. a et b Ouest-France avec AFP, « Attentat manqué près de Notre-Dame en 2016. Inès Madani condamnée en appel à 30 ans de réclusion », Ouest-France,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]