Chemise de Saint Louis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chemise de Saint Louis
Trésors de Saint Louis dans le trésor de Notre-Dame de Paris 2018-05-12.jpg
La chemise et les autres trésors de Saint Louis, cathédrale Notre-Dame de Paris.
Caractéristiques
Matériau
Largeur
43 cm
Hauteur
111,4 cm
Conservation
Conservateur
Trésor de la cathédrale Notre-Dame de Paris
Statut patrimonial

La chemise de Saint Louis, aussi appelée tunique de Saint Louis, est une relique vénérée par certains catholiques[1].

Descriptif[modifier | modifier le code]

Cette relique, appelée usuellement chemise de Saint Louis[2],[3],[4],[5],[6],[7], est une chemise réputée avoir appartenu au roi de France et saint catholique Louis IX, et un signe de sa piété[6].

Composée d'un tissu en lin blanc à 31 fils de chaîne environ au cm² pour 27 fils de trame, elle est large de 43 cm et haute de 111,4 cm[2]. Une manche est manquante[2], et elle présente des traces de sang[8].

Un parchemin du XVe siècle[8] cousu à la chemise indique « C'est la chemise de mons. saint Louis jadis Roy de fran et nya que une manche »[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'âge exact du vêtement est incertain. Il serait daté du XIIIe siècle[2].

La chemise figure dans l'inventaire de la Sainte-Chapelle à partir de 1480[2]. Elle est ensuite transférée à la basilique Saint-Denis le 12 mars 1791[2], puis à la Bibliothèque nationale de France le 18 novembre 1793[3].

Elle est transférée en 1804 à la cathédrale Notre-Dame de Paris[2] à l'occasion du sacre de Napoléon Ier[9]. Classée au titre objet des monuments historiques le [2], elle est restaurée en 2014 par Chevalier-conservation[2].

Le 15 avril 2019, elle est sauvée de l'incendie de Notre-Dame[1], en même temps que la Sainte Couronne, notamment grâce au prêtre Jean-Marc Fournier, aumônier des pompiers de Paris[10],[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Raretés - Couronne d'épines, tunique de Saint Louis... Les trésors de Notre-Dame de Paris », sur www.lamontagne.fr, (consulté le 17 avril 2019).
  2. a b c d e f g h i et j « Chemise de saint Louis », notice no PM75000850, base Palissy, ministère français de la Culture.
  3. a et b Jean-Pierre Babelon, La France de saint Louis: 7e centenaire de la mort de saint Louis (exposition à la salle des gens d'armes du Palais, Paris, octobre 1970-janvier 1971), Paris, Archives nationales, , chap. 47 (« Chemise dite de Saint Louis »).
  4. Desrosiers et Gaborit-Chopin 2001.
  5. Anderlini, Bernard et Schmuziger 2011.
  6. a et b Yves Chenal, « Saint Louis - 800e anniversaire », sur Herodote.net, (consulté le 17 avril 2019).
  7. Gauffre-Fayolle 2007.
  8. a et b (en) E. Jane Burns, « Why Textiles Make a Difference », dans E. Jane Burns (dir.), Medieval Fabrications: Dress, Textiles, Clothwork, and Other Cultural Imaginings, Palgrave Macmillan, coll. « The New Middle Ages », (ISBN 978-1-4039-6186-0 et 978-1-4039-6187-7), p. 8–9 et 212–213.
  9. Louis Constant Wairy, Mémoires de Constant, premier valet de chambre de l'Empereur, vol. 2, Paris, Ladvocat, , p. 117–118 [lire en ligne].
  10. « Jean-Marc Fournier, pompier, prêtre et héros de Notre-Dame », Courrier international, (consulté le 18 avril 2019).
  11. Esther Paolini, « Jean-Marc Fournier, prêtre et aumônier des pompiers de Paris et sauveur de la couronne d'épines à Notre-Dame », BFM TV, (consulté le 18 avril 2019).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Dorothy K. Burnham (en), Cut My Cote, Toronto, Musée royal de l'Ontario, , 34 p. (LCCN 75325218), p. 12.
  • Sophie Desrosiers et Danielle Gaborit-Chopin, chap. 68 « Chemise de Saint-Louis », dans Jannic Durand (dir.) et Marie-Pierre Lafitte (dir.), Le Trésor de la Sainte-Chapelle, Paris, Réunion des musées nationaux, , 302 p. (ISBN 2-7118-4275-4), p. 231–232.
  • (en) Heather Rose Jones (en), « Another Look at St. Louis's Shirt », Tournaments Illuminated, no 137,‎ , p. 22–23 (lire en ligne).
  • Nadège Gauffre-Fayolle, « Une définition du sous-vêtement médiéval à partir de la comptabilité de la cour de Savoie », dans Micrologus. Natura, Scienze e Società Medievali, vol. 15 : Le corps et sa parure, The Body and its Adornment, Florence, SISMEL, Edizioni del Galluzo, , p. 313.
  • Tina Anderlini, Gaelle Bernard et Thomas Schmuziger, « La chemise de Saint Louis, nouveaux regards », Moyen Âge, no 84,‎ , p. 46–59.
  • (en) Tina Anderlini, « The Shirt Attributed to St. Louis », dans Robin Netherton (dir.) et Gale Owen-Crocker (en) (dir.), Medieval Clothing and Textiles, vol. 11, The Boydell Press, (ISBN 978-1-78327-002-6), p. 49–78.
  • (en) Elizabeth Coatsworth et Gale Owen-Crocker (en), Clothing the Past: Surviving Garments from Early Medieval to Early Modern Western Europe, Brill, (ISBN 978-90-04-28870-6), chap. 4.5 (« Shirt of St Louis »), p. 175–178.