Djilbab

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Femme en djilbab dans une rue de Zanzibar.

Le djilbab[1],[2] ou jilbab[3] /d͡ʒilbab/[4] (arabe : جلباب djilbâb /d͡ʒilba:b/[5]) est aujourd'hui défini comme un vêtement féminin composé d'une longue robe prolongée par une sorte de capuche, le tout couvrant la tête et l'ensemble du corps à l'exception des pieds, des mains et du visage. Cet habit large et ample cache les formes de la femme.

Mais, comme le note Mansour Fahmy : « Ce djilbab a été décrit avec une insuffisante précision par les commentateurs des traditions et par les scoliastes.[6]»

Son port se retrouve dans certains pays où l’islam est la religion majoritaire, comme l'Indonésie ou l'Iran, où il est connu sous le nom de tchador[7]. Il est également porté en France dans des quartiers où la poussée salafiste est sensible[8] et disponible à la vente sur des sites français en version adulte ou enfant[9].

Influence de l'islam[modifier | modifier le code]

À travers une interprétation du verset 59 de la sourate 33 du Coran, certains mouvements musulmans conservateurs, comme le salafisme[8],[10],[11],[12],[13], recommandent le port du djilbab par les femmes musulmanes.

« Ô Prophète! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles : elles en seront plus vite reconnues et éviteront d'être offensées. Allah est Pardonneur et Miséricordieux. »

— Coran, Sourate 33, verset 59

Le site coran-seul.com propose diverses traductions de ce verset, qui prouvent l'incertitude où l'on est sur la nature de ce vêtement. Parmi elles :

« Ô prophète, dis à tes femmes, tes filles et les femmes des croyants qu’elles devront rallonger leurs vêtements.[14]»

Aucune de ces traductions, ni le verset XXIV, 31, ne précisent que ce vêtement doive obligatoirement être noir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Malek Chebel, Dictionnaire des symboles musulmans : Rites, mystique et civilisation, Albin Michel, coll. « Spiritualités vivantes », , 500 p. (ISBN 978-2-226-12137-0, lire en ligne), p. 442
  2. « Le Djilbab, nouveau déguisement des voleurs en Algérie », sur algerie-focus.com, (consulté le )
  3. La lettre arabe «  » est quelquefois transcrite « j » par anglicisme plutôt que « dj », comme l'indique la transcription traditionnelle française. Elle est prononcée dans tous les cas /d͡ʒ/.
  4. Prononciation en français de France standardisé retranscrite selon la norme API.
  5. Prononciation de l'arabe standard moderne retranscrite selon la norme API.
  6. Mansour Fahmy, La condition de la femme dans l’Islam, , p. 60
  7. « Niqab, burqa, voile... », sur liberation.fr
  8. a et b « Le salafisme gagne du terrain à Roubaix », sur liberation.fr, (consulté le )
  9. Voir par exemple http://sianat.fr/fr/13-jilbab avec cette description: Le jilbab est un vêtement islamique qui se doit de couvrir la femme de la tête aux pieds. Le plus souvent le jilbab est utilisé quand elle sort de chez elle, comme les deux cheikhs (Bukhârî et Muslim) -entre autres- le rapportent [...] un jilbab pratique, confortable et agréable à porter au quotidien.
  10. « Le «jilbab», banni d'une école en Grande-Bretagne », sur liberation.fr
  11. « Gaza: le jilbab obligatoire dans les lycées », sur lefigaro.fr
  12. Collectif, Travel Guides - : INDONÉSIE : Histoire, culture et cuisine, Lonely Planet,
  13. « Cachez ce voile que je ne saurais voir », sur liberation.fr
  14. « Sourate 33 verset 59 », sur Coran Seul (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :