Emmanuel (bourdon)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Emmanuel.
Emmanuel
FW Glocke Emmanuel.jpg
Présentation
Type
Cloche d'église (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Matériau
Propriétaire
Commune
Statut patrimonial
Logo monument historique Classé MH (1944, Cloche)
Localisation
Pays
Département
Commune

Emmanuel est le gros bourdon de la cathédrale Notre-Dame de Paris et la deuxième plus grosse cloche de France, après la Savoyarde du campanile de la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre, également à Paris.

Une première cloche, dénommée Jacqueline, avait été offerte en 1400 par Jean de Montaigu (frère de l'évêque Gérard de Montaigu), qui lui avait donné le nom de sa femme[1]. Elle fut refondue en 1430, puis en 1681 par le fondeur parisien Florentin Le Guay, où elle fut appelée Emmanuel[1] en l'honneur de Jésus-Christ. La fonte ayant été manquée, elle fut refaite en 1686. Son parrainage ayant été assuré par Louis XIV et son épouse Marie-Thérèse d'Autriche, elle porte également le prénom Marie-Thérèse.

Malgré un poids très important, la cloche ne produit pas un son très grave puisqu'elle donne la note fa dièse 2, très répandue parmi les sonneries des cathédrales françaises. Le son d'Emmanuel est cependant très pur et sa qualité musicale est internationalement reconnue. Il a accompagné certains événements importants de l’ histoire de la France comme le Te Deum pour le couronnement des rois de France, la visite du Pape et la fin des conflits, comme la Première Guerre mondiale et la Seconde Guerre mondiale, mais aussi internationale comme la chute du mur de Berlin.

Il ne sonne que lors des grandes occasions religieuses (grandes fêtes catholiques) ou civile, afin de le préserver. On le sonne aussi pour des événements tristes (ex: Charlie hebdo). Le bourdon pèse au total 13 t et son battant pèse 500 kg. Le diamètre à la base de la cloche est de 2,62 m. Avant sa motorisation, elle devait être actionnée par huit hommes[1]. Il a été placé aux côtés du bourdon Marie, fondu en 2012.

Le bourdon a été classé monument historique le [1]. En 2016, il fait l'objet d'une rénovation de son moteur de mise en volée, et d'une réparation d'une fissure causée par le battant de 470 kilogrammes. Le bourdon n'a pas été touché par l'incendie du 15 avril 2019[2].

Sources[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Antoine-Pierre-Marie Gilbert, Description historique de la basilique métropolitaine de Paris, , p. 144–145 [lire en ligne]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :