Tapis de chœur de Notre-Dame de Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Tapis de chœur de Notre-Dame de Paris
Notre-Dame de Paris - Tapis monumental du chœur - 006.jpg
Le tapis exposé dans la nef de la cathédrale en janvier 2014.
Artiste
Date
1825-1833
Commanditaires
Type
Technique
Dimensions (H × L)
2 500 × 735 cmVoir et modifier les données sur Wikidata
Format
1 220 × 735 cm et 1 280 × 733 cm
Propriétaire
État français
Localisation
Protection

Le tapis de chœur de Notre-Dame de Paris, aussi appelé tapis de chœur Louis-Philippe[1] ou tapis monumental du chœur de Notre-Dame de Paris, d'une superficie de 200 m2 environ[2], couvre le chœur de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Classé au titre objet aux monuments historiques le [1], ce tapis en laine est conservé dans les réserves et exposé très rarement, la dernière fois étant en 1980 pour une visite du pape Jean-Paul II. Il est de nouveau visible dans la nef de la cathédrale en [3].

Commande[modifier | modifier le code]

Le projet du tapis de chœur.

L'intendant général du Garde-Meuble de la Couronne, Armand Thierry (1773-1844)[4], baron de Ville-d'Avray, propose en de décorer le chœur de Notre-Dame de Paris par un tapis décent pour les jours où le roi y assiste à une grande cérémonie. Il précise que le tapis devrait être fait en deux parties, une de 11 mètres, l'autre de 13 mètres.

Le , le duc de Doudeauville, ministre de la Maison du Roi, autorise la réalisation du dessin et du modèle en grand. Le baron de Ville-d'Avray charge alors Jacques-Louis de la Hamayade de Saint-Ange[2] (1780-1860), dessinateur du Garde-Meuble de la Couronne « de faire un dessin de tapis de style gothique pour le chœur de l'église Notre-Dame ». Charles-Adrien Devertu, peintre des Gobelins, fait le modèle en grand.

Réalisation[modifier | modifier le code]

Il est alors commandé par Charles X[3]. Le tissage commence le à la manufacture de la Savonnerie[1] qui se trouve encore sur la colline de Chaillot sur le plus grand métier de haute lisse (3,48 m de haut et 11,70 m de largeur). La même année, par mesure d'économie, la Manufacture de la Savonnerie est rattachée à la Manufacture royale des tapisseries des Gobelins. Ce rattachement va entraîner le transport des huit métiers à tisser de la Savonnerie vers les Gobelins, à démonter, ployer et remonter les tissages en cours, dont le tapis de chœur, le 15 janvier 1826.[pas clair] La bordure de la première partie du tapis est presque terminée. Pour accélérer la réalisation du tapis on décide d'utiliser au total quatre métiers à tisser :

Métier à tisser de haute lisse de la Manufacture des Gobelins, dans l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert
  • deuxième métier monté le pour la partie inférieure de la croix,
  • troisième métier utilisé à partir du pour la partie de la croix portant les armes de France,
  • quatrième métier réalisant à partir du la partie du tapis comportant les cornes d'abondance.

Ces quatre parties ont été achevées successivement en , , et . Ces parties ont été rentrayées deux à deux.

Après la révolution de juillet 1830, le départ de Charles X et l'arrivée Louis-Philippe Ier, les fleurs de lys ont été supprimées[5].

Le tapis est présenté au Louvre, en , à l'exposition des productions des manufactures royales. Il est livré en par la manufacture des Gobelins au Garde-Meuble de la Couronne.

Au total, le tapis mesure près de 25 m de long et pèse environ 1,2 tonne.

À Notre-Dame de Paris[modifier | modifier le code]

Le roi Louis-Philippe offre le tapis à la cathédrale en 1841[1], à l'occasion du baptême de son petit-fils, le comte de Paris. Il est sorti de l'inventaire du Garde-meuble de la Couronne en .

À la demande de l'archevêque de Paris, les deux parties sont rentrayées en 1843 par le Mobilier de la Couronne pour former un seul ensemble.

En 1893, le conseil de fabrique de la cathédrale demande de supprimer la réunion des deux parties car il ne sert « que deux fois l'an, à Pâques et à l'Assomption, à cause des frais trop considérables qu'occasionnent sa pose et sa remise en place ».

Utilisation[modifier | modifier le code]

Le tapis de chœur a été utilisé à l'occasion de toutes les grandes célébrations.

Le , il est posé pour un Te Deum pour l'élection du prince-président Louis-Napoléon Bonaparte. Il est utilisé pour le mariage de Napoléon III avec Eugénie de Montijo et pour le baptême du prince impérial.

En 1894, le conseil de fabrique signale que l'état du tapis est « fort endommagé à l'une de ses extrémités lors des travaux de restauration de la cathédrale exécutés sous la direction de M. Viollet-le-Duc ». Les travaux de restauration sont faits aux frais de l'État. La partie endommagée, sous la châsse, est retirée. Des bandes lisses tissées par la manufacture de la Savonnerie encadrent la découpe. Cette découpe comprenait les « cercles gothiques en or sur fond orange » et le « piédestal supportant la châsse composé de petites colonnes et d'ogives ». Le tapis réparé est posé dans le chœur pour la visite du tsar Nicolas II, le . Le , l'archevêque de Paris Richard accueille le tsar et la tsarine, accompagnés du président de la République Félix Faure.

Le tapis a été utilisé pour la première messe télévisée de Noël 1948. Il est encore posé en 1980 pour la visite du pape Jean-Paul II à la cathédrale de Paris.

Il est présenté dans la nef centrale, en , en même temps que les ornements « en drap d'or » offerts à la cathédrale par Charles X et Louis-Philippe Ier ainsi qu'une chape et chasuble de l'ornement « Napoléon III ».

Iconographie[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a b c et d Notice no PM75000703, base Palissy, ministère français de la Culture.
  2. a et b Bénédicte Bonnet Saint-Georges, « Le tapis de chœur de Notre Dame de Paris exceptionnellement visible », sur La Tribune de l'art, (consulté le ).
  3. a et b Service de communication de la cathédrale Notre-Dame de Paris, « Exposition - Tapis monumental du chœur », sur notredamedeparis.fr (consulté le ).
  4. Nota : Fils de Marc-Antoine Thierry de Ville-d'Avray.
  5. Jules Janin, « Exposition de l'industrie nationale », Revue de Paris,‎ , p. 257 (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Chantal Gastinel-Coural, Cathédrale Notre-Dame de Paris, Tapis du chœur et ornements liturgiques de drap d’or, présents de Charles X, Louis-Philippe et Napoléon III, Paris, Association Maurice de Sully, , 16 p.Document utilisé pour la rédaction de l’article

Réédition complétée, 2017

Lien externe[modifier | modifier le code]