Cébazat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cébazat
Cébazat à Noël.
Cébazat à Noël.
Blason de Cébazat
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Clermont-Ferrand
Canton Gerzat
Intercommunalité Clermont Communauté
Maire
Mandat
Flavien Neuvy (UDI)
2014-2020
Code postal 63118
Code commune 63063
Démographie
Gentilé Cébazaire
Population
municipale
7 509 hab. (2011)
Densité 749 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 49′ 56″ N 3° 06′ 02″ E / 45.8322222222, 3.10055555556 ()45° 49′ 56″ Nord 3° 06′ 02″ Est / 45.8322222222, 3.10055555556 ()  
Altitude Min. 320 m – Max. 518 m
Superficie 10,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cébazat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cébazat
Liens
Site web http://www.cebazat.fr

Cébazat (Cebasac en occitan) est une commune française située dans le département du Puy-de-Dôme, en région d'Auvergne. Cébazat fait partie de l'aire urbaine de Clermont-Ferrand.

Ses habitants sont appelés les Cébazaires (Cebasaires en occitan).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Cébazat
Châteaugay Pompignat Ménétrol
Blanzat Cébazat Gerzat
Clermont-Ferrand

Climat[modifier | modifier le code]

Relevé météorologique
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0 1 3 5 8 12 14 14 11 8 3 2 6,75
Température maximale moyenne (°C) 7 9 13 15 20 23 26 26 22 18 11 8 16,42
Précipitations (mm) 19,9 16,5 15,4 37,4 46,6 48,6 37,1 38,7 44,3 34,8 29,7 19,7 32,39
Source : meteo.msn.com[1]


Records météorologiques
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Record de froid (°C)
date du record
-23,1
1971
-29
1929
-21,3
1931
-7,1
2003
-3,6
1976
1
1975
1
1925
2,4
1980
-3
1928
-9,2
1997
-11,8
1993
-25,8
1933
Record de chaleur (°C)
date du record
22,1
2002
25,9
1960
26,6
1981
31,3
1949
33
1945
37,4
1950
40,7
1983
39,6
1947
36,8
1987
29,7
2004
24,1
1970
21,9
1925
Record de vent (km/h)
date du record
112
2004
108
1990
115
1986
101
2003
94
2006
101
1990
97
2000
94
1994
101
1982
104
1987
130
1982
158
1999
Record de pluie en 24 h (mm)
date du record
49
1982
25,2
1994
26,8
1977
60,8
1998
63,4
1934
57,6
1990
51,2
1979
76,8
1939
54,2
1992
66,6
1979
57,2
1994
43,2
1957
Source : www.lameteo.org[2]


Transports[modifier | modifier le code]

Transports urbains[modifier | modifier le code]

La ville est desservie par les lignes 21,24[3] ainsi que la 31 à certaines heures (qui dessert le quartier des 3 Fées) des transports en commun de l'agglomération de clermontoise (T2C).

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal compte 29 élus[4], répartis entre les 24 membres de la majorité de gauche et les 5 membres de l'opposition de droite.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[5]
Période Identité Étiquette Qualité
En cours Flavien Neuvy UDI  
1983 Bernard Auby PS  
1971 1983 Pierre Montgroux PS  
1945 1971 Jean-Marie Bellime    
1944 1945 Louis Vacher   Président du Comité local de libération

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Allemagne Gerstetten (Allemagne) depuis le Sous-modèle utilisé pour la maintenance du modèle {{Jumelage}} via les pages liées. Sous-modèle utilisé pour la maintenance du modèle {{Jumelage}} via les pages liées.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 7 509 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 694 1 920 1 810 2 145 2 583 2 172 2 126 2 121 2 062
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 072 2 044 1 985 1 896 1 830 1 825 1 791 1 793 1 748
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 626 1 521 1 435 1 258 1 418 1 440 1 494 1 631 2 000
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
2 830 3 837 5 605 6 617 7 562 7 800 7 790 7 784 7 509
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Écoles maternelles et primaires[modifier | modifier le code]

École de musique[modifier | modifier le code]

L'école de musique a été créée en 1980 par Bernard Auby, maire de la commune. Dominique Fusciello en fut le directeur à sa création.

Elle est actuellement dirigée par Yann Maniez.

D'abord située dans les locaux du groupe scolaire Jules Ferry, elle a été transférée au Sémaphore à sa construction.

Depuis peu, elle a pris une dimension inter-communale puisqu'elle s'est étendue aux communes de Blanzat et Châteaugay, ce qui a permis d'augmenter le nombre d'instruments enseignés.

Sports[modifier | modifier le code]

La ville dispose d'un complexe sportif avec 4 terrains de football gazonnés, un gymnase, de deux salles pour la pratique des arts martiaux, un tennis couvert ainsi que quatre courts extérieurs.

Ailleurs dans la ville, on retrouve également un street park ouvert aux jeunes, équipé d'un terrain pouvant se prêter à la pratique du basket-ball ou du football.

De nouvelles infrastructures de football ont été créées dans le domaine de la Prade depuis son rachat par la ville.

Économie[modifier | modifier le code]

La zone industrielle de Ladoux, située à l'écart de la ville, sur une colline à l'est de la voie express qui relie Clermont-Ferrand à Riom, constitue la principale source de revenus de la commune grâce à la contribution économique territoriale.

De grandes entreprises y sont présentes. On peut citer, par exemple, le centre d'études et les pistes d'essais de Michelin, T.F.E., Fenwick, ...

Michelin est installé sur le site de Ladoux depuis 1965 ; progressivement, les équipes de recherche et de recherche et développement du groupe, ainsi que des unités de haute technologie, se sont établies sur ce site et de nouveaux bâtiments ont été construits. En 2013, le centre de Ladoux emploie 3 300 personnes et occupe 150 hectares ; les pistes destinées aux essais des pneumatiques, situées en contrebas des bâtiments, ont un développement de 41 km. En décembre 2013 est posée la première pierre du futur Campus RDI (Recherche, développement et industrialisation) comprenant un bâtiment de 67 000 m2, prévu pour 1 600 postes de travail[8].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Carte postale
Mairie, carte postale

La tour de l'horloge[modifier | modifier le code]

Carte postale
Tour de l'horloge ou beffroi, carte postale

Cette tour est la seule qui reste des quatre tours qui cernaient la ville au XVe siècle. Elle a été reconstruite en 1754.

L'église[modifier | modifier le code]

Carte postale
Église vue de la place de la halle, carte postale

La lanterne des morts[modifier | modifier le code]

Carte postale
Église et lanterne des morts, carte postale

Le château[modifier | modifier le code]

Carte postale
Château, carte postale

La place de la halle[modifier | modifier le code]

Carte postale
Place de la halle, carte postale

Aujourd'hui la halle a disparu, seule reste la fontaine.

Le parc Pierre Montgroux[modifier | modifier le code]

D'abord nommé « parc Chamerlat » (nom de la dernière famille propriétaire du domaine), il a ensuite été renommé en l'honneur de l'ancien maire.

Ce parc est d'une superficie de 5 hectares. Il est décoré de nombreuses fleurs et possède un étang, où vivent des cygnes et des canards.

Au fond du parc, on peut voir des paons, et le parc devient un vaste endroit de détente et d'amusement. Les enfants disposent d'une aire de jeux.

Un agrandissement du parc est prévu pour ouvrir en 2013, avec entre autres un plan d'eau de plus de 6 000 m2 ainsi que de nombreuses espèces végétales et animales.

Le domaine de la Prade[modifier | modifier le code]

Carte postale
Château de la Prade

Le domaine a été racheté en 2007 par la mairie, il appartenait alors à EDF. La ville réfléchit à un projet autour des 4 000 m2 de bâtiments.

La maison du peuple[modifier | modifier le code]

Carte postale
Maison du peuple

De nos jours, la maison du peuple est une des annexes de la caserne de pompiers.

La place de la Commune-1871[modifier | modifier le code]

Un marché a lieu sur la place de la Commune-1871 le jeudi et le dimanche. Elle accueille également le bal pour les festivités du 14 juillet.

Le reste du temps, elle sert de parking en plein centre de la ville.

Sémaphore[modifier | modifier le code]

Sémaphore est une salle de concerts, de théâtre et de danse. Elle a été inaugurée le 31 janvier 1998 en présence de la ministre de la culture de l'époque Catherine Trautmann.

Cette salle est composée d'un gradin amovible (de 314 places) et d'un balcon fixe (212 places). Sémaphore peut aussi accueillir des congrès dans ses nombreuses salles de réunion.

La salle est dirigée depuis son ouverture par Jacques Madebene.

Le nombre d'abonnés a toujours augmenté d'une année sur l'autre. Sémaphore accueille en moyenne 35 à 40 spectacles par saison.

Tous les ans au mois de novembre se déroule un festival de chanson française : « Sémaphore en chanson », dont le 10e anniversaire a été célébré en 2009. Ce festival se présente sous la forme d'un concert sous chapiteau puis de 2 concerts dans la grande salle.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Ville fleurie : trois fleurs[9].

TriNa Orchestra[modifier | modifier le code]

En 2011 s'est déroulé le premier épisode d'une série de rencontres entre jeunes musiciens des villes de Cébazat, de Gerstetten Drapeau : Allemagne et de Pilisvörösvár Drapeau : Hongrie (ville jumelée avec Gerstetten), afin de former un orchestre européen Drapeau : Europe, le « TriNa Orchestra ».

La première rencontre s'est déroulée en Allemagne du 25 avril au 01 mai 2011 avec un concert donné le 30 avril à Heldenfingen[10].

La deuxième rencontre s'est déroulée en France du 08 avril au 15 avril 2012 avec un concert donné le 14 avril à 19h00 au Sémaphore de Cébazat[11].

La troisième rencontre s'est déroulée en Hongrie du 20 juillet au 28 juillet 2013 avec un concert donnée le 26 juillet à 19h00 à Pilisvörösvár[12].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Cébazat : D'hier et d'autrefois, Fusium,‎ 2007, 160 p. (ISBN 978-2-9529539-1-7)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]