Étienne Michelin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Michelin (homonymie).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Michelin.

Étienne Michelin, né le 4 janvier 1898 à Clermont-Ferrand et mort le 27 août 1932 à Saint-Genès-Champanelle (Puy-de-Dôme) , fils aîné d'Édouard Michelin (1859-1940) et père de François Michelin[1], était cogérant de la manufacture Michelin.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1921, il épouse Madeleine Callies (1898-1936), fille de Jacques Callies (1859-1925), président des Papeteries Aussedat, et de Marie Aussedat.

Pilote expérimenté, il décolle le 27 août 1932 en fin d'après midi de l'aérodrome d'Aulnat à bord de son Moth de 85 CV et met le cap vers la chaîne des Puys[2]. Pris dans un orage, il s'écrase dans la plaine de Lachamps, au pied du Puy de Dôme et il est tué dans l'accident[3]. Une stèle à sa mémoire est érigée sur le lieu de l'accident, sur la commune de Saint-Genès-Champanelle[4].

Étienne Michelin a été à l'origine de la fondation du couvent des clarisses capucines de Chamalières, comme le rappelle une plaque de marbre dans le bâtiment : « Ici, le 14 septembre 1930, la sainte messe fut célébrée pour la première fois par le très révérend père Bonaventure de Carpentras, gardien du couvent des capucins à Clermont-Ferrand, et servie par le pieux fondateur de ce monastère, Monsieur Étienne Michelin, en présence de sa famille et de la communauté[5]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Trois générations de salariés chez Michelin: un vécu authentique du XXe siècle par Raymond Louis Morge, Editions L'Harmattan, 2006, p 322.
  2. Le Petit Parisien, n° 20270, 28 août 1932, BNF.
  3. Lieux de mémoire aéronautique dans le Puy de Dôme, ARSA/Les Vieilles Tiges 04/2007.
  4. aerostele.net.
  5. Mon Clermont secret, Clermont-Ferrand, La Montagne, 2e éd., 2013, p. 51.