Blanzat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Blanzat
La mairie de Blanzat
La mairie de Blanzat
Blason de Blanzat
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Clermont-Ferrand
Canton Gerzat
Intercommunalité Clermont Communauté
Maire
Mandat
Michel Beyssi
2014-2020
Code postal 63112
Code commune 63042
Démographie
Gentilé Blanzatois, Blanzatoises
Population
municipale
3 793 hab. (2011)
Densité 545 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 49′ 50″ N 3° 04′ 42″ E / 45.8306, 3.078345° 49′ 50″ Nord 3° 04′ 42″ Est / 45.8306, 3.0783  
Altitude Min. 360 m – Max. 611 m
Superficie 6,96 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Blanzat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Blanzat
Liens
Site web http://www.ville-blanzat.fr

Blanzat est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région d'Auvergne. Blanzat fait partie de l'aire urbaine de Clermont-Ferrand.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Blanzat est située dans la vallée du Bédat entre le col de Bancillon (anciennement du Chevalard) au sud et le plateau de la Bade au nord. Le village touche la préfecture Clermont-Ferrand au sud à travers les collines appelées Côtes de Clermont.

Principaux lieux-dits : le Bancillon, le Chevalard, le Crouzeix, les Mauvaises, Rochefort[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Ses communes limitrophes sont :

Rose des vents Malauzat Châteaugay Rose des vents
Sayat N Cébazat
O    Blanzat[2]    E
S
Durtol, Nohanent Clermont-Ferrand

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 696 hectares ; son altitude varie entre 360 et 611 mètres[3].

Le centre de la commune est situé dans une zone plate proche du fond de la vallée du Bédat. Il est encadré par deux accentuations du relief : Au sud se trouvent les Côtes de Clermont, franchissables par un col au lieu-dit « le Bancillon » tandis qu'au nord se trouve le plateau volcanique de la Bade[4].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par le Bédat[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La route départementale 2 est la principale voie d'accès, elle contourne le centre-ville par le sud. Elle se prolonge vers Cébazat à l'est et Nohanent à l'ouest-sud-ouest (il existe aussi une départementale 2C).

Le centre-ville est traversé par la départementale 764 ; celle-ci continue jusqu'à Sayat, tout comme la D 762.

La départementale 796 dessert le quartier des Mauvaises, au nord, près du plateau de la Bade, en direction de Malauzat.

Transport en commun[modifier | modifier le code]

Blanzat est desservie par la ligne 24 du réseau de Transports en commun de l'agglomération clermontoise T2C, tous les jours, entre h 50 et 21 h environ. Cette ligne dessert quatre arrêts : La Grotte, Place du Montel, Jarzy, Ceyre. La correspondance avec le tramway s'effectue à l'arrêt Croix de Neyrat ou Champratel[5]. Avant la réorganisation des lignes du réseau T2C, c'était la ligne 21 qui desservait la commune du lundi au samedi et la ligne 3 les dimanches et jours fériés[6], et avant 2006, les lignes 15B (Puy de l'Orme) et 17B (Place du Montel) la desservaient (lignes 2/17 les dimanches et jours fériés)[7].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Aucune urbanisation notable au sud de la départementale 2, mis à part des stades[1].

Le Plan local d'urbanisme (PLU) a été prescrit par le conseil municipal le 26 juin 2003, arrêté le 18 décembre 2006 et approuvé le 14 avril 2008[8]. Tous les secteurs sont concernés par un risque sismique.

Logement[modifier | modifier le code]

En 2009, le nombre total de logements dans la commune était de 1 688, alors qu'il était de 1 514 en 1999.

Parmi ces logements, 95,2 % étaient des résidences principales, 0,4 % des résidences secondaires et 4,3 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 87 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 12,8 % des appartements[a 1].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 74,4 %, en hausse sensible par rapport à 1999 (72,1 %). La part de logements HLM loués vides était de 12,4 % (contre 9,8 %)[a 2].

Aménagements[modifier | modifier le code]

La ville de Blanzat prévoit d'aménager deux écoquartiers : Fonleite et le Puy de l'Orme.

L'écoquartier Fonleite prévoit l'accueil de 60 logements sociaux près de la rue de Sayat[9].

L'écoquartier du Puy de l'Orme est situé à l'ouest du centre-ville, à vocation d'habitat. Conformément au PLU en vigueur, aucune urbanisation n'est possible[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Blanzatois et les Blanzatoises[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

L’existence du site de Blanzat est très ancienne. En 1888, des fouilles attestent la présence de premiers habitants à l’époque magdalénienne, de nombreux outils en silex taillé, des restes d'un foyer, un bois de cerf travaillé sont découverts[12].

On trouve la trace de seigneurs de Blanzat au XIIIe siècle. Le village appartient jusqu'en 1614 à la famille de Cébazat, qui le vend alors à Blain le Loup, seigneur de Préchonnet, à Bourg-Lastic. En 1640, des créanciers saisissent le village, et il est racheté par Jacques Tuboeuf, président à la chambre des comptes de Paris[12]. La famille Tuboeuf revendra finalement Blanzat en 1788 à Jean Alexis de la Salle, de Chaynat[12].

L'existence d'un château fort et de fortifications est attesté jusqu'en 1686[12].

Lors du XIXe siècle et environ jusqu'à 1914, le village prospéra grâce aux cultures fruitières (viticulture puis pommiculture par la suite) et à l'industrie (Papeterie St Vincent, usine de caoutchouc Michelin)[13]. Les activités industrielles cessent avant 1914, et Blanzat redevient un bourg viticole[13]. La désertification des campagnes touche durement la commune, réduisant son nombre d'habitants à 946 en 1936.

C'est finalement le développement de la voiture, l'attrait nouveau pour les communes péri-urbaines et la forte immigration étrangère (à grande majorité portugaise) qui permettent au village de se repeupler pour atteindre les 4000 habitants[14].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Blanzat fait partie de Clermont Communauté qui regroupe vingt-et-une communes de l’agglomération clermontoise.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Aux élections municipales de 2014, seul Michel Beyssi s'est représenté. Il acquiert 27 sièges au conseil municipal dont 2 au conseil communautaire. Le taux de participation est de 52,14 %[15].

Aux élections européennes de 2014, la liste Union de la gauche a recueilli le plus de voix (22,09 %) ; le deuxième score est détenu par la liste UMP avec 19,78 % des voix et le troisième score par la liste FN avec 18,42 %. Le taux de participation est de 44,73 %[16].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
 ? mars 2001 Louis Degemard PCF puis DVG  
mars 2001 mars 2014 Jacques Prival PS Cadre comptable et financier EDF, retraité
mars 2014 en cours Michel Beyssi    
Les données manquantes sont à compléter.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

  • Déchèterie, gérée par la communauté d'agglomération.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 793 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
947 1 292 1 457 1 303 1 380 1 078 1 064 1 097 1 050
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 222 1 175 1 193 1 182 1 168 1 215 1 339 1 112 1 122
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 047 952 945 853 956 970 946 960 1 027
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
1 176 1 696 2 277 3 566 3 522 3 918 3 906 3 793 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2004[18].)
Histogramme de l'évolution démographique


Sur la période 1999-2009, la commune a enregistré un taux annuel moyen de variation négatif de 0,2 %. Le taux de natalité est de 8,7 ‰ et celui de mortalité est de 8,5 ‰[a 3].

Pyramide des âges de Blanzat en 2009 en pourcentage[a 4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans et plus
1,4 
6,3 
75 à 89 ans
9,7 
22,7 
60 à 74 ans
22,1 
21,6 
45 à 59 ans
22,3 
17,4 
30 à 44 ans
17,2 
16,2 
15 à 29 ans
12,3 
15,6 
0 à 14 ans
15 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Blanzat dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Elle gère trois écoles publiques : les écoles maternelles Louis-Blanc et Maurice-Grangier et une école élémentaire constituant un groupe scolaire[19].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Blanzat organise tous les ans fin novembre la Fête du Livre. La vingt-neuvième édition a eu lieu en 2011[20].

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

  • Complexe Sportif de la Croix Saint-Géraud
  • En septembre est organisée la transvolcanique, Randonnée VTT sur 2 jours aller-retour de 2 × 80 km jusqu'au Mont-Dore.

Médias[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

  • Caserne des sapeurs-pompiers André Dumas

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2009, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 2 445 personnes, parmi lesquelles on comptait 68,5 % d'actifs dont 63,9 % ayant un emploi et 4,7 % de chômeurs[a 5].

On comptait 535 emplois dans la zone d'emploi. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone étant de 1 568, l'indicateur de concentration d'emploi est de 34,1 %, ce qui signifie que la commune offre un emploi pour 3 habitants actifs[a 6].

Répartition de la population active et nombre d’emplois selon la catégorie socio-professionnelle en 2009
Agriculteurs exploitants Artisans, commerçants, chefs d’entreprise Cadres et professions intellectuelles supérieures Professions intermédiaires Employés Ouvriers Ensemble
Population active[a 7] 12 78 214 435 554 448 1 757
Actifs avec emploi[a 7] 12 62 209 415 513 427 1 638
Nombre d’emplois[a 8] 12 40 39 89 189 105 474

1 439 des 1 568 personnes âgées de 15 ans ou plus sont des salariés[a 9]. La majorité des actifs travaillent dans une autre commune du département[a 10].

Le salaire net horaire moyen (en euros) s'élève à 12,70 €, il est maximal pour les cadres (22,40 €) et minimal pour les employés/ouvriers non qualifiés (8,90 €)[a 11].

Le chômage (au sens du recensement) des 15-64 ans s’élevait en 2009 à 6,8 %[a 12]. Au 31 décembre 2011, on comptait 165 demandeurs d'emploi de catégorie ABC dont 94 de catégorie A[a 13].

Entreprises et établissements[modifier | modifier le code]

En 2011, 11 entreprises ont été créées à Blanzat[a 14] dont 3 auto-entrepreneurs[a 15], portant le total à 123 entreprises[a 16].

Démographie des entreprises et des établissements au 1er janvier 2011
Secteur d’activité Entreprises Établissements
Créations[a 14] individuelles[a 15] Nombre[a 16] Créations[a 17] Nombre[a 18]
Industrie 1 1 13 1 14
Construction 1 0 29 1 29
Commerce, transports et services divers 4 2 56 6 64
Administration publique, enseignement,
santé et action sociale
5 5 25 5 29
Ensemble 11 8 123 13 136
Source : Insee, Répertoire des entreprises et des établissements SIRENE

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Blanzat (XVIIIe siècle), inscrit aux monuments historiques[21]
  • Église Saint Pardoux

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

  • Espace culturel La Muscade[22] (Inauguré en février 2009[23])
  • Médiathèque communautaire Aimé-Césaire, à destination de la population blanzatoise mais aussi des habitants de Cébazat, Châteaugay et Gerzat, ouverte en janvier 2013 et inaugurée le 9 février pour un coût de 4 533 000 € HT avec la participation de l'État, de la Région, du Département et de Clermont Communauté, le foncier étant à la charge de la ville[24].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • DDE du Puy-de-Dôme, Blanzat : le plan d'occupation des sols, Mairie de Blanzat,‎ 1976, 8 p.
  • A.-G. Manry, Histoire des communes du Puy-de-Dôme, Horvath,‎ 1987 (ISBN 2-7171-0448-8) [détail des éditions]
  • Marc Prival, Blanzat et Châteaugay, Éditions Alan Sutton, coll. « Mémoire en images »,‎ 2003 (ISBN 978-2-84253982-5)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références Insee[modifier | modifier le code]

Certaines données sont issues du dossier local établi par l'Insee [lire en ligne] :

  1. LOG T2 – Catégories et types de logements.
  2. LOG T7 – Résidences principales selon le statut d'occupation.
  3. POP T2M – Indicateurs démographiques.
  4. POP T3 – Population par sexe et âge en 2009.
  5. EMP T1 – Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  6. EMP T5 – Emploi et activité.
  7. a et b EMP T3 – Population active de 15 à 64 ans selon la catégorie socioprofessionnelle.
  8. EMP T7 – Emplois par catégorie socioprofessionnelle.
  9. ACT T1 – Population de 15 ans ou plus ayant un emploi selon le statut en 2009.
  10. ACT T4 – Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la zone.
  11. SAL T1 – Salaire net horaire moyen (en euros) selon la catégorie socio-professionnelle en 2010.
  12. EMP T4 – Chômage (au sens du recensement) des 15-64 ans.
  13. DEFM T1 – Catégories de demandeurs d'emploi inscrits en fin de mois selon le sexe et l'âge.
  14. a et b DEN T1 – Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2011.
  15. a et b DEN T2 – Créations d'entreprises individuelles par secteur d'activité en 2011.
  16. a et b DEN T3 – Nombre d'entreprises par secteur d'activité au 1er janvier 2011.
  17. DEN T4 – Créations d'établissements par secteur d'activité en 2011.
  18. DEN T5 – Nombre d'établissements par secteur d'activité au 1er janvier 2011.

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Blanzat sur le Géoportail
  2. Blanzat sur Lion 1906
  3. Institut national de l'information géographique et forestière, Répertoire géographique des communes, [télécharger].
  4. « Promenade », sur Ville-Blanzat.fr (consulté le 04/09/2014)
  5. SMTC/T2C, Guide horaires valable du 13 janvier au 29 juin 2014, p. 168-181 (en ligne sur T2C rubrique horaires).
  6. SMTC/T2C, Guide horaires valable du 2 juillet au 26 août 2012.
  7. SMTC/T2C, Plan du réseau, édition 2005
  8. [PDF] Plan local d'urbanisme de la commune de Blanzat, novembre 2013, 77 p.
  9. Éco quartier Fonleite, 18 juin 2013 (consulté le 25 mai 2014).
  10. Écoquartier du Puy de l'Orme
  11. Blanzat sur habitants.fr
  12. a, b, c et d Manry (1987), p. 241
  13. a et b Manry (1987), p. 242
  14. « Le patrimoine », sur Ville-Blanzat.fr (consulté le 02/09/2014)
  15. Résultats des élections municipales de 2014 sur le site du Ministère de l'Intérieur
  16. Résultats des élections européennes de 2014 sur le site du Ministère de l'Intérieur
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  19. Annuaire des établissements scolaires de Blanzat, Ministère de l'Éducation nationale
  20. Affiche de la Fête du Livre 2011
  21. « Château de Blanzat », base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. Présentation de La Muscade sur le site de Blanzat
  23. Présentation de La Muscade sur le site de Clermont Communauté
  24. Médiathèque Aimé-Césaire, site de Clermont Communauté
  25. Michéle Juillard, Thomas Degeorge (1786-1854) : Catalogue Exposition Musée Bargoin à Clermont-Ferrand du 28 octobre 1978 au 14 janvier 1979, Siman,‎ 1978, 50 p.
  26. « Stars à Blanzat », sur Le Stade de Poteaux du Blanzat Athletic Club (consulté le 02/09/2014)