Châteaugay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec Châteauguay, une ville québécoise de la Montérégie, en banlieue sud de Montréal.
Châteaugay
Image illustrative de l'article Châteaugay
Blason de Châteaugay
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Riom
Canton Châtel-Guyon
Intercommunalité Clermont Communauté
Maire
Mandat
René Darteyre
2014-2020
Code postal 63119
Code commune 63099
Démographie
Gentilé Châteaugayres
Population
municipale
3 160 hab. (2012)
Densité 348 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 51′ 07″ N 3° 05′ 08″ E / 45.8519, 3.085645° 51′ 07″ Nord 3° 05′ 08″ Est / 45.8519, 3.0856  
Altitude Min. 320 m – Max. 537 m
Superficie 9,08 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Châteaugay

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Châteaugay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Châteaugay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Châteaugay

Châteaugay est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région d'Auvergne. Elle fait partie de l'aire urbaine de Clermont-Ferrand.

Ses habitants sont appelés les Châteaugayres.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village est situé à l'extrémité d'un plateau basaltique volcanique (le plateau de Lachaud, provenant de la Chaîne des Puys) qui domine la plaine de la Limagne.

Elle a fait partie du canton de Riom-Ouest jusqu'en 2015 ; à la suite du redécoupage des cantons de 2014, la commune est rattachée au canton de Châtel-Guyon[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Elle est limitrophe avec 7 communes[2],[3] :

Communes limitrophes de Châteaugay
Riom, Marsat Ménétrol
Malauzat Châteaugay
Blanzat Cébazat, Gerzat

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le plateau basaltique de la Bade se prolonge vers Châteaugay (Lachaud) où l'on trouve une carrière encore en activité. De l'autre côté du Bédat on trouve un plateau de même niveau (La Plaine) dont la carrière a été désaffectée il y a quelques années.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2015). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le climat de Chateaugay se rattache aux relevés de Clermont-Ferrand qui est la station météorologique la plus proche, à 15 km au sud.

Située à l'est de la chaîne des Puys, la région clermontoise est caractérisée par une des plus fortes amplitudes thermiques annuelles de France. L'été chaud est marqué par des orages tandis que l'hiver est froid et sec. La station de mesures de Météo-France a ainsi enregistré les températures extrêmes de +40,7 °C en juillet 1983 et de -29 °C en février 1929. La région clermontoise se situe en zone de rusticité 8a.[réf. nécessaire]

La commune de Châteaugay a connu 1 593 heures d'ensoleillement en 2014 ; cette durée est inférieure à la moyenne nationale (1 664 heures). Elle a bénéficié de l'équivalent de 66 jours de soleil en 2014.[réf. nécessaire]

Les précipitations étaient, en 2014, de 459 mm, en-dessous de la moyenne nationale (652 mm).[réf. nécessaire]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la voie express RD 2009 (anciennement la route nationale 9). Ses accès à la commune sont :

  • la RD 21 ;
  • la RD 402 (et ses antennes RD 402C, RD 402D et RD 402E) ;
  • la RD 763.

Transport en commun[modifier | modifier le code]

La ligne 31 dessert la commune de Châteaugay, aux heures de pointe du lundi au samedi ; en heures creuses, le transport à la demande prend le relais[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

De caractère rural et vigneron pendant toute la première moitié du XXe siècle, le village devient peu à peu une commune résidentielle avec la réalisation d'un grand nombre de constructions individuelles. Deux zones artisanales et commerciales, l'une dans le bourg, l'autre en bordure de la route départementale 2009, complètent le tissu économique local.

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté le nom de Bel-Air[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Aux élections municipales de 2014, René Darteyre a été élu maire au 1er tour avec 58,70 % des voix, il acquiert 19 sièges au conseil municipal dont 2 au conseil communautaire. Raymond Lambert a été battu avec 41,29 % des voix et acquiert les 4 sièges restants. Le taux de participation est de 67,18 %[6].

Aux élections européennes de 2014, la liste UMP a recueilli 22,47 % des voix, suivie par la liste FN avec 18,94 %. Le taux de participation est de 46,12 %[7].

Aux élections départementales de 2015, le binôme François Cheville - Danièle Privat (socialiste) a recueilli 52,32 % des suffrages exprimés[8], mais n'est pas élu dans le canton de Châtel-Guyon au profit du binôme Lionel Chauvin - Anne-Marie Maltrait (Union de la droite)[9]. Le taux de participation dans la commune est de 50,10 %[8], inférieur à celui du canton (51,93 %)[9].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

  • Liste « Réussir ensemble pour Châteaugay »[10] présidée par René Darteyre : majorité (19 sièges)
  • Liste « Agir pour Châteaugay »[10] présidée par Raymond Lambert : opposition (4 sièges)

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis 1983
Période Identité Étiquette Qualité
1983 1985 Paul Fugier PS Ingénieur Météo
1985 1989 Geneviève Desbordes SE Avocate
1989 2001 Patrice Brault SE Médecin
2001 2014 Bernadette Chassefière SE Employée
2014 en cours René Darteyre   Retraité

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 3 160 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
868 697 1 006 997 993 1 158 1 160 1 174 1 211
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 238 1 228 1 185 1 153 1 180 1 176 1 240 1 266 1 217
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 090 976 908 777 802 855 803 786 1 023
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2012
1 452 1 847 2 144 2 410 3 050 2 963 3 074 3 105 3 160
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[12].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Châteaugay dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Elle gère l'école maternelle publique des Cèdres et une école élémentaire publique[13].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Jardins et espaces verts[modifier | modifier le code]

Le parc Jay : situé dans le centre du village, ouvert à différentes animations, arboré et comportant notamment un grand cèdre.

Santé[modifier | modifier le code]

Trois docteurs médecine générale, une pharmacie, un cabinet d'infirmiers (ères), une kiné, une dentiste.

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

France 3 Auvergne, France Bleu Pays d'Auvergne

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Châteaugay ; édifié sur l'emplacement du château de Vigoche du XIe siècle. Les seigneurs de Vigoche sont cités au milieu du XIIIe siècle. Le château et la seigneurie sont acquis par les sires de Giac au milieu du XIVe siècle. En 1381, Pierre de Giac, chancelier du Duc de Berry et futur chancelier de France, fait reconstruire l'édifice qu'il baptise Château-Gay.
    Il comportait à l'origine un bâtiment central et deux tourelles de guet, auxquels furent ajoutées deux tours cinquante ans plus tard, puis au XVe siècle et à la Renaissance différentes extensions et décorations, dont une superbe porte de pierre dans la cour intérieure. Le château, d'où l'on a une vue saisissante sur la Limagne, les monts du Forez, et la chaîne des Puys, est ouvert à la visite. Son donjon carré du XIVe siècle est demeuré intact[14].
  • Le vignoble ; en 1809 lorsque Napoléon Ier fit établir le premier cadastre, tout le coteau exposé au sud et à l’est en bordure de la plaine de la Limagne était recouvert de vignes. Le vignoble de Châteaugay (Gamay et Chardonnay) s'étend sur ses coteaux depuis le XVIIIe siècle, et produit un vin d'appellation VDQS Côtes d'Auvergne.
  • Rue des Caves ; elle est bordée de caves creusées directement dans la pépérite, par des prisonniers à l'époque de Napoléon Ier.
  • L'église nouvelle ; cette église qui n'était plus depuis longtemps utilisée pour le culte, a été désacralisée le par l'évêque de Clermont-Ferrand Jean Dardel[15].
  • Une école construite dans les années 1970 aux formes intéressantes.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Châteaugay mi-parti, au premier d'or à la croix engrêlée de gueules, au second d'or à la croix ancrée d'azur.
Variante du blason de Châteaugay écartelé, au premier d'or à la bande d'azur accompagnée de six merlettes de sable posées en orle, au second de gueules à la tour d'argent, au troisième, de gueules au bousset d'argent, au quatrième, de sable à la croix dentelée d'or.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marc Prival, Mémoire en France : Blanzat et Châteaugay, Saint-Cyr-sur-Loire, éditions Alan Sutton,‎

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Décret no 2014-210 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Puy-de-Dôme
  2. Carte de Châteaugay sur le Géoportail
  3. « Châteaugay », sur Lion 1906 pour l'orientation.
  4. SMTC/T2C, Guide horaires valable du 13 janvier au 29 juin 2014 Site T2C, rubrique horaires.
  5. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Résultats des élections municipales 2014 sur le site du Ministère de l'Intérieur
  7. Résultats des élections européennes 2014 sur le site du Ministère de l'Intérieur
  8. a et b « Résultats des élections départementales 2015 - PUY DE DOME (63) - canton de Châtel-Guyon, commune de Châteaugay », sur le site Élections du ministère de l'Intérieur (consulté le 1 avril 2015).
  9. a et b « Résultats des élections départementales 2015 - PUY DE DOME (63) - canton de Châtel-Guyon », sur le site Élections du ministère de l'Intérieur (consulté le 1 avril 2015).
  10. a et b Listes aux élections municipales de 2014
  11. Marc Prival, Mémoire en France : Blanzat et Châteaugay, Saint-Cyr-sur-Loire, Éditions Alan Sutton,‎ , p. 6.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2012.
  13. Annuaire des établissements scolaires de Châteaugay sur le site du Ministère de l'Éducation nationale
  14. Charles-Laurent Salch, Les plus beaux châteaux forts en France, Strasbourg, Éditions Publitotal,‎ , p. 71-72.
  15. Marcel Pierre et Maryse Pierre, Clochers de Basse-Auvergne, Nonette, Éditions Créer,‎ , p. 265.