Romagnat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Romagnat
Romagnat au premier plan au pied du Montrognon, et Clermont-Ferrand au second plan.
Romagnat au premier plan au pied du Montrognon, et Clermont-Ferrand au second plan.
Blason de Romagnat
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Arrondissement de Clermont-Ferrand
Canton Canton d'Aubière
Intercommunalité Clermont Communauté
Maire
Mandat
Laurent Brunmurol
2014-2020
Code postal 63540
Code commune 63307
Démographie
Population
municipale
8 049 hab. (2011)
Densité 478 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 43′ 50″ N 3° 06′ 05″ E / 45.7306, 3.1014 ()45° 43′ 50″ Nord 3° 06′ 05″ Est / 45.7306, 3.1014 ()  
Altitude Min. 391 m – Max. 837 m
Superficie 16,84 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Romagnat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Romagnat

Romagnat est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région Auvergne. Romagnat fait partie de l'aire urbaine de Clermont-Ferrand.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Romagnat est située au sud de Clermont-Ferrand.

Elle est limitrophe avec Beaumont, Aubière, Pérignat-lès-Sarliève, La Roche-Blanche, Chanonat, Saint-Genès-Champanelle et Ceyrat[1].

Communes limitrophes de Romagnat
Beaumont Clermont-Ferrand Aubière
Ceyrat,
Saint-Genès-Champanelle
Romagnat Pérignat-lès-Sarliève
Chanonat La Roche-Blanche

Géologie[modifier | modifier le code]

La ville est classée dans la zone de sismicité modérée comme la majorité des communes du département classées dans cette zone[2], ainsi que ses communes limitrophes.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

RD 21 à l’entrée de Clémensat, lieu-dit de la commune de Romagnat
La route départementale 21 à l’entrée de Clémensat.

Elle est traversée par les routes départementales :

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Romagnat est desservie par les lignes 3, 12 et 27 du réseau de transports urbains de l'agglomération clermontoise T2C.

  • La ligne 3 est prolongée à certaines heures d’Aubière Place des Ramacles à Romagnat Gergovia et circule sept jours sur sept (certaines courses sont toutefois limitées à La Gazelle). En semaine, 15 allers-retours sont proposés en direction de Champratel ou Cébazat CHR Nord[3].
  • La ligne 12 relie Delille Montlosier à Quartier Chambon en desservant systématiquement la place François-Mitterrand. Environ 40 allers-retours sont assurés en semaine[4].
  • La ligne 27 ne fonctionne que très rarement et surtout en période scolaire, en partant de la porte de la Rodade (un site de Michelin) pour ensuite partager son tracé avec la ligne 12 jusqu’à Tocqueville puis desservir les quartiers de Clémensat, Saulzet-le-Chaud et Opme[5].
  • Un service de transport à la demande est proposé pour la desserte des quartiers de Saulzet-le-Chaud et Opme.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine et quartiers[modifier | modifier le code]

Le château de Bezance
Mairie - Château de Bezance.

Le quartier Bezance abrite la mairie, ancien château du baron de Romagnat.

La Gazelle est un quartier d'habitation où sont situés le lycée professionnel et une école primaire.

De nombreux commerces sont installés place de la liberté, devenue place François-Mitterrand, en centre-ville.

On trouve dans le quartier Pérouses la gendarmerie, un complexe sportif (gymnase, terrains de football, de rugby et de tennis). C'est avant tout un quartier d'habitation.

Logement[modifier | modifier le code]

En 2009, le nombre total de logements dans la commune était de 3 751, alors qu'il était de 3 416 en 1999. Parmi ces logements, 94 % étaient des résidences principales, 1 % des résidences secondaires et 5 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 74,5 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 25,1 % des appartements[a 1].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 69,9 %, en très légère hausse par rapport à 1999 (69,6 %). La part de logements HLM loués vides était de 13,1 % (contre 11,7 %)[a 2].

Aménagements[modifier | modifier le code]

  • En 2012, réaménagement du carrefour entre les avenues Jean-Jaurès et Jean-Moulin.[réf. souhaitée]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de cette localité incite à lui trouver une origine liée à l'époque gallo-romaine. Une des hypothèses les plus souvent avancées est celle selon laquelle il faudrait la voir dans la phrase latine Romanii hac Obiere et Perignum, que l'on peut traduire approximativement par « les Romains périrent ici » (cf. la victoire des Gaulois au siège de Gergovie, car ce célèbre lieu qui consacra la victoire, en juin 52 AC, de Vercingétorix sur Jules César en personne aux commandes de ses armées, est abrité sur le territoire communal). C'est évidemment une fausse étymologie savante inventée à l'époque moderne qu'il faut rejeter définitivement.

Le XVe siècle voit Romagnat entreprendre ses premières fortifications qui doivent assurer la sécurité des habitants. Outre un fossé et d'épais remparts, huit tours gardent les entrées de la ville. Il ne reste aujourd’hui que la tour du Terrail, face à la Poste.

En 1631, la peste fait des ravages dans la ville.

En mars 1789, Romagnat et Opme, paroisses distinctes à l'époque, rédigent deux cahiers de doléances qui sont conservés aux Archives départementales. Le 22 mars 1789, le Baron Emmanuel d'Aubier de la Monteilhe, seigneur de Saulzet, est désigné rapporteur de la Commission nommée pour examiner la question importante de l'égalité de tous devant l'impôt.

L'événement majeur du Second Empire est sans conteste la visite de Napoléon III à Gergovie (à l'époque appelé Merdogne) et à Romagnat. Elle engendre un grand émoi au sein de la commune, comme en témoigne le compte-rendu du Conseil municipal en date du 26 juin 1862 (registre en Mairie).

En août 1910, pour la fête patronale, l'électricité brille sur Romagnat.

En 1940-1941, le général de Lattre de Tassigny séjourne dans le village voisin de Opme où il fonde une École de cadres.

En 1959 débute la construction de la cité de Bezance. C'est le départ de l'expansion démographique et urbaine. Romagnat prend son caractère de banlieue résidentielle de Clermont-Ferrand, tandis que Saulzet et Opme conservent longtemps encore leur aspect agricole de semi-montagne.

En 1961, la commune achète au Baron de Tocqueville le château de Bezance pour en faire l'Hôtel de Ville.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Romagnat faisait partie, jusqu'en 2007, de la 2e circonscription du département. Suite au redécoupage des circonscriptions législatives françaises de 2010, elle fait désormais partie de la 4e circonscription.

Les résultats des élections depuis 2000 ont donné (au second tour) :

Résultats des élections depuis 2000
Élection Année Élu(e) Battu(e) Participation
Présidentielle 2002 Jacques Chirac 90,18 % Jean-Marie Le Pen 9,82 % 85,09 %[6]
2007 Nicolas Sarkozy 44,03 % Ségolène Royal 55,97 % 88,45 %[7]
2012 François Hollande 61,09 % Nicolas Sarkozy 38,91 % 85,78 %[8]
Législatives 2002 (2e circonscription) Alain Neri 51,07 % Paul Suss 48,93 % 65,51 %[9]
2007 (2e circonscription) Alain Neri 58,21 % Paul Suss 41,79 % 62,07 %[10]
2012 (4e circonscription) Jean-Paul Bacquet
élu au premier tour
48,40 % Bertrand Barraud 24,17 % 58,13 %[11]
Européennes
(deux meilleurs scores)
2004 Catherine Guy-Quint 39,03 % Brice Hortefeux 20,35 % 48,15 %[12]
2009 Jean-Pierre Audy 25,71 % Henri Weber 23,51 % 48 %[13]
Régionales 2004 Pierre-Joël Bonté 55,48 % Valéry Giscard d'Estaing 44,52 % 71,51 %[14]
2010 René Souchon 65,82 % Alain Marleix 34,18 % 57,59 %[15]

Romagnat est plutôt tournée à gauche. Les électeurs ont choisi un candidat de gauche aux élections législatives de 2002, 2007 et 2012 et ont voté en majorité pour le candidat élu aux élections présidentielles et régionales.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Arsène Boulay PS Député de 1967 à 1973, Président du Conseil Général de 1973 à 1976
juin 1995 2001 Bernard Brajon PS  
mars 2001 2006 Bernard Brajon PS  
2006 mars 2008 Jean-François Sauvadet PS  
mars 2008 mars 2014 François Farret PS  
mars 2014 en cours Laurent Brunmurol[16]    
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Romagnat est jumelée avec la ville de Licciana Nardi en Italie, dans la région de Toscane.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 8 049 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 507 1 884 2 068 1 973 2 129 2 094 1 990 1 952 1 847
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 778 1 765 1 660 1 710 1 715 1 701 1 606 1 652 1 576
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 506 1 376 1 323 1 157 1 301 1 246 1 231 1 239 1 729
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
3 064 4 244 5 983 6 974 8 268 8 177 8 271 8 049 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2004[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Depuis les années 1960, la population n’a cessé d’augmenter. Le solde naturel était en effet très élevé sur la période 1968-1975, avec un taux de natalité de 19,9 ‰ contre un taux de mortalité de 5,5 ‰. Le taux annuel moyen de variation atteignait 5 %. Sur la période 1999-2009, ces taux sont respectivement de 8,7 et 7,4 ‰ mais cette variation annuelle moyenne de la population est négative (– 0,1 %) due au solde migratoire (solde apparent des entrées sorties) de – 0,2 %[a 3]. Depuis les années 1960, la population n’a cessé d’augmenter. Le solde naturel était en effet très élevé sur la période 1968-1975, avec un taux de natalité de 19,9 ‰ contre un taux de mortalité de 5,5 ‰. Le taux annuel moyen de variation atteignait 5 %. Sur la période 1999-2009, ces taux sont respectivement de 8,7 et 7,4 ‰ mais cette variation annuelle moyenne de la population est négative (– 0,1 %) due au solde migratoire (solde apparent des entrées sorties) de – 0,2 %[a 4].

Pyramide des âges de Romagnat en 2009 en pourcentage[a 5]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans et plus
0,8 
8,1 
75 à 89 ans
10,7 
18,5 
60 à 74 ans
18,8 
21,8 
45 à 59 ans
23,4 
18,1 
30 à 44 ans
17,3 
17,4 
15 à 29 ans
14,1 
15,7 
0 à 14 ans
14,8 

En 2009, on comptait 3 526 ménages (soit 7 896 habitants), dont 28,2 % sont des ménages d'une personne et 69 % avec familles[a 6]. Parmi les 2 434 ménages avec famille, 40 % étaient des couples avec enfants, 11,8 % des familles monoparentales et 48,2 % des couples sans enfant[a 7].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Romagnat fait partie de l’académie de Clermont-Ferrand. Elle gère cinq écoles primaires dont deux aux niveaux maternelle et élémentaire (Jacques-Prévert et Louise-Michel), ainsi qu’une école élémentaire (Saulzet-le-Chaud)[19].

Le Conseil régional d'Auvergne gère de son côté le lycée professionnel Vercingétorix[19], mais dans le cadre du nouveau schéma sur l’offre de formation des lycées professionnels, et malgré plusieurs manifestations contre la fermeture de cet établissement, celui-ci fermera ses portes en 2015[20]. Des formations doivent être transférées vers d’autres lycées (existants ou nouveaux) de l’agglomération clermontoise, le bâtiment de ce lycée étant « construit en 1979 [et] en très mauvais état » qui aurait dû conduire à sa « fermeture administrative »[21].

L’établissement régional d'enseignement adapté de Lattre-de-Tassigny est situé dans le quartier d’Opme[19],[22],[23] ; c'est une ancienne école de cadres construite par de Lattre, de 1940 à 1941[24].

En 2009, 6 168 personnes de 15 ans ou plus résidant dans la commune n’étaient plus scolarisées : 9,7 % étaient titulaires d’un certificat d'études primaires, 7,6 % d’un BEPC ou brevet des collèges, 23,6 % d’un CAP ou d’un BEP et 17,3 % d’un baccalauréat ou d’un brevet professionnel[a 8].

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage s’élevait à 34 637 €[26] (la commune compte 3 477 ménages[a 9]).

En 2009, il existait 4 440 foyers fiscaux (leur impôt moyen étant de 1 645 €), dont 2 932 imposables[a 10].

Emploi, salaires et chômage[modifier | modifier le code]

En 2009, la population âgée de 15 à 64 ans s’élevait à 5 219 personnes, parmi lesquelles on comptait 71 % d’actifs dont 65,6 % ayant un emploi et 5,4 % de chômeurs[a 11].

On comptait 2 080 emplois dans la zone d’emploi (dont 1 811 salariés[a 12]). Le nombre d’actifs ayant un emploi résidant dans la zone étant de 3 445, l'indicateur de concentration d'emploi est de 60,4 %, ce qui signifie que la commune offre moins d'un emploi par habitant actif (ou encore : un emploi pour deux habitants actifs)[a 13].

Répartition de la population active et nombre d’emplois selon la catégorie socio-professionnelle en 2009
Agriculteurs exploitants Artisans, commerçants, chefs d’entreprise Cadres et professions intellectuelles supérieures Professions intermédiaires Employés Ouvriers Ensemble
Population active[a 14] 4 150 752 1 108 1 034 629 3 718
Actifs avec emploi[a 14] 4 146 732 1 059 922 574 3 438
Nombre d’emplois[a 15] 11 157 215 699 606 409 2 098

3 085 des 3 445 personnes âgées de 15 ans ou plus (soit 89,6 %) sont des salariés[a 16], parmi lesquels 79,9 % sont titulaires de la fonction publique et contrats à durée indéterminée, 6,7 % des contrats à durée déterminée ; parmi les non-salariés, on recensait 4,75 % d'indépendants et 5,5 % d'employeurs[a 17].

Le salaire net horaire moyen (en euros) s'élève à 13,80 €, il est maximal pour les cadres (23,90 €) et minimal pour les employés (9,60 €)[a 18].

Le chômage (au sens du recensement) des 15-64 ans s’élevait en 2009 à 7,7 %[a 19]. Au 31 décembre 2011, on comptait 349 demandeurs d'emploi de catégorie ABC dont 210 de catégorie A (autant d'hommes que de femmes)[a 20].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2010, Romagnat comptait 428 établissements actifs : 28 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 30 dans l'industrie, 69 dans la construction, 221 dans le commerce-transports-services divers et 80 étaient relatifs au secteur administratif. 6 entreprises avaient plus de 50 salariés[a 21].

En 2011, 48 entreprises ont été créées à Romagnat[a 22], 35 individuelles dont 27 auto-entrepreneurs[a 23], ce qui représente au total 272 entreprises[a 24].

Démographie des entreprises et des établissements en 2011
Secteur d’activité Entreprises Établissements
Créations[a 22] individuelles[a 23] Nombre[a 24] Créations[a 25] Nombre[a 26]
Industrie 4 4 24 5 30
Construction 6 4 55 6 63
Commerce, transports et services divers 34 24 153 36 179
Administration publique, enseignement,
santé et action sociale
4 3 40 5 45
Ensemble 48 35 272 52 317
Source : Insee, Répertoire des entreprises et des établissements SIRENE

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Jardin du Château d'Opme, XVIIe siècle, classé monument historique depuis le 6 novembre 1969[27]
  • Église d'Opme, XIe siècle, inscrite au titre des monuments historiques depuis le 17 juin 1959[28]
  • Château d'Opme, XIVe et XVIIe siècles, classé monument historique le 6 septembre 1916 (sa ferme est inscrite le 20 mars 2006)[29]

La mairie est un château ancien

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles de Wikipédia[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références Insee[modifier | modifier le code]

Les données sont issues du dossier local établi par l’Insee [PDF] [lire en ligne (page consultée le 6 octobre 2013)] :

  1. LOG T2 – Catégories et types de logements.
  2. LOG T7 – Résidences principales selon le statut d'occupation.
  3. POP T2M – Indicateurs démographiques.
  4. POP T2M – Indicateurs démographiques.
  5. POP T3 – Population par sexe et âge en 2009.
  6. FAM T1 – Ménages selon la structure familiale.
  7. FAM T3 – Composition des familles.
  8. FOR T2 – Diplôme le plus élevé de la population non scolarisée de 15 ans ou plus selon le sexe en 2009.
  9. REV T2 – Ménages fiscaux
  10. REV T1 – Impôts sur le revenu des foyers fiscaux
  11. EMP T1 – Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  12. EMP T6 – Emplois selon le statut professionnel.
  13. EMP T5 – Emploi et activité.
  14. a et b EMP T3 – Population active de 15 à 64 ans selon la catégorie socioprofessionnelle.
  15. EMP T7 – Emplois par catégorie socioprofessionnelle.
  16. ACT T1 – Population de 15 ans ou plus ayant un emploi selon le statut en 2009.
  17. ACT T2 – Statut et condition d'emploi des 15 ans ou plus selon le sexe en 2009.
  18. SAL T1 – Salaire net horaire moyen (en euros) selon la catégorie socio-professionnelle en 2010.
  19. EMP T4 – Chômage (au sens du recensement) des 15-64 ans.
  20. DEFM T1 – Catégories de demandeurs d'emploi inscrits en fin de mois selon le sexe et l'âge.
  21. CEN T1 – Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2010.
  22. a et b DEN T1 – Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2011.
  23. a et b DEN T2 – Créations d'entreprises individuelles par secteur d'activité en 2011.
  24. a et b DEN T3 – Nombre d'entreprises par secteur d'activité au 1er janvier 2011.
  25. DEN T4 – Créations d'établissements par secteur d'activité en 2011.
  26. DEN T5 – Nombre d'établissements par secteur d'activité au 1er janvier 2011.

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. Localisation de Romagnat : communes limitrophes, Lion 1906
  2. Décret no 2010-1255 du 22 octobre 2010 portant délimitation des zones de sismicité du territoire français
  3. Guide horaires T2C, hiver 2013-2014, p. 50 à 65 [lire en ligne (page consultée le 5 octobre 2013)]
  4. Guide horaires T2C, hiver 2013-2014, p. 141 à 147 [lire en ligne (page consultée le 5 octobre 2013)]
  5. Guide horaires T2C, hiver 2013-2014, p. 188-189 [lire en ligne (page consultée le 5 octobre 2013)]
  6. Résultats de l'élection présidentielle de 2002 sur le site du Ministère de l'Intérieur
  7. Résultats de l'élection présidentielle de 2007 sur le site du Ministère de l'Intérieur
  8. Résultats de l'élection présidentielle de 2012 sur le site du Ministère de l'Intérieur
  9. Résultats des élections législatives de 2002 sur le site du Ministère de l'Intérieur
  10. Résultats des élections législatives de 2007 sur le site du Ministère de l'Intérieur
  11. Résultats des élections législatives de 2012 sur le site du Ministère de l'Intérieur
  12. Résultats des élections européennes de 2004 sur le site du Ministère de l'Intérieur
  13. Résultats des élections européennes de 2009 sur le site du Ministère de l'Intérieur
  14. Résultats des élections régionales de 2004 sur le site du Ministère de l'Intérieur
  15. Résultats des élections régionales de 2010 sur le site du Ministère de l'Intérieur
  16. Liste des maires 2014, site de la préfecture du Puy-de-Dôme (consulté le 9 juin 2014).
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  19. a, b et c « Annuaire des établissements scolaires de la commune de Romagnat », sur le site du Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 6 octobre 2013).
  20. France Bleu Pays d'Auvergne, « Le lycée Vercingétorix de Romagnat fermera en 2015 », sur francebleu.fr,‎ 26 juin 2013 (consulté le 6 octobre 2013).
  21. [PDF] Conseil régional d'Auvergne, « Transfert des formations du lycée Vercingétorix de Romagnat », sur auvergne.fr (consulté le 6 octobre 2013).
  22. « Lycée d'enseignement adapté de Lattre de Tassigny (LEA) », sur .ville-romagnat.fr, ville de Romagnat (consulté le 16 mars 2014).
  23. « Établissement régional d'enseignement adapté de Lattre de Tassigny EREA », sur education.gouv.fr, ministère de l'Éducation nationale (consulté le 16 mars 2014).
  24. « EREA de Lattre de Tassigny – Romagnat », sur erea-de-lattre-de-tassigny.entauvergne.fr (consulté le 16 mars 2014).
  25. Publications sur le site de la mairie.
  26. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 » (consulté le 7 octobre 2013).
  27. « Notice no IA63000894 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  28. « Notice no PA00092330 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  29. « Notice no PA00092329 », base Mérimée, ministère français de la Culture