Tiretaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tiretaine
La Tiretaine depuis la passerelle du cimetière des Carmes à Clermont-Ferrand.
La Tiretaine depuis la passerelle du cimetière des Carmes à Clermont-Ferrand.
Caractéristiques
Longueur 16,7 km
Bassin ?
Bassin collecteur Loire
Débit moyen 0,3 m3/s (Clermont-Ferrand)
Cours
Se jette dans Artière et Bédat
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France
Régions traversées Auvergne (département = Puy-de-Dôme)

La Tiretaine est un petit cours d'eau qui prend sa source à la Font de l'Arbre (commune d'Orcines, dans la chaîne des Puys en Auvergne). C'est un affluent à la fois de l'Artière et du Bédat, car elle se ramifie dans l'agglomération clermontoise.

Elle a inspiré Jean Maupoint qui en fit une chanson[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La Tiretaine a une longueur de 16,7 kilomètres[2]. La Tiretaine a sa résurgence dans le village de la Font-de-l'Arbre.

Sa vallée d'origine ayant été comblée il y a 40 000 ans par la coulée d'un volcan recouvert depuis par le puy de Dôme (il y a 10 000 ans), ce torrent, grossi par le ruisseau de Vaucluse qui descend de Manson, a creusé un nouveau lit : la vallée de Royat.

C'est la rivière qui passant par Royat et Chamalières traverse la ville de Clermont-Ferrand ; elle se sépare au niveau du parc thermal de Royat en plusieurs bras de part et d'autre du maar de Clermont, le bras principal passant au nord de la butte historique ; elle est canalisée et souvent souterraine, mais en de nombreux points circule à l'air libre, parfois même le long de parcs ou de places aménagées. Elle traverse, entre autres, le site Michelin des Carmes (siège international du groupe) puis le cimetière du même nom immédiatement après.

Elle alimentait les fossés des remparts, construits au XIIIe siècle et abandonnés au XVIIIe siècle), de ce qui était à l'époque la ville de Montferrand. D'après Gabriel Fournier[3], au XVe siècle, la Tiretaine passait à l’extérieur des remparts, alors que dans le dernier état des remparts, elle pénétrait dans l’enceinte près de l’angle nord-ouest pour en ressortir à l’est.

La branche nord se jette dans le Bédat au nord de Clermont-Ferrand, à la limite de la commune de Gerzat.

La branche sud, qui passe entre le centre historique et le plateau Saint-Jacques, est plus petite et entièrement souterraine ; elle rejoint l'Artière à l'est de la ville, entre la zone industrielle du Brézet et l'aéroport de Clermont-Ferrand sur la commune d'Aulnat.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le texte de la chanson est donné dans Mon Clermont secret, op. cit., p. 32.
  2. SANDRE, « Fiche ruisseau la tiretaine (K276610A) » (consulté le 11 décembre 2009)
  3. Gabriel Fournier, Châteaux, villages et villes d'Auvergne au XVe siècle d'après l'armorial de Guillaume Revel, Bibliothèque de la Société française d'archéologie, Droz, Genève, 1973, p. 47-48 et annexes.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Michel Delaveau, La Tiretaine, rivière secrète de Clermont-Ferrand, éd. La Galipote, 1997.
  • Mon Clermont secret, Thierry Gauthier dir., Clermont-Ferrand, La Montagne, 2e éd., mars 2013, pp. 26-32.