Muraille Servienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Servien.
Mur Servien
La muraille Servienne
La muraille Servienne

Lieu de construction Autour du pomœrium
Date de construction IVe siècle av. J.-C.
Ordonné par République romaine
Type de bâtiment Enceinte fortifiée
Longueur 11 km
Le plan ci-dessous est intemporel.

Murservien planrome2.png Tracé du mur Servien et localisation des portes dans la Rome antique (en rouge)

Coordonnées 41° 54′ 06″ N 12° 30′ 06″ E / 41.901778, 12.50172341° 54′ 06″ Nord 12° 30′ 06″ Est / 41.901778, 12.501723  
Liste des monuments de la Rome antique

La muraille Servienne ou mur Servien (en latin : Murus Servii Tullii), est une enceinte défensive construite autour de la ville de Rome au IVe siècle av. J.-C. Le mur faisait 3,6 m de large, 11 km de périmètre et avait seize portes.

Historique[modifier | modifier le code]

La muraille servienne commencée sous Tarquin l'Ancien porte le nom du sixième roi de Rome, Servius Tullius, qui fit entourer Rome au VIe siècle av. J.-C. d'un agger de protection, levée de terre haute de 6 mètres et précédée d'un fossé. Un tesson de kylix attique trouvé dans les fondations daterait la construction de la fin du VIe siècle av. J.-C.. Le périmètre protégé coïncidait avec la limite du pomœrium englobant le plateau du Quirinal, du Viminal et de l'Esquilin. Des parties renforcées de muraille en grosses dalles de capellaccio sont encore visibles en divers points comme le Capitole et l'Aventin[1],[2].

La fortification fut relevée durant la république, après le sac de Rome de 390 av. J.-C. fait par les Gaulois[3]. Le mur fut construit avec de larges blocs de tuf volcanique extraits de la Grotta Oscura, une carrière proche de Véies. Il mesurait 7 mètres de haut pour 3,7 mètres d'épaisseur. Selon Tite-Live[4], un tributum fut imposé en 378 av. J.-C.pour financer la construction, qui fut mise en adjudication par les censeurs[3]. Le périmètre protégé de 426 hectares faisait de Rome la plus grande ville d'Italie[5]. Outre le mur, certaines sections de la structure comportaient une fosse profonde, afin d'augmenter la hauteur de l'enceinte. Le long de son périmètre nord, le plus faible du point de vue topographique, se situait un agger, une rampe de terre défensive amassée à l'intérieur de l'enceinte. Cela élargissait le mur, et donnait en plus aux défenseurs une base pour se tenir et repousser les attaques. Le mur était également équipé de machines de guerre défensives telles que des catapultes[réf. nécessaire].

Lors de la deuxième guerre punique, en 211 av. J.-C., Hannibal s'approcha de Rome, mais se retira, vu l'impossibilité de tenter un assaut, la muraille Servienne et les troupes qui la garnissaient étant suffisamment dissuasives pour protéger la ville[6].

Le mur était encore en place à la fin de la république et au début de l'empire. À cette époque, Rome avait déjà commencé à s'étendre hors des limites de la muraille Servienne. L'organisation de Rome par régions sous Auguste plaça les régions II, III, IV, VI, VIII, X et XI à l'intérieur du mur, et les autres à l'extérieur.

Le mur perdit sa raison d'être au moment où Rome devint bien protégée par l'expansion constante de sa puissance militaire, à la fin de la république et durant l'empire. Comme la ville continuait de grandir et prospérer, elle fut pour l'essentiel ouverte et sans remparts durant les trois premiers siècles de notre ère. Cependant, lorsqu'elle fut menacée par les attaques des tribus barbares au IIIe siècle, l'empereur Aurélien se vit obligé de construire le mur qui porte son nom, d'un périmètre beaucoup plus important que la muraille Servienne.

Des sections du mur Servien sont encore visibles de nos jours dans plusieurs endroits de Rome. La plus grande partie conservée est située juste à côté de Termini, la principale gare ferroviaire de Rome. Une autre section notable sur le mont Aventin inclut une arche pour une catapulte défensive de la fin de la république.

Portes fortifiées[modifier | modifier le code]

Les portes de la muraille Servienne, depuis le Vélabre dans le sens des aiguilles d'une montre, c'est-à-dire, du Capitole au Quirinal vers le nord-est, puis du Viminal jusqu'au Caelius vers le sud, jusqu'à l'Aventin au sud-ouest et enfin vers le Forum Boarium vers le nord, dans le Vélabre, sont :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Heurgon 1993, p. 258
  2. Cébeillac-Gervasoni, Chauvot et Martin 2003, p. 22
  3. a et b Cébeillac-Gervasoni, Chauvot et Martin 2003, p. 66
  4. Tite-Live, Histoire romaine, VI, 32
  5. Heurgon 1993, p. 301
  6. Polybe, Histoires, 6 ; Tite-Live, Histoire, XXVI, 9

Bibliographie[modifier | modifier le code]