Bastogne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne une ville de Belgique. Pour les autres significations, voir Bastogne (homonymie).
Bastogne
La Place McAuliffe(anciennement Place du Carré)
La Place McAuliffe
(anciennement Place du Carré)
Blason de Bastogne
Héraldique
Drapeau de Bastogne
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Luxembourg Province de Luxembourg
Arrondissement Bastogne
Bourgmestre Benoît Lutgen (cdH)
Majorité cdH
Sièges
cdH
Avenir
25
17
8
Section Code postal
Bastogne
Longvilly
Noville
Villers-la-Bonne-Eau
Wardin
6600
6600
6600
6600
6600
Code INS 82003
Zone téléphonique 061
Démographie
Gentilé Bastognard(e)
parfois Bastognais(e)[1]
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
15 127 (1er janvier 2014)
49,47 %
50,53 %
88 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
(1er janvier 2013)
24,53 %
62,54 %
12,92 %
Étrangers 4,52 % (1er janvier 2013)
Taux de chômage 11,65 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 12 030 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 50° 00.25′ N 5° 43.2′ E / 50.00417, 5.7250° 00.25′ Nord 5° 43.2′ Est / 50.00417, 5.72  
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
172,03 km2 (2005)
63,72 %
24,73 %
8,01 %
3,54 %
Localisation
Situation de la ville dans son arrondissement et la province de Luxembourg
Situation de la ville dans son arrondissement et la province de Luxembourg

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 13.svg
Bastogne

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 13.svg
Bastogne
Liens
Site officiel bastogne.be

Bastogne (allemand : Bastnach, luxembourgeois : Baaschtnech, néerlandais : Bastenaken) est une ville francophone de Belgique et un chef-lieu d'arrondissement situé en Région wallonne dans la province de Luxembourg.

Connue surtout pour le siège subi par la ville durant la bataille des Ardennes en 1944, la ville conserve plusieurs monuments commémorant ces événements, dont le plus important est le mémorial du Mardasson, inauguré en 1950.

Bastogne constitue par ailleurs l'une des étapes-clefs de la « classique » Liège-Bastogne-Liège, la « doyenne » des courses cyclistes, créée en 1892, et c'est dans cette ville que fut organisé, de 1902 à 1907, le Circuit des Ardennes, la première course automobile majeure disputée sur circuit fermé.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Vue sur la ville.

Bastogne est située en Ardenne belge, dans l'est de la province de Luxembourg à 12 km de la frontière luxembourgeoise, à 515 m d'altitude sur la ligne de crête qui sépare les bassins versants du Rhin et de la Meuse. Elle est la 9e commune de Belgique par superficie et la troisième de la province (après Libramont-chevigny et Léglise). En termes de population, c'est la 4e commune de la province après Arlon, Marche-en-Famenne et Aubange.

Localités[modifier | modifier le code]

La commune de Bastogne, assez vaste, compte cinq sections comportant chacune de nombreux hameaux.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune est délimitée à l'est par la frontière luxembourgeoise qui la sépare du district de Diekirch.

Communes limitrophes de Bastogne
Bertogne Houffalize Wincrange
Bastogne Winseler
Vaux-sur-Sûre Fauvillers · Boulaide Lac de la Haute-Sûre

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Bastogne est située sur la ligne de crête qui sépare les bassins versants du Rhin et de la Meuse. Cette ligne constitue une des voies utilisées dès la préhistoire par les nomades et reprise ensuite par les Romains.

Bien que dans les alentours de Bastogne on retrouve des traces qui remontent à l'époque celte et romaine, le premier document écrit date de l'an 634. Il s'agit d'un don fait par le diacre Grimon à l'abbaye Saint-Maximin de Trèves.

Bastogne était entourée de remparts comportant environ 15 tours dont une seule subsiste, la porte de Trèves.

Le Musée en Piconrue, situé non loin de l'église Saint-Pierre, est consacré au passé plus ancien de la ville et de ses environs, ainsi qu'aux traditions de la région.

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le mémorial du Mardasson, rue de Clervaux.
Borne terminale de la « voie de la Liberté », place McAuliffe.

En 1940, des Chasseurs ardennais résistèrent aux troupes allemandes venues du Grand Duché de Luxembourg et le caporal Emile Cady y perdit la vie. Une plaque commémorative est apposée sur le blockhaus où il fut tué.

En 1944, la commune fut au centre de la bataille des Ardennes pendant l'hiver 1944-1945.

Le siège de Bastogne durant la bataille des Ardennes peut être résumé comme suit.

Le 22 décembre 1944, alors que la ville est encerclée depuis plusieurs jours, le général McAuliffe, commandant de la 101e division aéroportée américaine, est réveillé en sursaut quand on lui annonce qu'il est invité à se rendre aux Allemands. Sa réponse abrupte « Nuts » (littéralement : « des noix ») à cet ultimatum décide du siège de Bastogne.

Le 23, le ciel s'est dégagé, permettant à l'aviation de ravitailler les troupes. Néanmoins, le 25, l'avance allemande atteint sa pointe maximum. Les Alliés vont mettre tout en œuvre pour reprendre le dessus. La 3e armée, sous les ordres du général Patton, contre-attaque sur le flanc sud-est et pénètre dans Bastogne le 26. L'aviation alliée parvient à empêcher le ravitaillement en carburant des blindés allemands. Début janvier, c'est l'arrivée au nord de la 1re armée.

Enfin, le 25 janvier, le saillant de l'armée allemande en Ardenne est résorbé, alors qu'il s'était étendu jusqu'à quelques kilomètres de la Meuse.

Le mémorial du Mardasson, situé rue de Clervaux, commémore ces événements, et le Bastogne War Museum, installé sur le même site, est un musée dans lequel on peut trouver l'une des plus importantes collections en rapport avec la Seconde Guerre mondiale.

Sur la place McAuliffe, la place principale de la ville, on peut voir un buste du général McAuliffe, un char Sherman, ainsi que la borne terminale de la « voie de la Liberté ».

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville be Bastogne.svg
La ville possède des armoiries.
Blasonnement : Parti de gueules et d’azur, et brochant sur la partition, la Sainte Vierge avec l’enfant Jésus de carnation, vêtus d’or et ceints d’une couronne à trois fleurons du même, la Vierge tenant de sa dextre un sceptre fleurdelisé aussi d’or.
Source du blasonnement : Lieve Viaene-Awouters et Ernest Warlop, Armoiries communales en Belgique, Communes wallonnes, bruxelloises et germanophones, t. 1 : Communes wallonnes A-L, Bruxelles, Dexia,‎ 2002.



Démographie[modifier | modifier le code]

Le graphique suivant reprend la population résidente au 1er janvier de chaque année[2] pour la commune.

Culture[modifier | modifier le code]

Curiosités[modifier | modifier le code]

  • La chapelle Notre-Dame de Bonne Conduite, érigée en 1634[3], à côté de laquelle se trouve un autre « vestige » de char américain – le plus connu, à Bastogne, étant le Sherman de la Place McAuliffe ;
  • Autres :
    • Le Petit Séminaire, faisant aujourd'hui partie de l'INDSé (Institut Notre-Dame Séminaire de Bastogne) ;
    • La Grand Rue, qui a ceci de particulier que l'un et l'autre côté de la même rue portent un nom différent : rue du Sablon et rue du Vivier (si l'on se trouve Place McAuliffe et que l'on regarde la Grand Rue en direction de l'église Saint-Pierre, la « rue » du Sablon est à gauche et la « rue » du Vivier à droite) ;
    • L'ancien couvent des frères franciscains ;
    • Le monument commémoratif de la Première Guerre, inauguré dans les années 1920, et qui se trouve aujourd'hui, du moins une partie du monument original – le bas-relief – contre le flanc de l'église Saint-Pierre ;
    • Le monument dit « L'Ardennaise », conçu par le sculpteur V. Demanet et l'architecte J. Theys, et commémorant les deux guerres mondiales ; il est constitué d'une stèle portant l'inscription « Passant, Souviens-toi que des Bastognards… » suivie des noms de victimes de guerre, et d'une statue représentant une vieille Ardennaise endeuillée ; ce monument sera déplacé depuis son érection et se trouve aujourd'hui au carrefour de le rue Pierre Thomas et de la rue Gustave Delperdange, près des musées d'histoire ;
    • Le Sherman, trônant sur la place McAuliffe, à côté de la borne terminale de la voie de la Liberté et du buste du général McAuliffe ;
    • Le monument dédié au général Patton.

Musées[modifier | modifier le code]

Folklore[modifier | modifier le code]

  • La foire aux noix a lieu chaque année en décembre. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, elle n'a rien à voir avec la fameuse réponse « nuts » (« noix » en français) du général McAuliffe pendant le siège de Bastogne. C'est une tradition bien plus ancienne qui remonte à plus de 150 ans. À l'époque, la foire aux noix était une foire où se louaient les domestiques. La tradition voulait que ces derniers, une fois réengagés, nouassent autour de leur cou un mouchoir rouge à pois blancs pour montrer qu'ils n'étaient plus à louer et, à cette occasion, ils offraient des noix aux jeunes filles. Le hasard a voulu que le fameux « nuts » du général McAuliffe tombât le 22 décembre 1944, à l'époque où traditionnellement Bastogne fêtait la foire aux noix. Après la guerre, le folklore et l'histoire militaire ont trouvé leur place dans cette manifestation où, aujourd'hui, les représentants de la ville lancent des noix aux habitants depuis le balcon de l'hôtel de ville.
  • Il existe un Kot Bastogne à Louvain-la-Neuve.

Sports[modifier | modifier le code]

Bastogne, Circuit des Ardennes 1906. Voitures au stand.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

La ville est à la croisée de deux voies de communications importantes de la province de Luxembourg : l’A26/E25 (Gênes-Berne-Luxembourg-Maastricht-Rotterdam) et la route nationale 4 (Bruxelles-Namur-Luxembourg).

Autrefois, la ville était également desservie par le chemin de fer : la ligne 163 (Libramont-Bastogne-Gouvy) et la ligne 164 (Bastogne-Wiltz).

La ville est également un nœud du réseau des bus des TEC, notamment avec une liaison express vers Namur en 1h22, parcourant la N4, ainsi qu'une liaison rapide historique, la ligne de bus 1011 (Athus-Arlon-Bastogne-Houffalize- Liège).

Sécurité et secours[modifier | modifier le code]

La ville fait partie de la zone de police Centre Ardenne pour les services de police, ainsi que de la de la Zone de secours Luxembourg pour les services de pompiers. Elle abrite d'ailleurs l'école provinciale de formation des sapeurs-pompiers. Elle disposera de nouveaux locaux adaptés dans la nouvelle caserne des pompiers de Bastogne qui devrait ouvrir en 2014.

Le numéro d'appel unique pour ces services est le 112.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Un pacte d'amitié a été conclu avec la commune de Tulette en France le 16 avril 2005. Bastogne est jumelée à Périers en Normandie.

Références à la ville[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Auguste Neÿen, Histoire de la ville de Bastogne, depuis son origine celtique jusqu'à nos jours, Arlon, Everling-Luxembourg, Buck, 1868, 473 p.
  • Louis Lefèbvre, Bastogne, cité militaire du XVIIe siècle, Arlon, Fasbender, 1954, [107] p.
  • Paul Fécherolle, Contribution à l'histoire de Bastogne: Bastogne dans le temps, s.l.n.d., [1970], 147 p., [8] p. d'ill.
  • Louis Lefèbvre, Histoire de Bastogne, tome 1, Arlon, Everling, 1989, 405 p.

Galerie de photographies[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Germain, Guide des gentilés : Les noms des habitants en Communauté française de Belgique, Bruxelles, Ministère de la Communauté française,‎ 2008 (lire en ligne), p. 61.
  2. « Chiffres de la population résidente au 1er janvier, par année 1990‑2011 », sur le site de l’INS (consulté le 16 décembre 2012).
  3. « Chapelle Notre-Dame de Bonne Conduite », sur le site de l'IRPA.