Portes de Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Accès au Boulevard périphérique de Paris : leur noms constituent un sous-ensemble des portes de l’ancienne enceinte de Thiers.

Paris étant ceinturée par le boulevard périphérique, on appelle portes de Paris les accès routiers et piétons à la ville. Comme Paris a connu plusieurs enceintes successives au cours des siècles, on trouve des traces d'anciennes portes de Paris à l'intérieur de la ville.

Les portes de Paris aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Pour une correspondance des portes avec les boulevards des Maréchaux et les communes limitrophes, voyez la Liste des boulevards des Maréchaux et des portes de Paris.

Arrondissements de Paris.

Liste des portes et poternes créées lors de l'extension de Paris en 1860 et ayant laissé aujourd'hui une trace dans sa toponymie, triée dans le sens horaire à partir du nord, démarrage de la route nationale 1 :

Nord-est[modifier | modifier le code]

18e arrondissement est[modifier | modifier le code]

19e arrondissement[modifier | modifier le code]

Est[modifier | modifier le code]

20e arrondissement[modifier | modifier le code]

12e arrondissement[modifier | modifier le code]

Sud (rive gauche)[modifier | modifier le code]

13e arrondissement[modifier | modifier le code]

14e arrondissement[modifier | modifier le code]

15e arrondissement[modifier | modifier le code]

Ouest[modifier | modifier le code]

16e arrondissement[modifier | modifier le code]

Nord-ouest[modifier | modifier le code]

17e arrondissement[modifier | modifier le code]

18e arrondissement[modifier | modifier le code]

Anciennes portes de Paris[modifier | modifier le code]

Les murs d'enceintes de Paris se sont succédé au fur et à mesure de l'extension urbaine, entraînant la création de nouvelles portes le long des principaux axes :

Après la construction du mur des Fermiers généraux en 1785, les portes de Paris ont porté le nom de « barrières » jusqu'en 1860 : barrière de Clichy, barrière du Trône, barrière d'Italie

Article détaillé : Liste des barrières de Paris.

Elles servaient en effet de barrières d'octroi, matérialisées par des pavillons construits par Ledoux. Certains sont toujours visibles :

Portes qui sont des voies officielles[modifier | modifier le code]

Le département de la Seine et ses communes avant les annexions de 1860 au profit de Paris.
Le département de la Seine avec ses 81 communes tel qu'il était au moment de la réorganisation :

Seul un petit nombre de « portes » situées sur le territoire de Paris sont des « voies officielles » figurant dans la Nomenclature des voies officielles (édition de mars 1997). On en trouve dans le bois de Boulogne et le bois de Vincennes. Et sont aussi qualifiées de « portes » les accès (pour les piétons et au moyen d’escaliers mécaniques) à la partie souterraine du Forum des Halles.

Les portes de l’enceinte de Thiers ne figurent plus que parmi les anciennes voies de Paris dans la Nomenclature officielle des voies.

Quartiers administratifs portant le nom d’une porte[modifier | modifier le code]

Parmi les 80 quartiers administratifs de Paris, les quartiers suivant se réfèrent à une « porte » :

  1. le quartier de la Porte-Saint-Denis (ou 38e quartier de Paris), dans le 10e arrondissement (ou arrondissement de l'Entrepôt), tenant son nom de la porte Saint-Denis ;
  2. le quartier de la Porte-Saint-Martin (ou 39e quartier de Paris), dans le 10e arrondissement (ou arrondissement de l'Entrepôt), tenant son nom de la porte Saint-Martin ;
  3. le quartier de la Porte-Dauphine (ou 63e quartier de Paris), dans le 16e arrondissement (ou arrondissement de Passy), tenant son nom de la porte Dauphine.

Divers[modifier | modifier le code]

Certains accès à des bâtiments ou des monuments de Paris sont aussi qualifiés de « portes ». Ces appellations sont officieuses en tant qu’elles ne sont pas officalisées par la Ville de Paris.

La porte Océane de la gare Montparnasse

L’accès principal de la gare Montparnasse (qui dessert la côte atlantique) est la porte Océane ; cette porte est surplombée par le jardin Atlantique.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Curieusement rangée à la lettre L sous le titre LA PORTE JAUNE dans l’édition de mars 1997 de la Nomenclature officielle des voies.