Marc Tardif

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Marc Tardif

Nationalité Drapeau du Canada Canada
Né le 12 juin 1949,
Granby (Canada)
Joueur retraité
Position Ailier gauche
A joué pour Voyageurs de Montréal (LAH)
Canadiens de Montréal (LNH)
Sharks de Los Angeles (AMH)
Nordiques de Québec (AMH - LNH)
Repêc. LNH 2e choix au total, 1969
Canadiens de Montréal
Carrière pro. 1969 – 1983

Marc Tardif (né le 12 juin 1949 à Granby au Québec, Canada) est un joueur de hockey sur glace, jouant au poste d'ailier gauche, dans la ligue nationale de hockey et l'association mondiale de hockey[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Après deux campagnes avec le Canadien junior de Montréal de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, les Canadiens de Montréal, invoquant pour la dernière fois leur privilège de choisir des joueurs québécois au premier et deuxième tour du repêchage amateur, font de Tardif leur deuxième choix au repêchage amateur de la LNH 1969, son ami Réjean Houle ayant été le premier choix[2]. Il passe la majeure partie de la 1969-70 avec les Voyageurs de Montréal, alors club-école des Canadiens, étant l'une des vedettes offensives d'une équipe remplie de futures vedettes de la LNH (dont Jude Drouin, Guy Charron, Guy Lapointe et Peter Mahovlich). Il fait son entrée dans la LNH pour de bon la saison suivante et joue avec aplomb, remportant la Coupe Stanley avec les Canadiens.

Ne s'entendant plus avec l'entraîneur des Canadiens, Scotty Bowman, Tardif se laisse séduire par l'AMH et signe avec les Sharks de Los Angeles au cours de l'été 1973 ; il paraphe un contrat de trois ans pour 450 000 dollars[3]. Il inscrit quarante buts au cours de la saison avec l'équipe des Sharks lors de la saison 1973-1974[4]. L'équipe se retrouve au Michigan la saison suivante et Tardif les suit, jouant brillamment avant d'être échangé aux Nordiques de Québec au cours de la saison[5]. Il signe avec les Nordiques pour quatre saisons et une somme de 140 000 dollars par an et est aligné avec deux autres québécois, Christian Bordeleau et Réal Cloutier[4].

Il récolte soixante-douze points en cinquante-trois matchs dans l'uniforme du « fleur-de-lysé » au terme de la saison[6], aidant les Nordiques à atteindre la finale de la Coupe AVCO, perdant contre les Aeros de Houston. La saison suivante, il marque soixante-et-onze buts et ajoute soixante-dix-sept passes pour un total de cent quarante-huit points, dominant la ligue aux chapitres des buts, passes et points avec une avance considérable sur ses plus proches poursuivants, tandis que les Nordiques récoltent cinquante victoires[6]. Tardif devient ainsi seulement le deuxième joueur à dépasser la marque des 70 buts au cours d'une seule saison – le premier étant Bobby Hull. Ses séries sont cependant écourtées par Rick Jodzio des Cowboys de Calgary, qui attaque sauvagement Tardif avec sa crosse puis le frappe avec ses poings[7]. L'incident cause une sérieuse blessure à la tête de Tardif et il s'agit d'une des premières blessures à la tête connue[8]. Jodzio est suspendu par l'AMH et il reçoit par la suite une amende de 3 000 dollars par le tribunal du Québec[8].

La saison suivante, il est nommé capitaine et mène les Nordiques à leur unique championnat de la Coupe AVCO avec un autre effort de 100 points. En 1977-78, Tardif établit un record dans le hockey professionnel (plus tard battu par Wayne Gretzky) avec 154 points dans une saison, une performance qui lui vaut son second titre de meilleur joueur de la ligue.

Il reste une star des Nordiques jusqu'à leur entrée dans la LNH en 1979, devenant leur premier capitaine dans la LNH ; il se retire finalement au terme de la saison 1982-1983. Les Nordiques retirent son numéro 8 pour honorer ses performances.

Il vit actuellement à Québec, dans la province de Québec où il détient deux franchises automobiles, Toyota Charlesbourg et Kia Beauport.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.

Statistiques par saison[1]
Saison Équipe Ligue Saison régulière Séries éliminatoires
 PJ  B   A  Pts Pun  PJ  B   A  Pts Pun
1967-68 Canadien junior de Montréal AHO 54 32 34 66 62          
1968-69 Canadien junior de Montréal AHO 51 31 41 72 121          
1969-70 Canadiens de Montréal LNH 18 3 2 5 27          
1969-70 Voyageurs de Montréal LAH 45 27 31 58 70 8 3 6 9 29
1970-71 Canadiens de Montréal LNH 76 19 30 49 133 20 3 1 4 40
1971-72 Canadiens de Montréal LNH 75 31 22 53 81 6 2 3 5 9
1972-73 Canadiens de Montréal LNH 76 25 25 50 48 14 6 6 12 6
1973-74 Sharks de Los Angeles AMH 75 40 30 70 47          
1974-75 Stags de Michigan
Blades de Baltimore
AMH 23 12 5 17 9          
1974-75 Nordiques de Québec AMH 53 38 34 72 70 15 10 11 21 10
1975-76 Nordiques de Québec AMH 81 71 77 148 79 2 1 0 1 2
1976-77 Nordiques de Québec AMH 62 49 60 109 65 12 4 10 14 8
1977-78 Nordiques de Québec AMH 78 65 89 154 50 11 6 9 15 11
1978-79 Nordiques de Québec AMH 74 41 55 96 98 4 6 2 8 4
1979-80 Nordiques de Québec LNH 58 33 35 68 30          
1980-81 Nordiques de Québec LNH 63 23 31 54 35 5 1 3 4 2
1981-82 Nordiques de Québec LNH 75 39 31 70 55 13 1 2 3 16
1982-83 Nordiques de Québec LNH 76 21 31 52 34 4 0 0 0 2
Totaux AMH 446 316 350 666 418 44 27 32 59 35
Totaux LNH 517 194 207 401 443 62 13 15 28 75

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Marc Tardif hockey statistics & profile », sur The Internet Hockey Database.
  2. Willes 2004, p. 162
  3. Willes 2004, p. 164
  4. a et b Willes 2004, p. 165
  5. Willes 2004, p. 160
  6. a et b Willes 2004, p. 166
  7. Willes 2004, p. 167
  8. a et b Willes 2004, p. 168

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Ed Willes, The Rebel League: The Short and Unruly Life of the World Hockey Association, McClelland & Stewart,‎ 2004, 277 p. (ISBN 0-7710-8947-3)