Jim Corsi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Corsi.

James « Big Jim » Corsi (né le 19 juin 1954 à Montréal, dans la province du Québec au Canada) est un joueur professionnel de hockey sur glace italo-canadien qui évoluait en position de gardien de but. Précédant sa carrière en hockey, il a connu une courte expérience dans le soccer professionnel.

Actuellement, il est entraîneur-assistant responsable des gardiens pour les Sabres de Buffalo, franchise de la Ligue nationale de hockey.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière de joueur[modifier | modifier le code]

Natif de Montréal, Jim Corsi fait ses études au Collège Loyola de 1971 à 1976. Durant cette période, il participe aux activités sportives du collège et se montre aussi à l'aise sur les terrains de soccer que dans les patinoires de hockey sur glace où il occupe la position de gardien de but, remportant plusieurs récompenses dans les championnats universitaires (SIC) des deux disciplines. Au cours des saisons 1971 et 1973, il fait ses premières expériences dans le sport professionnel, disputant quelques rencontres avec l'Olympique de Montréal de la North American Soccer League[2].

Une fois ses études terminées, il se tourne définitivement vers le hockey, signant avec les Nordiques de Québec de l'Association mondiale de hockey (AMH). Pour sa première saison, il est assigné à leur club-école, les Nordiques du Maine de la North American Hockey League (NAHL). Cette saison-là, l'équipe du Maine atteint la finale mais est battue par les Blazers de Syracuse[3]. La saison suivante, il joint l'effectif de la franchise de Québec, jouant 23 parties. Pour la saison 1978-79, Corsi dispute 40 rencontres et réalise trois blanchissages. Par la suite, l'AMH est dissoute et quatre de ses équipes, dont les Nordiques, sont intégrées à la Ligue nationale de hockey (LNH). Peu de temps avant le début de la saison, il signe avec les Oilers d'Edmonton, autre franchise provenant de l'AMH. Dans l'Alberta où il côtoie les jeunes Wayne Gretzky et Mark Messier, il joue 26 matchs avant d'être échangé aux North Stars du Minnesota et finit la saison en ligue mineure.

À partir de 1980, il part jouer en Italie. Durant son séjour qui dure douze ans, il remporte la Serie A en 1981, avec le HC Gherdeina, 1984, avec le HC Bolzano, 1987 et 1989 avec le HC Varèse. Il devient également un membre de l'équipe d'Italie, disputant huit championnats du monde dont deux dans le groupe élite. Lors de l'édition 1982, Il garde la cage de la sélection italienne qui tient en échec le Canada mené par Gretzky (3-3) et domine les États-Unis (7-5)[4]. En 1992, il met un terme à sa carrière de joueur.

En 1997, l'Université Concordia l'intronise dans son temple de la renommée des sports avant de retirer son numéro 1 en 2002[5].

Carrière d'entraîneur[modifier | modifier le code]

Aussitôt sa carrière de joueur terminée, Jim Corsi retourne au Canada où il devient entraîneur-assistant chargé de la préparation des gardiens de but. Il occupe cette position avec les Stingers de Université Concordia et les Redmen de McGill du SIC en 1992, les St. Michael's Majors de Toronto de la Ligue de hockey de l'Ontario de 1994 à 1997, les Gees Gees d'Ottawa du SIC et les SERC Wild Wings du Deutsche Eishockey Liga (DEL) ainsi que l'équipe féminine du Canada au cours de la saison 1997-1998[6].

Depuis 1998, c'est avec les Sabres de Buffalo de la LNH qu'il dispense son savoir, voyant passer sous sa supervision entre autres Martin Biron, Mika Noronen ou encore Ryan Miller. À l'occasion des Jeux olympiques d'hiver de 2006 organisés à Turin en Italie, il est un membre de l'encadrement de l'équipe d'Italie. Pour ceux de 2010, il a commenté pour une chaine de télévision canadienne[7].

Une statistique non officielle mise au point par lui porte son nom, le Corsi number. Il s'agit d'une variante du plus-moins où les buts inscrits sont remplacés par les tirs durant le temps de jeu à égalité numérique. Il est applicable aussi bien sur les joueurs que sur les équipes. Le number est essentiellement populaire sur les sites web tenus par des supporters[8].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.

Statistiques en club[9]
Saison Équipe Ligue   Saison Régulière   Séries éliminatoires
 PJ  V   D   N  Min  BC  BL MOY %ARR  PJ  V   D  Min  BC  BL MOY %ARR
1973-74 Collège Loyola SIC 11       660 30 1 2,73                  
1974-75 Collège Loyola SIC 40       2 359 109 2 2,72                  
1975-76 Université Concordia SIC 20 19 0 1 1 200 36 2 1,80                  
1976-77 Nordiques du Maine NAHL 54       2 988 181 1 3,57   12 7 5 714 46 1 3,87  
1977-78 Nordiques de Québec AMH 23 10 7 0 1 089 82 0 4,52 87,3                
1978-79 Dusters de Binghamton LAH 4 1 2 0 211 7 0 1,99                  
1978-79 Nordiques de Québec AMH 40 16 20 1 2 291 126 3 3,30 89,9 2 0 1 66 7 0 6,36  
1979-80 Oilers d'Edmonton LNH 26 8 14 3 1 366 83 0 3,65                  
1979-80 Apollos de Houston LCH 17 8 5 2 959 57 0 3,57                  
Stars d'Oklahoma City LCH 11 5 6 0 645 28 1 2,60                  
1980-81 HC Gherdeina Serie A                                
1981-82 HC Gherdeina Serie A                                  
1982-83 HC Gherdeina Serie A                                  
1983-84 HC Bolzano Serie A 18 16 1 1 1 080 60   3,33   6 4 2 360 28 0 4,67  
1984-85 HC Varèse Serie A                                  
1985-86 HC Varèse Serie A                                  
1986-87 HC Varèse Serie A 36       2 134 103 1 2,90                  
1987-88 HC Varèse Serie A                                  
1988-89 HC Varèse Serie A 42       2 520 116 0 2,76   5     300 8 1 1,60  
1989-90 HC Varèse Serie A                                  
1990-91 HC Varèse Serie A 44       2 610 165 0 3,79                  
1990-91 HC Varèse Serie A                                  
Totaux AMH 63 26 27 1 3 380 208 3 3,69 89,0 2 0 1 66 7 0 6,36  
Totaux LNH 26 8 14 3 1 366 83 0 3,65                  
Statistiques en équipe nationale[9]
Année Équipe Compétition  PJ  V   D   N  Min  BC  BL MOY %ARR Classement
1981 Drapeau : Italie Italie Championnat du monde 7 6 0 1 420 18 0 2,57   1er du Groupe B
1982 Drapeau : Italie Italie Championnat du monde 7 1 5 1 390 38 0 5,85   Septième
1983 Drapeau : Italie Italie Championnat du monde 10 1 8 1 568 50 0 5,28   Huitième
1985 Drapeau : Italie Italie Championnat du monde 7 5 0 2 420 22 0 3,14   3e du Groupe B
1986 Drapeau : Italie Italie Championnat du monde 7 4 3 0 420 16 1 2,29   2e du Groupe B
1987 Drapeau : Italie Italie Championnat du monde 7 2 4 1 420 29 0 4,14   6e du Groupe B
1989 Drapeau : Italie Italie Championnat du monde 7 5 1 1 420 16 2 2,29   2e du Groupe B
1990 Drapeau : Italie Italie Championnat du monde 5 2 2 1 299 14 0 2,81   2e du Groupe B

Transactions en carrière[modifier | modifier le code]

Titres et honneurs personnels[modifier | modifier le code]

  • Université Concordia
    • Intronisé au Concordia University Sports Hall of Fame en 1997
    • Numéro retiré par les Stingers de Concordia en 2002

Références[modifier | modifier le code]

  1. (it) « Jim "Big Jim" Corsi », sur www.bhsa.it (consulté le 28 mars 2011)
  2. (en) « James Corsi, soccer statistics & profile », sur www.nasljerseys.com (consulté le 31 mars 2011)
  3. (en) « 1976-77 NAHL Playoff Results », sur The Internet Hockey Database'' (consulté le 31 mars 2011)
  4. (fr) « Championnats du monde 1982 », sur www.hockeyarchives.info (consulté le 31 mars 2011)
  5. (en) « Jim Corsi, hockey statistics and profile », sur Legends of Hockey Net (consulté le 1er avril 2011)
  6. (en) « Jim Corsi - Goaltending Coach - Buffalo Sabres », sur www.nhl.com (consulté le 1er avril 2011)
  7. (en) « Corsi in the booth at Winter Games. », sur sabres.nhl.com (consulté le 1er avril 2011)
  8. (en) « Interview with Jim Corsi, NHL statistical innovator, Sabres goalie coach. », sur communities.canada.com (consulté le 1er avril 2011)
  9. a et b (en) « Jim Corsi, hockey statistics & profile », sur www.hockey-reference.com (consulté le 28 mars 2011)