Merlines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Merlines
Le viaduc vu de l'aire du Chavanon.
Le viaduc vu de l'aire du Chavanon.
Blason de Merlines
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Limousin
Département Corrèze
Arrondissement Ussel
Canton Eygurande
Intercommunalité Communauté de communes du Pays d'Eygurande
Maire
Mandat
Pascal Montigny
2014-2020
Code postal 19340
Code commune 19134
Démographie
Gentilé Merlinois
Population
municipale
791 hab. (2011)
Densité 56 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 38′ 53″ N 2° 27′ 40″ E / 45.6481, 2.4611 ()45° 38′ 53″ Nord 2° 27′ 40″ Est / 45.6481, 2.4611 ()  
Altitude Min. 590 m – Max. 773 m
Superficie 14,07 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Corrèze

Voir sur la carte administrative de Corrèze
City locator 14.svg
Merlines

Géolocalisation sur la carte : Corrèze

Voir sur la carte topographique de Corrèze
City locator 14.svg
Merlines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Merlines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Merlines
Liens
Site web Site de la commune

Merlines (Marlina en occitan) est une commune française située dans le département de la Corrèze en région Limousin.

Ses habitants sont appelés les Merlinois et les Merlinoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune située sur un plateau vallonné à 770 m d'altitude traversé au sud-sud par la rivière Chavanon au fond de gorges escarpées (fond à 590 m d'altitude). Elle jouxte la commune d’Eygurande nord, à 2 km.

Entre les deux communes, un lac artificiel de loisirs (l'étang de l'Abeille) a été créé dans les années 1970.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par le Chavanon, le ruisseau de la Barricade et le ruisseau de l'Abeille.

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est traversée d'ouest en est par la nationale 89 (devenue RD 1089 fin 2006) et au sud-est par l'autoroute française A89.

Au sud, la gare est située sur la ligne Lyon-Bordeaux et possède également un embranchement vers Montluçon et Paris : la ligne Bourges - Miécaze.

Merlines fut un centre ferroviaire de grande importance de 1880 à 1952, puis, après la construction du barrage de Bort-les-Orgues, l'activité de la gare déclina au fil des ans.

La ligne Le Palais - Eygurande-Merlines était une ligne secondaire du Limousin.
Cette gare a eu 17 quais au temps de sa splendeur. Il reste un peu d'architecture SNCF et un ancien dépôt.

Longtemps la gare de Merlines fut appelée gare d'Eygurande-Merlines.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sous l’Ancien Régime le territoire de Merlines dépendait du seigneur de Lagarde (Famille d'Ussel), et du prieur de Port Dieu.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Merlines Blason Écartelé, au 1 et 4 d'azur à la porte d'or, la serrure et les bris d'huis de même, accompagnée de trois étoiles aussi d'or, deux en chef et une en pointe, au 2 et 3 d'azur à une croix ancrée d'argent.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1949 Jean Vergely . .
1949 1959 Jean-Marie Goudeneche . .
1959 1971 Raymond MontLouis . .
1971 1983 Jean Vergely . .
1983 2001 Guy Lepetit Divers droite .
2001 2008 Bernard Perrier Divers droite Décédé en fonctions
2008 mandat en cours Patrice Seuniac S.E .

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 791 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
350 381 400 354 364 412 418 449 488
1856 1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901
450 506 510 494 607 746 874 913 1 031
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 018 1 203 1 120 1 179 1 187 1 121 1 098 971 1 025
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011 -
1 027 979 1 028 948 903 830 818 791 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

  • La commune possède un établissement de la Fondation Claude Pompidou, Le Chavanon. Il est destiné aux personnes âgées dépendantes.
  • Le vendeur d'électro ménager et de charbon vend de la limonade et du soda qu'il fabrique lui même avec une machine datant de 1945.
  • Marché le jeudi. Vente de fromages appréciés dans le coin : chêvres, saint-nectaire, bleu d'Auvergne, cantal. En saison champignons, noix, pommes Saint-Germain.

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • Le collège public René-Perrot a été construit en 1965.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Mais aussi :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :