Le Lonzac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Lonzac
Blason de Le Lonzac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Limousin
Département Corrèze
Arrondissement Tulle
Canton Treignac
Intercommunalité Communauté de communes de Vézère Monédières
Maire
Mandat
Henri Jammot
2014-2020
Code postal 19470
Code commune 19118
Démographie
Population
municipale
766 hab. (2011)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 27′ 53″ N 1° 43′ 46″ E / 45.4647222222, 1.7294444444445° 27′ 53″ Nord 1° 43′ 46″ Est / 45.4647222222, 1.72944444444  
Altitude Min. 321 m – Max. 565 m
Superficie 35,97 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Corrèze

Voir sur la carte administrative de Corrèze
City locator 14.svg
Le Lonzac

Géolocalisation sur la carte : Corrèze

Voir sur la carte topographique de Corrèze
City locator 14.svg
Le Lonzac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Lonzac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Lonzac
Liens
Site web Site officiel de la mairie

Le Lonzac (Lo Lonzac en occitan) est une commune française située dans le département de la Corrèze en région Limousin.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune du Massif central située sur le plateau de Millevaches dans le parc naturel régional de Millevaches en Limousin, elle est arrosée par la Vézère et deux de ses affluents, le ruisseau de Boulou et la Madrange.

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Lonzac (Le) Blason D'azur à trois poissons d'argent nageant contrenageant l'un sur l'autre.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 mars 2001 Daniel Chasseing DVD Conseiller général depuis 1979
mars 2008 en cours Henri Jammot[1] DVG  

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 766 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 011 1 857 1 955 1 996 2 356 2 484 2 644 2 767 2 772
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 790 2 703 2 414 2 460 2 514 2 595 2 684 2 769 2 749
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 737 2 515 2 503 2 044 2 023 1 817 1 881 1 492 1 334
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 185 1 084 992 929 855 772 835 825 782
2011 - - - - - - - -
766 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

De 1904 à 1970, la commune du Lonzac fut desservie par le chemin de fer du PO-Corrèze.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Gabriel Boissy, originaire du Lonzac (1879-1949), journaliste à l'Intransigeant, resté célèbre pour son idée de la flamme sur la tombe du Soldat inconnu.
  • Jacques Delors, originaire du Lonzac (hameau de la Balaudie) en 1925.
  • Martine Aubry, fille de Jacques Delors, maire de Lille et Premier Secrétaire du Parti Socialiste.
  • Luc Rabat, directeur technique national adjoint, Fédération Française de Football.

Vie pratique[modifier | modifier le code]

Service public[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Parce que "la culture à la campagne, ce n'est pas que celle de la pomme de terre", l'association Art à tous les étages organise chaque été depuis deux ans déjà une exposition d'art contemporain dans les rues du Lonzac.

Voyant le village peu à peu perdre vie, cette jeune équipe d'artistes en herbe a décidé de surprendre et d'apporter une petite touche de couleur dans le quotidien des habitants. Afin de cultiver un certain mystère et pour continuer à intriguer les passants, ils mettent en place leurs créations de nuit, chaque installation étant une découverte du matin[4].

Il existe aussi une association théâtrale d'amateurs, La clef des champs, qui donne une représentation tous les ans en automne. Cette année, elle aura lieu les 24, 25 et 26 octobre 2008 à la salle des fêtes du Lonzac.

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Daniel Borzeix, "Le Pays de Treignac autrefois", Treignac, éditions de L'Esperluette, 2011.
  • Monique Borzeix, "Histoire des écoles du canton de Treignac", éditions de L'Esperluette, 2013.
  • Yves Lavalade, "Les noms de lieux du canton de Treignac", éditions de L'Esperluette, 2014 (dont évidemment Le Lonzac, pp. 68-79).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site de la préfecture, consulté le 20 août 2008
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  4. : site de l'association