Saint-Marc-à-Frongier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Marc.
Saint-Marc-à-Frongier
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Limousin
Département Creuse
Arrondissement Aubusson
Canton Aubusson
Intercommunalité C.C. Aubusson-Felletin
Maire
Mandat
Georges Lecourt
2014-2020
Code postal 23200
Code commune 23211
Démographie
Population
municipale
366 hab. (2011)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 55′ 51″ N 2° 07′ 18″ E / 45.9308333333, 2.1216666666745° 55′ 51″ Nord 2° 07′ 18″ Est / 45.9308333333, 2.12166666667  
Altitude Min. 493 m – Max. 715 m
Superficie 25,45 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Creuse

Voir sur la carte administrative de Creuse
City locator 14.svg
Saint-Marc-à-Frongier

Géolocalisation sur la carte : Creuse

Voir sur la carte topographique de Creuse
City locator 14.svg
Saint-Marc-à-Frongier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Marc-à-Frongier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Marc-à-Frongier

Saint-Marc-à-Frongier est une commune française située dans le département de la Creuse en région Limousin.

Géographie[modifier | modifier le code]

SAINT-MARC-A-FRONGIER est une commune du canton d'Aubusson.

Les villages de cette commune sont :

→ Arbre-du-Cocu (L').

→ Bauze.Bichaud (Le).

→ Chambroutière.

→ Chameyroux. On trouve en ce lieu des débris de constructions romaines, et un cippe romain parfaitement conservé.

→ Château (Le).

→ Lachaud.

→ Congres.

→ Farges.

→ Genète (La).

→ Goutelle (La).

→ Margnot.

→ Mergoux.

→ Monteil (Le).

→ Montrugeas.

→ Saint-Roch. Vers l'extrémité méridionale de cette commune est le lieu nommé Saint-Roch, où il y avait au XVIII° siècle une chapelle rurale dédiée à ce saint.

→ Valette (La).

→ Villescot. On signale un camp romain près de ce village.

→ Vitrac.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Nom[modifier | modifier le code]

Le nom que porte cette paroisse a été écrit :

→ Ecclesia Sancti Marcià Frongier, XIV° siècle. (Pouillé.)

→ Sainct-Marc-Affrongier, 1 de Fruniger, en 1102. (Gall. Christ. nov. II, col. 196.)

→ Parrochia sancti Marci à Frungier, 1157. (Ch. du Moustier-Rozeille.)

→ W. de sancto Marcho, 1229. (Ch. de Blessac.)

→ Parrochia de sancto Marcho à Frongier, 1278. (Ch. de Blessac.)

→ Capellanus sancti Marci 400. (Liv. des char. de Felletin.)

→ Seigneur de Saint-Marc, 1462. (Sénéch.)

→ Paroisse de Saint-Marc-à-Frongier, 1504. (Terr. de Saint-Avit.) 1557. (Terr. de Blessac.)

Le village de Frongier fait aujourd'hui partie de la commune d'Aubusson.

L'Histoire[modifier | modifier le code]

Willelmus de Saint-Marc et Etienne, son frère, donnèrent au monastère de Lesterps l'église de Saint-Marc-de-Frumiger.

Guillaume de Gannac confirma cette donation sans date.

Rigaldus, fils de Ramnulfe Platet, donna à Lesterps tout ce qu'il avait sur cette église de Saint-Marc en l'an 1101.

Saint-Marc-à-Frongier était un prieuré-cure de l'ancien archiprêtré d'Aubusson. Au XVIII° siècle il payait 30 livres de décimes et avait 1,300 communiants (environ 1,733 habitants). Son patron était saint Marc, pape, fêté le 7 octobre. L'abbé de Lesterps y nommait le titulaire en 1626, 1654, 1655, 1708.

On trouve aussi une nomination faite par l'évêque de Limoges en 1677.

→ Léonard Le Masson était curé en 1616.

→ N... Veyreton en 1771.

→ N... Paris en 1784.

→ Louis Vallenct en 1804.

→ Joseph. Cohade, qui avait subi la déportation, fut nommé en 1815.

→ N... Charles était curé en 1836.

→ Joseph Paulique nommé en 1841.

→ Antoine Decombedet en 1855.

→ Jacques Menudet en 1890.

→ Jean-Baptiste Duprat en 1891.

→ Augustin Rongère en 1897.

L'Eglise[modifier | modifier le code]

L'église de Saint-Marc-à-Frongier est du style roman de transition ; elle était jadis accompagnée d'une lanterne des morts. Une de ses cloches porte l'inscription suivante : « IHS. MAR. Sancte Marce ora pro nobis. Messire Josept de St Julien, escuier, seigneur de Saint Marc, seigneur du dict lieu parain. Dame lzabelle de St Julien sa sœur, marine. fame de messire Gabriel Daugenne, s. de la Loupe. Leonard Le Masson, curé. Pierre Charpentier. 1646. »

Le Château[modifier | modifier le code]

Le château de Saint-Marc a été construit au XV° siècle. La seigneurie appartint primitivement à la famille d'Aubusson.

Jacquette de Saint-Marc, dame de Saint-Marc, la porta en 1460 à Louis, baron de Saint-Julien.

Jean de Saint-Julien, seigneur de Saint-Marc fit rédiger le terrier de cette seigneurie de 1565 à 1571.

Marie-Constance de Saint-Julien Saint-Marc épousa, en 1691, Charles de Saint-Chamans, seigneur, comte du Pescher.

Depuis cette êpoque jusqu'à la Révolution, la terre de Saint-Marc fut possédée par cette dernière famille.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1983 1989 André Rougier    
1989 1995 André Rougier    
1995 mars 2001 André Rougier    
mars 2001 mars 2000 André Rougier    
mars 2008   Georges Lecourt    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 366 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 016 948 870 1 029 1 045 1 036 995 981 981
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
936 893 797 782 785 790 826 827 774
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
779 769 772 551 529 532 552 514 468
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
409 394 367 376 407 348 351 351 367
2011 - - - - - - - -
366 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :