Louis Faidherbe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Faidherbe.
Officier général francais 3 etoiles.svg Louis Faidherbe
Le général Faidherbe. Huile sur toile, 1884.
Le général Faidherbe. Huile sur toile, 1884.

Naissance 3 juin 1818
Lille, France
Décès 28 septembre 1889 (à 71 ans)
Paris, France
Origine Drapeau de la France France
Grade Général de division
Conflits Guerre franco-prussienne de 1870
Faits d'armes Bataille de Pont-Noyelles, Bataille de Bapaume (1871)
Distinctions Grand chancelier de la Légion d'honneur
Autres fonctions Gouverneur du Sénégal, Sénateur

Louis Léon César Faidherbe, né le 3 juin 1818 à Lille et mort le 28 septembre 1889 à Paris, est un militaire, un administrateur colonial, principalement du Sénégal et un homme politique français. Il commanda l'Armée du Nord pendant la Guerre de 1870-1871 et fut élu député puis sénateur du Nord à partir de 1871.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Un enfant du Nord[modifier | modifier le code]

Louis Faidherbe est issu d'un milieu modeste. Il naquit rue Saint-André dans une maison du Vieux-Lille qui était alors un quartier populaire[1]. Son père, qui avait été volontaire en 1794 et blessé au combat, était alors fabricant de bonneterie.

Il commença ses études au collège de Lille mais ses aptitudes en mathématiques lui permirent d'obtenir une bourse pour entrer au collège royal de Douai.

Formation et débuts militaires[modifier | modifier le code]

Maison natale de Faidherbe, rue Saint-André

En 1838, il entra à l'École polytechnique puis en 1840 à l’École d'application de l'artillerie et du génie de Metz dont il sortit officier en 1842.

Sous-lieutenant au 1er Régiment du génie en 1842, il servit lors de la conquête de l'Algérie de 1842 à 1847, notamment lors de l'expédition du Chélif. Il participa également à la fortification de Bou Saada.

Il fut envoyé à la Guadeloupe de 1848 à 1849, et de nouveau en Algérie de 1849 à 1852 où en tant que capitaine, il participa à l'expédition dans le Djurjura sous les ordres du général Camou, à celle de Petite Kabylie sous les ordres du Général de Saint-Arnaud et à celle du massif de Bougie dirigée par le général Bosquet.

Ses aptitudes et son énergie le firent remarquer et il fut envoyé au Sénégal. Il y fut promu chef de bataillon à l'âge de trente-six ans.

Le 16 décembre 1854, il fut nommé gouverneur de la colonie[2].

Gouverneur du Sénégal (1854-1861 et 1863-1865)[modifier | modifier le code]

Article connexe : Bataille de Logandème.

Conquête et pacification du Sénégal[modifier | modifier le code]

Il entreprit de pacifier le pays, repoussa les Toucouleurs à l'est du Haut-Sénégal (1855-1863), et s'opposa à El Hadj Omar qui assiège le fort de Médine et prit la ville le 18 juillet 1857. Il repoussa les Maures au nord et annexa le pays Ouolof (traité de mai 1858).

À la bataille de Logandème (18 mai 1859), il combattit les Sérères pendant le règne de Maad a Sinig Coumba Ndoffène Famak Diouf. Sous ses ordres, Fatick fut brûlé[3],[4].

Il fut nommé colonel du génie en 1860.

L'annexion du Cayor (1861-1865) permit de dégager la route reliant Saint-Louis à la presqu'île du Cap-Vert.

Commandement en Algérie et retour au Sénégal[modifier | modifier le code]

En 1861, malade, il sollicita son retour en métropole, il est alors colonel. Promu général en 1863, on lui donna le commandement de la subdivision de Sidi-bel-Abbès en Algérie. Il repartit pour le Sénégal en tant que gouverneur en 1863 et fut promu général de brigade le 20 mai 1863. Il quitta la colonie en 1865.

Amélioration de l'économie du Sénégal[modifier | modifier le code]

Avec peu de moyens, il jeta les bases de la future Afrique-Occidentale française. Il étendit l'influence française très au-delà du Sénégal, travailla à développer l'économie locale et fut le créateur du port de Dakar. Il assuma pleinement son rôle de « civilisateur ».

Pendant la pénurie de coton causée par la guerre de Sécession américaine à partir de 1861, il favorisa des plantations qui fournirent annuellement 50 tonnes de coton brut jusqu'en 1868. Le sud du bassin du Niger est alors jugé éventuellement porteur par les Français en Afrique occidentale[5].

Il entreprit le développement économique, notamment le chemin de fer de Dakar au Niger qui devint prospère.

Travaux linguistiques et ethnographiques[modifier | modifier le code]

Il s'intéressa aux dialectes locaux, aux coutumes et rédigea plusieurs travaux d'ethnographie et de géographie sur l'Afrique occidentale, ainsi qu'un Annuaire du Sénégal en quatre langues : français, wolof, toucouleur et soninké.

Faidherbe dirigea, en 1871, une mission scientifique en Haute-Égypte.

La Guerre de 1870-1871[modifier | modifier le code]

Bapaume, statue du général Faidherbe.

En 1867, il était général commandant la subdivision de Bône. En 1870, la déclaration de guerre le surprit à Lille, où il effectuait un séjour de convalescence.

Léon Gambetta le nomma général de division le 23 novembre et lui confia le commandement de l’Armée du Nord en remplacement du général Bourbaki. Cette armée était forte de 45 000 hommes, le général Farre en était le chef d'état-major, le général Lecointe commandait le 22e corps d'armée et le général Paulze d'Ivoy le 23e.

Sa contre-offensive sur Amiens échoua à la Bataille de Villers-Bretonneux, le 27 novembre 1870. A la Bataille de l'Hallue des 23 et 25 décembre et à celle de Bapaume, le 3 janvier 1871, il ne parvint pas à exploiter l'ouverture qu'il s'était créée et finalement ne put empêcher l'irruption allemande vers Paris à la suite de la Bataille de Saint-Quentin.

En janvier, il battit en retraite à l'abri des places fortes de Cambrai et Lille, sans être vraiment inquiété par von Gœben, mais son action permit au Nord-Pas-de-Calais, encerclé, de résister jusqu'à la capitulation.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Après la défaite de 1871, il fut élu député du département de la Somme le 8 février mais démissionna en raison de ses fonctions militaires. Il fut réélu le 2 juillet par les départements de la Somme, du Pas-de-Calais et du Nord. Il opta pour ce dernier et siégea dans les rangs des républicains. Il démissionna une seconde fois parce qu'il pensait que l'assemblée outrepassait le mandat qu'elle avait reçu du peuple.

Le 8 octobre 1871, il devint Conseiller général du Nord pour le Canton de Lille-Centre. Il fut candidat républicain, aux élections sénatoriales du 30 janvier 1876, dans ce département mais il échoua. Il fut plus heureux au renouvellement triennal du 5 janvier 1879 et fut élu sénateur du département du Nord et le resta jusque 1888.

Républicain, il siégea toujours à gauche et s'opposa au boulangisme.

Hommages et distinctions[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • En 1871, une souscription fut ouverte dans le département de la Somme pour lui offrir une épée d'honneur.

Hommages posthumes[modifier | modifier le code]

Timbre français honorant Louis Faidherbe.
  • A son décès, le 29 septembre 1889, le gouvernement lui décerna des funérailles nationales. Après une imposante cérémonie aux Invalides, son corps fut transporté à Lille.
  • Bapaume : statue du général Faidherbe.
Inscription au Panthéon, Paris

« A la mémoire des généraux d'Aurelle de Paladines, Chanzy et Faidherbe, des colonels Denfert-Rochereau et Teyssier ainsi que des officiers et soldats des armées de terre et de mer qui en 1870-1871 ont sauvé l'honneur de la France. »

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Notice sur la colonie du Sénégal, 1859 ;
  • L'Avenir du Sahara et du Soudan, 1863 ;
  • Vocabulaire d'environ 1 500 mots français avec leurs correspondants en ouolof de Saint-Louis, en poular (toucouleur) du Fouta, en soninké (sarakhollé) de Bakel, 1864; Saint-Louis, Imprimerie du Gouvernement, 1864, 70 p.
  • « Étude sur la langue kéguem ou sérère-sine », Annaire du Sénégal et dépendances pour l’année 1865, Saint-Louis, Imprimerie du Gouvernement, 1865, p. 173-242
  • Collection complète des inscriptions numidiques, 1870 ;
  • Bases d'un projet de réorganisation d'une armée nationale, 1871 ;
  • Campagne de l'Armée du Nord en 1870-1871, édition E. Dantu, Paris, 1871 ;
  • Épigraphie phénicienne, 1873;
  • « Dictionnaire de la langue poul, augmenté par le Docteur Quintin », in Bulletin de la Société de Géographie, septembre-octobre 1881, p. 332-354
  • Grammaire et vocabulaire de la langue poul à l'usage des voyageurs dans le Soudan avec une carte indiquant les contrées où se parle cette langue, Paris, Maisonneuve et Cie, 1882 (2e édition), 165 p.
  • Langues sénégalaises : wolof, arabe-hassania, soninké, sérère, notions grammaticales, vocabulaires et phrases, E. Leroux, 1887, 267 p.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Conley Barrows Leland, Général Faidherbe, the Maurel and Prom Company, and French Expansion in Senegal, University of California, Los Angeles, 1974, XXI-t.1, p. 1-519 ; t.2, p. 520-976, (Thèse)
  • (en) David Wallace Robinson Jr, Faidherbe, Senegal and Islam, New York, Columbia University, 1965, 104 p. (Thèse)
  • Henry Bordeaux, Les Gouverneurs du Sénégal, SPEP, 1960
  • Alain Coursier, Faidherbe, 1818-1889 : Du Sénégal à l'armée du Nord, Tallandier, 1989, 229 p. (ISBN 2235018882)
  • André Demaison, Louis Faidherbe, Plon, Paris, 1932, 282 p.
  • Georges Hardy, Louis Faidherbe, Éditions de l'Encyclopédie de l'Empire français, coll. Les grands coloniaux, Paris, 1947, 156 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir plaque de sa maison natale.
  2. Adolphe Robert et Gaston Cougny du Dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889
  3. Klein, Martin A., Islam and Imperialism in Sénégal - Sine-Saloum, 1847–1914, Edinburgh University Press, 1968, p. 55-59
  4. Diouf, Cheikh, Fiscalité et Domination Coloniale : l'exemple du Sine: 1859-1940, Université Cheikh Anta Diop de Dakar (2005)
  5. « La question du coton et les essais de culture cotonnière », par Maurice Zimmermann, Annales de Géographie 1904, tome 13, numéro 67, p. 88 à 91