Sine-Saloum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

14° 11′ N 16° 15′ O / 14.183, -16.25

Méandres saumâtres du Delta du Sine Saloum

La région naturelle du Sine-Saloum se trouve au Nord de la Gambie et au sud de la Petite-Côte au Sénégal. Sa superficie est de 180 000 hectares. C'est dans cette région naturelle que se trouve le Parc national du delta du Saloum.

C'est un delta formé par la confluence de deux fleuves, le Sine et le Saloum. C'est également un bras de mer laissant entrer l'eau salée de plus en plus profondément dans les terres car le débit des deux fleuves est assez lent.

Il y a bien longtemps, les royaumes sérères du Sine (capitales Diakhao, Mbissel) et du Saloum (capitale Kahone) étaient rivales. Depuis 1984, deux régions administratives, le Kaolack et le Fatick, ont été créées.

Économie[modifier | modifier le code]

L'activité économique principale est la pêche artisanale.

Le transport est aussi très important, car c'est le seul moyen pour se déplacer d'îles en îles.

Il existe une économie secondaire basée sur la construction de bateaux de pêche, de barques et sur le passage des bacs.

Écosystème[modifier | modifier le code]

Puits de sel (vus d'un ULM)

Cette salinisation de l'eau est accentuée par une mauvaise gestion des fleuves en amont :

  • Les mangroves, palétuviers disparaissent et les poissons d'eau douce supportent de moins en moins ce changement de l'écosystème.
  • Les villageois ont du mal à s'approvisionner en eau douce. Parfois une pompe à eau est donnée gratuitement par des organisations internationales mais comment se procurer des pièces détachées en cas de panne ?

Ce bouleversement écologique transforme autant la nature que la vie des habitants de cette région.

Navigation[modifier | modifier le code]

Le Sine-Saloum a toujours été redouté par les navigateurs européens les plus émérites qui craignaient les mouvements de bancs de sable surtout à la pointe de Sangomar. Cette barre dangereuse, le manque de pistes, de moyen de transport autre que par des bacs ont protégé cette région pendant de longues années et ont préservé la particularité des villages.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Tisserin gendarme dans une île du Sine-Saloum

C'est l'une des plus belles régions du Sénégal. Marigots, forêts, mangroves, lagunes, cordons sableux forment une variété riche de paysages sans compter la faune et les oiseaux du parc national, les petits villages typiques de pêcheurs et l'accueil des habitants.

À titre d'exemple l'île de Mar Lodj est assez représentative de cet environnement.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) M. Klein, Islam and Imperialism in Senegal. Sine-Saloum, 1847-1914, Stanford, Stanford University Press, 1968, 285 p.
  • (fr) Mohamed Mbodj, Un exemple d’économie coloniale, le Sine-Saloum (Sénégal), de 1887 à 1940. Cultures arachidières et mutations sociales, Paris, Université de Paris VII, 1978, 2 vol., 691 + 50 p. (Thèse de 3e cycle)
  • (fr) Frans J. Schepers (et al.), Oiseaux d'eau dans le Delta du Sine-Saloum et la Petite Côte, Sénégal, rapport WIWO, janvier 1997, publié à Dakar en 1998, 240 p.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Sur les traces des mangeurs de coquillages, film de Laurence Gavron (et al.), IRD, Bondy, 2000, 52' (VHS)

Liens externes[modifier | modifier le code]