Chemin de fer de Dakar au Niger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chemin de fer
Dakar-Niger
Ligne de Dakar à Koulikoro
via Bamako
La gare de Kati, au Mali
La gare de Kati, au Mali
Pays Sénégal Sénégal,
Drapeau du Mali Mali
Villes desservies Dakar, Thiès, Tambacounda, Kayes, Kita, Kati, Bamako, Koulikoro
Historique
Mise en service 1924
Caractéristiques techniques
Longueur 1 287 km
Écartement Voie métrique (1,000 m)
Électrification

Non électrifiée

Nombre de voies Voie unique
Schéma de la ligne

La ligne de chemin de fer de Dakar au Niger, ou chemin de fer Dakar-Niger, relie Dakar, au Sénégal, à Koulikoro, au Mali. Elle dessert de nombreuses villes du Sénégal (Thiès) et du Mali (Kayes, Kita, Kati, Bamako). La ligne couvre un parcours de 1 287 km dont 641 km au Mali.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Gare de Kayes en 1889...
... et au début du XXe siècle

Le projet de construction de la ligne de chemin de fer Dakar-Niger est élaboré à la fin du XIXe siècle par le général Gallieni, commandant du Soudan français. L’objectif était de relier le fleuve Niger et le port de Dakar afin de permettre l’acheminement des matières premières vers la métropole. La construction de la ligne sera achevée au début du XXe siècle : le tronçon Kayes-Koulikoro sera inauguré en 1904 et la totalité de la ligne, Dakar-Koulikoro, en 1924.

En 1947, une grève des cheminots éclate et va durer plusieurs mois afin d’obtenir les mêmes droits que les cheminots français. L’écrivain sénégalais Ousmane Sembène relate cette grève dans son roman Les Bouts de bois de Dieu publié en 1960.

À l’indépendance du Mali et du Sénégal, après l’éclatement de la Fédération du Mali, l’ancienne Régie des Chemins de fer de l’Afrique de l’Ouest est scindée en deux compagnies distinctes, la Régie des Chemins de Fer du Mali (RCFM) et la Régie Sénégalaise. Un accord entre le Sénégal et le Mali en 1962 détermine l’exploitation commune de la ligne par les deux régies.

Transrail[modifier | modifier le code]

Les difficultés de gestion et le manque d’investissements entraînent une dégradation des infrastructures et du matériel roulant. Les retards sont nombreux. En octobre 2003, le Sénégal et le Mali confient la gestion du réseau à un consortium franco-canadien, Transrail. Le capital de la société Transrail est réparti entre le repreneur canadien (51 %), les états sénégalais et malien (20 %), les salariés (9 %), et des investisseurs privés maliens et sénégalais[4].

Gare de Dakar

Malgré l’obligation faite au consortium de maintenir un service voyageur déficitaire, Transrail entend se concentrer sur le transport de marchandises. De nombreuses gares (les deux tiers) ont été fermées et le nombre de liaisons réduit, entraînant des difficultés pour les localités très enclavées.

Réhabilitation[modifier | modifier le code]

Une rénovation du tronçon Malien, effectuée par la China Railway Construction Corporation International, est à l'étude. Une nouvelle voie de chemin de fer d'écartement standard devrait être construite sur plus de 700 km, de la capitale malienne à la frontière sénégalaise[5].

En ce qui concerne le Sénégal, le président, Macky Sall, a plaidé pour la "réhabilitation urgente et intensive" des installations de chemin de fer du Sénégal, la modernisation globale du système de transport ferroviaire. Le gouvernement est chargé d'élaborer, avant janvier 2014, un programme de modernisation du transport ferroviaire, qui fera l'objet d'un Conseil présidentiel, prévu courant premier trimestre 2014[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.fahrplancenter.com/Senegal.html SOCIÉTÉ NATIONALE DE CHEMINS DE FER DU SÉNÉGAL
  2. http://www.fahrplancenter.com/CFduMali.html TRANSRAIL CHEMINS DE FER DU MALI
  3. http://maps.google.be/maps?hl=fr&q=koulikoro%20chemin%20de%20fer&um=1&ie=UTF-8&sa=N&tab=wl Google Maps
  4. Les travailleurs sénégalais et maliens de la TRANSRAIL décident d’une paralysie des activités de la société, APA, 8 décembre 2006
  5. Vers la rénovation du tronçon malien du chemin de fer Dakar-Bamako
  6. Sénégal : Le président Sall veut la réhabilitation des installations de chemin de fer

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ministère de la France d'Outre-Mer, Avant-projet du chemin de fer du Sénégal au Niger de Enyes à Toulimandio, Paris, 1894, 412 p.
  • (en) M. McLane, The Senegal-Niger Railway, 1800-1904 : A Case Study in Imperialism, University of Wisconsin, 1969.
  • Charles Florent Corps, Les Chemins de fer du Sénégal au Niger et la mission du génie, Angers, 1896, 66 p.
  • Le Chemin de fer de Thiès au Niger, Afrique occidentale française, Gouvernement général / Librairie Larose, 1931.
  • Monique Lakroum, Chemin de fer et réseaux d’affaires en Afrique noire : Le Dakar-Niger (1890-1960), université de Paris VII, 3 vol. 1987 (thèse d’État).
  • Birame Ndour, Éléments d’études sur le mouvement ouvrier dans les chemins de fer du Sénégal (1882-1938), université de Paris VII, 1981, 67 p. (diplôme d’études approfondies).
  • Frédéric Riembau, De Dakar au Niger : La Question du chemin de fer et la mise en valeur des territoires de la Sénégambie et du Niger, Paris, 1908, 115 p.
  • Ousmane Sembène, Les Bouts de bois de Dieu, Plon, 1960 (fiction).
  • Mor Sène, La Grève des cheminots du Dakar-Niger 1947-1948, université de Dakar, 1987, 144 p. (mémoire de maîtrise).
  • Iba Der Thiam, La Grève des cheminots du Sénégal de septembre 1938, université de Dakar, 1972, 2 vol., 272 p. et 133 p. (mémoire de maîtrise).

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Samba Félix Ndiaye, Dakar-Bamako, film documentaire, 1992, 58'
  • Vincent Munié, D'un train à l'autre, des Pyrénées au Sénégal, film documentaire diffusé sur France 3 le 19 août 2007 (« En 2006, au Sénégal, les passagers du train « express » Dakar-Niger voyagent comme ils le peuvent dans des voitures brinquebalantes, sur une voie quasiment en ruine. »)
  • Dakar Terminus, documentaire de 38 min réalisé par Quentin Laurent en 2007, qui retrace et confronte l'histoire du marché malien de la gare de Dakar, lieu de vie pour nombre d'étrangers de la ville, et celle de l'Express, le train reliant Dakar à Bamako

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]