Soninké (langue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation…), consultez la page d’aide Unicode.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Soninké.
Soninké
Langues filles azer
Pays Mali, Mauritanie, Sénégal, Gambie, Guinée-Bissau, Guinée
Région Région transfrontalière autour de Kayes (vallée du fleuve Niger, Ouest du Mali et Est du Sénégal)
Nombre de locuteurs environ 2 millions
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-2 snk
ISO 639-3 snk
IETF snk

Le soninké est une langue de la famille nigéro-congolaise et du sous-groupe mandé. Elle est parlée principalement au Mali avec plus d’un million de locuteurs, au Sénégal avec environ 400 000 locuteurs, en Mauritanie par plus de 180 000 locuteurs, en Gambie par plus de 166 000 locuteurs et aussi en Guinée-Bissau par environ 5000 locuteurs ; elle est parlée par environ 2 201 000 (estim. 2012) de personnes appartenant à la communauté soninké.

Autres noms[modifier | modifier le code]

Sarakholé, Sarakule, Marka, Maraka, Sarawule,
Soninkan Digaamu

Ñ:Ga Digaamu be Ŋ:Ga Digaamu be W:Ga Digaamu be
Ñagandaana Ŋaara Walanŋe
Ñayile Ŋaralle Watte
Ñaala Ŋaale Wacca
Ñange Ŋana Wanjalanŋe
Ñanto Ŋamuye Wakkileye
Ñaame Ŋaame Wanxare
Ñaxa Ŋaaña Wandone
Ñaaxame Ŋaaliye Waaga
Ñaagare Ŋaalinte Wosuye
Ñaañande Ŋoñe Waagi
Ñama Ŋoomi Wande
Ñaxamala Ŋese Waaye
Ñaxaminde Waale

Population[modifier | modifier le code]

Sa zone d'expansion comprend les deux-tiers du Mali, le sud de la Mauritanie, une grande partie du Sénégal, le nord-ouest du Burkina Faso, une partie de la Gambie, de la Guinée-Conakry et de la Guinée-Bissau.

Du fait de la tradition d'émigration pratiquée par les Soninkés, on retrouve aussi d'importantes communautés soninkés hors de l'Afrique de l'Ouest, notamment dans la région parisienne. C'est d'ailleurs la communauté ouest-africaine la plus représentative de la France avec notamment des sénégalais, mauritaniens et surtout maliens. Il est parlé dans pratiquement tous les foyers d'immigration de la région parisienne.

Écriture[modifier | modifier le code]

Le soninké possède une littérature parlée, mais peut également s'écrire en utilisant l'alphabet latin ou en caractères arabes, augmenté de quelques lettres supplémentaires pour l'alphabet latin. Au Mali, l'orthographe latine est officielle depuis 1982.

Prononciation et orthographe[modifier | modifier le code]

Le soninké est une langue tonale mais les tons ne sont généralement pas notés (sauf dans des ouvrages didactiques).

En outre, il existe des différences de prononciation marquées au sein des zones locutrices, à plus forte raison entre pays (Mali et Sénégal, par exemple). L'alphabet soninké du Mali (officialisé 1982) et du Sénégal comprend les caractères ci-dessous. Les différences de graphies sont signalées, la graphie malienne utilisant le <ny> et <nw>.

Depuis le séminaire sous régional sur l’harmonisation de l’orthographe du soninké (27-30 novembre 1995), l’alphabet soninké suit les mêmes règles au Mali, au Sénégal et en Mauritanie. Les lettres <ñ> et <ŋ> sont recommandées mais leurs substituts <ny> et <nw> sont acceptés[1].

Graphème Valeur (API)
Mali Sénégal
a a
b b
c t͡ʃ ɕ
d d
e e
f f
g g
h h
i i
j d͡ʒ ʑ
k k
l l
m m
ñ (ny) ɲ
ŋ (nw) ŋ
o o
p p
q ʔ q
r r
s s
t t
u u
w w
x χ
y j
inutilisé ʔ

Les consonnes prénasalisées sont écrites au moyen de digrammes débutant par un n : nb [mb], nd [nb], etc. La gémination, selon les zones, est pertinente. Au Sénégal par exemple : pp [], mm [], etc. Les oppositions de quantité vocalique sont pertinentes ; les voyelles longues sont marquées par la gémination du graphème : aa [], etc.

Syntaxe[modifier | modifier le code]

La structure de la phrase est en général SOV et le nom précède l'épithète. Il n'existe pas à proprement parler de conjugaison. Le temps est indiqué par des particules.

Lexique[modifier | modifier le code]

Il se compose essentiellement de racines mandées, mais également d'emprunts au bambara, à l'arabe et au français. la langue est ancienne et pourrait être comparée à la langue égyptienne ancienne. Des mots arabes seraient d'origines soninké.

Mot Traduction Prononciation standard IPA
terre ñiiñe gniiñé
ciel kan-xotte kan-ķotté (lire k gutural)
eau ji dji
feu yinbe yinbé
homme yougo yougo
femme yaxare yaķaré (lire yaraŕé > 2ème r roulant)
mange yige igué
boire mini minné
grand gille guilloé
petit déppé boutchiné ou ho dépé ou dohoé
nuit wuro ourau
bonjour a nwu jom a nwou jom > traduit "ta nuit a t'elle été belle / sans danger?"
soleil kiyé kiyé
matin suxuba soukhouba > sourouba
journée kiyé (idem que soleil) > jour >> koota
  • femme : yakharé
  • homme : yougo
  • tomate : menteñe
  • rue : killé / chemin traduction exacte
  • savon : le mot savon dit avec l'accent sabouné
  • pain : bourou
  • habit : yiramé ou "doroké"
  • pagne : irramé
  • nourriture : yigandé
  • fatigue : tampiyé
  • main : kitté
  • enfant : léminé
  • imbécile : waxanté
  • assieds-toi : taxou
  • viens ici : li yéhrré
  • Chef de village : dèbougoumé
  • viande : tchiyé
  • pied : taa
  • belle mère : kalla yaxaré
  • co-épouse du père ou tante > soeur du père: ma tougouné
  • père/papa : baba
  • mère/maman : ma
  • pourquoi : ménia
  • ça va : an moxo
  • t'es belle : an guemou> tu es bien vétu
  • oui : yo
  • non : ayi
  • peut être : alawou gnana
  • je ne sais pas : nta tou
  • va : daga
  • dégage : girri no
  • argent : khalissi
  • pauvre : korrinte
  • riche : bana
  • école : xarala
  • t'es fou : an tourri
  • danse : léguéé
  • je t'aime : gna moula
  • acheter : xobéé
  • vendre : gagandé
  • jette : a çédi
  • Fer: Mexé
  • en haut: Kanmou
  • en bas: wouredou
  • Centre : Nakhané
  • Vache: Na
  • Cheval : si
  • Chien : Oulé
  • Chat : Moussiné
  • Utilié: Nafa
  • Champ:

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rapport du séminaire sous régional sur l’harmonisation de l’orthographe du soninké à Bakel (27-30 novembre 1995).(copie en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Léon César Faidherbe, Vocabulaire d'environ 1,500 mots français avec leurs correspondants en ouolof de Saint-Louis, en poular (toucouleur) du Fouta, en soninké (sarakhollé) de Bakel, 1864, Saint-Louis, Imprimerie du Gouvernement, 1864, 70 p.
  • Louis Léon César Faidherbe, Langues sénégalaises : wolof, arabe-hassania, soninké, sérère, notions grammaticales, vocabulaires et phrases, E. Leroux, 1887, 267 p.
  • Christian Girier, Parlons soninké, l'Harmattan, Paris, 1996 (ISBN 2-7384-3769-9).
  • Gouvernement du Sénégal, Décret n° 2005-991 du 21 octobre 2005 relatif à l'orthographe et à la séparation des mots en sooninké. (copie saisie en ligne)
  • Rhonda L. Hartell, Alphabets de langues africaines, Unesco et Summer Institute of Linguistics, Dakar, 1993.
  • Direction de la promotion des langues nationales du Sénégal, Livret d'auto-formation en Soninké, éditions Kalaama-Edicef, 2001.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]