Petite Kabylie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Petite Kabylie
Tamurt n wadda (kab)
القبائل الصغرى (ar)
Administration
Pays Algérie
Capitale Béjaïa (capitale traditionnelle)
Démographie
Population 1 800 000 hab. (2014)
Densité 76 hab./km2
Langue(s) Arabe bougiote, Arabe Djidjélien, Arabe Sétifien, le Kabyle et le Tasahlite)
Géographie
Coordonnées 36° 00′ 00″ N 5° 00′ 00″ E / 36, 536° 00′ 00″ Nord 5° 00′ 00″ Est / 36, 5  
Superficie 23 776 km2
Divers
Monnaie DZD
Fuseau horaire UTC + 1

La petite Kabylie est la partie orientale de la Kabylie (en kabyle : tamurt n wadda, littéralement « le pays d'en bas ») région montagneuse d'Algérie.

Excepté la wilaya de Béjaïa, les habitants de la petite Kabylie sont en très grande majorité arabophone, ils sont de par leur histoire, de culture arabo-berbère et très attachés à la tradition islamique, cette région ayant donné naissance à de nombreuses dynasties musulmanes dont la plus célèbre est la dynastie des fatimides , fondée par Abu Abd Allah ach-Chi'i et la tribu berbère des kotama[1].

La Petite-Kabylie est divisée en quatre zones géographiques homogènes, on peut donc parler de « plusieurs petites Kabylies » :

- Kabylie des Babors ( wilaya de Béjaïa )

- Kabylie orientale ( wilaya de Jijel,le nord de la Wilaya de Mila et l'ouest de la Wilaya de Skikda et le nord de la Wilaya de Constantine )

- Kabylies des Bibans ( wilaya de Bordj Bou Arreridj )

- Kabylie du Guergour ( wilaya de Setif )

Au nord, les côtes de la mer Méditerranée, la petite Kabylie est séparée de la Grande Kabylie à l'ouest par la vallée de la Soummam, bordée au sud par la chaîne des Bibans, remontant à l'est sur les Babors. Le parlé kabyle de la région de Béjaïa est quelque peu différent de celui de la grande Kabylie.

La petite Kabylie occupe donc la wilaya de Béjaïa , la wilaya de Jijel, la moitié ouest de la wilaya de Mila, et de la moitié ouest de la wilaya de Skikda (allant jusqu'à Collo et Tamalous), une partie de la wilaya de Sétif (Ath Yaala, Ath Ourtilan, Alma-Ouklan, Amoucha, Bouandas, Babor, Bougaâ) , une partie de la wilaya de Bordj Bou Arreridj (Ath Laalam, El Main, El Mehir, Ath Djafar, Ath Khelifa, Ath Sidi Brahim, Medjana, Mensourah, Rabiâa, Tizi El Khemis, Tizi Ikachouchan, Tassamert, ville de Bordj, Zemoura) et la partie limitrophe de la wilaya de Bouira.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette appellation de petite kabylie, comme celle de kabylie, dans la signification et espace que l'on connait aujourd'hui ne date que de l'ère coloniale, la France, voulant séparer les « Kabyles » (= tribus), habitants montagnards du centre nord-est algérien qui formaient le corps opposant le plus sévère. C'était aussi un moyen de distinguer les habitants berbérophones de la grande kabylie ou kabylie occidentale qui incluait béjaia et les habitants arabophones de petite kabylie ou kabylie orientale ( wilaya de jijel, nord de la wilaya de Mila, nord ouest de la wilaya de skikda ).

Les tribus de petite la kabylie sont pour beaucoup d'origine Zwawa, Sanhadja (Iznaguen) et Kotama. C'est historiquement le fief des royaumes de Beni Hammad (Vgayet) de Nait-Abbas (ou royaume de la Medjana) et de nombreuses personnalités historiques comme le cheikh Mohand Ait Mokrane dit El Mokrani, Cheikh Ahadad (Chef de la confédération des Rahmania), figures de résistance à la colonisation française.

Notes et références[modifier | modifier le code]