Sa Majesté Minor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sa Majesté Minor

Réalisation Jean-Jacques Annaud
Scénario Gérard Brach
Acteurs principaux
Sociétés de production Reperage
Malvarrosa Media
Mediapro
Studiocanal
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de l'Espagne Espagne
Genre comédie
Sortie 2007
Durée 101 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Sa Majesté Minor est un film franco-espagnol réalisé par Jean-Jacques Annaud, sorti en 2007.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En des temps pré-homériques, dans une île grecque, quelque part en mer Égée, Minor, un orphelin dépourvu du sens de la parole, vit dans la porcherie d'un village, avec une truie, qui l'a adopté lorsqu'il était enfant. Cet être innocent, mi-homme, mi-cochon, attiré par Clytia - la fille du Patriarche de la communauté, et fiancée du poète Karkos -, est l'objet de moqueries et de brimades de la part des villageois. Puni par la communauté pour s'être défendu en mordant la bouchère, Minor part un jour explorer la forêt mythologique de l'île, à laquelle les mortels n'ont, en principe, pas accès. Il y rencontre le dieu Pan, qui préfère qu'on l'appelle Satyre, et qui l'initie, à sa manière, à certaines pratiques de ces temps païens. De retour parmi les villageois, à l'occasion de la cueillette des olives, Minor tombe de l'arbre où il était perché pour observer Clytia, et se tue. Laissé pour mort, il ressuscite toutefois, une fois la nuit tombée, et retrouve l'usage de la parole. Dès le lendemain, les villageois, interloqués par cette résurrection et cette nouvelle capacité de l'homme-cochon à parler, témoignent aussitôt un respect craintif à l'égard de Minor, qui se révèle, pour sa part, doué d'un grand sens de l'éloquence. À la suite d'une vision hasardeuse du devin du village, Cataractos, vision qui coïncide avec l'atterrissage d'une colombe - oiseau sacré - sur la tête du ressuscité, Minor est proclamé roi de la communauté, et va prendre conseil auprès de Satyre pour gouverner...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France France : 10 octobre 2007
Drapeau de l'Espagne Espagne : 12 décembre 2008

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

En 2004, le scénariste Gérard Brach envoie une lettre à son ami Jean-Jacques Annaud : « C'était en 2004, juste avant Noël. Dans ma boîte aux lettres, une enveloppe bistre avec des feuillets à l'intérieur, et un petit mot (...) Gérard me parlait de fulgurance, après une interminable période de jachère. Il avait passé un long séjour à l'hôpital. À sa sortie, saisi par une soudaine exubérance, il s'était jeté dans l'écriture de ces pages dont il rêvait depuis longtemps et qu'il avait intitulées le Grand Pan, du nom du Dieu Grec des bergers, des forêts et de la puissance sexuelle ». Gérard Brach décrit ainsi son projet : « En m'inspirant de l'immense richesse de la mythologie grecque, j'ai conçu ce texte insolent, iconoclaste, manipulateur. J'ai dévié certains mythes, en ai retourné d'autres, bousculant des tabous, explorant des complexes. Franchissant les interdits, l'histoire se présente sous forme d'une légende antique, baroque, insolente, grotesque, drôlatique et dramatique. Elle se déroule au XVIIème siècle avant J.-C. dans une île imaginaire des Cyclades »[3]. De plus, Jean-Jacques Annaud voulait depuis longtemps réaliser une comédie[3].

Casting[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

Les scènes du village ont été tournées près d'Alicante en Espagne. La forêt à quant à elle été recréée dans les studios Ciudad de la Luz[3].

Musique[modifier | modifier le code]

La musique du film est composée par l'Espagnol Javier Navarrete[5].

Liste des titres
  1. Minor le Petit Cochon - 1:23
  2. Le Cochon a Mordu La Bouchère - 2:37
  3. Les Ombres dans le Crane - 1:04
  4. La Foret Mythologique - 1:18
  5. Pratiques Païennes - 1:12
  6. Retour au Logis - 0:59
  7. La Cueillette des Olives - 1:37
  8. Sarabande de La Belle Récolte - 0:45
  9. Connais-Toi Toi-même - 1:48
  10. Le Couronnement Par La Colombe - 2:40
  11. Minor à Poil - 0:57
  12. Masque d'Or - 1:14
  13. Amour et Folie - 2:11
  14. Non Satyre, Pour un Conseil - 2:00
  15. Les Lucioles - 1:36
  16. Une Larme dans La Nuit - 1:26
  17. Pour Vous Je Serai Toujours La - 1:02
  18. L'Abime de La Vie (interprété par Mathieu Abelli) - 0:26
  19. Fête de l'Inauguration - 1:19
  20. L'Art du Mensonge - 1:25
  21. Reve Lacté - 1:43
  22. La Syrinx Bouchée - 1:29
  23. Prédictions Avant l'Orage - 1:13
  24. Les Conspirateurs - 1:17
  25. Elle Parle ! - 1:34
  26. L'Aube - 1:48
  27. Le Destin de Karkos - 4:24
  28. Deux Syrinx dans La Foret - 0:46
  29. Joue Mimi - 0:56
  30. Satyre - 1:58

Réception[modifier | modifier le code]

Sa Majesté Minor, a globalement été très mal accueilli par la presse et par le public français. Incompréhensible, creux et lubrique[6] sont les principaux qualificatifs repris par les critiques après avoir visionné le film. Annaud se justifie, citant pour exemple l'échec du Nom de la Rose en Italie et aux États-Unis, qui a mis des années avant de devenir un film de référence.

Côté box-office, le film a fait un flop avec seulement 139 521 entrées en France et 779 549 $ de recettes mondiales, pour un budget de 25 756 207 €[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database
  2. a et b « Box-office Sa Majesté Minor », sur JP's box-office.com (consulté le 12 décembre 2014)
  3. a, b et c « Secrets de tournage », sur AlloCiné (consulté le 12 décembre 2014)
  4. « Sa Majesté Minor », sur Fnac.com (consulté le 12 décembre 2014).
  5. (en) « Sa Majesté Minor », sur Allmusic.com (consulté le 12 décembre 2014).
  6. Thomas Baurez, « Jean-Jacques Annaud : Sur le gril », dans Studio, n°239 (octobre 2007), p. 68-72

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]