Jürgen Habermas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jürgen Habermas
Picto infobox auteur.png

Philosophe et sociologue

XXe siècle

JurgenHabermas.jpg
Naissance
18 juin 1929 (85 ans)
Nationalité
École/tradition
Principaux intérêts
Idées remarquables
Éthique de la discussion, Agir communicationnel
Œuvres principales
Théorie de l'agir communicationnel (2 t.) (1981) ; Droit et Démocratie (1992) ; Le Discours philosophique de la Modernité (1985) ; La pensée postmétaphysique (1988) ; Morale et Communication (1983) ; De l'Éthique de la discussion (1991) ; Vérité et justification (1999).
Influencé par

Jürgen Habermas (18 juin 1929, Düsseldorf) est un théoricien allemand en philosophie et en sciences sociales. Il est avec Axel Honneth l'un des grands représentants de la deuxième génération de l'École de Francfort, et développe une pensée qui combine le matérialisme historique de Marx avec le pragmatisme américain, la théorie du développement de Piaget et Kohlberg, et la psychanalyse de Freud. Il a pris part à tous les grands débats théoriques en Allemagne, et s'est prononcé sur divers événements sociopolitiques et historiques.

Habermas considère « la réconciliation de la modernité qui se divise d’elle-même[1] » comme le motif de son œuvre monumentale. Pour ce faire, il poursuit la stratégie d’« attaquer le problème universaliste de la philosophie transcendantale en détranscendantalisant simultanément la façon de progresser et les objectifs de la preuve », et ainsi de renoncer en particulier aux justifications ultimes[2]. C'est dans cette voie qu'il a influencé l’évolution de la philosophie morale et sociale, en développant une théorie très respectée de la discussion en morale et en droit.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et études[modifier | modifier le code]

Habermas voit le jour à Düsseldorf, mais grandit à Gummersbach, une petite ville située tout près, où son père, Ernst Habermas, était secrétaire général du bureau urbain de la chambre de commerce et d’industrie de Cologne. Il décrit le climat politique dans son milieu familial comme étant « caractérisé par une adaptation bourgeoise à un environnement politique auquel on ne s’identifie pas totalement, mais que l’on ne critique pas sérieusement non plus. »[3]

À l’automne 1944, alors que Habermas était membre des Jeunesses hitlériennes, on l'envoie à la Ligne Siegfried comme auxiliaire de front. Son appartenance aux Jeunesses hitlériennes constituera, en 2006, le point de départ d’une violente polémique : dans son autobiographie publiée à titre posthume, Joachim Fest qualifie Habermas de « dirigeant des JH lié au régime jusqu’à la moelle. »[4] Cette diatribe, rendue publique par le magazine Cicero et récusée par Habermas comme une « dénonciation », finit par apparaître inconsistante après un témoignage de Hans-Ulrich Wehler[5].

Entre 1949 et 1954, Habermas fait des études aux universités de Göttingen (1949-50), de Zürich (1950-51) et de Bonn (1951-54). Il s’intéresse à la philosophie, l’histoire, la psychologie, la littérature allemande et l’économie. Nicolai Hartmann, Wilhelm Keller, Theodor Litt, Johannes Thyssen, Hermann Wein, Erich Rothacker et Oskar Becker comptent parmi ses professeurs.

C’est durant le semestre de l’hiver 1950-51 que Habermas rencontre pour la première fois Karl-Otto Apel, dont la « pensée engagée » et l’intérêt pour le pragmatisme américain seront d’une importance majeure dans son cheminement philosophique[6]. À ce sujet, à l'automne 2004, Habermas déclare dans le Washington Post : « Toute la rationalité de l'espace public, je la dois aux recherches séminales de John Dewey qui a pensé un espace de l'action et de la transaction, faisant de la participation non plus une affirmation de l'individualité mais une justification de l'individu compris dans un principe d'échanges permanents au sein d'une collectivité sans cesse en train de questionner l'ordre de ses raisons. »[réf. nécessaire]

En 1953, Habermas accomplit son premier coup d’éclat en rédigeant, dans le Journal universel de Francfort, une critique de l’Introduction à la métaphysique de Heidegger, parue la même année. Heidegger y soulignait la « vérité et la grandeur profonde » du mouvement national-socialiste. Dans son article, Habermas condamne vigoureusement cette révélation, y voyant là une « réhabilitation » du national-socialisme. Bien des années plus tard, Habermas prolongera cette critique des rapports entre Heidegger et le nazisme dans la préface au livre de Victor Farias du même nom. Selon lui: « À partir de 1929 (…) débute [chez Heidegger] une transformation de la théorie en idéologie. C’est à cette époque, en effet, que s’insinuent, au cœur même de la philosophie, des thèmes liés à un diagnostic confus sur l’époque, de style néoconservateur. » Cette « transformation » provient, dit-il, de « déficits internes que l’on peut remarquer d’une manière immanente dans Etre et Temps », ce qui le conduit à conclure que « Heidegger ne pouvait pas s’opposer au fascisme »[7].

En 1954, Habermas soutient sa thèse de doctorat auprès d’Erich Rothacker et Oskar Becker : L’Absolu et l’Histoire : de l’écartèlement dans la pensée de Schelling. Après l’obtention du doctorat, il collabore comme journaliste indépendant au Journal universel de Francfort, au Merkur, aux Cahiers de Francfort ainsi qu’au Handelsblatt de Düsseldorf. En 1955, il épouse Ute Wesselhoeft, avec laquelle il aura trois enfants.

Habermas et l'école de Francfort (1956-1966)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : école de Francfort.

En 1956, une bourse amène Habermas à l’Institut de Recherche Sociale de Francfort-sur-le-Main. Durant sa période d’assistance auprès de Max Horkheimer et de Theodor W. Adorno, Habermas se familiarise avec les écrits de ses deux directeurs et des autres représentants de la théorie critique d’avant-guerre. Il rencontre Marcuse en 1956, qui aura sur lui une influence déterminante. Sur ses conseils, il se détache du marxisme traditionnel et s'intéresse à Freud et au jeune Marx des années 1840.

Ce faisant, il rompt progressivement avec l'Institut de Recherche Sociale. Ses prises de positions en faveur de la démocratie directe (Radikaldemocratie) sont vivement critiquées par Horkheimer. Désireux de désamorcer ce conflit théorique, Habermas décide de quitter Francfort et de passer sa thèse d'habilitation à Marbourg. Grâce à une bourse de recherche de la DFG, il rédige l'Espace public en 1961 sous la direction de Wolfgang Abendroth. Publiée en 1962, cette thèse est devenue un classique de la recherche en science sociale. Parallèlement, Habermas est nommé professeur à l'Université d'Heidelberg sur les recommandations de Gadamer. Dans ce nouveau cadre universitaire, il découvre la philosophie pragmatique américaine de John Dewey, George Herbert Mead, Charles Sanders Peirce.

À partir de 1963 Habermas participe activement à la Positivismusstreit (querelle positiviste), qui oppose Adorno et Karl Popper sur la question de la méthodologie des sciences sociales. Prenant parti pour Adorno, Habermas devient l'un des principaux protagonistes de ce débat intellectuel. Une longue controverse l'oppose notamment au popperien Hans Albert. La Positivismusstreit se poursuit jusqu'en 1969, lorsqu'est publié un ouvrage collectif qui résume les prises de positions de ses principaux acteurs.

En 1964, Max Horkheimer invite Habermas à donner un cours à l'Institut de Recherche Sociale. Intitulée Erkenntnis und Interesse (Connaissance et intérêt), sa leçon inaugurale prend pour point de départ un essai d'Horkheimer de 1937, Traditionelle und kritische Theorie (Théorie et critique traditionnelle). Ce cours lui permet de développer plusieurs thèses qui seront reprises dans un ouvrage homonyme en 1968. En particulier, Habermas s'intéresse aux différents intérêts de connaissances (erkenntnisleitenden Interesses) qui animent la recherche scientifique. Il existe selon lui trois types d'erkenntnisleitenden Interesses, chacun propre à une activité scientifique précise :

  • l'intérêt de saisie du protocole technique (technischer Verfügung) d'un objet donné (sciences empiriques et analytiques) ;
  • l'intérêt de compréhension des relations humaines dans la société de communication (herméneutique) ;
  • l'intérêt d'émancipation de la contrainte première (naturwüchsigem Zwang) (sociologie et psychanalyse).

À la fin des années 1960, on propose à Habermas la direction de l'Institut. Celui-ci décline et préfère prendre la succession de Ludwig von Friedeburg au séminaire philosophique de l'institut.

Théorie[modifier | modifier le code]

Éthique de la discussion[modifier | modifier le code]

Il est un des penseurs de l’éthique de la discussion (Diskursethik) avec Karl-Otto Apel, éthique qui s’inscrit dans la même veine que l’éthique kantienne, tout en y apportant un certain remodelage, décentrage peut-on dire, en rapport avec l’impératif catégorique. Habermas développe en effet l'idée d'un principe de discussion capable de remplacer l'Impératif catégorique. Chez Kant, c'est au sein de l'individu qu'est déterminée la validité morale. En clair, Kant pense qu'il est possible de se mettre d'accord rationnellement sur ce qui est juste et injuste, mais que l'évaluation des normes se fait dans le for intérieur de chacun. Habermas considère que ce « monologisme » doit être dépassé par une compréhension « dialogique » de la morale, qui s'appuie sur les acquis de la pragmatique formelle et la théorie des « énoncés performatifs » (Austin). Nous déterminons si une règle de conduite et d'action ou un comportement sont moraux par une discussion qui doit ressembler autant que possible à une situation de liberté de parole absolue et de renoncement aux comportements « stratégiques ».

Patriotisme constitutionnel[modifier | modifier le code]

Enfin, Habermas est le théoricien du Patriotisme constitutionnel, patriotisme déconnecté de l'État-Nation[8]. À l'occasion de la querelle des historiens allemands, il développe l'idée que les Allemands ne doivent pas se sentir attachés à leur pays, coupable d'atrocités durant la Seconde Guerre mondiale, mais aux institutions démocratiques qui garantissent le respect des citoyens. Par la suite, dans sa réflexion sur le dépassement de l'État-nation et sur la construction européenne, il réactive cette idée. Sa thèse : l'apparition de minorités culturelles de plus en plus importantes dans les pays européens implique qu'on repense la citoyenneté. L'État de droit doit pouvoir garantir aux minorités le respect le plus complet de leur identité, de leur langue et de leur religion, etc. et ceux-ci, en retour, doivent s'attacher à la défense et au respect de ces mêmes institutions. Au Congrès mondial de philosophie tenu en Grèce en 2013, il a prévenu les Européens sur la montée du « populisme [toujours] présent dans tous les pays »[9].

Distinction morale/éthique[modifier | modifier le code]

La distinction entre la morale et l'éthique est une caractéristique du courant déontologiste contemporain. Cette distinction est fondée sur la morale de Kant, qui sépare les principes de détermination du vouloir entre le matériel, qui est particulier parce qu'il se rattache à la sensibilité, et les principes formels qui sont universels et rationnels[10]. Jürgen Habermas se fonde sur cette distinction kantienne entre les principes matériels et les principes formels pour distinguer la morale (qui se rattache aux principes formels) de l'éthique (qui se rattache aux principes matériels).

Ainsi, la morale est ce qui touche au juste et à la justice, c'est-à-dire aux principes universels qui sous-tendent toute inter-subjectivité, qui les norment et permettent une certaine impartialité, et l'éthique est ce qui se rattache au Bien, c'est-à-dire aux particularités des individus.

Universalité[modifier | modifier le code]

« Au lieu d’imposer à tous les autres une maxime dont je veux qu’elle soit une loi universelle, je dois soumettre ma maxime à tous les autres afin d’examiner par la discussion sa prétention à l’universalité. Ainsi s’opère un glissement : le centre de gravité ne réside plus dans ce que chacun souhaite faire valoir, sans être contredit, comme étant une loi universelle, mais dans ce que tous peuvent unanimement reconnaître comme une norme universelle »

— Jürgen Habermas, Morale et communication. Conscience morale et activité communicationnelle, Cerf, Paris, 1996, p. 88.

Principe de publicité (Öffentlichkeit)[modifier | modifier le code]

Le principe de publicité, pour Habermas, est l'exigence revendiquée d'un usage critique et public de la raison. Ce principe s'inscrit dans le cadre plus large de la démocratie délibérative. Pour Habermas, une décision n'est légitime que si la discussion qui y mène l'est également. En cela, la démocratie délibérative peut être définie en opposition au modèle décisionniste, avancé notamment par Rousseau, qui postule que la source de la décision suffit à en garantir la légitimité. Le débat public qui constitue la démocratie délibérative est donc un principe de légitimité relayé par l'espace public, en lequel Kant voyait un nouveau principe normatif. La publicité (rendre public) devient alors une source de légitimation allant à l'encontre du despotisme, selon Kant. Le principe de publicité donne à l'espace public un véritable pouvoir critique, un « pouvoir d'assiègement permanent » selon Habermas. Ainsi, l'espace public permet une revitalisation de l'État de droit par la délibération constante et publique des individus.

Son implication internationale[modifier | modifier le code]

Jürgen Habermas compte également parmi les membres fondateurs du Collegium international éthique, politique et scientifique, association qui souhaite apporter des réponses intelligentes et appropriées qu'attendent les peuples du monde face aux nouveaux défis de notre temps.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Textes et contextes. Essais de reconnaissance théorique, Éditions du Cerf, 1994.
  • L'espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, titre original : Strukturwandel der Öffentlichkeit (1962)
  • Théorie et pratique, titre original : Theorie und Praxis (1963)
  • Connaissance et intérêt, titre original : Erkenntnis und Interesse (1968)
  • La technique et la science comme « idéologie », titre original : Technik und Wissenschaft als “Ideologie” (1968)
  • Protestbewegung und Hochschulreform (1969)
  • La logique des sciences sociales, titre original : Zur Logik der Sozialwissenschaften (1970)
  • Theorie der Gesellschaft oder Sozialtechnologie. Was leistet die Systemforschung (débat avec Niklas Luhmann) (1971)
  • Raison et légitimité : problèmes de légitimation dans le capitalisme avancé, titre original : Legitimationsprobleme im Spätkapitalismus (1973)
  • Après Marx, titre original : Zur Rekonstruktion des Historischen Materialismus (1976)
  • Profils philosophiques et politiques, titre original : Philosophisch-politische Profile (1971-1981)
  • Théorie de l'agir communicationnel, titre original : Theorie des kommunikativen Handelns, 2 t. (1981)
  • Morale et communication : conscience morale et activité communicationnelle, titre original : Moralbewusstsein und Kommunikatives Handeln (1983)
  • Le discours philosophique de la modernité, titre original : Der philosophische Diskurs der Moderne (1988)
  • La pensée postmétaphysique : essais philosophiques, titre original : Nachmetaphysisches Denken. Philosophische Aufsätze (1988)
  • Sociologie et théorie du langage
  • Écrits politiques : culture,droit, histoire, Paris, Cerf, (1990); réedition : Paris, Flammarion, coll. « Champs », 1999
  • De l'éthique de la discussion (1992), titre original : Erläuterungen zur Diskursethik (1991)
  • Droit et démocratie : entre faits et normes, titre original : Faktizität und Geltung. Beiträge zur Diskurstheorie des Rechts und des demokratischen Rechtsstaates (1992)
  • Textes et contextes : essai de reconnaissance théorique (1994), titre original : Text und Kontexte (1991)
  • La paix perpétuelle : le bicentenaire d'une idée kantienne (1996)
  • Débat sur la justice politique (avec John Rawls, 1997)
  • Die postnationale Konstellation. Politische Essays (1998)
  • Vérité et Justification, titre original : Wahrheit und Rechtfertigung. Philosophische Aufsätze (1999)
  • L'avenir de la nature humaine. Vers un eugénisme libéral ? titre original : Die Zukunft der menschlichen Natur. Auf dem Weg zu einer liberalen Eugenik? (2001)
  • Le concept du 11 septembre (avec Jacques Derrida) Éditions Galilée, 2004, 244 p.
  • La constitution de l'Europe, Gallimard, coll. "NRF Essais", 2012, 240 p.
  • Raison et Religion, La dialectique de la sécularisation, Jürgen Habermas et Joseph Ratzinger

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Habermas, Jürgen. 1985. Die neue Unübersichtlichkeit. Kleine Politische Schriften V, p. 202 : « die Versöhnung der mit sich selber zerfallenden Moderne ».
  2. (de) Habermas, Jürgen. 1984. Vorstudien und Ergänzungen zur Theorie des kommunikativen Handelns, p. 505 f : « die universalistischen Fragestellungen der Transzendentalphilosophie, bei gleichzeitiger Detranszendentalisierung des Vorgehens und der Beweisziele, aufzunehmen ».
  3. (de) Habermas, Jürgen. 2005. Zwischen Naturalismus und Religion. Philosophische Aufsätze, p. 17 ff : « geprägt durch eine bürgerliche Anpassung an eine politische Umgebung, mit der man sich nicht voll identifizierte, die man aber auch nicht ernsthaft kritisierte ».
  4. (de) Fest, Joachim. 2006. Ich nicht : « dem Regime in allen Fasern seiner Existenz verbundenen HJ-Führer ».
  5. (de) Süddeutsche Zeitung : « NS-Vorwürfe gegen Habermas – Verleumdung wider besseres Wissen » 27 octobre 2006.
  6. (de) Habermas, Jürgen. 1954. Das Absolute und die Geschichte. Von der Zwiespältigkeit in Schellings Denken (Diss.), p. 86.
  7. Préface de Habermas à l'édition allemande de Victor Farias, Heidegger et le nazisme, parue en français sous le titre Martin Heidegger: l'oeuvre et l'engagement,  éd. du Cerf, 1988
  8. Sur cette notion, lire, entre autres, Sophie Heine, « Habermas et le patriotisme constitutionnel »" Politique, revue de débats, septembre-octobre 2011, no 71, Bruxelles.
  9. Agence France-Presse, « Habermas met l’Europe en garde contre le populisme », 7 août 2013, [lire en ligne]
  10. Emmanuel Kant, Critique de la raison pratique, théorème III, GF Flammarion, 2003, p. 120

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Jürgen Habermas: a philosophical—political profile / Martin Matuštík.
  • (en) Postnational identity: critical theory and existential philosophy in Habermas, Kierkegaard, and Havel / Matuštík.
  • (en) Thomas McCarthy, The Critical Theory of Jürgen Habermas, MIT Press, 1978.
(en) A highly regarded interpretation in English of Habermas's earlier work, written just as Habermas was developing his full-fledged communication theory.
  • (en) Raymond Geuss, The Idea of a Critical Theory, Cambridge University Press, 1981.
(en) A clear account of Habermas' early philosophical views.
  • (en) J.G. Finlayson, Habermas: A Very Short Introduction, Oxford University Press, 2004.
(en) A recent, brief introduction to Habermas, focusing on his communication theory of society.
  • (de) Andreas Dorschel. 'Handlungstypen und Kriterien. Zu Habermas’ Theorie des kommunikativen Handelns, Zeitschrift für philosophische Forschung 1990;44(2):220-252.
  • (en) Erik Oddvar Eriksen and Jarle Weigard, Understanding Habermas: Communicative Action and Deliberative Democracy, Continuum International Publishing, 2004 (ISBN 0-8264-7179-X).
(en) A recent and comprehensive introduction to Habermas' mature theory and its political implications both national and global.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]