Hans-Georg Gadamer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hans-Georg Gadamer, né à Marbourg le et mort à Heidelberg le , est un philosophe allemand[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Hans-Georg Gadamer est un élève de Martin Heidegger, qui a dirigé sa thèse d’habilitation (l’Éthique dialectique de Platon (1931)[1]). Gadamer a retenu de Heidegger son style d'interprétation phénoménologique. Les Interprétations phénoménologiques d'Aristote de Heidegger l'ont beaucoup influencé. Mais Gadamer n'a pas suivi Heidegger dans la critique et le rejet de la tradition métaphysique.

D'une longévité exceptionnelle (il est décédé à 102 ans), Gadamer est surtout connu comme l'un des plus importants théoriciens de l'herméneutique de par son œuvre Vérité et méthode (Wahrheit und Methode), herméneutique à laquelle il a donné un accent ontologique. Gadamer a également travaillé sur Platon, Herder et Goethe, Hegel et Nietzsche, mais l'essentiel de sa réflexion porte sur les sciences de l'esprit et leur rapport à l'herméneutique.

Gadamer a signé la « Déclaration des Professeurs des Universités et des Écoles Supérieures allemandes en faveur de Adolf Hitler et de l'État national-socialiste (de) » du 11 novembre 1933[2][3]. Durant la seconde guerre mondiale, il donne une conférence en mai 1941 à l'Institut allemand de Paris. Intitulée Herder et ses théories de l'histoire, elle présente favorablement l'opposant des Lumières françaises (cf. Zeev Sternhell, Les anti-Lumières. Du XVIII° siècle à la guerre froide, Fayard, 2006, p. 155-161). Dans cette conférence où il est question du concept allemand de peuple (Volk) chez Herder, Gadamer affirme que ce concept témoigne aujourd’hui de « la force (Kraft) d’un nouvel ordre politique et social[4] ». On peut aussi lire dans la conférence de 1941 que « Grâce à Herder, le terme "peuple" a acquis en Allemagne une nouvelle profondeur et une nouvelle puissance, tout à fait éloignées de toute parole politique et que tout un monde sépare des slogans politiques de la "démocratie"[5]». Il affirme aussi que « Cette anticipation apolitique et cette préparation de ce qui allait venir étaient le destin allemand de son époque ; le destin d’un tel retard politique est peut-être la présupposition faisant en sorte que le concept allemand de peuple, à la différence des paroles démocratiques de l’occident, démontre, dans un nouveau présent, sa capacité à former un nouvel ordre politique et social[5]. » Gadamer a supprimé ces passages lorsqu'il a republié sa conférence.

C'est seulement après la publication de Vérité et méthode en 1960, et surtout après la mort de Martin Heidegger en 1976 que Gadamer connaîtra une notoriété grandissante.

Philosophie[modifier | modifier le code]

Gadamer est considéré comme le père de l'herméneutique philosophique. Son livre Vérité et Méthode, le plus célèbre et le plus connu de son œuvre, pose les fondements de cette herméneutique en s’inspirant de certains éléments du platonisme et du néoplatonisme chrétien[6]. Dans Vérité et méthode, Gadamer tente de distinguer le processus d'interprétation de l'œuvre dans la lecture des textes philosophiques et toute forme de méthode et de connaissance propre aux sciences exactes. Il défend la thèse selon laquelle il existe des vérités qui échappent aux sciences de la nature. Dans la première partie de son grand opus, Gadamer développe une ontologie de l’œuvre d'art et pense les conditions nécessaires de son interprétation. C'est ainsi qu'il discute notamment les thèses de Heidegger et de Kant, ainsi que le concept d'imitation (ou mimesis) chez Aristote. La revalorisation ontologique des images saintes par Jean Damascène lui sert de modèle pour penser la portée cognitive de l'art et s'opposer à l'esthétique moderne. Pour Gadamer, l'art est la mise en œuvre de la vérité. D'autres essais de philosophie esthétique s'en sont inspirés pour penser des arts plus récents comme le cinéma[7].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Textes en allemand[modifier | modifier le code]

  • Platos dialektische Ethik (1931)[1]
  • Volk und Geschichte im Denken Herders (1942)
  • Goethe und die Philosophie (1947)
  • Wahrheit und Methode. Grundzüge einer philosophischen Hermeneutik (Vérité et Méthode (de)) (1960)
  • Kleine Schriften (1967)
  • Lob der Theorie (1983)
  • Das Erbe Europas (1989)
  • Über die Verborgenheit der Gesundheit (1993)
  • Der Anfang der Philosophie (1996)
  • Erziehung ist sich erziehen (2000)
  • Hermeneutische Entwürfe. Vorträge und Aufsätze (2000)
  • Platos dialektisches Ethik. Phänomenologische Interpretation zum Philebos (2000)
  • Gesammelte Werke (Œuvres complètes), Tübingen, J.C.B. Mohr (Paul Siebeck) (1986- )

Traductions françaises[modifier | modifier le code]

  • Le problème de la conscience historique, Paris-Louvain, Béatrice-Nauwelaerts, Publications universitaires de l'Université de Louvain, 1963.
  • L'art de comprendre. Écrits I: herméneutique et tradition philosophique, Paris, Aubier, 1982.
  • Écrits II: herméneutique et champ de l'expérience humaine, Paris, Aubier, 1991.
  • Qui suis-je et qui es-tu? Commentaire de "Cristaux de Souffle" de Paul Celan, Paris, Actes Sud, 1987.
  • Années d'apprentissage philosophique. Une rétrospective, Paris, Critérion, 1992.
  • L'actualité du Beau, Paris, Aliné, 1992.
  • L'éthique dialectique de Platon, Paris, Actes Sud, 1994.
  • L'idée du bien comme enjeu platonico-aristotélicien, suivi de: Le savoir pratique, Paris, Vrin 1994.
  • Langage et vérité, Paris, Gallimard, 1995.
  • La philosophie herméneutique, Paris, PUF, 1996.
  • Vérité et méthode, éd. intégrale, Paris, Seuil, 1996.
  • L'héritage de l'Europe, Paris, Rivages, 1996.
  • Philosophie de la santé, Paris, Grasset, 1998.
  • Herméneutique et philosophie, Paris, Beauchesne, 1999.
  • Nietzsche l'antipode: le drame de Zarathoustra, Paris, Allia, 2000.
  • Les chemins de Heidegger, Paris, Vrin, 2002.
  • Esquisses herméneutiques: essais et conférences, Paris, Vrin, 2004.
  • Au commencement de la philosophie, Paris, Seuil, 2001.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Hans-Georg Gadamer », sur l’Encyclopædia Universalis
  2. Bekenntnis der Professoren an den deutchen Universitäten und Hochschulen zu Adolf Hitler und dem nationalsozialistischen Staat, überreicht vom Nationalsozialistischen Lehrerbund Deutschland/Sachsen, Dresden, 1933.
  3. https://www.academia.edu/6286391/La_profession_de_foi_de_Heidegger_en_faveur_dAdolf_Hitler_et_de_lEtat_national-socialiste
  4. Jean Grondin, Hans-Georg Gadamer. Eine Biographie, Mohr Siebeck/Tübingen, 1999, p. 241-242.
  5. a et b Cité par Jean Grondin, Hans-Georg Gadamer, une biographie, Paris, Grasset, 2011, p. 278.
  6. François Doyon, Émanation et métaphysique de la lumière dans Vérité et méthode de Gadamer, Thèse de doctorat, Université de Montréal, 2012, [lire en ligne]
  7. Matthieu Dubost, La tentation pornographique - réflexions sur la visibilité de l'intime

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]