Anthony Giddens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Anthony Giddens

Description de cette image, également commentée ci-après

Anthony Giddens à Budapest, Hongrie, octobre 2004

Naissance 18 janvier 1938 (76 ans)
Londres
Pays de résidence Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni

Lord Anthony Giddens, baron Giddens, né le 18 janvier 1938 à Londres, est un sociologue britannique et professeur de sociologie à l'université de Cambridge. Il est connu pour sa théorie sur la structuration et sa vision holistique des sociétés contemporaines. Il est considéré comme l'un des plus importants contributeurs au domaine de la sociologie contemporaine. Il est l'auteur de 34 livres, traduits dans 29 langues, et il publie en moyenne un livre par an.

Son œuvre[modifier | modifier le code]

Son œuvre peut être découpée en trois périodes. Au cours de la première période, Anthony Giddens présenta une nouvelle vision de ce qu'est la sociologie, avançant une compréhension théorique et méthodologique nouvelle de ce domaine, en se basant sur une relecture critique des classiques. Deux ouvrages majeurs marquent cette période : Capitalism and Modern Social Theory, publié en 1971, et New Rules of Sociological Method, publié en 1976. Dans une deuxième période, Giddens développa sa théorie de la structuration, qui est une analyse de l'agent et de la structure, dans laquelle la primauté n'est reconnue à aucun des deux. Ses travaux sur le sujet, exposés en particulier dans Central Problems in Social Theory, en 1979, et dans The Constitution of Society (La Constitution de la société), en 1984, lui apportèrent une renommée internationale. La période la plus récente est marquée par une réflexion sur la modernité, la globalisation et la politique, et en particulier l'impact de la modernité sur la vie personnelle et sociale. Giddens formule une critique de la postmodernité, discutant d'une troisième voie « utopique réaliste » en politique[note 1], qui est exposée dans The Consequences of Modernity (Les conséquences de la modernité), publié en 1990, Modernity and Self-Identity, en 1991, The Transformation of Intimacy : sexuality, Love and eroticism in modern societies (La Transformation de l'intimité), en 1992, Beyond Left and Right, en 1994, et The Third Way : The Renewal of Social Democracy (La troisième voie : le renouveau de la social-démocratie), en 1998. L'ambition de Giddens est à la fois de refonder la théorie sociale et de réexaminer notre compréhension du développement et de la trajectoire de la modernité.

Anthony Giddens est, en 2013, professeur émérite à la London School of Economics.

Biographie[modifier | modifier le code]

Giddens est né et a grandi dans le quartier d'Edmonton, à Londres, dans une famille de la classe moyenne basse. Son père travaillait comme employé de bureau pour les transports publics de Londres. Anthony Giddens fut le premier enfant de la famille à aller à l'université. Il fut diplômé de l'Université de Hull en 1959, avant d'être admis à la London School of Economics, où il obtint sa maîtrise, puis d'intégrer le King's College, à Cambridge, dont il ressortit avec un doctorat, en 1974.

Dès 1961, il avait commencé à travailler à l'Université de Leicester, où il enseignait la psychologie sociale. À Leicester, qui était considéré comme l'un des berceaux de la sociologie anglaise, il rencontra Norbert Elias et commença à élaborer ses propres théories. En 1969, il fut nommé à l'Université de Cambridge, au King's College, où il contribua plus tard à fonder le Social and Political Sciences Committee (SPS, aujourd'hui PPSIS), une sous-division de la faculté d'économie. Giddens travailla pendant de nombreuses années comme professeur associé au King's College, avant d'obtenir une chaire de professeur, en 1987. Anthony Giddens est le cofondateur de la maison d'édition Polity Press, créée en 1985, à Cambridge.

De 1997 à 2003, il dirigea la London School of Economics et fut membre du Conseil scientifique de l'Institute for Public Policy Research (en) (IPPR), un think tank de gauche proche du Parti travailliste. Il fut aussi l'un des principaux conseillers du premier ministre britannique Tony Blair. C'est Giddens qui conçut l'approche politique de la « troisième voie », qui guida l'action de Tony Blair, au Royaume-Uni - donnant ainsi naissance au courant d'idées connu sous le nom de blairisme - aussi bien que celle de Bill Clinton, aux États-Unis. Giddens a été l'un des intervenants les plus assidus du débat politique au Royaume-Uni, soutenant la politique de centre-gauche du Parti travailliste lors de ses multiples apparitions médiatiques, et dans ses nombreux articles, dont beaucoup furent publiés dans le New Statesman[1]. Giddens contribue aujourd'hui régulièrement à la recherche et aux activités du think tank de la gauche progressiste Policy Network. Il a été anobli par la Reine d'Angleterre en juin 2004. Il porte désormais le titre de Baron Giddens, du Southgate, dans le quartier d'Enfield, à Londres et siège à la Chambre des Lords, où il représente le Parti travailliste.

Idées[modifier | modifier le code]

Giddens, auteur de 34 livres et de plus de 200 articles, essais et critiques, a contribué à la plupart des développements notables intervenus dans les sciences sociales au cours des dernières décennies, à l'exception du domaine des protocoles de recherche. Il a écrit des commentaires sur la plupart des écoles et des figures dominantes des sciences sociales, et a utilisé la plupart des paradigmes sociologiques, aussi bien en microsociologie qu'en macrosociologie. Ses écrits vont du traitement de problèmes abstraits, métathéoriques, aux manuels d'étudiants, très directs et « terre à terre ». Enfin, il est également connu pour son approche interdisciplinaire : il s'est intéressé aussi bien aux derniers développements en sociologie, qu'en anthropologie, en psychologie, en histoire, en linguistique, en économie, dans le travail social et, plus récemment, en sciences politiques. Le travail qu'il a accompli tout au cours de sa vie peut être considéré, en lui-même, comme une « grande synthèse » de la théorie sociologique contemporaine.

Il est également celui qui a défini et popularisé le concept de troisième voie[2] dans des ouvrages tels que The Third Way. The Renewal of Social Democracy(1998), The Third Way and Its Critics and The Global Third Way Debate (2000). Cette idée a été récurrente dans le débat politique en Europe au début des années 2000[3].

Publications[modifier | modifier le code]

  • (1971) Capitalism and Modern Social Theory. An Analysis of the writings of Marx, Durkheim and Max Weber. Cambridge : Cambridge University Press.
  • (1973) The Class Structure of the Advanced Societies. London : Hutchinson.
  • (1976) Functionalism: après la lutte, Social Research, 43, 325-66
  • (1976) New Rules of Sociological Method: a Positive Critique of interpretative Sociologies. London : Hutchinson.
  • (1977) Studies in Social and Political Theory. London : Hutchinson.
  • (1978) Durkheim. London : Fontana Modern Masters.
  • (1979) Central problems in Social Theory : Action, Structure and Contradiction in Social Analysis. London : Macmillan.
  • (1981) A Contemporary Critique of Historical Materialism. Vol. 1. Power, Property and the State. London : Macmillan.
  • (1982) Sociology: a Brief but Critical Introduction. London : Macmillan.
  • (1982) Profiles and Critiques in Social Theory. London : Macmillan.
  • (1984) The Constitution of Society. Outline of the Theory of Structuration. Cambridge: Polity.
  • (1985) A Contemporary Critique of Historical Materialism. Vol. 2. The Nation State and Violence. Cambridge : Polity.
  • (1990) The Consequences of Modernity. Cambridge: Polity.
  • (1991) Modernity and Self-Identity. Self and Society in the Late Modern Age. Cambridge: Polity.
  • (1992) The Transformation of Intimacy: Sexuality, Love and Eroticism in Modern Societies. Cambridge: Polity.
  • avec Ulrich Beck & Scott Lash (1994) Reflexive Modernization. Politics, Tradition and Aesthetics in the Modern Social Order. Cambridge : Polity.
  • (1994) Beyond Left and Right — the Future of Radical Politics. Cambridge : Polity.
  • (1995) Politics, Sociology and Social Theory: Encounters with Classical and Contemporary Social Thought. Cambridge : Polity.
  • (1996) In Defence of Sociology. Cambridge : Polity.
  • (1996) Durkheim on Politics and the State. Cambridge : Polity.
  • avec Tony Blair (1998) The Third Way. The Renewal of Social Democracy. Cambridge : Polity.
  • (1999) Runaway World: How Globalization is Reshaping Our Lives. London : Profile.
  • (2000) The Third Way and Its Critics. Cambridge : Polity.
  • (2000) Runaway World. London : Routledge.
  • (2002) Where Now for New Labour? Cambridge : Polity.
  • (2007) Europe In The Global Age. Cambridge : Polity
  • (2007) Over to You, Mr Brown - How Labour Can Win Again. Cambridge : Polity.
  • (2009) The Politics of Climate Change. Cambridge : Polity

Ouvrages traduits en français[modifier | modifier le code]

  • La constitution de la société [« The Constitution of Society »], PUF,‎ 1987, 474 p. (ISBN 978-2130399759)
  • Les conséquences de la modernité [« The Consequences of Modernity »], L'Harmattan,‎ 2000, 192 p. (ISBN 978-2738425065)
  • La Troisième voie : Le Renouveau de la social-démocratie [« The Third Way: The Renewal of Social Democracy »], Seuil,‎ 2002, 266 p. (ISBN 978-2020371186) - coécrit avec Tony Blair
  • La Transformation de l'intimité : Sexualité, amour et érotisme dans les sociétés modernes [« The Transformation of Intimacy: Sexuality, Love and Eroticism in Modern Societies »], Éditions du Rouergue,‎ 2004, 276 p. (ISBN 978-2020371186)
  • Le nouveau modèle européen [« Europe In The Global Age »], Hachette Littératures,‎ 2007, 329 p. (ISBN 978-2012372757)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Pour une explication du fondement théorique de la troisième voie, c'est-à-dire la théorie de la modernité radicale, et, en particulier, la description que fait A. Giddens de la « condition de l’individu  » dans les sociétés de modernité radicale voir Marc Jacquemain, « Peut-on sauver la modernité radicale d'Anthony Giddens ? », Politique, revue de débats, Bruxelles, no 74,‎ mars-avril 2012 (lire en ligne)

Références[modifier | modifier le code]

  1. J. Tournadre-Plancq, « Un intellectuel consacré dans l'espace politique : Anthony Giddens et la Troisième Voie », Socio-logos,‎ 2008 (ISSN 0035-2969, lire en ligne)
  2. Z. Laïdi, « Qu'est-ce que la troisième voie ? », Esprit,‎ 1999 (ISSN 0014-0759, lire en ligne)
  3. B. Jobert, « Une Troisième voie très britannique : Giddens et l'État-providence », Revue française de sociologie,‎ 2002 (ISSN 0035-2969)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]