Joachim Fest

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Joachim Fest

Description de l'image  Joachim Fest 002.jpg.
Nom de naissance Joachim Clemens Fest
Activités historien
écrivain
journaliste
Naissance 8 décembre 1926
Berlin-Karlshorst
Décès 11 septembre 2006
Kronberg im Taunus
Langue d'écriture allemand

Œuvres principales

Les Derniers Jours d'Hitler (2002)

Joachim Clemens Fest, né le 8 décembre 1926 à Berlin-Karlshorst, mort le 11 septembre 2006 à Kronberg im Taunus, était un historien, éditeur, écrivain et journaliste allemand.

Spécialiste du Troisième Reich, il publie en 1973 une biographie d'Adolf Hitler intitulée le Führer traduite en plus de vingt langues[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Joachim Fest est issu d'une famille de la bourgeoisie catholique et conservatrice allemande qui ne s'est pas compromise avec le régime des nazis. Il lui rend hommage dans son autobiographie posthume Ich nicht (Pas moi).

En décembre 1944, à l'âge de 18 ans, il s'engage dans l'armée allemande pour éviter d'être incorporé dans les Waffen SS. Il est rapidement fait prisonnier de guerre en France.

Joachim Fest étudie le droit, l'histoire et la littérature allemande. En 1963, il devient rédacteur en chef de la chaîne NDR et publie un ouvrage sur les protagonistes du régime nazi, Les Maîtres du IIIe Reich - Figures d'un régime totalitaire.

De 1973 à 1993, il est chroniqueur au Frankfurter Allgemeine Zeitung. En 1973, il publie Le Führer, qui provoque de vives polémiques parmi les historiens. Il poursuit son exploration du Troisième Reich en écrivant notamment Le coup d'État. Le long chemin vers le 20 juillet en 1994 et Speer, biographie du ministre de l'armement et de l'architecte particulier d'Hitler, en 1999.

Membre du directoire du journal conservateur Frankfurter Allgemeine Zeitung, figure du milieu intellectuel allemand, il s'opposait souvent à la gauche allemande qu'il jugeait moralisatrice refusant la diabolisation comme outil de culpabilisation. Il paraissait être l'antithèse du romancier Günter Grass.

En 2002, son ouvrage Les Derniers Jours d'Hitler devient rapidement un best-seller. Il y décrit le chapitre ultime de la guerre, la bataille de Berlin et le suicide du Führer dans le bunker de la Chancellerie. Ce livre inspire par la suite le film La Chute, sorti en 2004.

Réception littéraire[modifier | modifier le code]

Œuvres traduites en français[modifier | modifier le code]

  • Hitler. Tome 1 : Jeunesse et conquête du pouvoir (1889-1933), Paris, Gallimard, 1973.
  • Hitler. Tome 2 : Le Führer (1933-1945), Paris, Gallimard, 1973.
  • Albert Speer, Paris, Perrin, 2001, 370 p.
  • Joachim Fest (trad. Frank Straschitz), Les derniers jours de Hitler, Paris, Perrin,‎ 2004, 206 p. (ISBN 9782262023294 et 2262023298).
  • Joachim Fest (trad. Raymond Voyat), Pas moi ! : souvenirs d'une jeunesse allemande antinazie, Monaco Paris, Éd. du Rocher,‎ 2007, 395 p. (ISBN 9782268062945).
  • Les maîtres du Troisième Reich, Paris, Grasset, 2008, 489 p. (réédition ; publié en 1963 en Allemagne)
  • Joachim Fest (trad. Olivier Mannoni), La résistance allemande à Hitler, Paris, Perrin,‎ 2013 (1re éd. 2009), 503 p. (ISBN 9782262041793 et 2262041792)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20060912.OBS1529/mort-de-l-historienjoachim-fest.html Mort de l'historien Joachim Fest, article de www.tempsreel.nouvelobs.com du 12 septembre 2006