Deutsche Forschungsgemeinschaft

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

50° 41′ 58″ N 7° 08′ 52″ E / 50.699443, 7.14777 ()

Le logo de l'institution
Siège de la Deutsche Forschungsgemeinschaft à Bonn.

La Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG) est une institution qui a pour mission de promouvoir la recherche scientifique en Allemagne. Elle soutient tous les domaines de recherche scientifique et est financée par les Länder allemands et le gouvernement allemand.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 30 octobre 1920 est fondé la Notgemeinschaft der deutschen Wissenschaft[1] sur l'initiative de Fritz Haber et de Friedrich Schmidt-Ott, qui en fut le premier président. Parmi ses membres, elle comptait les sociétés des sciences allemandes (Berlin, Göttingen, Heidelberg, Leizig et Munich), des universités, des établissements d'enseignement supérieur et la Kaiser Wilhelm Gesellschaft. Cette organisation avait pour objectif d'aider la recherche allemande dans un context économique défavorable, dû à l'inflation, l'augmentation du nombre d'étudiant et des dépenses de formation. Pour cela, elle créa en 1920 une fondation[2] pour permettre de recevoir des fonds privées[3] En 1929, son nom devient Deutsche Gemeinschaft zur Erhaltung und Förderung der Forschung[4], communément appelé Forschungsgemeinschaft. Ses activités s'articuleront autour de la coordination, du financement et de la promotion de la recherche. À l'arriver au pouvoir des nationaux-socialiste, en 1933 marqua le début de la perte d'autonomie de l'organisation au profit du pouvoir exécutif. En 1934, le comité directoire et le président Schmidt-Ott sont contraint de se retirer. Ce dernier est remplacé par Johannes Stark. La recherche dut alors être menée en conformité avec l'idéologie nazie, suivant le processus de Gleichschaltung, et au service de la communauté national allemande.

Après la seconde guerre mondiale, la Forschungsgemeinschaft fut refondé à Bonn en 1949. Cette refondation fut initié par la majorité des établissements d'enseignement supérieur, les différents ministres de la culture et de l'enseignement des Länder, et par le Stiftungverband[5]. La même année est fondé le Deutsche Foschungsrat par les académies de Göttingen, Heidelberg et Munich et par la Société Max-Planck, dont la présidence est assuré par Werner Heisenberg. Cette nouvelle institution est proche de l'État fédéral, contrairement à la Forschungsgemeinschaft, qui est proche des Länder. En 1951, ces deux institutions fusionnent pour donner la Deutsche Forschungsgemeinschaft.

À partir de la réunification, la DFG étend ses activités à toute l'Allemagne réunifié.

Organisation[modifier | modifier le code]

La Deutsche Forschungsgemeinschaft a le statut d'une association déclaré[6], son siège est à Bonn, dans le Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie. L'actuel président est Peter Strohschneider.

Anciens présidents[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

La DFG remet les prix suivant :

  • le Prix Gottfried Wilhelm Leibniz, qui est une des plus hautes distinctions scientifiques allemandes ;
  • le Prix Heinz Maier-Leibnitz pour les jeunes chercheurs ;
  • le Prix Bernd Rendel pour les jeunes doctorants des sciences de la Terre ;
  • le Prix Albert Maucher pour les sciences de la Terre ;
  • le Prix de la protection des animaux Ursula M. Händel ;
  • le Prix von Kaven pour les jeunes mathématiciens.
  • le Prix Communicator, qui récompense les scientifiques vulgatisant leurs travaux ;
  • le Prix Eugen und Ilse Seibold, récompense les contributions au rapprochement entre le Japon et l'Allemagne ;
  • le Prix Copernic (Kopernikus-Preis), pour les coopérations entre la Pologne et l'Allemagne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. en français : Société d'aide à la science allemande
  2. Stifterverband der Notgemeinschaft der Deutschen Wissenschaft e.V..
  3. Chronologie de la DFG.
  4. en français : Société allemande pour le soutien et l'avancement de la recherche.
  5. en français : Association de donneurs.
  6. plus précisément en allemand : eingetragenen Verein (e. V.), statut similaire à celui d'une associations d’utilité publique en France.
  7. Membres sur le site officiel.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joachim-Félix Leonhard (trad. Denis PALLIER), « Organisation de la recherche en RFA : Le rôle de la DFG et des bibliothèques. », Bulletin des bibliotheques de France, vol. 31, t. 31, no 6,‎ 1986, p. 594-601 (résumé, lire en ligne)
    Discours prononcé à Bonn en 1985.

Liens externes[modifier | modifier le code]

(de) (en) Site de la Deutsche Forschungsgemeinschaft

Article connexe[modifier | modifier le code]