Théorie sociologique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec théorie sociale.

Les théories sociologiques sont des cadres théoriques complexes. Les sociologues les emploient pour expliquer et pour analyser différemment comment l'action sociale, les processus sociaux… et les structures sociales fonctionnent.

On les appelle parfois les théories sociales, bien que la limite postérieure se rapporte généralement à la théorie interdisciplinaire. En cherchant à comprendre la société, les sociologues emploient la théorie sociologique et les théories sociales interdisciplinaires pour organiser la recherche sociale.

Article principal : Sociologie.

Des conceptions différentes[modifier | modifier le code]

Les courants, approches, écoles, ou mouvements sociologiques forment autant de pratiques différentes et d'opinions divergentes sur la nature de la sociologie ou de certains de ses aspects. Cela interdit de donner une définition unique acceptable par tous.

S'il y a aujourd'hui plusieurs traditions sociologiques, aucune ne peut prétendre résumer l'activité sociologique à elle seule, ni décrire l'activité sociologique de façon consensuelle.

Des corps d'hypothèses[modifier | modifier le code]

Les théories sociologiques sont basées sur certaines hypothèses de base (métaphysiques, épistémologiques ou morales) au sujet de la nature du monde social. Ces théories sont parfois antinomiques comme le positivisme et l'antipositivisme, le matérialisme et l'idéalisme, le déterminisme et le libéralisme ainsi que l'individualisme et le collectivisme.

Quelques théories, telles que la théorie néo-marxiste, la théorie féministe et des variantes du constructionisme social, sont souvent motivées par un sens fort de justice sociale et concernées par la libération de l'oppression et de l'exploitation.

D'autres théories sociales, telles que la théorie structurale du fonctionnalisme et des systèmes, peuvent être motivées par un souci avec l'objectivité scientifique et la neutralité apparente (qui peuvent nécessiter des engagements de valeur, parfois masqués, comme la conformité ou l'acceptation du statu quo dans une société donnée).

Une autre dimension des théorie se rapporte à la nature du développement socio-historique et de l'état actuel du développement de diverses sociétés. Les distinctions sont employées au sujet des sociétés contemporaines dans la théorie sociologique incluent de larges tendances historiques telles que l'industrialisation, l'urbanisation, le sous-développement, et la globalisation et les étapes du développement telles que la modernité, le post-industriel, le sous-développement, la postmodernité, et la société de réseau.

Distinctions de termes en usage[modifier | modifier le code]

La compréhension de la discipline passe par un minimum de définition de certains termes (utilisés par ailleurs dans d'autres disciplines bien avant l'apparition de la sociologie institutionalisée). Il s'agit notamment de concept, paradigme, norme et notion.

— On nomme concept une idée ou représentation de l'esprit. Il abrège et résume une multiplicité d'objets empiriques ou mentaux par abstraction et par généralisation de traits communs identifiables[1].

— Un paradigme est plutôt le détail d'une représentation du monde, une manière de voir les choses, un modèle cohérent de vision du monde qui repose sur une base définie (matrice disciplinaire, modèle théorique ou courant de pensée)[2].

Norme (du latin norma, équerre, règle) désigne un état habituellement répandu ou moyen considéré le plus souvent comme une règle à suivre[3].

— La « notion » doit être vue comme une « connaissance élémentaire, acquise de quelque chose »[4].

Des conceptions plus spécifiques à la discipline ont été construites :

  • Un idéal-type[5] est un concept sociologique défini par Max Weber. Il vise, pour Weber, à bâtir un modèle d'un phénomène social qu'on cherche à étudier pour ses qualités intrinsèques. L'idéal-type sera par la suite réutilisé par des théoriciens des organisations pour étalonner des études empiriques consacrées à la bureaucratie.
  • L'habitus est un ensemble de dispositions durables et transposables, structure structurée prompte à fonctionner comme structure structurante (une référence au conatus, concept fondamental de l'Éthique de Spinoza). Il s'agit de l'incorporation des expériences, cette incorporation permettra alors à l'agent de se mouvoir et d'interpréter le monde social[6].

Principales théories sociologiques[modifier | modifier le code]

La plupart des « grandes » théories sociologiques sont développées à partir de paradigmes sociologiques particuliers (et deviennent une large école de pensée en sociologie). Principales théories sociologiques :

  • Le positivisme social : Les positivistes du social croient que des processus sociaux devraient être étudiés en termes de cause et effet en utilisant la méthode scientifique.
  • Le fonctionnalisme : également connu comme paradigme social de systèmes. Il s'agit d'analyser quelles fonctions les divers éléments du système social exécutent par rapport au système global : Talcott Parsons, le fonctionnalisme relativisé de Robert K. Merton, les critiques du fonctionnalisme Charles Wright Mills, structuro-fonctionnalisme de Alvin W. Gouldner, Ralf Dahrendorf, D. Cloche) et le néofonctionnalisme.
  • La sociologie marxiste :
    • Matérialisme historique,
    • Théorie critique de la société : Le marxisme hegelien et son évolution, théorie sociale de Horkheimer.
    • Marxisme structurel : Althusser et Nikos Poulantzas,
    • Sociologie marxiste : sociologie économique marxiste (H. Braverman, R. Edwards, M. Burawoy), marxisme historique (Immanuel Wallerstein, Th. Skocpol),
    • Théories postmarxistes : marxisme de l'élection rationnelle (J. Roemer, J. Elster), marxisme d'orientation empirique (Wright), théorie marxiste postmoderne (Laclau, Mouffe, Fredric Jameson, D. Harvey). Autres théories : S. Bowles et H. Gintis.
  • Le collège de sociologie :
  • La critique anti-utilitariste :
  • La théorie de la structuration en sociologie moderne d'Anthony Giddens : Dualité de la structure : communication, sanction, pouvoir, institutions et propriétés structurelles.
  • La théorie des genres : étude sur la façon dont l'opposition canonique entre masculin et féminin structure la vie sociale.
  • La sociologie féministe : analyses de la société à partir du constat de l'existence d'une domination masculine qui divise la société en classes de sexes.
  • La théorie du conflit : pseudosociologie issue du marxisme, il s'agit de l'étude de la capacité de quelques groupes de dominer d'autres, et d'une visée tactique quant à une résistance à une telle domination.
  • L'analyses microsociologiques :
    • Théorie de l'échange (réductionnisme psychologique de Homans), perspectives intégratrices de l'échange (Peter Blau, R. Emerson).
    • Théorie du choix rationnel : modèle le comportement social comme interaction des individus de maximum d'utilité (J. Coleman).
  • La sociologie interprétative : Cette perspective théorique, basée sur le travail de Max Weber, propose que la recherche économique et historique peut ne jamais être entièrement empirique ou descriptif en tant qu'on doit toujours l'approcher avec un appareil conceptuel.
  • Le Structuralisme génétique de Pierre Bourdieu : habitus, domaine, capital, violence symbolique, reproduction sociale, domination.
  • Le Post-structralisme de Michel Foucault : Alternative épistémologique, archéologie du savoir, généalogie du pouvoir.
  • Théorie de l'agir communicationnel de Habermas : Paradigme communicatif, Action communicative.
  • Théorie systémique de Luhmann : Communication comme élément constitutif, interactions, organisations et sociétés, différenciation sociale et principaux sous-systèmes de la société.
  • L'ère de l'information de Manuel Castells : Paradigme informationnel, facteurs et relations sociales prédominantes.

Quelques autres théories & sociologues[modifier | modifier le code]

Quelques lieux d'élaboration[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Précision concept : « Relatif à une représentation mentale abstraite et générale, objective, stable, munie d'un support verbal. » (source : Trésor de la langue française)
  2. Précision paradigme : « Se rapportant à une conception théorique dominante ayant cours à une certaine époque dans une communauté scientifique donnée, qui fonde les types d'explication envisageables, et les types de faits à découvrir dans une science donnée. » (source : Trésor de la langue française)
  3. Précision norme : « Se rapporte à des règles, prescriptions, principes de conduite, de pensée, imposés par la société, la morale, qui constituent l'idéal sur lequel on doit régler son existence sous peine de sanctions plus ou moins diffuses. » (source : Trésor de la langue française)
  4. Notion : (source : Trésor de la langue française)
  5. Max Weber, in Essais sur la théorie de la science
  6. Pierre Bourdieu, Questions de sociologie, p. 75

Voir également[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes et source[modifier | modifier le code]