Ivan Tourgueniev

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « Tourgueniev » redirige ici. Pour les autres significations, voir Tourgueniev (homonymie).

Ivan Tourgueniev

Description de cette image, également commentée ci-après

Ivan Tourgueniev par Ilya Repine (1874)

Nom de naissance Ivan Sergueïevitch Tourgueniev
Activités Romancier, nouvelliste, dramaturge
Naissance
Orel, Empire russe
Décès (à 64 ans)
Bougival, France
Langue d'écriture Russe
Mouvement Réalisme
Genres Roman

Œuvres principales

Ivan Sergueïevitch Tourgueniev (en russe : Иван Сергеевич Тургенев / API : ɪˈvan sʲɪrˈɡʲeɪvʲɪtɕ turˈɡʲenʲɪf) est un écrivain, romancier, nouvelliste et dramaturge russe né le à Orel et mort le à Bougival. Son nom était autrefois orthographié Tourguénieff[1] ou Tourguéneff[2].

Sa famille est aisée, et sa mère très autoritaire. Il vit de 1838 à 1841 à Berlin avant de retourner à Saint-Pétersbourg puis de partir pour Londres et de s'installer à Paris.

Fiodor Dostoïevski, qui le cite en épigraphe à sa nouvelle Les Nuits blanches, le caricaturera sous le nom de Karmazinov dans Les Démons.

Son roman le plus célèbre est Pères et Fils, qui met notamment en scène des nihilistes — dénomination qu'il popularise — et auxquels il oppose le « héros positif ».

Il se lia d’amitié avec de nombreux écrivains, comme Gustave Flaubert, Émile Zola, Guy de Maupassant, Alphonse Daudet, George Sand, Edmond de Goncourt, Prosper Mérimée, Alexandre Dumas ou Jules Verne, ainsi qu’avec des musiciens et compositeurs.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ivan Tourgueniev naît à Orel (à 350 km au sud de Moscou) en 1818, de Serge Tourguéneff et Varvara Petrovna Loutovinova, ainsi qu'il apparaît par son acte de décès. Il est issu, côté paternel d’une haute noblesse de vieille souche d'origine tartare et côté maternel de moyenne noblesse, très riche, d'origine lithuanienne. Parmi ses ancêtres, on compte Pierre Tourgueniev, exécuté par le faux Dimitri en 1604 car il avait refusé de le reconnaître comme tsar, et Jacob Tourgueniev, attaché à la cour de Pierre le Grand. Les trois enfants - Nikolaï (1816-1879), Ivan et Sergueï (1821-1837) - vivent dans la propriété de leur mère, Spasskoïe-Loutovinovo, à dix kilomètres au nord de Mtsensk. C’est là qu’Ivan s'initie à la chasse, échappant provisoirement à la tyrannie de sa mère. La nature joue d’ailleurs un grand rôle dans ses romans. Il est confié à des précepteurs russes et étrangers dont il reçoit une excellente éducation. Il apprend le français, l’allemand, l’anglais, le grec et le latin. Avec un serf, il commence à écrire ses premiers poèmes. Très tôt, il se rend compte de l’injustice des hommes des classes supérieures envers les serfs, injustice contre laquelle il se révoltera et se battra toute sa vie.

En 1827, il s’installe à Moscou. Pendant deux ans, il se prépare à entrer à l’université. En 1833, il s’inscrit à la faculté des Lettres à l’université de Moscou. En 1834, il fréquente la faculté de philosophie à Saint-Pétersbourg et rencontre Nicolas Gogol, qui est professeur d’histoire l'année suivante. Il termine ses études en 1836 et assiste en 1851 à la lecture par Gogol de son Revizor.

En 1837, après la mort d'Alexandre Pouchkine, il édite la correspondance de ce dernier et traduit plusieurs de ses poèmes avec Mérimée. L’année suivante, son fameux poème Le soir est publié dans une revue progressiste. Il part alors pour Berlin afin d'y poursuivre ses études et de voyager en Europe. Il revient en 1841 passer l’été chez sa mère. Il a une liaison avec une lingère, de laquelle naîtra sa fille Pélagie. Il devient fonctionnaire en 1843 et rencontre le critique Vissarion Belinski. Tourgueniev, admiratif, lui dédiera Pères et Fils.

Dès l'hiver 1843, Tourgueniev s’intéresse au théâtre italien auquel il s'abonne à Saint-Pétersbourg. Il y rencontre la célèbre mezzo-soprano Pauline Viardot avec laquelle il entretiendra une liaison jusqu’à sa mort. Cette période marque aussi le début de ses idées progressistes et le début de la censure de ses œuvres, notamment de ses pièces de théâtre, qui ne seront souvent jouées en Russie qu'après 1861.

De 1847 à 1850, Tourgueniev vit en France et publie beaucoup, dont le recueil Mémoires d’un chasseur et la pièce Un mois à la campagne. En 1850, il vit près de Paris dans le château de Courtavenel, propriété des Viardot, où réside Charles Gounod, l'auteur de l'opéra Faust. Il fréquente George Sand. La même année, Nicolas Ier exige le retour des Russes expatriés. Tourgueniev quitte la France et se voit retenu en Russie pendant la guerre de Crimée. Il récupère sa fille et l’envoie chez Pauline Viardot, en France. Celle-ci l’élève comme sa propre enfant.

La même année, deux courants de pensée s’affrontent : les slavophiles, qui refusent toute influence extérieure et sont très attachés aux coutumes russes, et les occidentalistes, qui sont favorables à une modernisation à l'occidentale.

En 1852, les Mémoires d'un chasseur sont publiées. Cette œuvre échappe à la censure malgré son caractère subversif, car elle relate la vie des paysans russes. Par la suite, Tourgueniev écope d'un mois de prison mais continue d’écrire ce qu'il pense du servage. Il est alors assigné à résidence. En 1853, Pauline Viardot revient faire une tournée de scène en Russie. Tourgueniev prend alors un faux passeport, part pour Moscou afin de la voir et lui remettre des manuscrits à publier en France. À la fin de l’année 1855, il reçoit le jeune Léon Tolstoï, alors officier, auquel il explique qu’il devrait écrire et non se battre. Il l’encourage dans ce sens.

En 1857, il est de retour à Paris où il rencontre Prosper Mérimée, écrit les préfaces de Pères et Fils et de Fumée et traduit plusieurs récits. Il fait la connaissance d'Alexandre Dumas et part pour Londres. Il lance le Fonds littéraire à la fin des années 1850. En 1860, il écrit Premier amour. Tourgueniev partage ses terres avec ses paysans et devient membre de l’académie des sciences. Le , le servage est aboli. Tourgueniev publie Pères et Fils, ce qui peut symboliser le passage de l’ancienne à la nouvelle Russie. Il traduit en russe La Légende de saint Julien d’Hospitalier et collectera de l’argent pour faire ériger un monument à la mémoire de l'auteur.

Dans les années 1860, il publie beaucoup en France mais relativement peu en Russie. Les slavophiles gagnent leur combat contre les occidentalistes, ce qui l'incite à composer des récits dont l'action se situe en Europe ou qui usent des procédés propre au style fantastique.

Il rencontre Flaubert pour la première fois, le 28 février 1863, d'après le journal des Goncourt, et lui écrit dès le lendemain pour lui annoncer l'envoi de ses livres. Une amitié commence, dont la première trace apparaît dans la correspondance de Flaubert à la date du 2 avril 1863, après lecture desdits romans. Elle ne cessera qu'à la mort de Flaubert, le 8 mai 1880.

Dans les années 1870, il vit à Paris chez les Viardot. Il rencontre Zola (dont il publie les romans en Russie), Alphonse Daudet qu'il aide pour ses publications, Edmond de Goncourt seul (son frère Jules étant mort en cette année 1870), Jules Verne qu'il conseille pour l'élaboration de son roman Michel Strogoff[3] (publié par leur éditeur commun Pierre-Jules Hetzel). Il y rencontre aussi Flaubert, George Sand, les compositeurs Camille Saint-Saëns et Théodore Dubois, ainsi que les filles de la maison (1871-72), alors chanteuses, dont l'une, Claudie, entretint plus tard une captivante correspondance avec l'écrivain russe[4]. À la fin des années 1870, Tourgueniev se fait construire une datcha à Bougival sur le même terrain que la propriété des Viardot, dans les environs de Paris[5]. Il obtient en 1879 le titre de doctor à Oxford et l'on commence à jouer ses pièces en Europe. Il tombe gravement malade au début des années 1880, est opéré à Paris et retourne à Bougival en convalescence. Là, il dicte à Pauline Un incendie en mer et prophétise les événements de Russie.

Il meurt le en son domicile au n°16, rue de Mesmes à Bougival, et sera inhumé le à Saint-Pétersbourg, au cimetière Volkovo aux pieds de Belinski, selon son vœu[6].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Nouvelles[modifier | modifier le code]

Statue de Tourgueniev à Saint-Pétersbourg, place du Manège
Ivan Tourguéniev à la chasse (1879), tableau de Dmitriev-Orenbourgski, collection privée

Romans[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tel qu'il l'écrivait lui-même en français, cf. sa correspondance.
  2. Par les Goncourt.
  3. Centre international Jules Verne
  4. Éd. Christine Collette-Kléo, Théodore Dubois. Souvenirs de ma vie, Symétrie et Palazzetto Bru Zane, [6]-229 p. et Table, 2009, p. 98-99.
  5. En France, la route nationale 13 porte le nom de « Rue Yvan-Tourguenieff » sur un tronçon dans la traversée de Bougival.
  6. Isaiah Berlin, Les Penseurs russes, Albin Michel, p. 323.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :