Humour russe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’humour russe, comme dans d’autres cultures, va du trivial au sérieux, de l'obscène à la satire politique en passant par les jeux de mots triviaux.

Mais il profite pleinement de la richesse et de la grande souplesse de la langue russe qui permet des jeux de mots et des associations inattendus.

Les satires politiques[modifier | modifier le code]

Tout au long de l’histoire russe, l’humour est resté une expression de l’esprit créatif humain. Sous le dogmatisme ascétique du clergé au Moyen Âge, le rire humain était considéré comme païen et suspect. Pendant l’empire tsariste, comme sous le régime soviétique, l’humour politique était potentiellement dangereux.

Néanmoins, le magazine satirique soviétique Krokodil a permis de persifler les événements politiques quotidiens et les chiffres du jour.

Malgré, ou peut-être à cause de l’oppression, l’humour russe s’est épanoui comme une contre-culture de libération permettant de résister et de ridiculiser l’élite.

Pendant la période de stagnation brejnévienne, dans l’Union Soviétique des années 1970 et jusqu’au début des années 1980, la stabilité de l’environnement social et politique a favorisé des traits d’esprit acérés dénonçant les dysfonctionnements de la société.

Avec la fin des régimes autoritaires en Russie, au début des années 1990, l’humour politique connut un certain déclin, ce qui fut déploré comme un symptôme de l’occidentalisation[réf. souhaitée].

Mais l’apparition de figures nouvelles dans la Russie post communiste, comme les oligarques, ces hommes d’affaires mafieux, a produit de nouveaux stéréotypes caricaturaux.

Blague russe (Anekdot)[modifier | modifier le code]

La forme la plus populaire d’humour russe est celle de l'anekdot, c’est-à-dire une petite histoire avec une chute finale drôle. Ces « blagues russes » se caractérisent par toute une série de cadres et de personnages stéréotypés et familiers.

L’effet de surprise est créé par une variété infinie de jeux de mots et de situations ou de répliques comiques.

Les Toasts[modifier | modifier le code]

Porter un toast peut prendre la forme d'anecdotes ou d'histoires « pas si courtes », conclues par "Ainsi c’est ici que…" avec une chute pleine d'esprit se référant au début de l'histoire.

Tchastouchka[modifier | modifier le code]

Une forme spécifiquement russe de l’humour est le tchastouchka, chanson composée par strophe de quatre vers, souvent obscène, humoristique ou satirique.

Blagues du type « En Russie soviétique… » dites aussi de « renversement russe »[modifier | modifier le code]

Les inversions russes ne sont pas des blagues russes en soi, mais des blagues occidentales construites sur un chiasme se moquant des dérives du régime soviétique. Par exemple, « En Amérique, vous pouvez toujours trouver une ‘’Party’’ ; en Russie soviétique, c’est le Parti qui vous trouve » joue ici sur la différence de sens du mot « party » en anglais (fête) et du mot « Parti » (Parti Communiste). En français, la traduction ne rend pas compte du jeu de mot : « En Amérique, vous pouvez toujours trouver une fête ; en Russie soviétique, c’est le Parti qui vous trouve ».

Ce style d’humour fut rendu célèbre par l’acteur émigré Yakov Smirnoff.

L’humour noir[modifier | modifier le code]

En plus des blagues, l’humour russe s’exprime en des jeux de mots et de courts poèmes mêlant humour noir et dérision. Ceux-ci sont très semblables aux berceuses macabres de l’illustrateur américain Edward Gorey.

On retrouve, dans ces comptines, 2 personnages récurrents, le « petit Vova » (le petit Vladimir) et Masha (la petite Marie).

La plupart de ces comptines parlent de la mort ou d’expériences tragiques. Ce type d’humour est très populaire chez les enfants.

Un petit garçon trouve une mitraillette —
Maintenant la bourgade est déserte.
Маленький мальчик нашёл пулемёт —
Больше в деревне никто не живёт.
Un petit garçon jouait dans le bac à sable sans personne pour le surveiller,
Quand sans bruit une bétonneuse se mit derrière lui à déverser
Il ne jeta pas de coup d’œil, et ne cria pas —
Seules ses sandales dépassèrent lorsque le béton sécha.
Маленький мальчик в песочке играл,
Тихо подъехал к нему самосвал.
Не было слышно ни крика, ни стона —
Только сандали торчат из бетона.
Sur le canapé est assis mon invité
Avec un clou au travers du buffet
Devinez qui l’a cloué ? C’est moi
Car j’aime le savoir là.
На диване сидит гость,
У него в груди гвоздь.
Это я его прибил,
Чтобы он не уходил.

Lien externe[modifier | modifier le code]