Période Gojoseon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Royaume Gojoseon
고조선 (ko)

2333 av. J.-C.? – 108 av. J.-C.

Informations générales
Statut Monarchie
Capitale Asadal, Wanggŏmsŏng
Religion Athée
Histoire et événements
2333 av. J.-C.? Naissance du royaume
108 av. J.-C. Défaite contre les Han de Chine
Roi
? ~ ? Buwang
? ~ 194 av. J.-C. Junwang
194 av. J.-C. ~ ? Wimanwang
? ~ 108 av. J.-C. Woogeowang

Entités suivantes :

  • Commanderie de Nangnang(Lelang)
  • Commanderie de Hyeondo(Xuantu)
  • Commanderie d'Imdun(Lintun)
  • Commanderie de Jinbeon(Zhenfan)

En Corée, la période Gojoseon (Joseon ancien) désigne l'époque historique s'étendant de la naissance légendaire de la civilisation coréenne en 2333 av. J.-C., jusqu'à l'établissement de la dynastie Han en Chine, en l'an 206 av. J.-C..

Selon les sources coréennes, il existe un royaume Gojoseon au moins au XIIe siècle av. J.-C., ce qui coïncide avec l'entrée de la Corée dans l'âge du bronze[1]. La fondation de l'empire Han avait provoqué l'installation en Corée d'opposants chinois, installation qui bouleversa l'histoire du pays[2].

La société et sa culture[modifier | modifier le code]

Selon le Shiji de Sima Qian et l'Hanshu de Ban Gu, les lois suivantes s'appliquaient :

  • Une personne qui a tué quelqu'un sera exécutée immédiatement.
  • Une personne qui a blessé quelqu'un doit compenser son méfait en donnant du grain à la victime.
  • Une personne qui vole deviendra un esclave. S'il veut être pardonné, il doit payer 500 000 Jeons par personne volée.

En fait, il y avait huit lois pendant la période du Gojoseon qui avaient pour but de créer et de maintenir l'ordre social et la structure du pouvoir, mais seulement ces trois lois ont été appliquées.

L'irruption de la Chine dans l'histoire coréenne[modifier | modifier le code]

La période Gojoseon a une culture unique et distincte de celle de la Chine[3]. Cependant, après la conquête, les cultures chinoises se diffusent à la fin du Ier millénaire av. J.-C.. Déjà, au VIIe siècle av. J.-C. et VIe siècle av. J.-C.s, des migrations mandchoues et chinoises avaient fourni un apport de population à la péninsule.

L'arrivée du général Wiman marque une nouvelle étape de l'histoire coréenne : on parle d'ailleurs de Joseon-Wiman. Selon les livres d'histoire chinois, il vient du royaume de Yan, vaincu par l'empire Qin. Néanmoins, étant donné qu'il portait une tenue et un chignon typiques de Gojoeson, il y a un théorie selon laquelle il est originaire de Gojoseon[4]. Le commerce avec la Chine se développe, les tribus s'unissent et créent un royaume dans la vallée du Taedong. Mais l'hostilité de Wiman à la Chine et l'alliance avec les Huns, féroces ennemis de la Chine, provoquent une attaque de l'empereur Wudi. Celui-ci vainc le royaume coréen en trois campagnes, la dernière en 108 av. J.-C..

En 108 av. J.-C., l'empereur Han soumet ce royaume agité et y établit quatre commanderies :

  • Nangnang (Lelang), dans le bassin du Taedong, ville qui comptait jusqu'à 400 000 habitants ;
  • Hyeondo (Xuantu, province de Yalu-Tongjia) ;
  • Imdun (Lintun, dans le sud de la province de Hamgyong) ;
  • Jinbeon (Zhenfan, sur le fleuve Han dans le centre de la Corée).

Il existe des controverses quant à les positions de ces quatre commanderies[5].

C'est le début d'une période de luttes entre les royaumes de Corée et l'empire de Chine. Les deux dernières commanderies ne durent que 25 ans ; Hyeondo dure environ un tiers de siècle. En divisant les tribus coréennes proches de Nangnang et en s'appuyant sur d'autres tribus plus éloignées, Goguryo concquiert Nangnang en 313.

Certains des habitants des régions contrôlées par la Chine en partent et se réfugient dans les royaumes voisins (Goguryeo et Buyeo, Chin[6] ou bien créent de nouveaux États : Ye, Okcheo, Jinhan et Byeonhan (autour de Gyeongsang).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.seoul.co.kr/news/newsView.php?id=20070224001006
  2. http://ko.wikipedia.org/wiki/%EA%B3%A0%EC%A1%B0%EC%84%A0
  3. 이야기 한국고대사, 조법종 | 청아출판사
  4. Encyclopédie de la culture coréenne
  5. ,Joseon Sanggosa, Shin Chae-ho
  6. Chin existait déjà à l'époque de Wiman et qui devint Mahan, autour de Jeolla, Gyeonggi et Chungcheong